AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les écrits de Murmure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Murmure / Selena
Créature
Créature
avatar

Féminin Nombre de messages : 463
Amour : Ils sont tous les deux en OutreMonde...
Date d'inscription : 12/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Les écrits de Murmure   Lun 13 Déc - 17:40

bon, ne vous sentez pas obligés d'aller jusqu'au bout...surtout que cette histoire est très longue, je ne met que les premières pages.
Bonne lecture ^^
Les Anges Noirs


Chap.1 : Zora

DRIIINNNNNNNGGGGGGGGGGG
- Haaaa ! Je vais exploser ce réveille !
Elle se lève, s'étire, sort du lit à tâtons, enlève son t-shirt qu'elle avait prit comme chemise de nuit, enfile un jean, tendis que la radio se met en marche.
"Il est six heures trente, bienvenue à ceux qui nous rejoignent sur Radio Synthèse !"
- Je vais encore être en retard !!
Elle ouvre son armoire, choisit un sous-vêtement au hasard et se penche sur ses hauts, prend une tunique noire mate, passe dans la cuisine et s'apprête à attraper la boîte de céréales quand une voix l'arrête.
- Les mains en l'air ! Vous êtes en état d'arrestation !
Des Mueslis plein la bouche, elle se retourne vers BurauX, son robot haut d'un mètre, qui tient une banane dans la main droite.
- Salut BurauX ! Ça va ce matin ? Demande t-elle en consultant sa montre.
- Vous êtes en état d'arrestation ! Les mains en l'air ! Posez votre arme !
Elle soupire, contourne le robot défectueux et appui sur le petit bouton bleu placé au creux de son cou.
- Désolée, je te rebrancherai plus tard ! S'écrit-elle en attrapant sa veste noire.
Le robot s'immobilise, puis s'allonge par terre, les mains sous la tête, position totalement humaine, pour se mettre en veille.
- Et vas y que j'écrase la banane sur le tapis....marmonne-t-elle pour elle même.
Elle attrape sa ceinture, munie de diverses poches. Elle y glisse ses armes indispensables : un pieu, une dague, un revolver, un couteau d'argent, une radio et son portable.
Elle rassemble ses cheveux roux en une queue de cheval, consulte de nouveaux l'heure puis demande à ce que la lumière soit éteinte.
Aussitôt les murs obéissent : la pénombre ce fait dans l'appartement, les stores s'ouvrent, l'heure s'affiche sur le mur près de la porte, accompagné d'un message écrit au rayon violet :
Bonne journée Zora ! A tout à l'heure !
Elle attrape son sac puis passe la porte coulissante. Elle passe sa carte FiDèle dans la fente pour fermer à clé.
Son portable sonne alors qu'elle descend les escaliers blancs.
- Zora Simons, à votre service ? Fait elle en décrochant.
- Zora ! C'est Albate ! Tu vas encore être en retard !
- Je sais, merci. Je suppose que c'est un message près-enregistré ?
En effet, en bruit de fond, elle entend le mur de l'appartement d'Albate annoncer : il est 19h45.
- Ceci est un message près-enregistré ! Fait la voix de son collègue pour confirmer ses soupçons, c'est parce que je savais que tu allais être en retard et que ce matin, on a conférence, au cas où tu aurais oublié ! C'est d'ailleurs pour ça que je t'appelle maintenant, parce que je suis dans cette conférence ! Donc dépêches toi vite ! À tout de suite !
- Oh non ! La conférence ! J'avais complètement oublié ! Albate me connait bien !
Elle sort de son immeuble à toute vitesse. La pluie va s'écraser contre son visage et elle fait signe au tramX le plus proche pour qu'il s'arrête.
La porte devant elle s'ouvre quand elle montre sa carte FiDèle et une voix annonce :
- Bienvenue sur le réseau tramX 21 en direction d'Aulieu, Mlle Simons. Où souhaitez-vous être déposée ?
- L'arrêt St Marc de Ponsard, s'il vous plait.
- Merci, et bon voyage Mlle Simons.
Elle s'installe confortablement dans le premier siège gris qui vient à sa rencontre, et ramène les pieds sous elle quand celui-ci va retourner à sa place, près d'une fenêtre.
Les huit arrêts passés, une voix annonce :
- Arrêt St Marc de Ponsard. M. Evans, Mlle Simons, Mme Caren, M. Josey, merci de votre confiance. Passez une bonne journée.
Le siège gris la dépose devant la porte qui s'ouvre devant elle. Elle s'élance dans la rue.
Elle a toujours aimé la rue, toujours animée même à 7 heures du matin.
La lumière du jour fait éteindre les dernières publicités et les derniers réverbères, les tramX circulent sur les railles en silence, ponctués par le passage des Ramasseur qui roulent sur les traces des passants pour bruler leurs déchets.
Alors qu'elle effleure du pied un paver fluorescent ( il doit être défectueux et ne s'est pas encore éteint) une pub s'ouvre devant elle, et la projection presque transparente d'un homme ( sans doute mannequin) apparaît grandeur nature.
- Grâce au parfum Dinor, je sent bon sous les bras, et emballe toutes les nanas ! Si vous aussi vous souhaitez...
Elle ne le laisse pas poursuivre sa phrase, et passe à travers. C'est aussi à cause des publicités que les rues sont autant animées. Une alerte apparait devant elle tendis que son bureau entre dans son champ de vision.
- Bonjour. Ceci est un message de prévention de la DNH contre les Anges Noirs. Si...
Elle dégaine sa carte FiDèle pour qu'il se taise.
- Oui, je sais, je suis une Traceuse.
L'image disparaît, et la vraie, grandeur nature, apparaît devant elle. Une foule de travailleurs se presse devant cet immense immeuble de verre, entrant et sortant des ascenseurs et des portes tournantes de l'entrée principale.
Sur une immense affiche noire, est écrit en argenté le slogan de la DNH :
Notre métier, notre priorité :
Votre protection.
Elle passe devant sans y prêter attention, elle est bien trop en retard ! Et puis elle passe devant deux fois par jour....
Elle s'élance par la porte tournante le plus vite possible, s'arrête devant le tourniquet métallique pour montrer sa carte FiDèle.
- Bonjour Mlle. Simons, fait une voix masculine, vous avez une conférence dans le bureau 320.
- Ouais, je sais ! Répond elle au tac au tac.
Le tourniquet s'ouvre devant elle et elle s'élance dans le hall, le cœur battant.
Ce n'est pas parce que le hall est comme tout chez DNH, c'est à dire immense et impressionnant, que son cœur bat. Mais parce que cette conférence va lui attribuer une nouvelle mission, et qu'elle adore ça. Enfin, si elle arrive à temps, bien sur. Dans quel bureau a dit la voix, déjà ?
Elle passe devant un grand bureau où une dizaine de secrétaires font patienter autant de clients qui font la queue. Derrière eux se trouve un écran sur lequel défile le slogan et des vidéos montrant l'efficacité de la DNH.
- Aujourd'hui, annonce une voix off sur la vidéo, DNH a sauvé plus de dix millions de vies humaines. Grâce a ses Traceurs ors paires, ses chercheurs surdoués, elle garantie à chacun une protection intégrale contre les Anges Noirs. Et n'oubliez pas : Notre métier, notre priorité, c'est votre sécurité !
Elle ne prend pas la peine de l'écouter. Elle monte l'escalier quatre à quatre, jette un coup d'œil à une affiche, passe devant des bureaux bondés derrière des vitres, arrive devant une porte noire. Sur laquelle un écran fait défiler : Bureau 320. Conférence, ne pas déranger.
Elle frappe, ouvre la porte sans attendre la réponse.
Tout le monde tourne la tête vers elle. Elle les dévisage en retour. Devant, accoudés à une table ovale, une dizaine de personnes en costard cravate se sont tus. Un homme de haute taille, presque squelettique, âgé d'une quarantaine d'années, est debout, un viseur rouge indiquant des statistiques sur un écran.
- Ah. Voilà mademoiselle Zora Simons, la célèbre Traceuse d'Anges Noirs. Fait il d'une voix glaciale.
- Bonjour. Fait elle en abaissant la tête.
- Je vois que même la meilleure des tueuses ne peut arriver à l'heure.
Elle fait un pas en direction de la seule place vide, juste à côté d'un Albate faisant la grimace.
- Je t'avais pourtant envoyé un message ! Lui chuchote-t-il une fois qu'elle se soit assise.
Elle lui adresse un petit sourire désolé. Bien qu'elle ai le même age que lui- c'est à dire 24 ans- il semble plus âgé. Ses cheveux d'un blond vénitien tirés en arrière dévoilent ses yeux d'un bleu clair et vêtu de son smoking, il a l'allure grave.


C'est tout pour aujourd'hui ! si vous avez le courage de lire la suite, je serais ravie de la publier !

____________________


Avant, les gens pouvaient mourir sans avoir d'idéaux. Aujourd'hui, les gens qui ont des idéaux ne veulent même plus mourir !


Dernière édition par Murmure Stèl' le Jeu 30 Déc - 10:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathea//Fafnir
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 22
Localisation : J'ai encore loupé une occasion de me taire ><
Amour : Love, love, love what is it good for ? Absolutely Nothing
Race : Hybride//Naine
Date d'inscription : 11/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Les écrits de Murmure   Lun 13 Déc - 17:52

La suiteuh !!! je veux la suite tout de suite parce que je suis tombée amoureuse de ton début de bouquin ! : love :

____________________
Can you feel it pulsing through your veins, running like a mad men, looking for a game plan ? ♪



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isa Tril'ey
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 185
Age : 25
Localisation : En train de me noyer dans un lac, de me battre dans une forêt ou un truc dans le genre
Amour : L' amour ? késako ?
Race : Vampyr BSH, avec des crocs et des griffes. Je te conseil de reculer...lentement
Date d'inscription : 12/12/2010

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: Les écrits de Murmure   Lun 13 Déc - 18:03

Ok Gala ^^
voici la suite :


- Je suis désolée. Fait elle. Mais j'espère être arrivée à temps pour qu'on m'annonce ma prochaine mission.
L'homme se tourne vers elle.
- J'y venais, mademoiselle, j'y venais. J'étais en train d'expliquer le pourquoi de votre mission, à vrai dire. Vous permettez que je continu ?
Et il se lance dans un monologue ponctué de schémas.
- ….Comme tout le monde ici le sait, les Anges Noirs on riposté il y a trois jours en lançant un alerte à la bombe à la gare de Buston.
- QUOI ?
Tout le monde se tourne vers elle.
- Je n'étais pas au courant ! Se justifie-t-elle.
- Vous.....n'étiez pas au courant ? Répète l'homme.
Non, non, j'ai juste dis ça pour mettre de l'ambiance; c'est tout.
- Non, je n'étais pas au courant.
- Et pourquoi n'étiez vous pas au courant ? Enchaîne-t-il.
Bien. Si tu veux jouer à ce petit jeu....
- Parce que je ne suis pas comme les gens qui sont au courant.
- Et en quoi êtes vous différente ?
- ….et bien je ne suis pas au courant.
Des rires étouffés parcourent leur public.
- Et comment avez vous fait pour ne pas vous mettre au courant ?
- Je n'ai rien qui a pu me mettre au courant, je n'étais pas chez moi. Mais si vous pouviez m'éclairer, je serais....ravie.
Il soupir, manipule une télécommande, et la photo d'une gare en train d'être évacuée apparaît.
- C'était vendredi à deux heures de l'après-midi. Est arrivé ici une annonce d'alerte à la bombe. Nous avons lancé nos meilleures équipes à la gare pour protéger la population. Et les Anges Noirs on en profité pour faire exploser, vraiment, cette fois, la galerie ouest du centre commercial Sento.
- Vous voulez dire que c'était une ruse ? Fait elle, abasourdie.
- Et moi qui pensais qu'avez votre jolie tête d'ange vous aviez un minimum d'intelligence ! Bien sur que c'était une ruse ! S'écrit il.
Elle se mord les lèvres.
- Rassurez moi, vous savez quand même qui sont les Anges Noirs, ou faut il que je vous informe aussi là dessus ?
Elle résiste à la tentation de lui dire qu'elle ne sait pas, mais se reprend.
- Les Anges Noirs sont apparus en 3038, récite-t-elle, leur but : nous détruire, leur raison : ils ont étés bannis par Alexandre Stevans, créateur de la DNH, en 3032. Pendants six ans ils sont restés cachés; jusqu'au jour où un des leurs, prénommé Stèle, a eu l'idée de les retrouver, former une nouvelle race de maudits, et se venger. Stèle était un chercheur de talent, et grâce à l'ADN biochimique, a réussi a créer cette nouvelle race. Il a mit au point un poison qui modifie l'ADN, rend plus, fort, pas seulement sur le plan physique, mais développe aussi des pouvoirs extraordinaires. Il appela ses disciples et lui même les « Anges Noirs ». Aujourd'hui, c'est le fils de Stèle qui dirige les Anges Noirs sur le plan « militaire » aidé de son père. Vous êtes satisfait de mon résumé ? Demande-t-elle.
- Il y a des manques. Fait il. Que je vais combler : Raphaël, fils de Stèle, a pourchassé pendant trois ans, sans répit la Traceuse Zora Simons. Après une mésaventure que je ne citerais pas, il décide de changer de tactique. Il attendra dans l'ombre le moment le plus propice pour l'attaquer. Pour le moment, il ce concentre entièrement à la mission que lui a confié son père. C'est lui qui, pour nous narguer, a envoyé ici même cette alerte à la bombe truquée.
Zora pince les lèvres. Il ne faut surtout pas qu'elle pense à ce qu'il appelle la « mésaventure ». C'est encore trop récent. Une plaie à peine cicatrisée qui ne demande qu'à rouvrir. Il faut qu'elle face bien attention à ne plus y penser.
- Je pense que nous en venons à ma mission. Fait elle.
- Oui.
Il indique derrière lui l'image qui vient de remplacer celle de la gare.
Un vortex bleu, semblable à un cyclone, dans une foret.
- C'est l'ouverture de la quatorzième dimension. Indique-t-il. Notre plus prestigieuse chercheuse, Anny Parks, a découvert que l'énergie contenu dans cette dimension anéantirait un pays sans problème. Seulement voilà, alors qu'elle allait déposé son rapport, elle a disparut. Résultat : la seule arme que nous avions contre les Anges Noirs se trouve quelque part, mais nous ne savons pas où. Pire encore : nous sommes presque surs que ce sont les Anges- Noirs qui on enlevé Anny Parks. Il nous faut une Traceuse pour aller la récupérer, trouver la quatorzième dimension, et ramener le tout ici.....avant que les Anges- Noirs ne s'en emparent.
Parce que si ils s'en emparent, ils déchaineraient la puissance du vortex sur nous, et nous sommes perdus.
- Et....vous comptiez sur moi pour accomplit cet exploit ? Bafouille-t-elle.
- En effet. Compte tenu de votre mésaventure passée, nous savons que vous êtes très proche de Raphaël. Il vous sera facile de vous introduire dans son entourage, d'endormir sa méfiance.
Elle ferme les yeux pour retenir ses larmes.
- Vous vous trompez complètement. C'est lui qui sait tout de moi, pas l'inverse. Même sous les meilleur des déguisements il me reconnaîtrait.
- Oui, je sais, mais qui a dit qu'il va falloir la jouer finement ? Sourit il. Ce n'est pas pour rien que vous êtes la meilleure Traceuse. Vous êtes celle qui sait mieux les éliminer. Et vous ne serez pas seule.
- Ah bon ? Fait elle en jetant un regard à Albate, figé à côté d'elle.
- Oui. Fit il en éteignant la projection. Le plus doué Tueur des États- Unis sera à vos côtés.
La porte du bureau s'ouvre, en une parfaite synchronisation, sur le plus beau jeune homme que Zora n'eut jamais vu.
Les cheveux d'un beau brun gorgé de reflets noirs, trois ou quatre mèches tombant devant ses yeux. Des yeux indéfinissables. Il y a du bleu, du vert, semblable à un saphir brillant au soleil. A moins qu'ils ne fut d'émeraudes....
Une bouche ni trop fine, ni trop grosse, mais bien dessinée, juste, couleur vermeille. Un menton fin, un cou élégant. Une peau lisse, blanche, que la chemise blanche un peu ouverte laisse deviner. Un jean moulant de longues jambes. Le mot qu'il lui vint à l'esprit en le voyant fut : clair-obscure.
Cette technique utilisée en peinture lui allait comme un gant. Sa peau si blanche mettait en évidence ses lèvres qui semblaient alors rouges sang. Ses cheveux d'un noir de jais contrastaient avec l'ensemble avec efficacité.
Quand ses yeux envoutant glissent sur elle, elle ne peut s'empêcher de frissonner.
-Ah ! Pile au bon moment ! S'écrit l'homme en se tournant vers lui, sourire aux lèvres.
-Bonjour. Excusez-moi pour le retard.
Sa voix est grave, douce, caressante.
L'homme sourit.
-Oh ce n'est rien !
En temps normal, devant cette injustice, Zora aurait craqué. Mais là elle est pétrifiée sur place.
-Laissez moi vous présenter Zora Simons, votre future coéquipière.
Alors qu'il s'approche de l'homme ( démarche presque féline) et tourne son visage vers elle, elle n'a qu'une réaction : ouvrir grand les yeux et la bouche.
-Heu.....excusez la. Fait l'homme en se mordant les lèvres, mais c'est que....elle est TRES mal réveillée ce matin.

____________________


"Qu'est ce que j'avais dis ? Jamais à la maison !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathea//Fafnir
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 22
Localisation : J'ai encore loupé une occasion de me taire ><
Amour : Love, love, love what is it good for ? Absolutely Nothing
Race : Hybride//Naine
Date d'inscription : 11/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: Les écrits de Murmure   Lun 13 Déc - 18:40

Bouh, je veus la suite ça se finit très très mal là ! je vais pas dormir cette nuit et tu ne pourra t'en prendre qu'à toi ^^

____________________
Can you feel it pulsing through your veins, running like a mad men, looking for a game plan ? ♪



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les écrits de Murmure   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les écrits de Murmure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les écrits de Murmure
» Le Murmure des Chimères
» Ses sanglots n’étaient qu’un murmure étouffé par le vent
» Murmure Nocturne [ Modérateur de la CB ]
» Murmure Éternel. Fini.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Créations :: Les écrits-