AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Lun 22 Nov - 18:28

Ma boule de cristal sonna, m'avertissant qu'il était l'heure de prendre la relève. Je me levai de mon fauteuil en maugréant. Il n'existait rien de plus ennuyeux que les veilles dans les cachots. Deux heures pendant lesquelles je devais monter la garde dans un couloir sombre, à l'air vicié, et avec pour seule compagnie les détenus, qui m'accablaient d'injures. Stupides animaux! Bons à brailler, mais tellement stupides qu'ils ne songeaient pas à s'enfuir. Enfin, on m'avait dit que les anciens détenus avaient été exécutés au matin, afin de libérer de la place pour les "nouveaux", essentiellement des résistants confirmés.
Shay'Set se percha sur mon épaule, signe qu'il allait encore me reprocher quelque chose.
* Eprouves tu des remords d'avoir balancé cette jeune fille dans ces cachots puants ?*
* Je t'ai déjà dit que je ne voulais plus en entendre parler! Si elle avait collaboré, elle serait déjà sorti d'ici.*
* Tu sais bien que si elle avait parlé, elle se balancerait au bout d'une corde à l'heure qu'il est. Tant qu'elle ne parlera pas, elle restera en vie.*
* Quand je pense que la plupart des familier se contentent de servir de peluche vivante à leur propriéraire.
Toi, tu passe ton temps à ...*
* Moi je passe mon temps à t'empêcher de devenir un sangrave.*
* Dans ce cas tu as perdu ! Je porte la cape et je suis infecté. Il est trop tard pour revenir en arrière à présent.*
Shay'Set se tut et quitta mon épaule. Je le sentais énervé, furieux d'avoir perdu cette joute verbale, et pourtant je ne tentai rien pour le réconforter. Ces disputes arrivaient de plus en plus fréquemment, et je commençais à m'en inquiéter.
Alors que j'arrivais en vue des cachots, une odeur puissante me titilla les narines. L'odeur du sang. Mais que se passait t'il donc dans ces cachots.
Par réflexe, j'activai ma magie et adoptai une posture de combat. Je sentais plusieurs odeurs dans derrière la porte des prisons, et elles se précisaient de seconde en seconde.
Et me***, sans doute une évasion.
Détectant l'odeur de Vampyrs, j'abandonnai l'idée de l'assaut frontal.
Par le camouflus, je ne suis plus, je pourrai voir sans être vu !
Maintenant invisible, je me plaquai contre le mur et attendis.
Revenir en haut Aller en bas
Adé//Martin//Até
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 570
Age : 19
Localisation : Dans mon lit, sous ma couette ou en train de vous trucider, ça dépent
Amour : Adé:personne/Martin:aime à la folie Louwane/Até:morte, je sais c'est très réjouissant...
Race : Adé humaine Martin dragon/vampyr Até: loup-garroux/vampyr/sangrave
Date d'inscription : 10/10/2009

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Mar 23 Nov - 16:37

-Hello les amies ! Bien installées j’espère ? Je suis franchement navré de vous dire que votre séjour va être raccourci chez nos camarades les sangraves ! dit la voix d'un timbre heureux de lui-même.

Adé se tourna brusquement en direction de la voix lorsqu’une seconde retentit


- Raccourci ? répéta une fille déconcertée. Eh bien, merci beaucoup, libérer d'abord la Haute-Mage puis les autres, si je reste enfermée rien n'est grave je ne suis qu'une guerrière mais les autres peuvent vous être utiles pour attaquer les Sangraves, dit-elle fermement


La première voix reprit alors la parole.


-Tam Tam ! Quelle coïncideeeence ! Toi ? Ici ? C’est un miracle, je vais enfin pouvoir te sauver la vie ! Pour une première fois, ça se fête non ? J’espérai que tu me rendrais plus souvent visite, entre vieux Hauts-Mages exilés, cela aurait sympa de penser au bon vieux temps…Enfin on aura le temps de bavarder après que l’on soit sortis d’ici ! continua la voix.


Ah, un autre haut-mage dOmois.


- Veuillez attachez vos ceintures mesdames et mesdemoiselles. Votre cellule va être rapidement démolie d’ici quelques minutes ! Passez une agréable évasion en attendant !


- Cool ! ricana Adé.


-Edwarinouchet et Kelyanouchette ! Ca faisait longtemps ! Venez que je vous embra… il commença sa phrase et ne la finit pas ou du moins la modifia. Non finalement cela attendra, se rattrapa-t-il.


Adé sortit vite avec les autres mais ne sentit pas la magie revenir. Lorsqu’elle se releva, la jeune fille sentit ses jambes chanceler et elle dut se rappeler de faire payer tout cela à Magister.
Très cher.
Son lien avec Oritel avait été distendu pendant son long séjour dans les cachot d’Omois mais elle sentait la douleur du vrirr. Adé n’avait qu’une envie en cet instant : botter le c** de tout les Gris qui croiserait sa route…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tam Galadrill
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 1983
Age : 27
Localisation : Mentalir
Amour : Platine
Race : Humaine au service d'Omois
Date d'inscription : 19/08/2008

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Mar 23 Nov - 18:30

Dududududu...
Je laissais les filles papoter tranquillement à travers les cellules. Pour ma part je tentais de localiser Biiily. Je ne partirais pas sans lui et je n'étais pas la seule à avoir été dépouillée de mon familier. Les sangraves semblaient plus intelligents que prévus ou plus impitoyables peut-être.
Je fermais les yeux et laissais mes pensées vagabonder dans le palais. Je sentais la présence d'une multitude de personnes mais ne m'attardais pas dessus. AU détour d'un couloir, je sentis un faible frémissement. Il était passé par là. Je remontais la piste, volant au dessus du sol, mon instinct me dirigeant. Il était tout près, je le sentais. Mais où étions nous? Une partie du palais que je ne connaissais pas. Un comble pour un haut-mage!
Je fronçais les sourcils concentrée le plus possible. Je m'attendais à reconnaître un tableau, un meuble ou un détail plus flagrant mais rien ne vint. Je passais à travers la porte et découvrais emprisonnés bon nombre de familiers apeurés et seuls. Mais où se trouvait cette fichue salle? !
Je délaissais les familiers à mon grand déplaisir et observais la pièce. Deux grandes fenêtres donnaient sur la façade nord. Les murs étaient recouvert de tapisserie rouge et or ainsi que de nombreux tableaux déchirés. On aurait dit une ancienne chambre abandonnée après une violente bagarre. Les meubles étaient éventrés, les oreillers déplumés, les tapis brûlés. Waouh... cela me rappelait vaguement quelque chose mais je...

- Tam Tam ! Quelle coïncideeeence ! Toi ? Ici ? C’est un miracle, je vais enfin pouvoir te sauver la vie ! Pour une première fois, ça se fête non ? J’espérai que tu me rendrais plus souvent visite, entre vieux Hauts-Mages exilés, cela aurait sympa de penser au bon vieux temps…Enfin on aura le temps de bavarder après que l’on soit sortis d’ici !

La voix familière me sortit de ma transe violemment. Je rouvris les yeux, furax, les poings serrés. Le sourire que j'offris avait tout du carnassier plutôt que de la douce petite fille. Sur ce les portes s'ouvrirent les unes après les autres dans des bruits de coulissements métalliques. Je me relevais et remuais un peu histoire de me dégourdir. je pus remarquer avec plaisir que mon engourdissement avait presque disparu. Je sortis de la cellule et pus enfin apercevoir toutes mes compagnes de cellules. J'avais visé juste, la plupart n'avait pas 20 ans. Quels esprits espiègles ces jeunes, déjà prêts à combattre l'ennemi. De son côté Adriam tapait bruyamment la causette. Change pas celui-là, je m'en occuperai tout à l'heure. Je saluais Xanth, Kelya et Edward d'un signe de tête. Tous les hors-la-loi s'étaient donné rendez-vous en plein milieu des prisons d'Omois. On appelle ça le suicide les enfants.

- Tout le monde est là ? Très bien nous n’avons pas beaucoup de temps avant que tout ne saute ! On évite les bagarres qui pourraient nous retarder et on fonce ! Nos chers Xanth et Mya vont nous montrer le chemin, et Kelya et Edwarinouchet fermeront la marche ! Des questiooons ?

Je levais la main, innocemment et m'approchais d'Adriam.

- Mon cher Adriam... Je suis si touchée par le fait que tu te sois dévoué pour venir nous sauver. C'est si courageux de ta part, si inespéré...

Je me retrouvais face à lui, les mains posées sur son torse, la tête penchée. Je levais les yeux lentement en souriant.
Puis agrippais son col et le tirais vers moi et le flanquais violemment à terre.

- MAIS LA PROCHAINE FOIS, NE ME DÉRANGE PAS ALORS QUE JE SUIS A LA RECHERCHE DES FAMILIERS! criai-je un pied sur son buste. Tu n'en loupes jamais une lorsque tu le peux!

Je m'accroupis sur lui et rattrapais son col pour le relever.

- Et avant de courir partout, je sais que tu adores ça mais ce n'est pas une raison, il faut soigner les blessures des sortcelières et si tu me demandes comment je suis arrivée ici, je te promets que je t'étrangle. Des questions?

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lirina.forumactif.org
Murmure / Selena
Créature
Créature
avatar

Féminin Nombre de messages : 463
Amour : Ils sont tous les deux en OutreMonde...
Date d'inscription : 12/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Mar 23 Nov - 19:05

Hello les amies ! Bien installées j’espère ? Je suis franchement navré de vous dire que votre séjour va être raccourci chez nos camarades les sangraves !
Je fis un bon de stupeur mémorable. Mon coeur battant à 200 à l'heure, je recherchais l'auteur de cette phrase si bizard avec affolement.
Je n'eu pas à chercher bien loin. Un jeune homme se tenait avec négligence à deux cellules de la mienne.
Tam Tam ! Quelle coïncideeeence ! Toi ? Ici ? C’est un miracle, je vais enfin pouvoir te sauver la vie ! Pour une première fois, ça se fête non ? J’espérai que tu me rendrais plus souvent visite, entre vieux Hauts-Mages exilés, cela aurait sympa de penser au bon vieux temps…Enfin on aura le temps de bavarder après que l’on soit sortis d’ici !
Mais est ce que tout le monde était aussi cinglé que lui ici ? ou bien était il tellement mort de peur qu'il voulait la cacher en rigolant ?
En tout cas, sa plaisanterie me plaisait moyennement. Surement un sangrave en quête de distraction qui venait embêter les prisonnières en....
Ma cellule s'ouvrit en un clil ! sonnore.
Si c'était un sangrave, je jurais de le vénérer jusqu'à la fin de ma vie ! mais ça m'étonnais, vu le sourire qu'il adressa à deux prisonniers.
Veuillez attachez vos ceintures mesdames et mesdemoiselles. Votre cellule va être rapidement démolie d’ici quelques minutes ! Passez une agréable évasion en attendant !
Malgrès mes sérieux doutes, je sortis avec soulagement de ma cellule. Que ça faisait du bien de se sentir libre ! et cette dose d'adrénaline que je sentais monter dans mon dos n'était pas désagréable...
Je fis un nouveau bon de stupeur quand la Haute-Mage sauta sur notre Sauveur-fou pour le clouer au sol.
Oui, ils étaient vraiment tous dingues ici !
Et avant de courir partout, je sais que tu adores ça mais ce n'est pas une raison, il faut soigner les blessures des sortcelières et si tu me demandes comment je suis arrivée ici, je te promets que je t'étrangle. Des questions?
Rappelez-moi de ne jamais l'énnerver !
Mais elle avait raison. Mime ne répondait pas à mes appels, bien que je sentais encore sa présence timide dans mon esprit. Où donc était mon familier cheri ? si ces satanés Gris lui avait fait du mal, j'allais vraiment tous les tuer !
je levais donc timidement la main.
- Heu oui....moi j'ai une question Dame. Comment allons nous faire pour sortir d'ici ? c'est déjà un miracle de ne pas s'être fait remarquer jusqu'à présent....
Les autres prissoniers se rassemblèrent en cercle autour de la Haute-Mage et du Sauveur-fou qui se redressait lentement.
- Et où irons nous une fois évader ?
Il était bien sur ors de question d'aller après boire un verre dans la taverne d'à côté...

____________________


Avant, les gens pouvaient mourir sans avoir d'idéaux. Aujourd'hui, les gens qui ont des idéaux ne veulent même plus mourir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward//Naru
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Féminin Nombre de messages : 2056
Age : 22
Localisation : Là où tu me trouveras , c'est là où je voulais que tu me trouves
Amour : Naru: Legolas // Edward: Kelya
Race : Naru :humaine // Edward:demi-vampyr
Date d'inscription : 02/08/2008

Chronique
Points de vie:
51/70  (51/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Mar 23 Nov - 19:20

Il y a des jours comme ça, on se dit que des milliers de personnes restent tranquillement chez eux, vivent des histoires banales, dans des vies banales, avec des personnes banales. Que ces personnes n'ont rien de spécial à se reprocher, rien de spécial à réfléchir à par à la prochaine tenue du lendemain, ou à quelle viennoiserie ils allaient prendre au goutée... Et à côté, il y a des gens qui n'ont RIEN d'une vie banale. Qui vivent un cauchemar perpétuel, de sang, de mort, de secrets, de conneries en tout genre incluant des hommes en cape grise et des bonhommes en violet avec des paons et... et des histoires d'amour irréelles. Edward posa son regard sur Kelya qui, pour la cinquantième fois de la journée, essayait de lui broyer la main pour en chercher du réconfort. Son regard s'adoucit... oui, les personnes aux vies banales ne connaissent pas leur âme soeur.

-Je crois qu’on est en train de faire une grosse bêtise…Enfin bon. On ne peut plus vraiment reculer. Allons mettre la pâté à ces sangraves !

Une grosse bêtise ? Sans blague ! N'était-ce pas lui qui avait dit « Non, non et encore non » des heures durant ? Il serra les machoires … mais ne dit rien, comme à peu près tous les jours précédents. Sincèrement, les événements lui coupaient l'envie de parler. Quand il pensait qu'il avait enfin réussi à tirer Kelya dans un lieu sûr, au milieu des montagnes d'Hymlia, là où PERSONNE était CENSE les trouver... Bon sang, qu'est-ce qu'il avait fait pour mériter ça ? Il voulait seulement offrir une vie tranquille à celle qu'il aimait. Juste. Oui, c'est déjà trop.
Plus il y pensait, plus il se disait qu'il aurait dû broyer la gorge d'Adriam Aëndal. Il n'avait jamais rencontré le Haut-mage avant, et bon dieu, il en était heureux ! Plus tard on connaissait ce fou, mieux on se portait. Pourtant... pourtant c'était lui qui était venu les chercher à Hymlia pour les tirer dans cette histoire sans queue ni tête. Cette histoire qui allait les mener à une mort quasi certaine. Pourquoi avait-il dit oui déjà ?

-Hey ! Vous !

Kelya serra sa main une dernière fois, et tourna vers lui un regard.. un regard tout simplement indescriptible. Rage, haine, détermination derrière une pointe de bon sens. Mais vraiment une pointe.

-A tout à l’heure dans les prisons !

Edward hocha lentement la tête alors qu'il observait les sangraves foncer vers eux. Ils allaient être séparé, Kelya et lui... cette simple idée le terrorisait. Mais il lui avait promis.. il avait promis à Kelya qu'il allait prendre un peu plus de recul, arrêter de la protéger contre tout. Ce n'était pas -totalement- son rôle, il devait la laisser. La laisser assouvir sa vengeance.
Prudemment, il analysa la situation et les hommes en gris...

-Et ouais, vous allez vous en prendre plein la tête ! Ricana la jeune guerrière.

Edward leva les yeux au ciel et abaissa lui aussi sa capuche pour afficher son teint … blafard. Ses yeux au rouge cramoisi brillèrent d'un éclat malveillant vers les pauvres sangraves humains qui eurent un vague moment d'hésitation. Edward ne dit aucune phrase romanesque comme sa dulcinée, mais son sourire en dit tout autant.
La bagarre fut assez.. assez.. comment dire ? Sanglante ? Non. Juste très satisfaisante : une trentaine de victimes faciles, et seulement quelques égratignures du côté des sauveurs. Oui, car au grand soulagement d'Edward, il retrouva Kelya dans les couloirs qui menaient aux cachots. Le «Salut mon ange ! » auquel il répondit par « Re-bonjour mon amour » lui apprit qu'elle n'avait rien. A par une inquiétude des plus naturelle dans le regard : tout se passait un peu trop bien. Pourtant tout se poursuivit selon le plan d'Adriam : direction le cachot. Mesdames et Messieurs, vos chambres moins cinq étoiles sont ouvertes... rats, pourritures, humidité garanties pour tous les adeptes. Huuumm, les cachots d'Omois n'avaient pas subis d'amélioration depuis sa dernière visite.
Pendant qu'on les menait vers leur « chambre », Edward eut le temps de faire quelques hochements de tête à des « connaissances ». Il aperçut aussi Tam Galadrill, à qui il fit un sourire.. plein de crocs. Pas besoin d'avoir l'air inoffensif, ce n'était pas son but : Kelya passait avant tout. Il reposa son regard sur la jeune guerrière si déterminée et sourit. Des fois, il avait cette envie de lui passer sa main dans les cheveux comme à une enfant. Certes, les conditions n'étaient pas très favorables à ce genre de geste affectif...
Une fois qu'ils furent dans un cachot, quelqu'un se plaignit pour son estomac, quelque part.

-Cela ne sert à rien de tenter de vous sauver par le plafond. Vous allez avoir une surprise d’ici peu de temps.

Edward se tendit et se rapprocha de Kelya. Arrête, avait-il envie de lui dire. Et si les sangraves comprenaient ? Ah, il détestait être.. tendu, ainsi. Un long soupire lui échappa quand il repensa à leur paisible maison au creux des montagnes d'Hymlia... Non, sincèrement, il allait finir par envier amèrement les personnes aux vies banales et tranquilles.
Puis, Ô rage, Ô désespoir, Adriam fit son entrée. Edward ne put s'empêcher de faire un sourire en coin, et de ricaner doucement. Les répliques du Haut-mage étaient exaspérantes de gamineries, agaçantes tant elles suintaient l'ironie et l'humour noir... mais Edward appréciait quelque part. Il aimait ce côté provocateur du sortcelier. Ca devait être à peu prêt le seul trait de caractère que le jeune demi-vampyr pouvait supporter. Y compris l'horrible speetch aussi inutile qu'horripilant qu'il commença ensuite, mettant tout à fait en scène l'évasion des prisonniers. Puis vint le tour de leur cellule, d'être ouverte :

-Edwarinouchet et Kelyanouchette ! Ca faisait longtemps ! Venez que je vous embra…

Le regard débordant de reproches du vampyr sembla le faire s'arrêter. Bien, il savait rester à sa place... Un peu.

-Non finalement cela attendra.

Le sourire plein de crocs refit surface. Bien bien, jeune sortcelier, le duel qui allait lui faire regretter de les avoir tirer d'Hymlia attendra un peu aussi, alors.. Mais Adriam ne laissa pas le temps au vampyr de sortir une réplique cinglante qu'il se détournait vers le reste du groupe :

-Tout le monde est là ? Très bien nous n’avons pas beaucoup de temps avant que tout ne saute ! On évite les bagarres qui pourraient nous retarder et on fonce ! Nos chers Xanth et Mya vont nous montrer le chemin, et Kelya et Edwarinouchet fermeront la marche ! Des questiooons ?

Edward se rapprocha de la jeune femme et glissa sa main dans la sienne. Ils n'étaient pas en promenade de santée, certes, mais sentir la main terriblement fraiche de la jeune fille lui remontait le moral. Même si cette … fraicheur laissait montrer que la sortcelière avait utilisé beaucoup de sa magie au dernier combat. Il passa derrière elle pour l'entourer de ses bras, avant de croiser le regard de tous ceux qui osaient les dévisager.
Puis il observa Xanth et Mya, qu'il avait rencontré un peu plus tôt. C'étaient de braves personnes, qui n'étaient pas des Hors-la-loi, comme eux. Edward marmonna pour Kelya :

-Ma douce, je t'assure qu'une fois que tu auras assouvi ta vengeance, que je t'aurais aidée à punir tous ceux qui t'ont blessée... Tu me devras une faveur. Plus de coups tordus et suicidaires comme ça avant quelques années ? Je vais finir par mourir d'un infarctus...

Il la serra un peu plus fort contre lui, attendant que quelqu'un demande s'il était vraiment nécessaire qu'un vampyr buveur de sang humain reste dans leur dos.
Ou encore mieux, que quelqu'un pose la question qui leur brulait les lèvres : Mesdames et Messieurs, les ceintures sont bouclées, quand est-ce qu'on part ?
Malheureusement, Tam s'agita et d'autres questions commencèrent à pointer sur des visages... et M*rde, le départ sera retardé de quelques heures. Plus qu'à croiser les doigts pour que les intempéries soient eux aussi ralentis...

(Hiii, j'ai fais une réponse rapide en 30 mins, pas trop avancé l'histoire vu qu'il faut attendre Xanth et Mya... Voilaaa ! Et vu qu'il y a apparemment quelques.. croisements de rp (je poste, deux personnes ont posté avant que j'envoie.. Slurk !), je vais être prudente xD)

____________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Mer 24 Nov - 5:58

La nouvelle m'avait estomaqué. Tam, capturée ! Mauvais, horriblement mauvais. Je peux vous dire qu'apprendre ça, en rentrant de mission, c'est tout juste si je n'étais pas à la limite de la crise cardiaque. Seul, je n'étais pas en mesure de gérer la Résistance. Et surtout, elle détenait des informations de haute importance, et si ça tombait entre les mains de l'ennemi... On était mal. TRES mal. La seul chose à faire, c'était donc d'aller la secourir dans les prisons d'Omois. Mais avec la seule aide de Mya, que je venais de ramener à la base, même si elle était très compétente, je ne pouvais rien faire.

C'est pourquoi je suis parti à la recherche d'un autre Haut-Mage, que nos détecteurs avait identifié alors qu'il passait une Porte de Transfert pour rejoindre la Terre. Adriam Aëndal. Nous nous sommes donc rendu, moi et Mya, à sa recherche. Le problême étant qu'il faisait preuve d'une grande prudence, et qu'il nous aurait été difficile de le trouver sans le matériel adéquat. Mais après quelques heures de recherche, la machine nous indiqua une puissante magie, apparement située...

- Au Pérou. Oui, tant qu'à choisir un endroit paumé...

En quelques Transmitus, nous fûmes arrivés dans les montagnes qui bordait ce pays. Je passerai les détails de la rencontre, bien quelle fut pour le moins musclée, je dois le reconnaitre. Je dirais seulement qu'il pourrait vérifier la raison de la venue des gens avant de lacher ses animaux. Même si je les ai mis hors d'état de nuire en un rien de temps, c'est pas une raison. Heureusement, je m'étais transformé rapidement, histoire de calmer un peu ses ardeurs, puis Mya était intervenu, et nous pûmes lui expliquer la situation calmement. Ensuite, après avoir résonner l'Impératrice afin qu'elle reste sur Terre, où elle serait en sécurité, Adriam revint vers nous, et j'activais un Transmitus qui nous envoya directement devant la Porte de Transfert la plus proche.

Arrivé à la base, où les dragonnes avaient installé une Porte clandestine, je questionnais ces dernières, afin de savoir si il avait repéré d'autres fugitifs. Et en effet, il y en avait. Une humaine, Kelya V'larandia, et un demi-vampyr, un certain Edward Ril'Morienval. C'étaient apparement deux hors-la-loi, autant avec les Sangraves que du temps de Lisbeth.

-Très bien, ironisais-je, deux spécialistes de l'évasion, ça tombe bien !

Et vu le regard que me jetèrent Adriam et Mya, non, ça ne tombait pas bien. Oula, bon d'accord, je dis plus rien.

N'empêche que je suis bien content qu'il soit de notre côté, le demi-vampyr, parce qu'il s'en est fallu de peu pour que le Haut-Mage termine... bin mort en fait. Mais Kelya semblait déjà bien plus posée, et c'est grâce à elle qu'il est encore en vie. Il était vraiment rapide, je n'avais ni eu le temps de sortir ma lame, ni d'activer ma magie. Après les avoir ramené à la base, nous les avons rapidement briefé sur le plan d'Adriam. Chacun avait son avis sur celui-ci d'ailleurs. Je le trouvait audacieux bien que risqué, Kelya risqué bien qu'audacieux, Edward, c'est tout juste si il voulait en entendre parler, et Mya... Bin tiens, je sais pas... Faudrait que je lui demande. Quoi qu'il en soit, c'était le seul plan que nous avions, et nos espoirs reposaient donc sur les épaules d'Adriam.

Je me retrouve donc à Omois, accompagné de nos quatre résistants, avec la seule assurance qui si un seul d'entre nous était démasqué, tout le plan partait en fumée. Mais Adriam semblait savoir ce qu'il faisait. Très vite nous pûmes nous infiltrer dans le palais, tandis que Edward et Kelya se laissaient capturer pour entrer plus facilement. Enfin, "se laissaient capturer", c'était peut-être mal dit, étant donné le massacre qu'ils avaient fait en affrontant les Sangraves. Bien sanglant pour ces derniers, et sans autres blessures que de légères estafilades du côté de nos deux hors-la-loi. Magnifique.

Les premiers gardes furent éliminés assez rapidement par les chatrix du Haut-Mage. Nous nous faufilâmes vivement dans les cuisines, où ceux qui y travaillaient de firent pas attention à nous. Puis, au détour d'un couloir, Adriam se stoppa et examina le mur, tandis que Mya et moi surveillions nos arrières.

-Faites qu’ils ne l’aient pas découverts…Faites qu’ils ne l’aient pas décou…Et YES !

Il ouvrit un passage secret, situé derrière un mur en relief. Je haussais les sourcils d'étonnement.

- Comment se fait-il que vous connaissiez..?

-J’ai toujours adoré taquiner les prisonniers de l’Impératrice en secret. Surtout lorsque ce sont de jolies assassines ! Elles ont un caractère assez exotiques et sauvages…J’adore ça, pas vo…

J'avais beau lui faire signe de s'arrêter de parler, mais ce n'est qu'au moment où il s'aperçut que Mya lui jetait un regard assassin qu'il la boucla. C'est à dire légèrement trop tard. Je faisais tout pour ne pas rire devant sa gaffe, mais je savais bien que mes yeux me trahissaient.

Après quelques minutes de marche, nous arrivâmes devant la sortie du passage, juste derrière la statue a-magie. Depuis que j'avais failli mourir à cause de l'une d'entre elle il y a quelques jours, j'en faisait une allergie chronique. Saleté. Mais nous n'étions pas encore dans son champ d'action, et la déminiaturisation du krakdent d'Adriam se passa sans problème. Et là, on passait dans la partie de plan que j'aimais certainement le moins. Enfin, l'une celles que j'aimais le moins, étant donné que tout le plan me plaisait moyennement. Il y eu quelques cris de surprise, puis plus rien. Nous entrâmes dans la prison, alors que le krakdent boulottait encore le dernier sangrave. Il avait l'air de trouver celui-ci appétissant. Tant mieux pour lui.

-Vous avez bien posé plusieurs explosifs à travers le passage souterrain et le palais?

- Ouaip.

- On va en mettre aussi dans plusieurs cellules, histoire de détruire une partie du palais et faire paniquer les courtisans et les sangraves. Allez-y, je reprends les clés.


La panique. Exactement ce qu'il nous fallait pour fuir en toute tranquillité. Je posais donc plusieurs pains de C4, non magique, donc indétectable et en état de fonctionner dans cette prison. Le feu d'artifice va être beau, je vous le dis ! Bon, c'est vrai que j'ai "peut-être un peu" forcé la dose, mais vaut mieux trop que pas assez, non ? Pendant ce temps là, Adriam négociait avec son krakdent pour récupérer les clés, que ce dernier rendit... littéralement. Yerk !

En arrivant devant la cellule où tout les résistants semblaient réunis, et tentaient de sortir, de s'évader. Le Haut-Mage arriva devant eux, l'air de rien et s'adressa à eux. Enfin elles, puisqu'il semblait n'y avoir que des femmes.

-Sinon on peut prendre les clés et ouvrir les cellules…Enfin c’est juste une proposition. Hello les amies ! Bien installées j’espère ? Je suis franchement navré de vous dire que votre séjour va être raccourci chez nos camarades les sangraves !

Je soupirais. Même en danger de mort ou pire, il continuait avec ses grand airs.

- Aëndal, c'est pas le moment, dépêchez-vous de les faire sortir.

Mais il continuait à parler, et moi à lever les yeux au ciel. Puis, après une petite discussion avec Tam, que j'aperçus de l'autre côté de la prison, il daigna enfin ouvrir la porte. Tam s'approcha doucement, trrrrrès doucement du Haut-Mage.

- Ohlalalalala, bouchez vous les oreilles dans dix, neuf...

- Mon cher Adriam... Je suis si touchée par le fait que tu te sois dévoué pour venir nous sauver. C'est si courageux de ta part, si inespéré...

- Trois, deux, un...

- MAIS LA PROCHAINE FOIS, NE ME DÉRANGE PAS ALORS QUE JE SUIS A LA RECHERCHE DES FAMILIERS! Tu n'en loupes jamais une lorsque tu le peux!


C'est bon, elle avait terminé. Entre Tam et Mya, je vais finir par être sourd. La Résistance ne prend que ceux qui ont un caractère bien trempé. Edward, Tam, Mya... Pour l'instant, on ne manquait pas de ce genre de personne.

- Et avant de courir partout, je sais que tu adores ça mais ce n'est pas une raison, il faut soigner les blessures des sortcelières et si tu me demandes comment je suis arrivée ici, je te promets que je t'étrangle. Des questions?

Ah, bin là, elle ne pouvait pas être plus claire. Mais une jeune fille rousse, d'environ une quinzaine d'année, osa lever la main.

- Heu oui....moi j'ai une question Dame. Comment allons nous faire pour sortir d'ici ? c'est déjà un miracle de ne pas s'être fait remarquer jusqu'à présent.... Et où irons nous une fois évader ?

Je m'avançais vers elle.

- A la première, je te répondrai de ne pas t'inquiéter, tout est prévu... Enfin, il y en a qui ont intérêts à ce que ce soit le cas, dis-je en dirigeant mon regard vers le Haut-Mage, toujours à terre. Et à la seconde... je dirais juste que c'est un endroit où nous serons en sécurité. Pas d'inquiétude à vous faire.

Je fouillais dans mon sac-sans-fond, comme je l'appelais.

- Qui d'entre vous sait manier une arme ?

Quelques-une d'entre elle levèrent la main. Je sortais plusieurs dagues, sabres, épées, arbalètes, et même une hache, de ma sacoche.

- Servez-vous. Puis remettez dedans tout ce que vous n'utiliserez pas, et rendez moi mon sac. N'utilisez la magie qu'en cas d'extrême urgence. Je veux du travail rapide et précis, c'est compris ? Rapide et précis.

Tiens ? Voilà que je me mettais à parler comme un officier militaire. Cette guerre me changeais vraiment, et j'avais apparement pris de l'assurance. Je n'aimais pas cela. J'espérais que cette crise terminée, je redeviendrais celui que j'étais avant. Survivre à la guerre contre les démons, je ne l'ai pas fait pour participer activement à une autre. Le sac me fut rendu, et je dégainai mon couteau que j'avais acheté à Hymlia.

- Tout le monde est prêt ? En av...

Soudain, j'eus un pressentiment. Et je le connaissais celui-là. Par deux fois je l'avais senti, et par deux fois j'avais été blessé. Quelqu'un nous observait. Je faisais signe aux autres de ne pas bouger d'un poil. Un Sombrus, et nous fûmes plongé dans les ténèbres. Je m'avançais lentement, à l'affut du moindre geste. Soudain, un bras se passa autour de mon cou. Je pris mon assaillant par la tête, le fis passer par-dessus mon épaule, le plaquais au sol, et lui tranchais la gorge. Proprement. Rapide et précis. Même si c'est pas comme ça que je le voyais. Le type était un thug, et vu le bruit que j'entendais dans l'étage, il n'était pas seul. Je revins vers les autres.

- On est repérés. Quelqu'un à dû sonner l'alerte. On combat ou on fuit ?

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Ven 26 Nov - 19:20

Un bruit. Le simple frottement d'une lame contre la chair, et je sus que les évadés venaient de rencontrer un garde. Sans doute mort maintenant. Aussitôt ma boule se mit à vibrer, signe que l'alarme avait été donné.
Changeant de stratégie, je m'approchai de la porte qui menait aux cachots, et m'accroupissant, je sortis de mes poches des pains de plastique, un puissant explosif terrien. Installant des charges sur la porte, je songeai que les Terriens étaient vraiment doué pour l'élimination de leurs semblables.
Une fois le dispositif fixé, je reculai de quelques pas, admirant mon oeuvre. Le piège était placé de main de maître, et tuerait quiconque ouvrirait cette porte.
Levant les yeux vers le plafond, j'examinai le monstrueux lustre de cristal suspendue au dessus de ma tête.
Incantant,je m'élevais jusqu'au plafond, au niveau de la chaine qui soutenait le lustre.
Je dégainai un poignard et en vérifiai le fil. Une fois que ma bombe aurait explosé, tuant deux ou trois fugitifs, d'après mes estimations, je ferai tomber le lustre sur les survivants, les transpercant tous d'éclats de verre.
Même un vampyr ne résisterait pas à pareil traitement.
Mon plan était presque parfait. Presque, parce qu'il y avait parmi les fugitifs, une jeune fille de 15 ans, rousse aux yeux verts que je ne voulais surtout pas voir mourir.
Je n'aurai su l'expliquer, tout ce que je savais, c'est que cette fille m'avait ensorcelé, hantant mes rêves et peuplant mes pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Galathea//Fafnir
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 21
Localisation : J'ai encore loupé une occasion de me taire ><
Amour : Love, love, love what is it good for ? Absolutely Nothing
Race : Hybride//Naine
Date d'inscription : 11/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Ven 26 Nov - 20:16

Dame Galadrill prit la parole une nouvelle fois de se voix autoritaire sans discussion possible et cette fois-ci ce n'était pas contre moi. C'était contre le Haut-Mage qui ironisait depuis tout à l'heure.

- Mon cher Adriam... Je suis si touchée par le fait que tu te sois dévoué pour venir nous sauver. C'est si courageux de ta part, si inespéré...
Commença-t-elle d'une voix si douce mais je sentais une pointe d'agacement.


- MAIS LA PROCHAINE FOIS, NE ME DÉRANGE PAS ALORS QUE JE SUIS A LA RECHERCHE DES FAMILIERS! Tu n'en loupes jamais une lorsque tu le peux!
cria-t-elle, ah voilà, elle criait, si avec ça nous n'étions pas remarqué, j'irai prié Demiderius tous les jours, promis. Et avant de courir partout, je sais que tu adores ça mais ce n'est pas une raison, il faut soigner les blessures des sortcelières et si tu me demandes comment je suis arrivée ici, je te promets que je t'étrangle. Des questions? continua-t-elle quelques décibels plus bas.

Soudain comme une tornade qui passa le visage de la Haute-Mage se décrispa et Murmure pris la parole d'un petite voix enfantine :
- Heu oui....moi j'ai une question Dame. Comment allons nous faire pour sortir d'ici ? c'est déjà un miracle de ne pas s'être fait remarquer jusqu'à présent.... Et où irons nous une fois évader ?

Quelqu'un de "l'extérieur" s'avança et répondit d'une voix neutre mais qui ne désirait pas s'étendre, c'était un homme qui avait parler. Je ne pensais plus à rien à part cette évasion, Par les entrailles de Bendruc le Hideux, q'une parole d'espoir pouvait remonter le moral des troupes féminines prisonnières.

- A la première, je te répondrai de ne pas t'inquiéter, tout est prévu... Enfin, il y en a qui ont intérêts à ce que ce soit le cas, dis-je en dirigeant mon regard vers le Haut-Mage, toujours à terre. Et à la seconde... je dirais juste que c'est un endroit où nous serons en sécurité. Pas d'inquiétude à vous faire. répondit-il.

En sécurité ?! je voulais rire mais l'odeur des cachots ainsi que mon hypoglycémie et mes blessures, il s'effaça instentanément pour laisser place à une impassibilité à toute épreuve sous mes traits aquilins. Soudain fouillant dans son sac, le jeune homme nous apostropha d'un timbre militaire; Chouette, un guerrier, un vrai, pensai-je.

- Qui d'entre vous sait manier une arme ? dit-il sortant plusieurs sortes d'armes blanches.

Je levai la main timidement et lorsqu'il nous dit de nous servir je pris un sabre et une épée et fit passer le sac. Après avoir rendu le sac à mon prêteur temporaire de mes armes préférées, je remarquait que tout en lui me faisait penser à mes supérieurs au palais. Je secouai vivement le tête me réveillant, puis sentit quelque chose de sombre, de froid, qui n'était pas un alliée mais quelque chose d'inconnu. Tandis que je me mettais en garde mes sens vampyriques m'avertissant d'un danger mais voyant que les autre ne remarquait rien, me ravisait mais garder les armes hautes; l'homme de tête nous demanda si nous étions prêts et cria un "En av..." qu'il ne fini pas. Avait-il sentit quelque chose ? il regardait autour de lui nerveusement, alors je n'avais pas rêvée, il y avait réellement quelque chose là, pas loin qui nous savait évadés, qui se terrais attendant le moment opportun pour nous; comment dire, tuer.


- On est repérés. Quelqu'un à dû sonner l'alerte. On combat ou on fuit ?

Je faillit crier on combat, mais je me retenait regardant mes compères et m'accprderais ou non avec leurs réponses. Mais combattre en présence de Haut-Mages et où le meneur nous avaient formellement interdit d'utiliser la magie, je me disais quie fuir n'était pas si mal, je regardais tous les visages creusés par les dernières nouvelles d'Autremonde.

- Nous devons nous enfuir, tout ça ne me dit rien qui vaille, mais si vous voulez tous combattre, je me plierai à vos ordres. dis-je humblement en me mordant la lèvre. Il nous fallait un plan et plus vite que ça, "Il" préparait quelque chose pour tous nous foudroyer.réfléchis-je.
Je n'en pouvait plus, mon épaule ensanglantée s'était ré-infectée et mes membres étaient engourdies et parfois même il tressautait sous la pression des armes que je portais. Mais jamais, je n'avouerai que j'ai mal, je ne pouvais pas me montrer faible dans un moment crucial et j'avais affreusement besoin de combattre pour assouvir ma soif de vengeance.

____________________
Can you feel it pulsing through your veins, running like a mad men, looking for a game plan ? ♪



Spoiler:
 


Dernière édition par Galathea Naïbé Albiorix le Jeu 23 Déc - 10:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriam Aëndal
Professeur
Professeur
avatar

Nombre de messages : 399
Date d'inscription : 17/01/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Ven 26 Nov - 20:35

[Heu il faut peut-être attendre Mya nooon? ^^]

____________________


Lilouuuu regarde le spoiler! :3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mya H. Austin
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 450
Age : 20
Localisation : Omois
Date d'inscription : 02/02/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Ven 26 Nov - 20:51

[Ne m'attendais pas !! ^^ J'avais voulu poster et tout c'est effacée, je suis degoûté et pas le courage de refaire maintenant...]

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
00 1245 639
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 234
Age : 23
Race : Humaine
Date d'inscription : 21/06/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Ven 26 Nov - 23:32

Elles essayaient toujours de s'évader lorsqu'un homme rentra dans la prison et dit:
-Sinon on peut prendre les clés et ouvrir les cellules…Enfin c’est juste une proposition. Hello les amies ! Bien installées j’espère ? Je suis franchement navré de vous dire que votre séjour va être raccourci chez nos camarades les sangraves !

Enfin, ce n'était pas pour dire mais avec une Haut-mage parmis nous, ils fallaient s'attendre à être secouru rapidement. Je me levais et sortais lorsqu'il ouvrit la porte de ma cellule. La Haut-mage et l'homme était en trin de se disputé mais je ne pensais qu'à sortir d'ici en vitesse et ne les écoutais pas.
[color=orange]le avait terminé. Entre Tam et Mya, je vais finir par être sourd. La Résistance ne prend que ceux qui ont un caractère bien trempé. Edward, Tam, Mya... Pour l'instant, on ne manquait pas de ce genre de personne. Tandis qu'il continuait leur petite conversation, je m'appuyais contre le mur et les fixais sans les écouter. Un autre jeune homme parla et commença ensuite à chercher dans son sac pour en ressortir des armes. Cela devenait intéressant tout à coup.

- Qui d'entre vous sait manier une arme ?

Je ne prenais même pas la peine de lever la main et m'emparais de deux simples dagues. Rien que le fait de ne pas avoir toucher à ces bijoux pendant plusieurs jours m'avais manqué. Je levais ma robe et fourrais une des deux dagues dans la petite sacoche qui entourait le haut de ma cuisse. Je relachais le pan de ma robe et vit un thug s'approcher par derrière de notre armurier.

- Tout le monde est prêt ? En av...

Il n'avait pas finit sa phrase que déjà le garde gisait devant lui avec la gorge tranchée.

- On est repérés. Quelqu'un à dû sonner l'alerte. On combat ou on fuit ?

-On combat, répondis-je sur de moi.

L'action allait enfin pourvoir démarrer !


Dernière édition par Eléane Maudites le Sam 27 Nov - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriam Aëndal
Professeur
Professeur
avatar

Nombre de messages : 399
Date d'inscription : 17/01/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Sam 27 Nov - 10:16

Adriam


Alors que je pensais pouvoir sortir de cette prison, Tam leva la main et s’approcha de moi. Oulaaa…Je lui fis un grand sourire crispé, attendant d’ici quelques secondes ma mort prochaine. D’ailleurs, Xanth approuva.

Ohlalalalala, bouchez vous les oreilles dans dix, neuf...

Je jetai un bref regard vers le dragon, cherchant de l’aide. Même lui avait peur de Tam tam !

- Mon cher Adriam... Je suis si touchée par le fait que tu te sois dévoué pour venir nous sauver. C'est si courageux de ta part, si inespéré...

-Je sais, je m’étonne moi-même ! Fis-je, adorant provoquer jusqu’à l’extrême la Haut-Mage.

Cette dernière posa ses mains sur mon torse. Elle leva lentement les yeux sur moi, avec un sourire…Avant de me mettre au sol, en me hurlant dessus :

MAIS LA PROCHAINE FOIS, NE ME DÉRANGE PAS ALORS QUE JE SUIS A LA RECHERCHE DES FAMILIERS! Tu n'en loupes jamais une lorsque tu le peux! Et avant de courir partout, je sais que tu adores ça mais ce n'est pas une raison, il faut soigner les blessures des sortcelières et si tu me demandes comment je suis arrivée ici, je te promets que je t'étrangle. Des questions?

Comme elle l’avait fait, je levai la main, et toujours avec le sourire, lui répliquai :

-Tu sais que tu es vraiment craquante quand tu te mets en colère ? Tes hurlements m’ont manqué ma t’ite Tammie !

Je lui tapotai légèrement les mains, lui faisant signe de me lâcher maintenant.

- Heu oui....moi j'ai une question Dame. Comment allons nous faire pour sortir d'ici ? C’est déjà un miracle de ne pas s'être fait remarquer jusqu'à présent.... Et où irons nous une fois évader ?

Ce fut Xanth qui lui répondit.

A la première, je te répondrai de ne pas t'inquiéter, tout est prévu... Enfin, il y en a qui ont intérêts à ce que ce soit le cas, le dragon me lança un regard. Je le lui rendis avec un air innocent. Et à la seconde... je dirais juste que c'est un endroit où nous serons en sécurité. Pas d'inquiétude à vous faire.

Le vieux dragon s’empara de sa sacoche, et demanda aux prisonniers si certains savaient manier les armes. Bon nombre d’entre elles levèrent la main. Lorsque tout le monde fut équipé, nous nous apprêtâmes à partir.

Tout le monde est prêt ? En av...

Xanth s’arrêta aussitôt. Mauvaise nouvelle. Je me tendis brusquement, m’attendant à tout. Rondoudou revint vers nous, visiblement perturbé. Lui aussi sentait que quelque chose se tramait. Le dragon nous fit signe de ne pas bouger. Et voilà, les ennuis commençaient. Un Sombrus nous englobât, nous plongeant dans un noir profond. Le silence se fit, puis comme si quelque qu’un s’écroulait. Xanth réapparut quelques minutes plus tard, faisant retomber la tension.

- On est repérés. Quelqu'un à dû sonner l'alerte. On combat ou on fuit ?

-On combat.

- Nous devons nous enfuir, tout ça ne me dit rien qui vaille, mais si vous voulez tous combattre, je me plierai à vos ordres. Il nous fallait un plan et plus vite que ça, "Il" préparait quelque chose pour tous nous foudroyer.

Je me tournai vers Xanth et répliquai rapidement.

-Hors de question de combattre, à moins que certains ne veuille se retrouver à nouveau dans ces cellules. La plupart d’entre vous ne sont pas en état de combattre. Je fis un signe en direction d’une des jeune sortcelière, l’épaule ensanglantée et infectée.

Kelya et Edward s’étaient déjà battus et n’étaient pas au meilleur de leur forme. Même si ces adolescentes voulaient se venger, il ne fallait pas qu’elles se transforment en kamikazes non plus !

-N’oubliez pas non plus que vos familiers sont une cible facile. Ils vont s’en prendre à eux pour vous stopper. C’est une mission de sauvetage, pas d’attaque.

Je haussai les épaules et ajoutai :

-Mais enfin, si vous voulez vous comportez comme des héros en tuant quelques sangraves avant de vous transformez en tas de cendres…C’est vous qui voyez !

Je me tournai vers Tam, devenant terriblement sérieux.

- Commençons par le problème des familiers. Tam, tu as pu sentir où se trouvaient les familiers ? Une image, un souvenir de quoi que ce soit ? Une salle peut-être ?

Je me tournai vers Kelya et Edward.

-Pouvez vous faire un tour rapide de la prison? Voyez si des sangraves sont déjà là…Faites attention aux pièges ou embuscades. Xanth ? Ton avis sur les deux propositions ? Combattre ou fuir ? Nous n’avons pas beaucoup de temps.



-------------------------------------------
Kelya.

Les autres ne tardèrent pas à arriver. Adriam eut son petit moment de gloire, ce qui fit lever les yeux de Kelya vers le ciel. Cet Haut-Mage…Pourquoi Xanth l’avait-il emmené ?

-Edwarinouchet et Kelyanouchette ! Ca faisait longtemps ! Venez que je vous embra…

Edward lui lança un regard noir, faisant rire Kelya. Finalement, son humour pouvait être distrayant.

-Non finalement cela attendra.

Sage décision. Le semi-vampyre fit un grand sourire carnassier.

-Tout le monde est là ? Très bien nous n’avons pas beaucoup de temps avant que tout ne saute ! On évite les bagarres qui pourraient nous retarder et on fonce ! Nos chers Xanth et Mya vont nous montrer le chemin, et Kelya et Edwarinouchet fermeront la marche ! Des questiooons ?

La jeune femme soupira. Ils n’avaient pas le temps de parler. Les sangraves allaient rappliquer rapidement. Autant profiter de l’effet de surprise pour s’échapper. L’adolescent sentit alors la main froide de son bien-aimé. Un sourire s’épanouit sur ses lèvres et elle s’appuya contre le torse d’Edward.

-Ma douce, je t'assure qu'une fois que tu auras assouvi ta vengeance, que je t'aurais aidée à punir tous ceux qui t'ont blessée... Tu me devras une faveur. Plus de coups tordus et suicidaires comme ça avant quelques années ? Je vais finir par mourir d'un infarctus...

Kelya baissa la tête, resta quelques instants silencieuse. Le demi-vampyre la serra un peu plus fort. La jeune guerrière vit Tam s’acharner sur Adriam qui semblait aimer la situation en continuant de la provoquer. Une des prisonnières demanda comment sortir d’ici, et pour aller où. Xanth lui répondit que tout était planifié.
Oui…Plus ou moins. Enfin, après avoir équipé tout le monde en armes, ils purent enfin partir. Mais c’était sans compter sur les problèmes. Xanth s’arrêta aussitôt. Le début des emm***es. Le dragon s’éclipsa un instant, avant de revenir pour dire que l’alerte avait été sonnée. Un choix s’imposa alors.
Combattre ou fuir ?

Kelya était tentée de choisir la première option. Mais tout cela n’entraînerait que la mort de nombreux résistants, et la sienne. Non, la vengeance est un repas qui se mange froid. Il fallait attendre le moment opportun. Pour l’instant, ils étaient en désavantage. Une des sortcelière demanda à combattre. Et une suicidaire, une !

-Hors de question de combattre, à moins que certains ne veuille se retrouver à nouveau dans ces cellules. La plupart d’entre vous ne sont pas en état de combattre. Fis Adriam en désignant l’une des blessées. N’oubliez pas non plus que vos familiers sont une cible facile. Ils vont s’en prendre à eux pour vous stopper. C’est une mission de sauvetage, pas d’attaque. Mais enfin, si vous voulez vous comportez comme des héros en tuant quelques sangraves avant de vous transformez en tas de cendres…C’est vous qui voyez !

Le Haut-Mage parla alors du sujet épineux des familiers. En effet, ils ne savaient où ces derniers se trouvaient. Il demanda à Tam si elle avait une quelconque idée. Ce fut à ce moment-là que le sortcelier se tourna vers les deux renegats.

- Pouvez-vous faire un tour rapide de la prison ? Voyez si des sangraves sont déjà là…Faites attention aux pièges ou embuscades. Xanth ? Ton avis sur les deux propositions ? Combattre ou fuir ? Nous n’avons pas beaucoup de temps.

Kelya hocha de la tête, et emmena par la main Edward vers le fond de la prison. Rien pour l’instant ici. L’adolescente se tourna vers le demi-vampyre, plongea son regard dans le sien, puis après de brèves hésitations, lâcha :

-Je te promets que j’arrêterais dès l’empire sera libéré de Magister. Nous pourrons revenir à Hymlia, reprendre notre vie d’avant. Peut-être que même nous ne serons plus jugés comme des parias après avoir aidé la résistance ! Enfin je l’espère…

L’ex-agent d’Omois posa un baiser sur les lèvres de son bien-aimé, puis fit demi-tour, à la recherche de quelconque sangraves. Ils passèrent devant les résistants, pour se diriger vers la porte principale. Des restes de sangraves jonchaient le sol. L’adolescente brune détourna le regard, se concentra vers la porte.

-Edward, aide-moi à barricader la porte.

Kelya s’empara d’un banc et le bloqua contre la porte. Quelque chose n’allait pas…mais quoi ? Les deux renegats mirent une table contre l’ouverture et une chaise. Pourtant, aucun homme masqué ne tentait de la forcer.
Les deux Hors-la-loi revinrent vers le groupe.

-Rien pour l’instant à l’arrière. Nous avons barricadé la porte d’entrée. Reste à voir si elle ne va pas être forcée…Cela m’étonne que ne le soit pas à cette heure-ci. Qu’est-ce que font les sangraves ?

____________________


Lilouuuu regarde le spoiler! :3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Sam 27 Nov - 15:28

J’essayaistoujours de trouver comment s’échapper quand une voix retentit, ironique :

-Sinon on peut prendreles clés et ouvrir les cellules…Enfin c’est juste une proposition. Hello lesamies ! Bien installées j’espère ? Je suis franchement navré de vous dire quevotre séjour va être raccourci chez nos camarades les sangraves !

Un homme venaitd’entrer dans la cellule. Éberluée, je ne répondis rien, me contentant de fixerl’arrivant. Perplexe, je le regardai se disputer avec la Haute-Mage, tandisqu’un autre homme fouilla dans son sac et demanda:

-Qui d'entre vous saitmanier une arme ?

Plusieurs filles levèrent la main et se précipitèrent.Toujours incapable d’articuler la moindre syllabe tant j’étais stupéfaite, jeme contentai de dégainer mes bracelets-dagues, je n’avais pas besoin qu’on meprête d’arme.

-Tout le monde est prêt ?En av...

Notre armurier n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’unthug se dressa derrière lui. Il dut s’en apercevoir car avant que j’ai pu luivenir en aide, le thug gisait déjà à terre, mort.
Il enchaîna, pressé :

-On est repérés.Quelqu'un à dû sonner l'alerte. On combat ou on fuit ?

A nouveau capable de parler, je suggérai,enthousiaste :

- On combat !

La plupart des prisonnières eurent la même réaction que moi,mais le haut-mage, qui avait cessé de se disputer avec la haute-mage nepartageait visiblement pas notre avis :

-Hors de question de combattre, à moins que certainsne veuille se retrouver à nouveau dans ces cellules. La plupart d’entre vous nesont pas en état de combattre. Je fis un signe en direction d’une des jeunesortcelière, l’épaule ensanglantée et infectée. N’oubliez pas nonplus que vos familiers sont une cible facile. Ils vont s’en prendre à eux pourvous stopper. C’est une mission de sauvetage, pas d’attaque. Mais enfin, sivous voulez vous comportez comme des héros en tuant quelques sangraves avant devous transformez en tas de cendres…C’est vous qui voyez !

Je devais admettre qu’il avaitraison, je savais pertinemment que combattre ne servirait à rien, même si celane me plaisait pas du tout. Je me demandai si Brise avait été capturée commeles autres familiers : Je crois bien qu’avant de perdre connaissance, je l’avaisvu s’enfuir ; mais mes souvenirs étaient trop confus.

Le haut-mage se tourna vers sa collègue :

- Commençons par le problème des familiers. Tam, tu aspu sentir où se trouvaient les familiers ? Une image, un souvenir de quoi quece soit ? Une salle peut-être ?


Il continua, à l’intention cette fois de l’homme qui nousavait fourni des armes et de la femme qui l’accompagnait :

-Pouvez vous faire un tour rapide de la prison? Voyezsi des sangraves sont déjà là…Faites attention aux pièges ou embuscades. Xanth? Ton avis sur les deux propositions ? Combattre ou fuir ? Nous n’avons pasbeaucoup de temps.

Ils s’affairèrent à barricader la porte, je frissonnai :pendant un instant, je m’étais sentie libre, et voilà qu’on s’enfermait ànouveau. Le couple revint vers nous et la fille prit la parole :
-Rien pour l’instant à l’arrière. Nous avons barricadéla porte d’entrée. Reste à voir si elle ne va pas être forcée…Cela m’étonne quene le soit pas à cette heure-ci. Qu’est-ce que font les sangraves ?
Revenir en haut Aller en bas
Murmure / Selena
Créature
Créature
avatar

Féminin Nombre de messages : 463
Amour : Ils sont tous les deux en OutreMonde...
Date d'inscription : 12/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Sam 27 Nov - 17:56

- Qui d'entre vous sait manier une arme ?
Je m'emparais d'un poignard argenté qui luisait dans un rayon de lumière.
L'idée de me battre ne m'enchantait pas, mais si un autre sangrave posait ses salles pattes sur moi, j'étais prette à dégainer.
-Tout le monde est prêt ?En av...
Mais soudain un voile noir nous entoura, tel un brouillard maléfique. Des bruits m'informèrent qu'un homme était tombé à terre.
-On est repérés.Quelqu'un à dû sonner l'alerte. On combat ou on fuit ?
Ok, super plan, on a deux solutions : soit mourir dignement, soit vivre en fuyant.
Ou fuir pour combattre plus tard...
J'avisais les blessures de chacuns. Nous n'étions pas de taille, il fallait se rendre à l'évidence, nous étions dans un nid de sangraves. Combattre serait suicidaire.
-Hors de question de combattre, à moins que certainsne veuille se retrouver à nouveau dans ces cellules. La plupart d’entre vous nesont pas en état de combattre. Je fis un signe en direction d’une des jeunesortcelière, l’épaule ensanglantée et infectée. N’oubliez pas nonplus que vos familiers sont une cible facile. Ils vont s’en prendre à eux pourvous stopper. C’est une mission de sauvetage, pas d’attaque. Mais enfin, sivous voulez vous comportez comme des héros en tuant quelques sangraves avant devous transformez en tas de cendres…C’est vous qui voyez !
Ah ah, qu'est ce que je disais ?
Je serrais un peu plus ma nouvelle arme contre mon coeur. sait on jamais.
-Rien pour l’instant à l’arrière. Nous avons barricadé la porte d’entrée. Reste à voir si elle ne va pas être forcée…Cela m’étonne quene le soit pas à cette heure-ci. Qu’est-ce que font les sangraves ?
- A mon avi, ils on dû trouver le passage avec lequel vous êtes arrivés ici. Si nous l'empruntons, nous sommes piégés !
Voir morts.
En effet, des voix me parvenaient, plus proches encore que les bruits que j'entendais derrière la porte. Par Demidirus que faisaient ces satanés gris ?
- Avons nous un autre passage ? je propose de passer simplement par la porte.

____________________


Avant, les gens pouvaient mourir sans avoir d'idéaux. Aujourd'hui, les gens qui ont des idéaux ne veulent même plus mourir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Mar 30 Nov - 23:12

La majorité des prisonnières semblaient d'attaque pour combattre, et chacune d'entre elle avait son arme, voir ses armes dans les mains. Notamment les plus jeunes. Elles étaient enthousiastes à l'idée de tuer des Sangraves, c'était bien. Mais avaient-elles la moindre idée de ce qui pouvait les attendre de l'autre côté de cette porte ? Qu'une mort certaine les attendait peut-être dnas les instants qui allaient suivre ? C'était loin d'être un jeu, et si mourir pour la liberté est quelque chose de louable, c'est assez inutile en soi. Adriam était d'accord.

-Hors de question de combattre, à moins que certainsne veuille se retrouver à nouveau dans ces cellules. La plupart d’entre vous ne sont pas en état de combattre. N’oubliez pas non plus que vos familiers sont une cible facile. Ils vont s’en prendre à eux pour vous stopper. C’est une mission de sauvetage, pas d’attaque. Mais enfin, si vous voulez vous comportez comme des héros en tuant quelques sangraves avant de vous transformez en tas de cendres…C’est vous qui voyez !

Mince, j'avais complètement oublié les familiers ! Ah, quelle poisse. Après avoir interrogé Tam sur l'emplacement de ces derniers, le Haut-Mage se tourna vers moi et les deux hors-la-loi.

-Pouvez vous faire un tour rapide de la prison? Voyez si des sangraves sont déjà là…Faites attention aux pièges ou embuscades. Xanth ? Ton avis sur les deux propositions ? Combattre ou fuir ? Nous n’avons pas beaucoup de temps.

- Je n'en sais rien. Je n'en sait fichtrement rien... dis-je avec une voix rauque.

Kelya et Edward revinrent vers nous.

-Rien pour l’instant à l’arrière. Nous avons barricadé la porte d’entrée. Reste à voir si elle ne va pas être forcée…Cela m’étonne que ne le soit pas à cette heure-ci. Qu’est-ce que font les sangraves ?

Je expirais un grand coup par le nez. C'était louche, en effet. Les gris manigançaient surement quelque chose. Et c'était vraiment, vraiment inquiétant. Rester ici diminuait vraiment nos chances de survie de seconde en seconde. Mais sortir sans savoir ce qui nous attendait était à la limite du suicide.

Je faisais l'inventaire de la situation. Nous étions là, un douzaine de résistants, tous fugitifs excepté moi, certains pas encore adultes, d'autres blessés, avec impossibilité d'utiliser la magie dans cet endroit. Traduction, si bataille il y avait, c'était à l'arme blanche. Dire qui si la magie était présente, j'aurais pu me transformer, et c'était réglé. Mais la poisse était décidemment très coriace, ce jour là. Galère parmi les galères. Une jeune fille pris soudain la parole alors que je faisais les cents pas, le cerveau en ébullition, de plus en plus énervé.

- A mon avis, ils ont dû trouver le passage avec lequel vous êtes arrivés ici. Si nous l'empruntons, nous sommes piégés !

Sans dire un mot, je sortais un boitier de ma poche, en forme de télécommande avec un seul bouton, et appuyait sur celui-ci. Des bruits sourds et retentissants se fire entendre dans le tunnel derrière la statue.

- Problême réglé. D'autres questions ?

- Avons nous un autre passage ? Je propose de passer simplement par la porte.

- Par la porte ? C'est silencieux, mais si il n'y a pas une cinquantaine de gardes derrières, je veux bien...

Je nageais tellement en plein stress que je n'arrivais plus à finir mes phrases, et je réfléchissais de moins en moins bien. J'annonçais finalement :

- Tam, la décision t'appartient. Mais si nous sortons, je veux ouvrir la porte d'abord, histoire de vérifier qu'il n'y a pas de problême.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tam Galadrill
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 1983
Age : 27
Localisation : Mentalir
Amour : Platine
Race : Humaine au service d'Omois
Date d'inscription : 19/08/2008

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Mer 1 Déc - 0:03

-Tu sais que tu es vraiment craquante quand tu te mets en colère ? Tes hurlements m’ont manqué ma t’ite Tammie ! me répondit calmement Adriam en me tapotant les mains.

- J'espère bien! répliquai-je avant de le laisser se relever.

- Heu oui....moi j'ai une question Dame. Comment allons nous faire pour sortir d'ici ? C’est déjà un miracle de ne pas s'être fait remarquer jusqu'à présent.... Et où irons nous une fois évader ? demanda une jeune fille.

- A la première, je te répondrai de ne pas t'inquiéter, tout est prévu... Enfin, il y en a qui ont intérêts à ce que ce soit le cas. Et à la seconde... je dirais juste que c'est un endroit où nous serons en sécurité. Pas d'inquiétude à vous faire, répondit Xanth

J'acquiesçai d'un signe de tête. Cela allait en faire du monde en plus! Xanth s'occupa de tous nous équiper en armes. Je m'emparai d'une épée mais déjà regrettait ma lame préférée. Si j'en avais l'occasion il faudrait que je récupère mes affaires.

- Tout le monde est prêt ? demanda Xanth. En av...
Aussitôt nous fumes tous plongés dans l'obscurité... Génial. L'espace d'un infime instant j'avais vraiment cru que nous pourrions au moins sortir de la prison tranquillement. Et ben non.

- On est repérés. Quelqu'un à dû sonner l'alerte. On combat ou on fuit ?

- On combat

- Nous devons nous enfuir, tout ça ne me dit rien qui vaille, mais si vous voulez tous combattre, je me plierai à vos ordres. Il nous fallait un plan et plus vite que ça, "Il" préparait quelque chose pour tous nous foudroyer.

-Hors de question de combattre, à moins que certains ne veuille se retrouver à nouveau dans ces cellules. La plupart d’entre vous ne sont pas en état de combattre.

- Si vous vouliez bien arrêter de papoter, on pourrait éventuellement dissimuler nos positions. Bande d'idiots! murmurai-je excédée.

Adriam avait raison bien sûr. il n'était pas question de combattre mais se faire empaller parce qu'on faisait trop de bruit non plus! D'autant plus que le nombre de blessés dans nos rangs n'était pas à négliger. Il y eut un bruit de chute et Xanth réapparut en meme temps que disparut le sombrus. Bien.

- Commençons par le problème des familiers. Tam, tu as pu sentir où se trouvaient les familiers ? Une image, un souvenir de quoi que ce soit ? Une salle peut-être ?

- Je vais réessayer. Ne me dérange pas cette fois, chuchotai-je. Couvre-moi pendant ce temps.

Je fermais les yeux, prête à me concentrer de nouveau. Il me fut plus simple de retrouver la salle que j'avais perdue quelques minutes plus tôt. La façade nord me fit de nouveau face alors que je me trouvais devant l'une des fenêtres. Bon j'avais retrouvé la salle, maintenant il fallait que je la situe et dans un palai comme celui d'Omois, j'étais mal barrée.
Délaissant avec un pincement au coeur les gémissements des familiers, je passais la tête à travers la fenêtre. Nous nous trouvions dans le plus haut des étages, juste en dessous des combles et donc dans la partie est du chateau. La prison se trouvait elle dans la partie... sud. Mouais ça aurait pu être pire mais cela ne m'aidait toujours pas. A loin j'entendais l'écho des voix des autres prisonniers. Je ne saississais pas de quoi ils parlaient mais peu qu'importe. Je laissais mon esprit remonter à la surface et fut interrompue par Xanth:

- Tam, la décision t'appartient. Mais si nous sortons, je veux ouvrir la porte d'abord, histoire de vérifier qu'il n'y a pas de problême.

- Hein de quoi est-ce que vous parliez?

La tache vient de se réveiller... Je jetais un regard à la porte dont semblait parler Xanth. Mmm il m'avait bien semblé avoir entendu parlé de passage. Surement celui d'où venaient Adriam et Xanth.

- La question n'ets pas là pour le moment. J'ai besoin de savoir si l'un d'entre vous connait bien la partie est du chateau? Il existe une salle juste en dessous des combles, tapissées de rouge et d'or où les familiers sont emprisonnés. Est-ce que quelqu'un sait qu'est-ce que c'est que cette salle et surtout où elle se trouve.
Je targuais tout le monde du regard priant pour que ma description fasse tilt dans un de ces esprits.

- Mais à vrai dire... Pour qu'il y ait le plus de personne qui puisse s'échapper, je pense que seuls deux ou trois personnes devraient partir à la recherche des familiers. Nous ne passerons jamais inaperçus si nous sommes ensemble déjà que nos chances de s'en sortir sont minces. Nous devons nous séparer en deux groupes. Les personnes blessées repartiront obligatoirement vers le campement, les autres je vous laisse décider.





____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lirina.forumactif.org
Galathea//Fafnir
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 21
Localisation : J'ai encore loupé une occasion de me taire ><
Amour : Love, love, love what is it good for ? Absolutely Nothing
Race : Hybride//Naine
Date d'inscription : 11/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Mer 1 Déc - 17:32

Je tenais fermement les épées dans mes mains et me préparais à un possible assaut sangrave. Finalement lorsque mon ventre cria famine, un peu trop à mon goût, je rengainai une épée et lui ordonnait de se taire en le tappant. Que voulez-vous, sortir de prison avant même le repas, on aurait pu l'attendre ! Moi et manger c'est égal à quelque chose de sacré; rater un repas était un blasphème dans mon quotidien.
Mais revenons à la prison, attendre le repas, je dérapais ou quoi ?! Et puis quoi encore ? il fallait s'enfuir le plus vite possible après avoir récupérés nos familiers. A ce moment la Haute-Mage Tam se remit en quête de nos familiers. Elle se concentra, et je la vis fixer la porte en face de nous. en réponse à notre armurier-sauveur, elle répondit :

- La question n'ets pas là pour le moment. J'ai besoin de savoir si l'un d'entre vous connait bien la partie est du chateau? Il existe une salle juste en dessous des combles, tapissées de rouge et d'or où les familiers sont emprisonnés. Est-ce que quelqu'un sait qu'est-ce que c'est que cette salle et surtout où elle se trouve.

Une salle rouge et or, logique pour le palais d'Omois mais cette pièce ne me disait franchement rien. En dessous des combles, en dessous des combles... me répétais-je intérieurement. Des combles ? J'y étais allée une fois une fois, en guise de réponse mon ventre gargouilla de plus belle. Nerveusement, je me tapais débilement mon ventre. Qu'est-ce que je devais avoir l'air complétement idiote mais tant pis. Puis comme un éclair qui déchire le ciel, la douleur fulgura dans mon épaule et je repris mon poignard ensanglantée qui était dans son holster sur ma cuisse. J'entrepris de re-désinfecter ma plaie mais à ce rythme-là je risquais de me vider de mon sang. A cette pensée, un faible sourire s'étira sur mes lèvres. Le sang goutta sur le sol, bon d'accord niveau discrétion j'étais pas encore au point mais que voulez-vous. Bientôt mon sang formait un petite flaque à mes pieds et avait éclaboussé mes nikes blanches, la prochaine fois que je dois me battre, je mettrais des baskets noires; celles-là étaient maintenant foutues.
Je jurais intérieurement, ces gris n'amenaient rien de bon et ça n'allait pas en s'améliorant. Je trifouillais ma plaie avec mon poignard pour la désinfecter entièrement écoutant ce que les autres disaient mais le glougloutement de mon sang me coupa quelque phrases. La flaque s'agrandissait à vue d'oeil et lorsque je tirais séchement le poignard de ma plaie un petit "Pop" s'échappa de ma blessure. en rangeant le poignard après l'avoir secoué, je remarquait que j'avais une bande dans mon holster. Je m'entourait rapidement l'épaule et la bande se colora d'écarlate presque immediatement mais au moins ça ne s'infecterait plus. Je fouillait dans ma poche et vit qu'il ne m'avait pas pris mon pot de vitamines. Enfin on pourrais croire d'après le pot que c'était des vitamines mais dedans j'y avais mélangé des vitamines et des médicaments qui permettaient d'altérer la douleur et de fournir des globules rouges pour reformer légèrement la peau.



- Mais à vrai dire... Pour qu'il y ait le plus de personne qui puisse s'échapper, je pense que seuls deux ou trois personnes devraient partir à la recherche des familiers. Nous ne passerons jamais inaperçus si nous sommes ensemble déjà que nos chances de s'en sortir sont minces. Nous devons nous séparer en deux groupes. Les personnes blessées repartiront obligatoirement vers le campement, les autres je vous laisse décider.

Les blessés obligatoirement vers le campement, je me sentais concernée mais je me devais, non je voulais aller chercher les familiers et reprendre mes armes à tout prix, même au prix de ma vie, je devais les récupérer. Cette épée est le seul souvenir de ma mère et l'arc de Penthésilée ma grand-mère. Jamais je ne laisserais mes biens dans les mains des Gris. Et puis il me semblait qu'un voix me disait d'y aller. Je me campais sur mes pieds épuisés, je pris une vitamine et inspirait un bon coup.

- Je viens obligatoirement, je sais me repérer dans le palais et les sangraves ont pris mes biens les plus précieux. dis-je rapidement sans contrôler le débit de ma voix extrémement rapide.

Ma respiration se faisait plus rapide, plus irrégulière, je faisais de l'hyperventilation. Eh bien, les prisons ne me réussissais pas, je me forçais à calmer ma respiration pour ne pas leur montrer ni ma fatigue ni ma douleur et puis en plus de ça il y avait quelque chose d'autre une aura douce de Kalornas qui me montait aux narines. Je respirais cette odeur sucrée avec mes papilles gustatives qui ne demandaient que ça et mon ventre se remit à chanter à tue-tête. Cette fois-ci, je le fis taire d'un bon coup avec la garde de l'épée.

[ c'est un peu long mais j'èspère que vous ne vous ennuyerez pas à lire =D]

____________________
Can you feel it pulsing through your veins, running like a mad men, looking for a game plan ? ♪



Spoiler:
 


Dernière édition par Galathea Naïbé Albiorix le Jeu 2 Déc - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Mer 1 Déc - 21:36

Je commençais à trouver le temps long, perché sur mon lustre, à attendre qu'une bande de résistant tombe dans mon piège. Les yeux fermés, je me laissai bercé par le lent balancement du lustre, en essayant d'écouter ce qui se disait dans les cachots. Apparemment, ils avaient l'intention de se séparer pour récupérer leur familier. Plan stupide. Dans une telle situation, se séparer était la dernière chose à faire.
Je savais maintenant que leur groupe contenait des vampyrs, deux hauts mages, et un autre guerrier accompli, plus les prisonniers libérés. Bref, trop nombreux et trop puissant pour que je m'en occupe seul. Une fois mon piège déclenché, j'avais l'intention de quitter le combat, et laisser les gardes et mes frères sangraves se charger du reste.
Profitant du laps de temps qui m'était offert, je laissai dériver mes pensées vers d'autres souci plus personnel.
Retroussant mes manches, j'examinai les glyphes que je portai aux bras. Le seul héritage de mon père, un serment qui me liait à un homme dont je ne connaissais rien, qui ignorait lui même mon existence.
Déjà 2 ans que je me battais pour lui, et qu'elle avait été ma récompense ? Un cercle rouge sur ma poitrine.
Bien sur, à 16 ans, j'étais trop jeune pour espérer monter en grade, mais le pouvoir ne m'intéressait pas. La richesse alors ? Je n'en avais que faire. Alors pourquoi me battais je pour lui ? Je n'en avais aucune idée.
Sans doute ne serais je pas devenue sangrave sans mon père. Cette vérité me frappa de plein fouet. Si mon père ne m'avait pas obligé à donner ma parole, je ne serais pas un sangrave aujourd'hui !
Je serais devenue un adolescent insouciant, uniquement préoccupé par ma petite amie et ma virilité naissante. Au lieu de ça, je tuais des innocents, et préparais l'avénement des démons.
Soupirant, je raffermis ma prise sur la chaine et me concentrai sur la situation présente. Mais qu'est ce qu'ils faisaient ?
Revenir en haut Aller en bas
Edward//Naru
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Féminin Nombre de messages : 2056
Age : 22
Localisation : Là où tu me trouveras , c'est là où je voulais que tu me trouves
Amour : Naru: Legolas // Edward: Kelya
Race : Naru :humaine // Edward:demi-vampyr
Date d'inscription : 02/08/2008

Chronique
Points de vie:
51/70  (51/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Sam 4 Déc - 21:35

-Je te promets que j’arrêterais dès l’empire sera libéré de Magister. Nous pourrons revenir à Hymlia, reprendre notre vie d’avant. Peut-être que même nous ne serons plus jugés comme des parias après avoir aidé la résistance ! Enfin je l’espère…

Edward fronça les sourcils. Etait-elle sérieuse, lui disait-elle cela sincèrement ? En fait, il n'y croyait pas une seconde. Dès que l'empire serait libéré de Magister, elle allait trouver un autre prétexte pour retourner dans l'action. Cette fille était plus énergique à elle seule qu'un groupe de Chatrix en colère... sauf qu'elle avait beaucoup moins d'endurance. Un de ces quatre, elle allait finir en miette. Il aurait été difficile à Edward de froncer encore plus les sourcils... pourtant il se laissa embrasser doucement par celle qui l'aimait et resta silencieux, encore.
Kelya le menait pas la main, et il fouillait du regard tous les coins sombres de la prison. Ses yeux perçants d'un rouge malsains ne percevaient pourtant rien, rien de suspect. Pour des sangraves, le groupe des méchants se ramollissaient. Après tout, il avait fais parti des méchants, à l'époque... et ils savaient à quel point ils pouvaient être malicieux. Cet endroit devait être rempli de pièges, ou alors ils étaient espionnés de tous les côtés sans le savoir. Tout en aidant à barricader la porte, cette idée ne fit que creuser que quelques sillons de rides inquiètes sur son visage. Que faisaient les sangraves ? Où étaient-ils ? En temps normal, ils seraient déjà en train de leur lancer une attaque frontale... non qu'ils soient capables de leur résister, cela valait mieux que cette attente. C'était mauvais signe. Kelya et lui retournèrent vers le groupe qui continuaient de débattre bruyamment. Ah, ne savaient-ils donc pas chuchoter ? Edward lança de nouveaux regards inquiets autour de lui. Vu de l'extérieur, il devait ressembler à une boule de nerfs sur le point d'éclater... oh, quoi que l'intérieur n'était pas loin.

-Rien pour l’instant à l’arrière. Nous avons barricadé la porte d’entrée. Reste à voir si elle ne va pas être forcée…Cela m’étonne que ne le soit pas à cette heure-ci. Qu’est-ce que font les sangraves ?

Ah, il n'était tout de même pas le seul à s'inquiéter de l'absence des ennemis ! Une évasion sans geolier, n'en est plus une, après tout...
Le vampyr ne pouvait s'empêcher de jeter des regards suspicieux à tout ce qui bougeait.. ou ne bougeait pas, d'ailleurs. Pourtant il se força à suivre la conversation de plus près... Les familiers, n'est-ce pas ? Hum, bien sûr. On ne peut pas laisser les animaux derrière, sinon la moitié du campement aller succomber. Il ne connaissait pas le lien qui pouvait unir un sortcelier à son familier : on l'avait privé de ses pouvoirs bien avant qu'il puisse trouver le sien ou comprendre comment ceux-ci fonctionnaient. Bref, peut-être que sa magie reviendrait un jour.. mais ce n'était pas la question du moment.
Puis débuta la véritable action : ils étaient repérés. Quand même, c'était pas trop tôt... mais toujours pas d'attaques frontales ! Comment ? Pourquoi ? Que faisaient-ils ? Edward était de plus en plus agité et serrait la main de sa dulcinée pour lui faire passer le message. Si dans dix minutes la décision n'était pas prise, il attrapait Kelya de gré ou de force et la faisait sortir de là. Ah bas la révolution, les sangraves, tout ça, lui il voulait seulement retourner dans sa petite maison à Hymlia et vivre tranquille ! Bon sang, toute sa vie n'avait été qu'un amas de morts, de tortures, d'ennuis... était-ce trop de demander une retraite anticipée ? Mais non, il fallait que les sangraves envahissent le monde. L'intervention de Tam concernant le silence le calma un peu, peut-être que s'ils faisaient moins de bruits, il se sentirait mieux...

- Tam, la décision t'appartient. Mais si nous sortons, je veux ouvrir la porte d'abord, histoire de vérifier qu'il n'y a pas de problême.

Edward regarda longuement la porte... Elle ne lui disait rien qui vaille. Non non, il ne fallait pas l'ouvrir. Il avait un mauvais pressentiment. Mais après tout, qui était-il pour choisir ? Lui, il obéissait, pour l'instant. Tam sortit alors de son coma artificiel avant de retourner encore le débat dans un autre sens.. oui, encore :

- La question n'ets pas là pour le moment. J'ai besoin de savoir si l'un d'entre vous connait bien la partie est du chateau? Il existe une salle juste en dessous des combles, tapissées de rouge et d'or où les familiers sont emprisonnés. Est-ce que quelqu'un sait qu'est-ce que c'est que cette salle et surtout où elle se trouve.

Non. C'était clair pour lui : il avait du vivre quelques mois dans le palais d'Omois avant qu'on ne l'expulse pour ... pour raison diplomatique. Un vampyr buveur de sang humain dans le palais, ça, ce n'était pas diplomatique. Mais le garçon fixait Kelya qui semblait chercher dans ses souvenirs... Allait-elle trouver ? Pitié, faites que non ! Tout mais pas ça...

- Mais à vrai dire... Pour qu'il y ait le plus de personne qui puisse s'échapper, je pense que seuls deux ou trois personnes devraient partir à la recherche des familiers. Nous ne passerons jamais inaperçus si nous sommes ensemble déjà que nos chances de s'en sortir sont minces. Nous devons nous séparer en deux groupes. Les personnes blessées repartiront obligatoirement vers le campement, les autres je vous laisse décider.

Oui ! Enfin, une bonne nouvelle. Edward se redressa et sourit, d'un vrai sourire. Un moyen de partir sans passer pour un traitre, qui se fou éperdument de la réussite d'Omois. Euh, non, c'était faux : les sangraves ne devaient pas réussir. Mais on en était pas là. Une jeune fille intervint, voulant participer au sauvetage des familiers. C'est ça, bande de suicidaires.

- Je me porte garant du groupe pour retourner au camp. De toute façon, le groupe de sauvetage ne doit pas être très grand, ni Kelya ni moi n'avons de familiers emprisonnés, et je me sentirai plus utile à protéger qu'à chercher. S'il y a une chose que je connais bien dans le château d'Omois, c'est les meilleurs passages pour s'enfuir...

Un gout amer qui lui restait dans la gorge. Le nombre de fois où il s'était retrouvé ici pour sauver Kelya... que cela soit d'un interrogatoire, d'une condamnation ou autre. Il serra la jeune fille contre lui, et sentit qu'elle était crispée. Ah.. il ne lui avait pas demandé son avis. De plus, il n'avait pas réellement enregistré l'emplacement du camp.. Kelya, si. Elle avait plus travailler avec Adriam que lui. Après tout, s'il est contre l'idée d'aller sauver tout le monde, il n'allait pas suivre le détail des plans. Se penchant sur l'oreille de la jeune fille, il murmura :

- Désolé, je sais que tu aurais certainement aimé aider pour les familiers mais... Kelya, regarde le nombre de blessés. Combien seront capables de se battre si le groupe se fait attaquer ? On est fatigués, mais pas épuisés et inutiles. Ils auront besoin de nous pour sortir d'ici.

Maintenant, il n'avait plus qu'à croiser les doigts pour que la jeune fille ne proteste pas... et ne parte pas avec l'autre groupe. Des regards pesés sur lui, et ils entendaient de vagues commentaires derrière son dos. On n'avait pas confiance en lui... quoi de plus étonnant pour un vampyr buveur de sang ? S'ils venaient à apprendre qu'il avait fait parti des sangraves, qu'ils étaient tous les deux hors-la-loi, s'en était fini de sa crédibilité. Super.

____________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Sam 4 Déc - 23:01

- La question n'ets pas là pour le moment. J'ai besoin de savoir si l'un d'entre vous connait bien la partie est du chateau? Il existe une salle juste en dessous des combles, tapissées de rouge et d'or où les familiers sont emprisonnés. Est-ce que quelqu'un sait qu'est-ce que c'est que cette salle et surtout où elle se trouve.

Je hochais la tête négativement. Omois, le palais, les rues, je ne connaissais rien de tout cela. Ma vie, je l'avais passé au Dranvouglispenchir et dans les Limbes démoniaques, et à part quelques vacances au Mentalir, je ne venais quasimment jamais sur Autremonde, ces derniers jours étant une exception très compréhensible.

- Mais à vrai dire... Pour qu'il y ait le plus de personne qui puisse s'échapper, je pense que seuls deux ou trois personnes devraient partir à la recherche des familiers. Nous ne passerons jamais inaperçus si nous sommes ensemble déjà que nos chances de s'en sortir sont minces. Nous devons nous séparer en deux groupes. Les personnes blessées repartiront obligatoirement vers le campement, les autres je vous laisse décider.

Oui, très bonne idée. Le seul problême, c'était que la majorité des prisonnières ici présentes n'avait sans doute qu'une seule envie, entrer dans le feu de l'action le plus rapidement possible. Déjà, une jeune fille, pourtant blessée à l'épaule, affirmait qu'elle devait venir. Il fallait les couper dans leur élan, sinon on allait avoir du mal à leur faire changer d'avis.

- Attendez, attendez ! Je sais que vous êtes tous enthousiastes et c'est très bien, mais tout le monde ne peut pas venir ! Vous êtes blessées, vous partez. Dites nous simplement ce que vous voulez, on vous le ramènera.

Là, en disant ça, je me doutais que je ne venais pas de me faire que des amies dans le groupe. Mais c'était nécessaire.

- Je me porte garant du groupe pour retourner au camp. De toute façon, le groupe de sauvetage ne doit pas être très grand, ni Kelya ni moi n'avons de familiers emprisonnés, et je me sentirai plus utile à protéger qu'à chercher. S'il y a une chose que je connais bien dans le château d'Omois, c'est les meilleurs passages pour s'enfuir...

Tiens ? Il m'étonnait, le Edward. Lui que je voyais plus comme étant un battant, quelqu'un qui allait directement à l'assaut, je m'étais finalement fourvoyé. Comme quoi, on croit connaitre quelqu'un en ne l'ayant vu que peu de temps, mais en fait on se trompe. Et là, je sentait que ce vampyr n'avait pas révèlé le millième de lui même. A surveiller, donc.

- Bon, et bien dans ce cas, je reste. Si il y a du grabuge, je serais bien plus utile hors de la prison qu'à l'intérieur, sans magie. Et de plus, je possède un certain avantage, c'est que ma tête n'est pas mise à prix. Je peux donc aller dans les couloirs sans trop rencontrer de problême.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriam Aëndal
Professeur
Professeur
avatar

Nombre de messages : 399
Date d'inscription : 17/01/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Dim 5 Déc - 18:17

- Je vais réessayer. Ne me dérange pas cette fois.

Je lui fis un grand sourire innocent, puis aquiescai après qu’elle m’ait chuchoter de la couvrir. Je tendis l’oreille vers les autres, me demandant ce qu’ils pouvaient bien dire.

-A mon avis, ils on dû trouver le passage avec lequel vous êtes arrivés ici. Si nous l'empruntons, nous sommes piégés ! Avons nous un autre passage ? je propose de passer simplement par la porte.

Je fis une moue. Mouais…Je n’avais pas confiance en ses statistiques. Autant de sa ballader tranquillement dans le palais pour se faire capturer. J’entendis soudainement un grondement. Je jetai un regard vers Xanth, qui visiblement venait tout juste de faire sauter le tunnel. Mais mais mais….Mais c’était pas prévu ça ! Mon petit tunnel…Saloperie de sangraves !


- Par la porte ? C'est silencieux, mais si il n'y a pas une cinquantaine de gardes derrières, je veux bien...

Ha, enfin quelqu’un qui réfléchissait suffisament. Finalement, j’aimais bien ce Xanth…Je posai à nouveau mon regard sur Tam. Faites qu’elle trouve cette salle…Faites qu’elle le…

- Tam, la décision t'appartient. Mais si nous sortons, je veux ouvrir la porte d'abord, histoire de vérifier qu'il n'y a pas de problême.

Je me retins de dire « Ha, cette fois ce n’est pas moi qui t’ai déconcentré ! ». Enfin la situation n’était pas à l’humour. D’ailleurs, la Haut-Mage semblait être un peu déboussolée. Elle reprit finalement ses esprits.


- La question n'est pas là pour le moment. J'ai besoin de savoir si l'un d'entre vous connait bien la partie est du chateau? Il existe une salle juste en dessous des combles, tapissées de rouge et d'or où les familiers sont emprisonnés. Est-ce que quelqu'un sait qu'est-ce que c'est que cette salle et surtout où elle se trouve.

Je fronçai les sourcils, me concentrant. Les combles ? J’y avais jeté un coup d’œil, mais vague…Non cela ne me rappelait rien.

- Mais à vrai dire... Pour qu'il y ait le plus de personne qui puisse s'échapper, je pense que seuls deux ou trois personnes devraient partir à la recherche des familiers. Nous ne passerons jamais inaperçus si nous sommes ensemble déjà que nos chances de s'en sortir sont minces. Nous devons nous séparer en deux groupes. Les personnes blessées repartiront obligatoirement vers le campement, les autres je vous laisse décider.

- Je viens obligatoirement, je sais me repérer dans le palais et les sangraves ont pris mes biens les plus précieux.

-Dit elle, avec une épaule complètement bousillée et sur le point de tomber dans les pommes…Fis-je avec une moue désapprobatrice.

- Attendez, attendez ! Je sais que vous êtes tous enthousiastes et c'est très bien, mais tout le monde ne peut pas venir ! Vous êtes blessées, vous partez. Dites nous simplement ce que vous voulez, on vous le ramènera.

De nouveau, Xanth paraissait raisonnable. La réaction de Edward me stupéfia un instant. Ce dernier arborait un grand sourire. Quoi ? Il n’allait tout de même pas fonçer dans le tas pour sauver les familiers ? Encore faut-il qu’il se retienne pour ne pas boire leur sang…Ha non, il est contaminé, il ne boit plus le sang des animaux…Encore plus rassurant !

- Je me porte garant du groupe pour retourner au camp. De toute façon, le groupe de sauvetage ne doit pas être très grand, ni Kelya ni moi n'avons de familiers emprisonnés, et je me sentirai plus utile à protéger qu'à chercher. S'il y a une chose que je connais bien dans le château d'Omois, c'est les meilleurs passages pour s'enfuir...

J’écarquillai les yeux pendant quelques secondes, puis me repris rapidement. Cependant, Kelya ne semblait pas être du même avis. Leurs querelles de tourtereaux attendront.

-Kelya, ce serait une bonne idée que de suivre l’avis de Edward…

- Bon, et bien dans ce cas, je reste. Si il y a du grabuge, je serais bien plus utile hors de la prison qu'à l'intérieur, sans magie. Et de plus, je possède un certain avantage, c'est que ma tête n'est pas mise à prix. Je peux donc aller dans les couloirs sans trop rencontrer de problème.

-Très bien, les groupes sont formés. Je prends le groupe des blessés. Essayons d’éviter le combat et tout se passera bien…Enfin je l’espère. Vu que notre seule sortie est la porte d’entrée…Allons-y !

Tandis que le groupe de sortcelier avançait silencieusement vers la porte d’entrée, je pruis par le bras Tam. Je la fixai du regard un instant, et chuchota :

-Fais attention à toi.

Je sentais que cette mission allait causer beaucoup de problèmes. Peut-être que certains n’allaient pas s’en sortir vivants. Tout allait si vite…et trop bien. Je lui adressai au bout de quelques secondes un sourire, effaçant mon air grave :

- Je ne pourrais pas te sauver, j’ai hoooorreur des énormes rats là-dessous !

Après avoir passé la statue qui drainait notre magie, nous rejoignîmes finalement le groupe. J’inspirai profondément, chassant l’adrénaline un instant.

-Nous y voilà. Mettez vous en tête que peut-être des sangraves se trouvent juste derrière cette porte. Ils doivent savoir que c’est notre seule échappatoire.

A l’aide d’un Lévitus, je dégageai les tables et bancs qu’avaient entreposés Edward et Kelya. Ne restait plus que la porte en bois. Alors que je m’apprêtai à l’ouvrir, je sortis :

-Reculez tout le monde…On n’est jamais trop prudent. Préparez-vous à contre-attaquer si besoin.

La porte fut séparée de nous de trois mètres. Ma main crépita d’un bleu ciel, puis je fis un signe bref de la main. La porte s’entrouvrit, laissant découvrir des paquets blancs, collés contre les parois. Je ne pus que tourner le dos et plaquer la personne derrière moi, en hurlant :

- Couchez-…

Et ce fut l’explosion. Le souffle fut puissant, faisant virevolter les bancs et tables. Je ne sais ce qui se passa ensuite. Je reçus un coup violent à la tête, celle-ci bourdonna, puis ce fut le noir.







----Kelya--


Une des sortcelière proposa de prendre la porte principale. La jeune femme fit les gros yeux. Quoi ? Juste après qu’ils aient mis dix minutes à tout barricader ?? C’est du foutage de gueule ! Xanth sembla réticent, tout comme Adriam. Mais il n’y avait pas beaucoup de solutions. Surtout depuis que le vieux dragon ait condamné le passage secret. Ce dernier se tourna vers Tam, qui cherchait les familiers.

- La question n'est pas là pour le moment. J'ai besoin de savoir si l'un d'entre vous connait bien la partie est du chateau? Il existe une salle juste en dessous des combles, tapissées de rouge et d'or où les familiers sont emprisonnés. Est-ce que quelqu'un sait qu'est-ce que c'est que cette salle et surtout où elle se trouve.

Les combles ? L’adolescente les avait visités à quelques occasions. Seulement, cette salle ne lui disait rien. Elle avait vu des geôles sombres et humides, des squelettes, des anciens laboratoires, des salles aux reflets argentés…Mais une salle rouge et or, sa mémoire lui faisait défaut. Tam proposa alors que le groupe se scinde en deux. L’un rentrait au camp des résistants avec les blessés, l’autre partait à la recherche des familiers.

- Je viens obligatoirement, je sais me repérer dans le palais et les sangraves ont pris mes biens les plus précieux.

-Dit elle, avec une épaule complètement bousillée et sur le point de tomber dans les pommes…

- Attendez, attendez ! Je sais que vous êtes tous enthousiastes et c'est très bien, mais tout le monde ne peut pas venir ! Vous êtes blessées, vous partez. Dites nous simplement ce que vous voulez, on vous le ramènera.

Kelya était partante pour retrouver les animaux des sortceliers. Elle pouvait se rendre utile alors…

- Je me porte garant du groupe pour retourner au camp. De toute façon, le groupe de sauvetage ne doit pas être très grand, ni Kelya ni moi n'avons de familiers emprisonnés, et je me sentirai plus utile à protéger qu'à chercher. S'il y a une chose que je connais bien dans le château d'Omois, c'est les meilleurs passages pour s'enfuir...


QUOI ? L’ex-agent d’Omois se retourna vivement vers Edward, le regard noir. Mais que fichait-il ? Le demi-vampyre lui chuchota alors à l’oreille :

-Désolé, je sais que tu aurais certainement aimé aider pour les familiers mais... Kelya, regarde le nombre de blessés. Combien seront capables de se battre si le groupe se fait attaquer ? On est fatigués, mais pas épuisés et inutiles. Ils auront besoin de nous pour sortir d'ici.

L’adolescente ouvrit la bouche, voulant riposter.

-Kelya, ce serait une bonne idée que de suivre l’avis de Edward…

La renégate se tourna ensuite vers Adriam. C’était une conspiration ou quoi de la tenir à l’écart ? Kelya serra les mâchoires et ses poings, puis baissa la tête, acceptant la décision de son bien-aimé.

-Très bien.

Bon, et bien dans ce cas, je reste. Si il y a du grabuge, je serais bien plus utile hors de la prison qu'à l'intérieur, sans magie. Et de plus, je possède un certain avantage, c'est que ma tête n'est pas mise à prix. Je peux donc aller dans les couloirs sans trop rencontrer de problème.

-Très bien, les groupes sont formés. Je prends le groupe des blessés. Essayons d’éviter le combat et tout se passera bien…Enfin je l’espère. Vu que notre seule sortie est la porte d’entrée…Allons-y !

Les sortceliers commencèrent leur marche silencieuse vers leur porte de secours. Cette dernière était cachée derrière les bancs et les tables qu’avaient entreposés Kelya et Edward. Des efforts réduits à néant. Enfin, c’était pour le bien des résistants !
Adriam et Tam les rejoignirent quelques secondes plus tard.

-Nous y voilà. Mettez vous en tête que peut-être des sangraves se trouvent juste derrière cette porte. Ils doivent savoir que c’est notre seule échappatoire.

Kelya jouait nerveusement avec son Daï-jo. L’atmosphère s’alourdissait de secondes en secondes par la tension. Adriam fit léviter les bancs, puis ordonna à tout le monde de reculer. Les résistants laissèrent trois mètres entre la porte et eux. Cette dernière s’entrouvrit alors, sous un geste du Haut-Mage.
Et là, c’est le drame.

Des sortes de briques blanches étaient collées contre la porte en bois. Kelya vit juste Adriam à ses côtés se retourner et plaquer la personne qui était derrière lui, au sol.

-Couchez-…

Le souffle de l’explosion masqua le reste de sa phrase. La jeune femme se sentit voler dans les airs, avant de percuter violement des barreaux en fers. Son souffle fut coupé, mais la jeune sorteclière resta consciente. Ses tempes étaient douloureuses et un mince filet de sang coulait le long de ces dernières. Sa bouche était aussi dans ce même état. La poussière l’enveloppait, mais la guerrière garda ce qui lui restait de sang-froid. Elle apercevait des silhouettes au sol. Certaines bougaient, d’autres non. Un grand halo de lumière émanait de la porte.
La porte !

Vive, Kelya incanta un Bouclius, empêchant les sangraves d’entrer. Pour le moment. Après avoir vérifier qu’il tenait, elle chercha à tâtons un des résistants.

-Vous êtes encore là ? Saleté de sangraves…Ils utilisent des armes terriennes !


La renegate toussa, puis continua sa recherche. Elle buta contre quelqu'un.

-Oups désolée!

Pas de réponse. L'adolescente s'accroupit précipitamment et retourna...

-Adriam est blessé, il est inconscient!


Quelqu'un allait-il lui répondre?? Et Edward? Son coeur se mit à palpiter plus fort. Où était-il?

-Edward? Où es-tu? Tam?









____________________


Lilouuuu regarde le spoiler! :3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tam Galadrill
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 1983
Age : 27
Localisation : Mentalir
Amour : Platine
Race : Humaine au service d'Omois
Date d'inscription : 19/08/2008

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Mer 15 Déc - 22:00

- Je viens obligatoirement, je sais me repérer dans le palais et les sangraves ont pris mes biens les plus précieux, répondit une jeune fille.

Je la fixais un moment. Elle n'avait pas l'air en forme mais ses yeux brillaient d'une telle détermination que je ne fis pas d'objection. J'hochais la tête en attendant les avis des autres.

- Dit elle, avec une épaule complètement bousillée et sur le point de tomber dans les pommes…, ironisa Adriam.

- Attendez, attendez ! Je sais que vous êtes tous enthousiastes et c'est très bien, mais tout le monde ne peut pas venir ! Vous êtes blessées, vous partez. Dites nous simplement ce que vous voulez, on vous le ramènera, coupa Xanth.

Je fis la moue. Pensaient-ils vraiment pouvoir empêcher les sortceliers partir au secours de leur familier. Je n'en voulais pas à Xanth, ni à Adriaù mais ils ignoraient le lien qui pouvait nous unir à nos bestioles. Je ne dis rien car Edward me perdit dans mes pensées.

- Je me porte garant du groupe pour retourner au camp. De toute façon, le groupe de sauvetage ne doit pas être très grand, ni Kelya ni moi n'avons de familiers emprisonnés, et je me sentirai plus utile à protéger qu'à chercher. S'il y a une chose que je connais bien dans le château d'Omois, c'est les meilleurs passages pour s'enfuir... annonça à son tour Edward.

Depuis que nous avions sauvé Kelya, je lui faisais plus confiance et je ne doutais pas de ce qu'il disait. Demi-vampyr ou pas, hors-la-loi ou pas comme je l'étais dorénavant... et en fuite au passage.

- Bon, et bien dans ce cas, je reste. Si il y a du grabuge, je serais bien plus utile hors de la prison qu'à l'intérieur, sans magie. Et de plus, je possède un certain avantage, c'est que ma tête n'est pas mise à prix. Je peux donc aller dans les couloirs sans trop rencontrer de problème, finit par dire Xanth.

Je lui souris, ravie de devoir faire de nouveau équipe avec lui.

- Très bien, les groupes sont formés. Je prends le groupe des blessés. Essayons d’éviter le combat et tout se passera bien…Enfin je l’espère. Vu que notre seule sortie est la porte d’entrée…Allons-y !

- Le groupe des familiers, derrière moi je vous prie! m'exclamai-je en levant le bras.

Je pris la tête de mon groupe lorsqu'une main saisit mon bras et me retint en arrière. Adriam me chuchota doucement, me faisant frémir:

- Fais attention à toi

Je souris malicieusement.

- Tu me connais... Je suis très prudente, ne me jette jamais au beau milieu de l'action et n'attaque pas sans raison... Enfin c'est ce que j'essaye de faire croire

Il me sourit à son tour, plus détendu et égal à lui-même:

- Je ne pourrais pas te sauver, j’ai hoooorreur des énormes rats là-dessous !

- Je vais au grenier... pas au sous-sol. Espèce de termite dégénérée. Ce sont les migales qui m'attendent là-haut, j'en tremble d'excitation!

Adriam s'éloigna et je rejoins la tête de mon groupe.

- Nous y voilà. Mettez vous en tête que peut-être des sangraves se trouvent juste derrière cette porte. Ils doivent savoir que c’est notre seule échappatoire.

Ha ha on va rire! Je n'avais pas d'armes mais une fois passés devant la statue, j'activais ma magie et mes mains commencèrent à luire d'une lueur dorée. Visiblement toutes les traces de la drogue avaient disparu. Yaha!
Adriam nous dégagea le passage en même temps que toutes nos magies scintillèrent.

- Reculez tout le monde…On n’est jamais trop prudent. Préparez-vous à contre-attaquer si besoin

D'un mouvement de bras, je fis reculer mon groupe quelques mètres plus loin. La porte s'ouvrit sous le commandement d'Adriam. Personne derrière mais d'étranges paquets beiges reliés entre eux par des fils. Cela me disait vaguement quelque chose et le pressentiment qui montait en moi me fit réagir en même temps que le Haut Mage.

- Couchez-vous! criâmes-nous en choeur alors que les explosifs remplirent leur rôle à coup de feu et de souffle impressionnant. Je volais plusieurs mètres en arrière et retombais sur l'une des sortcelières de mon groupe.
Le choc ne fut pas si rude que ça même si je culpabilisais un peu d'être tombée sur quelqu'un.
Je me redressais rapidement à peine touchée par l'explosion, mais légèrement cuite. La jeune fille en dessous de moi ne semblait pas blessée mais ses yeux agars trahirent son état de choc.

- Est-ce que ça va? Vous n'avez rien? Restez là un moment, le temps de reprendre vos esprits, c'est un ordre! m'exclamai-je avant de me lever et de faire un tour d'horizon.

La fumée et la poussière dues à l'explosion me cachaient la porte et ce qui en restait. Plusieurs corps gisaient aux premières lignes, ombres au sol sans formes. Je m'accroupissais au près de l'une d'entre elle et vérifiais son pouls alors qu'elle était encore inconsciente. Juste un coup sur la tête mais j'incantai tout de même un reparus. Elle reprendrait ses esprits bientôt.
Puis près d'un pylône, je tombais sur Adriam. Evanoui et dans une position déconcertante, il m'aurait presque fait rire si je n'avais pas su que le sang sur la pierre derrière lui lui appartenait. Je m'agenouillais à son côté, le soulevais et le posais contre ma poitrine. De là, je pus voir la plaie béante qui s'ouvrait sur son crâne. Il ne fait jamais les choses à moitié celui-là... Décidément. J'incantai un nouveau reparus et le laissais s'adosser de nouveau contre le pylône.
La poussière et la fumée presque tombées dévoilèrent que la porte, notre unique sortie venait d'être bouchée sous les gravats. Bravo amis sangraves, vous êtes vraiment des empotés. Ok on peut pas sortir mais vous ne pouvez pas rentrer!

Il fallait d'abord que tout le monde se remette, ensuite on pourrait éventuellement, de nouveau, chercher un moyen de s'en sortir.
Malgré moi j'étais aux anges...


____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lirina.forumactif.org
Murmure / Selena
Créature
Créature
avatar

Féminin Nombre de messages : 463
Amour : Ils sont tous les deux en OutreMonde...
Date d'inscription : 12/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Ven 17 Déc - 12:27

Alors que notre sauveur discutait avec la Haute Mage, et que tout le monde se répartissait les tâches, je testais toutes les parties de mon corps, pour vérifier que je n'avais rien.
J'irais avec eux délivrer les familiers !
Puis l'image de Siam blessée s'imposa. Je ne pouvais pas la laisser toute seule, j'étais valide, soite, je prendrais les devant de l'autre groupe avec Edward.
Enfin si il me laissait en placer une.
Je souris devant cette pensée idiote. Ce n'était pas un concours, nous devions sauver nos vies !
Nous y voilà. Mettez vous en tête que peut-être des sangraves se trouvent juste derrière cette porte. Ils doivent savoir que c’est notre seule échappatoire.
Je souris et m'approchais d'Edward, lui faisant comprendre que je serais à ses côtés.
Une fois la maudite statue dépassée, je sentis au bout de mes doigts un picotement familier, et j'activais-comme plusieurs de mes compagnons- ma magie émeuraude, plus pour me rassurer que par sauvagerie.
Je n'avais que 15 ans et j'étais morte de peur.
Reculez tout le monde…On n’est jamais trop prudent. Préparez-vous à contre-attaquer si besoin
Je souris, prette à me transformer en louve si necessaire.
Nous ne risquions rien, nous étions forts, nous allions nous échapper nous...
- couch....BBBBBBBBOOOOOOOOOOOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUUUUMMMMMMMMMMMMMMM
Le noir m'engloutit, alors qu'une fulgurante douleur à la tête me fit perdre concience.

J'ouvirs les yeux, le visage de la Haute Mage penchée sur moi.
Je compris qu'elle venait de me lancer un Reparus quand ses mains illuminées de dorées me firent refermer les yeux illio.
Edward? Où es-tu? Tam?
Elle m'adossa gentiment au mur pour me faire reprendre concience. Reconaissante, je lui dédiais un pal sourire.
Mais qu'est ce qui c'était passé par Demidirus ?
Elle se retourna et courut vers une silhouette couchée au sol, qui apparement était notre sauveur.
Je me redressais les jambes tremblantes. Baa....plus de peur que de mal, même si ma tête me faisait aussi mal que si j'avais écouter pendant des mois un nain me chanter dans les oreilles.
Un coup d'oeil à la porte de sortie m'avrtie...qu'elle n'en était plus une.
Bouchée par des gravats, la pièce était sombre, certaines des cellules défoncées. Nous avions eu de la chance.
Enfin..j'avais eu de la chance plutôt ! parce que des corps inconcients jonchaient le sol.
J'allumais ma magie et accourais près de la silhouette la plus proche.
La guerrisant, je la portais jusqu'à une partie épargnée par les gravats. Les autres médecins improviés firent de même, et bientôt tous les blessés furent rassemblés au même endroit.
J'en comptais cinq, plus maitre Adriam, qui était soigné par la Haute Mage et qui avait recu un coup à la tête.
Au moins, nous étions protegés des sangraves !
Un espoir fou monta dans ma poitrine, me faisant sourire. Et en plus ils venaient de faire sauter leurs prisons. C'était notre jour de chance.
Mais au même moment, un grand bruit semblable à un eclair nous fit tous sursauter.
Ils essayaient de dégager le passage.
Il fallait fuir au plus vite.
Les blessés reprenaient lentement concience maintenant, et ils furent vite debout, s'ppayant à leurs camarades pour marcher. Siam, avec son épaule, semblait souffrir et j'entourais son dos de mes bras, l'emmenant vers un point d'appuis.
- Il faut se dépecher, trouver une sortie ! Maintenant que la statue a été detruite, nous pouvons faire un trou dans le plafond sans problème !
Et en plus le plan de Siam allait nous servir.
Il n'y avait pas à se pleindre.




____________________


Avant, les gens pouvaient mourir sans avoir d'idéaux. Aujourd'hui, les gens qui ont des idéaux ne veulent même plus mourir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathea//Fafnir
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 21
Localisation : J'ai encore loupé une occasion de me taire ><
Amour : Love, love, love what is it good for ? Absolutely Nothing
Race : Hybride//Naine
Date d'inscription : 11/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Ven 17 Déc - 16:52

Je m'étais portée volontaire et tout le monde me dévisagea, quoi j'avais du gâteau plein le nez ou quoi ?

-Dit elle, avec une épaule complètement bousillée et sur le point de tomber dans les pommes… répondit le haut-mage Adriam.

Je re tenais un sourire laconique et hmuais l'air, toujours pas de nourriture en vue, la poisse internationale : la prison, sans armes, sans nourriture et en plus sans plan normalement constitué pour s'évader. Génial ! Je l'aimait ce voyage ! Mais bien à contre coeur je me résignais voyant que le vampyr qui semblait s'appeler Edward en fesait autant. Je protégerais les blessés même si j'en fesais partie d'un certain point de vue. Mais je savais que si ma louve et mes armes étaient abimées ou bléssée dans le cas de mon familier, les sangraves m'entendraient et même morte je les hanterais. La haute-mage et le haut-mage discutaient. Je m'avançais et me déplaçais vers le groupe qui sortirait. Soudain une voix nous rappela à l'ordre :

Nous y voilà. Mettez vous en tête que peut-être des sangraves se trouvent juste derrière cette porte. Ils doivent savoir que c’est notre seule échappatoire. dit le haut-mage.

J'hochais la tête, beau combat en perspective, dommage que je ne pourrais pas rester pour aller chercher Orthéïde, il y aurais eu de beaux combats, enfin je l'èspérais, après tout j'attirais la poisse à 10 tatrolls à la ronde alors il n'aurait fait aucun doute qu'il y en aurait eu. Mais je ne voulais pas qu'il leur arrive quelque chose et je savais qu'Orthéïde serait mieux avec la Haute-mage qu'avec moi.

Reculez tout le monde…On n’est jamais trop prudent. Préparez-vous à contre-attaquer si besoin reprit la haut-mage.

Je me mis en position de combat avec les dagues enpruntées et m'apprêtais à voir surgir des masques et des capes grises seulement au lieu de celà; j'entendis les hauts-mages hurler :

-Couchez-vous !!!

Je rengainais les lames et me jetais au sol mais c'était trop tard une explosion retentit en entrainant d'autres qui fesaient écho dans ma tête. Le sol se rapprochait affreusement de moi et je lui tombais finalement dessus. Je me redressais doucement voyant déjà quelques personnes dont Murmure et la Haute-mage qui 'affairaient avec leurs reparus. Je papillonais lentement des yeux et me touchais le crâne, j'avais affreusement mal à la jambe droite également. J'enlevais mas main imprégniée de liquide et regardais ma jambe. C'était pas fameux, pas du tout même : ma tête saignais un peu derrière enfin un peu pour les habitués, les gens normaux auraient sûrement trouvé ça horrible mais moi je m'en foutais un peu, arrêter l'hémorragie et c'est fini; et ma jambe était un peu piteuse, il y avais une grosse brique sur mon tibia qui bleuissait à vue d'oeil que je m'affairais à dégager et que je posais finalement sur le côté. La rotule s'était légèrement déplacée, ce n'était pas bien grave mais bonjour la remise en place. Je préférais le faire moi-même et du coup me bougeais la rotule mais elle ne se remettait pas à l'endroit voulu. J'en eue marre rapidement et me relevais et aider Murmure à appliquer des reparus aux jeunes filles évanouies pour la plupart. Je me trainais par la jambe gauche car mon autre jambe ne voulait pas bouger ma rotule ne supportait plus le poids. Mon amie d'infortune se mit à porter Siam et je l'aidais volontiers à prendre l'autre épaule de notre compagne et Murmure dit :
- Il faut se dépecher, trouver une sortie ! Maintenant que la statue a été detruite, nous pouvons faire un trou dans le plafond sans problème !

____________________
Can you feel it pulsing through your veins, running like a mad men, looking for a game plan ? ♪



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    Ven 17 Déc - 20:21

- Très bien, les groupes sont formés. Je prends le groupe des blessés. Essayons d’éviter le combat et tout se passera bien…Enfin je l’espère. Vu que notre seule sortie est la porte d’entrée…Allons-y !

- Le groupe des familiers, derrière moi je vous prie!

Je pris me plaçais donc au côté de Tam, qui fut retenue par Adriam. Ils se mirent à chuchoter entre eux, tandis que je soufflais d'impatience. Je n'avais qu'une envie, c'était de rentrer à la base, et le plus tôt serait le mieux. Nous ne devions pas perdre notre temps en palabres, il fallait agir et vite. Quand enfin le Haut-Mage rejoignit ses rangs, nous passâmes hors du champ d'action de la statue. Enfin nous pouvions utiliser la magie ! J'aimais bien ma dague, mais franchement, je suis bien plus à l'aise avec un bon vieux Carbonus. Adriam s'adressa à nous tous :

- Nous y voilà. Mettez vous en tête que peut-être des sangraves se trouvent juste derrière cette porte. Ils doivent savoir que c’est notre seule échappatoire.

Il tandit le bras vers la porte.

- Reculez tout le monde…On n’est jamais trop prudent. Préparez-vous à contre-attaquer si besoin.

D'un mouvement du bras, Tam nous fit reculer, et d'un mouvement du sien, le Haut-Mage ouvrit le passage. Contre toute attente, pas le moindre Sangrave. En revanche, des petits machins beiges étaient collés sur les parois. Des petits machins qui me rappelaient horriblement des pains de C4. Mes yeux s'écarquillèrent de stupeur, en voyant que les fils étaient reliés à la porte.

- Couchez-vous! crièrent les Haut-Mages.

Mais je n'eus pas le temps de réagir que déjà les explosifs s'enclenchèrent. De manière totalement instinctive, j'augmentais ma masse corporelle, afin de de pas bouger de là ou j'étais, et je mettais mes bras devant mon visage. Etant complètement insensible aux flammes, l'explosion ne me fit rien.

Mais ce ne fut pas le cas de ce qui en résulta. De nombreux blocs de roches furent projetés de toutes part, et comme j'étais à peu près le seul resté près de la porte, un dans mon épaule droite, qui me fit perdre l'équilibre. Un second, bien plus gros, percuta violemment mon bras gauche, me projetant en arrière contre un mur. La douleur fut telle que je m'évanouis sur le champ.

En me réveillant, je ne sentais plus mon bras. Mon épaule, je la sentais un peu trop, mais mon bras, rien. Je voyais trop flou pour comprendre ce qui se passait autour de moi. Je sentais un liquide couler à l'arrière de ma tête, mais cette blessure ne m'alarmais pas autant que cette sensation... de vide, comme si il manquait quelque chose. Il me manquait quelque chose. Je portais ma main à mon bras gauche... mais elle se posa dans le vide. La douleur fit très vite place à une panique immense. Je cherchais mon bras à tatons, mais rien à faire, je devais m'y résoudre, je n'en avais plus.

Des larmes coulèrent le long de mes joues. L'idée d'une vie avec un seul bras s'imposa dans mon esprit. Toutes les complications, les problêmes que cela allait causer. Et Lou... Quelle serait sa réaction ? Allait-elle supporter ? Et les enfants ? Toutes ces questions se bousculèrent dans mon esprit pendant un instant, mais le flot continu de sang qui continuait de couler me fit revenir à la réalité. En observant autour de moi, je devinais des silhouettes qui s'étaient levées. Mais elles ne semblaient pas m'avoir vu. Je les appelais d'une voix faible.

- A l'aide... Tam... Adriam... Quelqu'un... S'il vous plait...

Ils ne m'entendaient pas, mais je ne lacherais jamais prise. Car bientôt, malgré les larmes, le chagrin fit place à la colère. Les Sangraves me gachaient la vie. Ils allaient le payer !

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [A.C] Comment faire un repas de classe en prison?    

Revenir en haut Aller en bas
 

[A.C] Comment faire un repas de classe en prison?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Comment faire un escalier ?
» [TUTO] Comment faire des arbres
» comment faire une haie ?
» Comment faire un rp ?
» Comment faire une bourde [PV : RUBY]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Empire d'Omois :: Le Palais Impérial d'Omois :: Prison-