AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lisbeth'Tylanhnem
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 27
Amour : Ma nation....et Adriam...
Race : Humaine
Date d'inscription : 07/11/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Jeu 30 Juin - 19:46

J’ouvris un œil, puis l’autre. Distinguant une grille, des murs assez sales, une paillasse assez sommaire où j’étais allongé, je reconnu les caractéristiques  d’une cellule appartenant aux prisons d’Omois. Peu accueillante à vrai dire, voire même pas du tout. Je ne me rappelle que peu de chose de la fin du bal, tout n’avait été que chaos et jet de magies en tout genre. Et également une magnifique seconde défaite des résistants, mais au moins nous avions frappé un grand coup. Tellement grand que ça avait dérapé, et que j’étais à présent enfermé entre 3 murs et une grille, privée de toute magie.  Je refis la cour de la soirée dans ma tête et tentait de me rappeler des dernières choses qui c’étaient passé. On était coincé sur les toits Adriam et moi, sans aucune issue. Je l’ai poussé dans le vide pour lui permettre de s’échapper, j’ai opposé une résistance aux sangrave ...et après ? Rien je me suis simplement réveillé dans cette cellule avec un sérieux mal de crane.  
Je devais bien m’y attendre, après toit j’avais fait le choix de rester sur ce toit pour permettre à l’homme de ma vie de fuir. Je regardais autour de moi, puis me regarda moi. Je ne me souvenais pas d’avoir troqué ma robe de bal contre un jean débardeur basquet. Je crois que le cop que j’avais pris à la tête était plus fort que ce que je ne pensais. Depuis combien de temps est ce que j’étais ici enfermé ? Un jour ? Deux jours peut être...En tout cas j’étais certaine que c’était moins d’une semaine. Je me redressais, m’adossant au mur pour soulager mon dos, je n’avais aucune blessure, ce qui était étonnant. J’en déduisais que l’on m’avait laissé tranquille, mais que ça n’allait peut être pas durer longtemps. Je rejetais mes cheveux blonds en arrière et décida de tenter de me lever. Je pris appui sur le mur et me redressa sur mes deux jambes. C’est à ce moment-là que ma tête se mit à tourner. J’attendais que cela passe, appuyé au mur, puis fit un pas, puis un second en direction de la grille. La cellule n’était pas bien grande je n’eus donc pas beaucoup de pas à faire pour atteindre cette foutue grille qui me retenait prisonnière. Je regardais ce qui se passait au-delà, et fut bien déçut. Il n’y avait aucun bruit, je n’étais même pas sure que si j’appelais, quelqu’un me réponde. Mais au fond si je ne tentais pas je ne le saurais pas.

-Hého il y a quelqu’un ?

Pas de réponse...comme je m’y attendais. En soupirant, je retournais m’assoir sur ma paillasse, posant mes bras sur mes genoux. Il allait me falloir être patiente, très patiente, et ne jamais perdre mon sang froid, malgré la boule dans l’estomac qui s’installait peu à peu.

____________________


La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict / Iris T'aranvil
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 374
Age : 22
Amour : je hais tout le monde...sauf Lex!
Race : Vampyre
Date d'inscription : 13/12/2008

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Ven 1 Juil - 15:08

Dans le palais, tout le monde semblait se remettre de l’attaque du bal. A l’infirmerie, de nombreux blessés gisaient dans les lits, avec autour des chamans affolés et occupés. Depuis quelques jours, l’alerte rouge était retombée. Chaque sangrave vaquait à ses occupations, ses missions. La traque des résistants s’était vue renforcer suite aux récents événements. D’ailleurs, quelques uns croupissaient en ce moment dans les cellules de la prison.

-Excusez-moi, Mr Storm…

Je revins sur terre et m’aperçus que j’étais toujours devant le lit d’Iris, inconsciente. Un chaman m’avait posé la main sur mon épaule, me sortant de mes pensées. Mes yeux aux couleurs de la glace se posèrent sur ce contact physique. Le sortcelier s’empressa de retirer sa main. Mieux.

-Cela ne sert à rien de rester ici. Nous vous contacterons le plus tôt possible si elle se réveille. Un sangrave vous signale d’ailleurs que vous êtes attendus dans la prison du palais.

Je me levai en silence, observai une dernière fois ma supérieure qui gisait entre les draps blancs, et partis sans jeter le moindre regard au chaman. Mes pas résonnaient dans les couloirs du palais. Certains murs étaient encore noircis, dus à un sortilège mal visé ou raté. Je n’étais pas tout à fait opérationnel pour l’interrogatoire. Je risquai de pousser un résistant trop proche de la mort. Cela est arrivé une ou deux fois, bien avant le bal. J’arrivai aux portes des geôles. Un soldat m’attendait, quelque peu impatient.

-Bonjour, Monsieur…Le Maître vous demande aujourd’hui que vous vous occupiez de L’Impératrice.

Je levai un sourcil. Tiens donc.

-Il sait que c’est une tâche difficile de faire craquer quelqu’un qui est habitué à être constamment sous une pression politique.

-Si vous ne vous sentez pas de taille…

Je dévisageai la recrue, qui déglutit. Je m’avançai dans le couloir sombre de la prison.

-J’ai dit que c’était difficile. Pas que cela « m’était » difficile. Préparez la salle d’interrogatoire.

Je disparus entre la pénombre et les barreaux. J’arrivai silencieusement devant la cellule de l’Impératrice déchue. Je la contemplai en silence. Elle était recroquevillée, ses bras sur ses genoux, attendant sans doute son heure. Inutile de lui faire patienter un peu plus. Lisbeth s’avait très bien ce qui lui attendait.

-Veuillez nous excuser pour l’insalubrité de la geôle. Mais voyez vous, quelques résistants ont eu l’idée de les faire sauter il y a quelques mois. Vous comprenez sans nulle doute que nous avons autre chose à faire dans le royaume que de s’occuper de la prison. Mais j’essayerai de vous trouver quelque chose de plus confortable.

Je restai silencieux pendant quelques instants, puis entrai dans la cellule, avec dans mes mains des menottes modernes. Le lien était remplacé par une sorte de tube bleu transparent, lumineux et épais. Je les lui montrai et ajoutai :

-Vous savez ce que c’est j’imagine. De nouvelles menottes sortant tout droit de vos…enfin désormais de nos laboratoires. Inoffensives quand vous les voyez, très souples pour bien marcher avec. Une puce se trouve dedans, reliés à la clé que je possède. Seulement, dès que vous vous éloignez trop de cette clé, un paralysant vous immobilise les jambes durant plusieurs heures. Paralysant mais non anesthésiant. Vous sentirez toute la douleur qui traverse vos jambes, impuissante.

Je lui fis un léger sourire :

-Mais je ne doute pas de votre intelligence pour ne pas tenter de fuir et de goûter à cette expérience. Cela me navre de vous les mettre, j’aimerais vous les ôter mais certains supérieurs ne se sentent bien qu’ainsi.

Je lui désignai de la tête ses pieds.

-Puis-je ? Juste pour le trajet.

Il était sûr qu’elle n’avait pas le choix, mais un peu de galanterie, cela ne fait pas de mal. Après avoir liés mains et pieds de l’Impératrice, je fis signe au sangrave d’ouvrir la marche. Nous traversâmes quelques couloirs totalement déserts. Nous fîmes le trajet en silence. Nous arrivâmes enfin devant une porte sombre, qui s’ouvrit sur une salle d’interrogatoire.
Enfin, si cela en était une.
Car hormis une table où des sangles prônait au fond de la pièce, avec quelques instruments suspendus au mur, la salle ressemblait à un salon, avec des fauteuils en cuir noir rembourrés, un tapis au sol, des tapisseries sur les murs, quelques tableaux représentants des martyrs terriens. Seul le sentiment glacial, froid de la pièce laissait encore entendre que nous n’étions pas là pour discuter autour d’un thé.
Je fis signe au sangrave d’enlever les chaînes à l’Impératrice et de refermer la porte. Celle-ci se bloqua dans un tintement sinistre.

-Je vous en prie, asseyez-vous. Fis-je en faisant signe à l’Impératrice, montrant quelques fauteuils libres. Bien, j’espère que nous éviterons de passer directement au fond de la pièce (Je montrai d’un signe de tête la table rougie par le sang.). J’aurais aimé vous proposez une boisson, mais c’est la pause des cuisiniers à cette heure-ci. Commençons voulez-vous ?

Je m’emparai du rapport qui avait été fait, concernant le bal. Je restai là, à contempler les pages, puis lâchai :

- J’aimerais bien savoir pourquoi vous n’êtes pas partis avec vos collègues. Tout le monde prenait la fuite, vous auriez pu contacter quelqu’un pour qu’il vienne vous chercher, vous et…Adriam, c’est ça ? Pourquoi l’avoir poussé ? Cela aurait pu nous faciliter la tâche, si il n’avait pas survécu à cette chute. Un Haut Mage de moins, cela nous enchante toujours…

____________________

Merci Tammie pour le kit! *-*

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth'Tylanhnem
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 27
Amour : Ma nation....et Adriam...
Race : Humaine
Date d'inscription : 07/11/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Dim 3 Juil - 12:39

Je ne me faisait pas d’illusion, je savait très bien ce qui m’attendait. Je ne peut pas dire que j’y était prête, je doute qu’on le soit vraiment pour ce genre de chose, mais disons que je faisait confiance a mes nerfs pour ne pas craquer. J’avait eu très jeune l’habitude d’être constament sous pression, a savoir ne jamais ceder aux menaces quellles quelles soient. Après tout j’était une impératrice, je ne devait ceder sous aucun prétexte. Ma mère , avant de perdre la vie, me répetait toujours que la clef était justement dans la capacité a avoir une force de caractère suffisante pour ne pas ceder aux differentes pressions. Même si les evenements de ces derniers mois m’avait un peu fragilisé, je gardait ça en tête et continuait d’avancer avec les résistants.
Je sentis une présence devant la grille de ma cellule. Ils s’étaient enfin décidé à venir me voir, à venir m’interroger. Je levais les yeux vers l’homme qui se tenait là, qui m’observait. Je posais sur lui un regard bleu glacial, je savais très bien pourquoi il était là. Il s’excusait ? Je ne crus pas une seule parole qui sortait de sa bouche de sangrave, il n’en avait rien à faire que je sois là ou dans un endroit plus confortable. Tout ce qu’il voulait, c’était que je lui dise ce qu’il voulait savoir. Sauf qu’il pouvait se mettre le doigt dans l’œil jusqu’au coude, il en fallait beaucoup pour me faire craquer. Je restais silencieuse, même si je n’en pensais pas moins et regardait les menottes qu’il avait dans les mains. Oui je les connaissais, bien qu’à l’époque, ce n’était que des prototypes et qu’elles n’avaient été testées que sur seulement quelques prisonniers. Je connaissais très bien les effets qu’elles avaient, et je n’étais effectivement pas candidate pour expérimenter cela. Je n’avais aucune confiance, et être entravé par ces liens me dérangeait fortement. Je préférais être libre de mes mouvements, mais il faut croire que certains me craignent pour me préférer ainsi attaché. Je ne comprenais pas pourquoi il me demandait l’autorisation, de toute façon je n’avais pas le choix, même si je refusais, je les aurais quand même. Je l’y autorisais donc d’un signe de tête, sans lui adresser la parole, me contentant simplement de l’observer. De toute façon qu’est-ce que je pourrais bien lui dire ? Ce qui me venait à l’esprit ne serait probablement pas très bien prit.
Le trajet fut silencieux, très silencieux, jusqu’as la salle d’interrogatoire. Mon regard fut attiré tout d’abord par les fauteuils présent, le décor d’un salon banal, si ce n’est la table ensanglanté au fond de la pièce. Un frisson me parcourut le dos, je n’avais absolument pas envie de me retrouver sur cette table, à la merci de mon tortionnaire. Enfin libéré de mes liens, et la porte bloqué, je dus abandonner l’idée de m’enfuir. A l’évidence, il n’y avait aucune issue qui pourrait me servir, alors autant traverser cette épreuve le plus dignement possible et faire galérer le jeune homme en face de moi le plus possible également. Je pris place dans un des fauteuils en face de lui, à son invitation. C’était quand même mieux que l’espèce de couche improvisé dans ma cellule. Je restais le regard rivé sur lui, observant tous ces gestes, ses réactions, et attendant surtout ce qui allait suivre. Il regarda dans un dossier. Ces gris étaient bien organisé apparemment, rien ne leur échappaient.

- J’aimerais bien savoir pourquoi vous n’êtes pas partis avec vos collègues. Tout le monde prenait la fuite, vous auriez pu contacter quelqu’un pour qu’il vienne vous chercher, vous et…Adriam, c’est ça ? Pourquoi l’avoir poussé ? Cela aurait pu nous faciliter la tâche, s’il n’avait pas survécu à cette chute. Un Haut Mage de moins, cela nous enchante toujours…

Je ne tenais pas à lui expliquer la raison qui avait motivé ce geste. Je revoyais encore la scène, les sangraves autour de nous étaient trop nombreux pour que l’on tienne le temps d’appeler pour que l’on vient nous chercher. Je ne tenais pas à savoir Adriam dans une cellule semblable à la mienne, et nous faire prendre tous les deux était parfaitement inutile. Qu’est-ce que j’étais censé lui répondre ? Que je savais très bien qu’il survivrait à cette chute grâce au dragon ? Que je l’avais fait par amour ? Ce serait lui donner une nouvelle arme contre moi, et contre les résistants. Je ne voulais pas la lui donner, il n’en était pas question. Je me composais donc un petit sourire en coin, prenant un air amusé. Je n'avait pas l'intenttion de lui donner la réponse qu'il attendait, ni aucune autre d'ailleur.

-Pensez-vous vraiment que je l’aurais fait si je n’avais pas eu la certitude de sa survie ? Quant au pourquoi je ne vois pas en quoi ça pourrait vous intéresser...

Continuant de le regarder, je restait pensive. je revoyait encore le visage d'Adriam quand je l'avait poussé, son regard quand il avait comprit ce que j'avait l'intention de faire. Il me manquait, mais je me consolait en me disant qu'au moin il allait bien et était en sécurité.

____________________


La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict / Iris T'aranvil
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 374
Age : 22
Amour : je hais tout le monde...sauf Lex!
Race : Vampyre
Date d'inscription : 13/12/2008

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Lun 4 Juil - 12:47

Toujours aussi amusée, Lisbeth afficha un sourire en coin. Elle était telle que je l’imaginais. Calme, déterminée…Impériale. Dommage qu’elle soit une résistante, nous nous serions très bien entendu en matière de manipulation, de complot…La vie était parfois injuste.

-Pensez-vous vraiment que je l’aurais fait si je n’avais pas eu la certitude de sa survie ? Quant au pourquoi je ne vois pas en quoi ça pourrait vous intéresser...

-Vous vous méprenez. Tout ce que vous dites m’intéresse, au contraire. Je m’intéresse juste à ce qui vous relie vous et le Haut Mage Aëndal.

Je feuilletai quelques pages concernant l’Impératrice et ses actions depuis la chute de son empire. Une fuite interminable, des cachettes peu sûres et encore des retraites précipitées. J’arrivai enfin sur ce qui m’intéressait.

-Après une interminable course contre les sangraves, vous êtes revenu à Tingapour. C’est à que vous avez revu Mr Aëndal. A vous deux, vous avez réussi à mettre hors d’état de nuire une bonne trentaine de sangraves. Et « main dans la main », vous nous avez échappé pour la Terre. Vous vous êtes réfugiés chez Adriam…Blablabla, Les sangraves vous ont attaqués… Evitons les détails pour aller plus vite. Toujours est-il que vous semblez bien proche de ce Haut Mage. Et ce lien reste toujours aussi visible, par exemple au bal que vous avez eu l’immense joie de saccager.

Je jetai un œil sur Lisbeth. Elle pouvait bien rester stoïque, mon instinct se trompait rarement. Durant leur escapade, j’étais assigné à une enquête concernant la jeune femme en fuite. Cherchant un endroit où elle pouvait se cacher, je m’étais penché sur ses relations. Si certains refusaient de l’aider, de peur d’avoir des représailles envers les sangraves, d’autres semblaient être tout à fait coopératifs. Gardant un œil sur certains Hauts Mages, j’avais trouvé mon bonheur avec cet ancien professeur. Je ne m’étais pas trompé. Toujours l’air serein, j’ajoutai :

- Je me demande quelle doit être sa réaction en apprenant que vous êtes ici. La violence des sentiments peut faire bien des bêtises. Qui peuvent s’avérer aussi mortelle. J’attends avec impatience ce qu’il va faire.

Je refermai le cahier qui contenait toutes les informations de L’Impératrice déchue. Je me penchai sur mon fauteuil et fixai l’Impératrice.

-Enfin bref, cessons les insinuations. Je vais le répéter une seule fois. Pour que vous ayez pu venir en toute sécurité dans les jardins du palais, quelqu’un dans nos rangs vous ont sûrement donné des informations. Qui ?

[Ta Shalia a du soucis à te faire….Gniark !]

____________________

Merci Tammie pour le kit! *-*

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth'Tylanhnem
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 27
Amour : Ma nation....et Adriam...
Race : Humaine
Date d'inscription : 07/11/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Lun 4 Juil - 13:36

Ça ne m’étonnait pas vraiment que tous les détails l’intéressaient. Il cherchait très certainement un moyen de me faire craquer afin que je lui dise e qu’il voulait savoir. Je m’y attendais, il était venu pour ça après tout, et apparemment, tous les moyens étaient bon pour arriver à ses fins. C’était donc le lien que j’avais avec Adriam qui l’intéressait... la seule chose susceptible de me faire flancher. Je n’avais pas connu beaucoup d’homme, trop absorbé par mon rôle, mais la chute de l’empire nous avait rapprochés. C’était mon unique point faible et je pressentais que cet homme allait s’y engouffrer et frapper là où ça fait mal. Je restais parfaitement impassible pendant qu’il me parlait de ma fuite avec Adriam, de ses conclusions quant au lien qui nous unissait, mais je bouillonnais à l’intérieur. Il ne fallait surtout pas qu’il vienne me chercher, ce serait signer son arrêt de mort. Les sangraves allaient l’attendre, et je ne le supporterais pas s’il lui arrivait quelque chose par ma faute. Mon sourire n’était qu’une façade, il sonnait faux. Je n’aimais pas ça, ce sangrave avait l’air de savoir beaucoup de chose sur moi ou encore de ce qui s’était passé avec Adriam. D’ailleurs sa réaction en me sachant ici je la connaissait très bien. J’imaginais facilement son front soucieux, son regard inquiet et sa détermination à venir me chercher en dépit du danger. Mais je le savais également intelligent, il ne ferait rien sans y réfléchir et en parler aux autres avant...du moins je l’espérais. Mais même si je pouvais toujours nier cette relation, ça ne servirait plus à rien. Ce sangrave savait pertinemment que nous étions amoureux, alors à quoi bon cacher ce détail encore. D’ailleurs ses paroles me le confirmèrent.

Soit vous avez deviné bravo. Et après ? N’espérez pas trop, il ne fera rien d’irréfléchi !

Je retrouvais le sourire à la mention de la taupe qui était dans leur rang. J’avoue avoir bien rit quand j’avais appris que quelqu’un, une dragonne apparemment se cachait parmi eux et nous renseignait sur leurs faits et geste, et de ce fait nous avait également permis d’entrer sans difficulté dans ce bal. qu’ils avaient organisé. Y était-elle toujours, où avait elle fuit ? Apparemment s’il me demandait l’identité de Shalia, c’est qu’il ne a connaissait pas. Où alors qu’il attendait simplement une confirmation. Etant dans l’incapacité de le savoir, je préférais lui compliquer les choses et garder ce nom pour moi.

Vraiment ?Je n’ai pas entendue parler d’une telle personne mais je suppose que cela prouve une fois de plus l’incapacité des sangraves a assurer leur sécurité...

[hum..ça devait bien arriver un jour XD]

____________________


La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict / Iris T'aranvil
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 374
Age : 22
Amour : je hais tout le monde...sauf Lex!
Race : Vampyre
Date d'inscription : 13/12/2008

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mar 5 Juil - 12:10

-Soit vous avez deviné bravo. Et après ? N’espérez pas trop, il ne fera rien d’irréfléchi !

-On va voir qui de nous deux avons raison…Fis-je en ajoutant quelques notes sur le rapport.

L’Impératrice afficha encore un sourire, visiblement encore détendue. Elle lâcha qu’elle n’avait jamais entendu parler d’une taupe. C’était courageux de protéger sa camarade, mais cela n’entraînerait que de la douleur, du sang et des larmes. Elle mentionna ensuite notre incapacité à assurer notre sécurité. Je ricanai et répliquai :

-Je dirais de même pour vous. Voir son empire chuter en une seule nuit par les sangraves à l’aide de dizaines de taupes…Qui de nous ne sait pas assurer la sécurité de son peuple, dites moi ?

Je soupirai. Visiblement, il va falloir passer rapidement à une vitesse supérieure. Je trouvai cela tellement dommage, mais l’Impératrice n’allait pas chanceler aussi facilement. Ma main gauche fut entourée d’une lumière violette et dorée, qui vira rapidement au rouge sang. Elle fusa ensuite vers Lisbeth qui fut foudroyée de douleur. Je me tournai vers la table, vérifiant les instruments. Bon, tout était en place. J'allumai en attendant une cigarette. Le sort agit pendant quelques minutes, avant de s’interrompre brusquement. Je me tournai vers la jeune femme libérée de la torture.

-Vous avez bien ressenti ce feu qui attaque chaque partie de vos veines, de vos poumons, de vos muscles? Vous avez eu l'impression que votre être entier allait s'écarteler en milles morceaux? Après quelques secondes qui paraissent interminable, votre coeur panique, bat plus vite et irrégulièrement. Votre cerveau est moins oxygéné. Vous voyez des points noirs dans votre champ de vision. Et alors que vous pensez que tout va cesser, la douleur s'intensifie, accentue le système nerveux, tétanisant les muscles. A un certain niveau, certains os peuvent se briser sous la violence de ce sortilège. Mais ne vous inquiétez pas. Il s’agit juste d’un petit aperçu de ce que votre corps devra endurer. Ou votre esprit. Tout dépend de vous.

Je m’approchai de la sortcelière et m’assis en face d’elle. J'écrasai une partie de la cigarette dans le cendrier, posé sur la table basse qui nous séparait. Un peu propreté dans ce futur carnage.

-Nous reprenons. Quel est le nom de la taupe ?


[Bon ça veut dire que tu n'avoues rien pour l'instant...YIAAAAH on peut continuer la torture! Twisted Evil ]

____________________

Merci Tammie pour le kit! *-*

Spoiler:
 


Dernière édition par Benedict / Iris T'aranvil le Mar 5 Juil - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mar 5 Juil - 12:10

Le membre 'Benedict / Iris T'aranvil' a effectué l'action suivante : Lancer de sortilèges/ coups

'Haut-mage savant' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth'Tylanhnem
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 27
Amour : Ma nation....et Adriam...
Race : Humaine
Date d'inscription : 07/11/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mar 5 Juil - 12:45

Mon regard s’assombrit, et mon sourire disparu complètement. Je venais de me prendre une grande gifle. C’est vrai je n’avais pas su protéger suffisamment mon empire contre les sangraves. Je ne m’étais pas assez méfié. Tout avait été balayé en une seule nuit. Je l’avais encore en travers de la gorge et m’en voulait assez pour ça. Mais je voulais rectifier cette erreur et reprendre omois aux mains des sangraves, ou en tout cas essayer avec l’aide des résistants. J’avais bon espoirs. Je ne lui répondis pas, ne voulant pas entrer dans son jeu et commettre une erreur. C’était simplement de la provocation, j’étais au-dessus de ça, je ne devais plus penser à cette fameuse nuit.
Il avait l’air ennuyé que je refuse de lui dire le nom de la personne qui les trahissait de l’intérieur. Et bien tant pois pour lui, je devais la protéger, pour le bien de la résistance et puis ce n’était pas dans mon intérêt de lui donner ce nom.
Je ne m’attendais pas à ce qui allait suivre. Sa maison s’illumina d’une lumière qui vira rapidement au rouge sang. Ce n’était pas bon signe mais je n’eus pas le temps de réagir. Un jet de magie me frappa de plein fouet, une douleur indescriptible s’emparant de chaque partie de mon corps. Je lâchais un léger grognement de douleur et serra les dents. Je luttais pour respirer normalement tant le feu ressentit ravageait chacun de mes organes, chaque parcelle de mon être. Mon cœur s’affola frappant à grand coup désordonné dans ma poitrine déjà douloureuse. Je fermais les yeux, ma vue ne m’étant d’aucune utilité étant rongé par des taches noires. Ces minutes furent pour moi une éternité, quand tout cessa. La douleur partie purement et simplement. C’était comme si elle n’avait jamais été là. Seul ma respiration encore difficile et mes tremblements incontrôlable témoignaient de ce qui venait de se passer. Je levais un regard noir vers l’homme qui était à présent revenu devant moi. Je n’avais plus envie de sourire pour le coup, ses paroles ne présageaient rien de bon. Mon corps ne tiendrait peut être pas le choc, mais mon esprit lui poserait des difficultés à être brisé, j’en étais certaine. Le tout est de tenir assez longtemps pour lasser le sangrave.
Je restais toujours silencieuse, alors qu’il se rassit en face de moi. Je ne voulais toujours pas lui dire ce nom, il n’en était pas question. Je respirais alors calmement et riva mon regard déterminé et glacial dans le sien.

N’espérez pas que je vous le dise....

C’étaient là les seuls mots que je lui adressais, peu importe ce qui allait m’arriver.



[Hs Edit Tam: Vous êtes des malades XD]


____________________


La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict / Iris T'aranvil
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 374
Age : 22
Amour : je hais tout le monde...sauf Lex!
Race : Vampyre
Date d'inscription : 13/12/2008

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mar 5 Juil - 21:47

Lisbeth, le souffle irrégulier et le corps tremblant, fixa ses yeux sur moi. Elle tenait toujours tête. C’est ce que j’attendais d’une Impératrice. Elle venait de goûter un simple aperçu et l'Impératrice tenait à savoir la suite. C'est bien, cette sortcelière ne fait donc pas partie de ces poltrons qui pleurent au premier choc. Mais son mutisme ne faisait que de me rendre désapointé.

-N’espérez pas que je vous le dise....

Et voilà. C’est là que commençaient ses ennuis. Je passai une main dans mes cheveux, terriblement ennuyé par cette nouvelle. Je posai un regard désolé sur sa personne. Posant mes mains sur le dossier du fauteuil, je regardai silencieusement son ancienne Majesté. On attendait de moi des résultats. Je ne pouvais pas revenir les bras vides. Tant de douleurs, de résistances, pour simplement quelques mots. Voilà bien de l'énergie gaspillée. Si seulement mes suspects pouvaient se montrer un peu plus coopératifs. Ils pourraient se retrouver libres, après les avoir remercié d'avoir coopérer...Enfin pour le cas de Lisbeth, c'était une toute autre affaire.

-C’est bien ce qu’il me semblait.

Je haussai les épaules, puis fis quelques pas vers Lisbeth, de sorte à pouvoir poser mes mains sur les accoudoirs de son fauteuil. Son regard ne cessait de me défier, prêt à endurer multiples douleurs. Voyons combien de temps. Je me penchai un peu plus vers le visage de l’Impératrice, et lui murmurai :

-Nous allons passer un long…long…long…long...moment à se regarder dans les yeux alors.

Sur ce, ma main s’illumina, la teinte rougeâtre éclata et fusa directement dans le corps de l’Impératrice. Je m’éloignai, assistant de nouveau au sortilège, nettement plus violent et puissant que le dernier. Un jour, elle craquera. Peut-être qu’elle ne s’en rendra pas compte, sous la douleur, mais ses révélations nous seront bénéfiques. Je me demande où est-ce que je peux aller avec cette femme…Et ce que Magister me permettait de lui faire endurer.
Après un temps plus long que la dernière fois, le sort commença à se dissiper. Je rajoutai à nouveau une dose sans préavis, surprenant peut-être la sortcelière. A ce stade, les muscles pouvaient se déchirer, un évanouissement était plus que fréquent et la respiration était coupée plus de trente secondes. Il va falloir que je dose la prochaine fois, si je veux qu’elle me réponde. Je m’assis sur le fauteuil en face, jouant avec un stylo, les jambes par-dessus l’un des accoudoirs et le dos contre son opposé.
Finalement, le sort s’interrompit. Je me relevai et avant qu'elle puisse reprendre son souffle, serra de ma main sa gorge. Le sortilège aux reflets rubis s'emparait du corps de la jeune femme, mais dans une douleur sourde. Un avertissement. Front contre front, je murmurai doucement:

-La taupe je vous prie ?


[Ohhhhhh pas déjà! >< Bon, tu n'es pas obligé de dire son nom...C'est trop facile sinon...XD Ou sinon, je continue avec d'autres questions.]

Et oui Tam nous sommes cingléééééééééééés!!!

[Edit Tam: T'as répondu à Lisbeth avant moi. To! Pô juste!]

____________________

Merci Tammie pour le kit! *-*

Spoiler:
 


Dernière édition par Benedict / Iris T'aranvil le Mar 5 Juil - 21:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mar 5 Juil - 21:47

Le membre 'Benedict / Iris T'aranvil' a effectué l'action suivante : Lancer de sortilèges/ coups

'Haut-mage savant' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth'Tylanhnem
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 27
Amour : Ma nation....et Adriam...
Race : Humaine
Date d'inscription : 07/11/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mar 5 Juil - 22:38

Mon calvaire ne faisait que commencer, je le savais très bien, comme je savais aussi qu’il mettrait tout en œuvre pour me faire craquer. Je savais également qu’il y arriverait tôt ou tard, à plus ou moins long terme. Le regardant toujours, je ne compris pas ce regard désolé qu’il pose sur moi. Aurait-il donc des remords à faire souffrir une jeune femme, enfin pour le jeune plus tellement, juste pour quelques renseignements que ses supérieurs voulaient ? Non certainement pas. C’était un sangrave, et ils n’étaient jamais désolés. Je renonçais à comprendre la signification alors de ce regard, et le vit se lever pour avancer vers moi, posant ses mains sur les accoudoirs de mon fauteuil, rapprochant son visage du mien. Je ne baissais toujours pas les yeux. Il s’attendait donc à ce que je ne parle pas...très bien au moins ces traitres étaient prévenus sur mon fort caractère. Je me doutais bien que je serais coincé ici avec lui, à souffrir pendant un très long moment, ce n’était pas utile de le préciser, mais aucune réponse piquante ne me vint à l’esprit. Je sentais qu’une nouvelle salve n’était pas très loin. Je ne me trompais pas, sa main s’illumina une nouvelle fois, la douleur me dévora à nouveau. Différente cette fois, plus forte, plus violente, plus longue à se dissiper également. Je ne criais toujours pas, me contentant de serrer les dents, mes mains crispé sur les accoudoirs, les ongles enfoncé dans le cuir. J’avais l’impression de ne plus pouvoir penser, de ne plus pouvoir respirer et que mon cœur allait lâcher d’un instant à l’autre. Je ne voyais plus la pièce, un écran noir s’étant imposé à ma vue. Au bout d’interminable minutes la douleur reflua enfin, quittant mon corps, pour revenir l’instant d’après. Sous la surprise, et n’ayant pas eu le temps de m’y préparer, je lâchais un cri de douleur cette fois, incapable de le retenir. Je sentais chacun de mes muscles prêt à éclater, mes poumons n’arrivant plus à se remplir d’air, je n’arrivais plus à réfléchir, j’étais comme coupé de ce qui m’entouré, muré dans cette indescriptible douleur. Quand elle cessa enfin, je n’entendis que très vaguement sa question, je savais malgré tout qu’elle était la même, mais il était toujours hors de question de question de le renseigner sur cette taupe.Je n’arrivais plus à retrouver mon souffle, je tremblais davantage, mais je le défiais encore du regard, jusqu'as ce qu'il m'attrape a la gorge, m'interdisant de reprendre mon soufle. La douleure revint, mais differament, plus sourde. je plongeait mon regard dans le sien, front contre front.


Vous en trouverez peut être sur terre, en cherchant bien...

Oui je tenais toujours tête, et oui je me foutais ouvertement de lui, même si je n’étais pas en position de force.

[HS: oui des grand malade mais surtout sadique a souhait xD ben écoute je te donne pas le nom niark xD Au pire tu passe a une autre et tu reviendra sur celle là après ? XD Fin c'est toi qui voir ooh grand tortionaire MDR *out* ]

____________________


La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict / Iris T'aranvil
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 374
Age : 22
Amour : je hais tout le monde...sauf Lex!
Race : Vampyre
Date d'inscription : 13/12/2008

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Lun 1 Aoû - 12:58

[Bon, on va essayer autre chose…]

Bien, le sort commençait enfin faire son effet. L’Impératrice déchue poussa un cri de douleur, surprise par cette nouvelle vague. Lisbeth n’arrivait plus à respirer calmement, ses membres tremblaient sous le choc de la douleur. Son regard perça le mien, et elle articula qu’en cherchant bien, nous pouvions en trouver sur Terre. J’affichai un léger sourire. Je soupirai, puis lui répliquai :

-Bien…Cela commence à rentrer dans votre délicate tête.

Ma main s’illumina à nouveau, d’un rouge flamboyant désormais.

-Mais ce n’est pas ce que je veux. Je veux un nom.

De nouveau, les hurlements retentirent dans la salle. Dehors, certains sangraves tournaient la tête vers la salle, frissonnant et imaginant les pires tortures. A ce moment là, ils étaient heureux de ne pas être l’ennemi du nouvel Empire. Au bout d’un quart d’heure cette fois-ci, je relâchai l’emprise douloureuse sur la sortcelière. Cette dernière gardait les yeux fermés. Je soulevai son menton, et m’aperçus qu’elle avait perdu connaissance. [Je peuuux ?]
Je me relevai, les mains sur les hanches. Apparemment, cette tactique ne va pas me faire gagner une parole. Il fallait essayer autre chose.
Je pris le corps inconscient de l’Impératrice dans mes bras, délicatement. Je me dirigeai alors vers la table au fond de la salle. Je la déposai dessus, et entrepris de l’immobiliser avec les sangles. Les pieds, les mains, la tête et le buste attachés, j’appelai un sangrave qui surgit au bout de quelques minutes.

-Tu sais ce que tu as à faire. Fais en sorte que l’Impératrice reste en sommeil. Si elle réussit à s’en extraire avant que j’ai pu faire quoi que ce soit, tu ne reverras plus le jour crois moi.

Le sangrave hocha de la tête, puis ses mains s’illuminèrent d’une lumière sombre, typique de la magie démoniaque. Une fumée noire entoura le corps de la sortcelière et resta en suspens. Je me tournai vers Lisbeth, me mit au bout de la table où trônait son visage, posais chacune de mes mains sur ses tempes.

-Par le Legimensus, j’entre dans tes souvenirs et ton esprit, ta résistance est finie.

Le noir m’entoura soudainement. Perdu dans le brouillard, j’attendis. Au bout de quelques minutes assez angoissantes et silencieuses, certaines formes apparurent. La lumière se fit de plus en plus forte, jusqu’à ce que le brouillard qui m’entourait fit place à l’intérieur de l’esprit de Lisbeth. Pour le moment, personne à l’horizon. Je me demandais où était passée l’Impératrice. Je regardai autour de moi, cherchant les portes de ses souvenirs.


[A toi d’imaginer quel environnement représenterait l’esprit de Lisbeth ! Gniark !]



____________________

Merci Tammie pour le kit! *-*

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth'Tylanhnem
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 27
Amour : Ma nation....et Adriam...
Race : Humaine
Date d'inscription : 07/11/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mar 2 Aoû - 17:53

Même le plus robuste, même le plus courageux ne pouvait pas résister à cette violente douleur qui s’insinuait dans chaque partie du corps. Une douleur telle que vous être obligé à un moment ou à un autre de crier, malgré vous. Ça ne soulage pas pour autant. Oui des taupes sur terre, mais en disant cela, j’avais surtout pensé au petit animal qui était souvent chassé étant un nuisible. Mais ma fois s’il pensait qu’il y avait des informateurs sur terre, je n’allais pas le détourner de ce chemin, au moins ça mettait en sécurité celles qui étaient sur autre monde, enfin pour un temps. Il voulait que je lui donne un nom, il n’allait pas abandonner tant que je ne lui aurais pas donné ce qu’il voulait, sauf que je ne le pouvais pas, je ne pouvais pas faire ça. Je regardais avec appréhension sa main s’illuminer à nouveau de rouge. Je savais très bien ce qui suivrait ensuite, et je ne me trompais absolument pas. La douleur revint, encore plus forte que les fois précédentes, et mes hurlements reprirent également. Je ne sais pas combien de temps cela dura, tout ce que je savais, c’était que mes muscles étaient prêts à éclater, ainsi que mon cœur qui était prêt à bondir hors de ma poitrine. J’en venais à souhaiter que tout ça se termine, d’une façon ou d’une autre peu importe, mais je ne voulais plus souffrir. Mon vœux fut exaucé, un voile noir se posa devant mes yeux, je sombrais dans l’inconscience.
Je me sentais bien, je n’avais plus mal, je n’avais plus à m’en faire pour quoi que ce soir, jusqu’au moment où je sentis une présence avec moi, s’insinuer dans mon esprit, tel un serpent. Alors qu’il faisait sombre, une vive lumière s’installa, éclairant le paysage autour de nous.
Mon esprit était semblable à un grand jardin ensoleillé où l’on aime passer plusieurs heures. Des fleurs de toutes les couleurs, de l’herbe verte à perdre de vue un grand chêne produisant de l’ombre et un banc juste en dessous, sur lequel j’étais assise. C’était un paysage magnifique, sauf qu’il était à l’image de mon humeur. J’étais parfois anxieuse, parois triste et très rarement heureuse. A certain endroit, l’herbe, les arbustes et les fleurs étaient brulé. Sur ma droite, se trouvait une petite porte doré, toute décoré de roses. C’était la porte de mes souvenirs. Il me suffisait de penser à ce à quoi je voulais me rappeler et d’ouvrir cette porte pour revoir le souvenir en question.

Un homme était devant moi, mais de dos. Je savais qui il était, je savais très bien que c’était Benedict et je savais également rées bien ce qui se passait. Il était rentré dans mon esprit dans l’espoir d’y trouver les informations qu’il cherchait parmi mes souvenirs. Dans ce cas je devais surement tenue sous sommeil artificiel. Il n’allait pas être simple de me réveiller dans ces conditions, ni de résister. Je me levais et m’approchait de lui.

Alors c’est comme ça que vous pensez me faire fléchir ? Et vous pensez réellement pouvoir trouver ce que vous cherchez en...violant mes souvenirs ? C’est pathétique mais digne d’un sangrave en même temps !

L'environement perdait un peu de ses couleurs, s'assombrissant.

[HJ : j'ai fait ce que j'ai put avec le peu d'imagination que j'ai ce soir xD ]

____________________


La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict / Iris T'aranvil
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 374
Age : 22
Amour : je hais tout le monde...sauf Lex!
Race : Vampyre
Date d'inscription : 13/12/2008

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Lun 8 Aoû - 9:54

Une voix me fit retourner. Tiens, Lisbeth n’était pas si loin finalement. Comme à son habitude, elle n’hésita pas à lancer des répliques cinglantes. Le décor semblait perdre de la couleur, devenant plus sombre. Je soupirai et passai une main dans mes cheveux.

-Il est vrai que j’ai été stupide de vous torturer avant. Comme si une femme comme vous pouvait plier devant la force brute. Autant éviter de vous faire souffrir et de récolter les informations directement. Tout est bénéfice pour nous deux. Cela va être rapide, ne vous inquiétez pas.

Je tournai les talons vers la porte qui ne soutenait aucun mur. Au loin dans le firmament, un orage se préparait. Je jetai un œil par-dessus mon épaule. J’ajoutai :

-Il serait aussi préférable que vous ne me gênez pas dans mes recherches. Si je contrôle bien les sortilèges de torture physique, ma spécialité est surtout dans la psychologie.

J’arrivai enfin devant la porte. Qui refusa de s’ouvrir. La poignée ne bougeait pas d’un centimètre et était chauffée à blanc. Je retirai ma main rapidement, brûlé à vif. Je serrai les dents. Pourquoi est-ce toujours aussi compliqué ? Apparemment, l’Impératrice continuait à résister malgré mes avertissements. Mon regard glacial se posa sur la sortcelière. Je tendis rapidement une main vers elle. Des racines jaillirent du sol, s’emparèrent de ses chevilles pour remonter jusqu’à son buste. Je m’aidais de mon imagination mêlée à la sienne et de son esprit pour rendre tout cela réel. Cette opération était délicate, mais marchait divinement bien à la fin. Apparut dans ma main un poignard. Je jouai avec lui, le lançant dans les airs.

-Tout ce que vous voyez est réel. La douleur même. Voulez vous vraiment essayer ? Et cette fois-ci, plus question de vous évanouir…vous êtes déjà dans votre esprit.

Je me tournai vers la porte. Voyons ce qui pouvait bien avoir derrière ce pan de bois. Je posai ma main sur la poignée, qui était légèrement tiédie. Il n'empêche que je me retrouverai avec une belle brûlure à la paume. Je continuai à forcer, puis finalement utilisai la magie pour finir le boulot. Une lumière aveuglante sortit de la porte. Je fis quelques pas en arrière. Je me tournai vers Lisbeth, le sourire aux lèvres. Je lui ôtai les racines et lâchai:

-Faisons une course voulez-vous? Celui qui arrive le premier au souvenir que je cherche a gagné!

Sur ce, je m'engouffrai dans ses souvenirs.
Au début, ce ne fut que du brouhaha assourdissant, des images vives et en désordre. Mais peu à peu, je réussis à décerner chaque souvenirs des différentes années. Il y en avait tant! Mais ceux que je cherchais se trouvaient au fond de la plaine immense. Je commençai à courir, à en perdre l'haleine pour certains. Je pouvais voir l'adolescence de Lisbeth sous mes yeux, ses plus sombres secrets, son couronnement, ses prétendants...Oh tiens et un certain Haut Mage brun et résistant...Mais je ne devais pas me concentrer sur ses détails insignifiants. Je continuai à courir à travers la plaine. Je crus apercevoir la silhouette de Lisbeth, mais elle disparut sous le flot des souvenirs. Plus vite. Les souvenirs se firent plus récents. La chute de l'Empire, sa fuite, ses combats, ses rencontres et...Je m'arrêtai devant une bulle de souvenirs qui flottait dans les airs. Voilà ce que je cherchais.
Je pouvais voir une bâtisse sombre, perdue au beau milieu de la forêt et quelque peu en ruine. Ces arbres me disaient quelque chose...De la région d'Omois. Je vis Lisbeth arriver. Je lui fis un sourire.

-Un retour dans le passé, ça vous tente?

Je touchai alors la bulle qui explosa, livrant son butin.


____________________

Merci Tammie pour le kit! *-*

Spoiler:
 


Dernière édition par Benedict / Iris T'aranvil le Lun 8 Aoû - 10:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Lun 8 Aoû - 9:54

Le membre 'Benedict / Iris T'aranvil' a effectué l'action suivante : Lancer de sortilèges/ coups

'Haut-mage savant' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth'Tylanhnem
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 27
Amour : Ma nation....et Adriam...
Race : Humaine
Date d'inscription : 07/11/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mer 10 Aoû - 10:35

Même réfugié dans mon esprit, jamais je n’arrêterais de résister Il était hors de question que je lui facilite la tâche. Je me foutais bien de souffrir, sa torture de quelques minutes auparavant n’avait pas vraiment affecté ma détermination, même si dans un moment de faiblesse je m’étais retranché dans mon esprit pour ne plus sentir la douleur. Ça avait été bien involontaire, mais ce n’était pas plus mal. Je savais très bien que s’il recommençait ici, je n’aurais plus aucune échappatoire mais tant pis, je ne pouvais pas le laisser fouiller dans mes souvenirs et nuire a la résistance.
Un sourire moqueur apparut sur mes lèvres quand il se révéla incapable d’ouvrir cette porte qu’il convoitait tant. Pire encore, il s’était brulé la main sur la poigné chauffé à blanc. Il faut toujours se méfier où on pose les mains ça peut être...brulant ! J’aimais voir sa mine déconfite, jusqu’au moment où il posa un regard glacial sur moi. Je n’eus pas à me poser la question de savoir ce qu’il allait faire bien longtemps. Des racines sortirent de terre, m’entravant, m’interdisant de bouger, se resserrant autour de moi. Il me menaçait encore, il n’avait donc toujours pas compris que les menaces ne servaient pas à grand-chose sur moi. J’étais ce que l’on pouvait apeller une tête brulé, il en fallait beaucoup pour me briser et me terroriser au point que je devienne parfaitement docile. Je respirais calmement, nous étions dans mon esprit, par conséquent je pouvais être encore maitresse de ce qui se passait ici, quoi que ce n’était qu’en théorie, jamais personne ne s’était encore invité de force dans ma tête.

Et vos menaces sont censées m’effrayer ?

Non je n’avais pas peur, enfin du moins je m’efforçais d’avoir le moins peur possible. Il vint à bout enfin des résistances de cette porte...des miennes. Si j’avais perdu le sourire, lui en revanche l’avait retrouvé. Ce n’était pas bon, mais vraiment pas bon. S’il arrivait à entrer dans un de mes souvenirs, je ne pourrais pas faire grand-chose pour l’arrêter.
Les racines me lâchèrent, puis il me proposa une course jusqu’au souvenir qui l’intéressait. Ce n’était qu’un jeu pour lui, un jeu atroce ou l’angoisse me tordait le ventre. Qu’arriverait-il s’il parvenait à ses fins ? Il trouverait très certainement le QG des résistants, tout espoir serait alors anéanti et Omois resterait aux mains des sangraves. Non ça je ne pouvais pas le permettre, mais la situation était déjà bien mal engagé. Je me mis donc à courir à sa suite, aussi vite que je le pouvais. Tous mes plus sombres secret, ma vie entière défilait devant nous, des souvenirs que je chérissais pour certain, d’autre que je préférerais oublier, puis au fond des souvenirs plus récent, ceux qui étaient susceptible de l’intéresser, ceux que je devais protéger précieusement.
Malheureusement, il était arrivé bien avant moi et se tenait devant une bulle contenant...le souvenir de mon arrivé au QG la toute première fois. Avec ça il saurait où était l’emplacement. Je n’eus pas le temps de faire quoi que ce soit qu’il toucha la fragile bulle.

NON !

Trop tard. Il faisait nuit à présent et il pleuvait un déluge. Nous nous tenions devant une grande bâtisse au beau milieu de la forêt d’omois. Je savais que jamais je n’aurais dû aller là-bas, mais je n’aurais jamais pensé que quelqu’un s’infiltrerait non plus dans mes souvenirs. L’instant d’après, nous étions a l’intérieur, au beau milieu d’une réunion. Par chance, à ce moment du souvenir, je n’étais pas vraiment attentive, les paroles étaient donc pas vraiment audible, seul quelques morceaux de conversation étaient assez audible pour être comprit. Je me ressaisis, je ne pouvais pas le laisser aller plus loin dans ce souvenir. Par un énorme effort de volonté, je tentais de l’en expulser.
La prairie se reformait autour de nous, le souvenir redevint une bulle fragile. Je le regardais droit dans les yeux un petit sourire moqueur aux lèvres, qui cachait mal mon angoisse.

Je vous l’ai dit je ne vous laisserais pas faire alors pourquoi vous entêter ?

____________________


La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance.


Dernière édition par Lisbeth'Tylanhnem le Mer 10 Aoû - 10:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mer 10 Aoû - 10:35

Le membre 'Lisbeth'Tylanhnem' a effectué l'action suivante : Lancer de sortilèges/ coups

'Haut-mage savant' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Benedict / Iris T'aranvil
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 374
Age : 22
Amour : je hais tout le monde...sauf Lex!
Race : Vampyre
Date d'inscription : 13/12/2008

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mer 17 Aoû - 9:44

Les souvenirs nous engloutirent dans leurs torrents d’images. Après une lumière éblouissante, nous nous retrouvâmes dans l’obscurité. La pluie s’acharnait sur nous. Je levai les yeux et vis la forme de la battisse, éclairée par de brefs éclairs. Cette architecture…Pas de doute, cela était une forteresse cachée dans l’empire d’Omois. Finalement, ils ne s’étaient pas autant éloignés que le prévoyaient mes supérieurs. Je gardai en mémoire cette forteresse et fus aspiré à nouveau dans un autre souvenir.
Cette fois-ci, nous étions à l’intérieur. Autour de nous discutaient les résistants. Je tendis l’oreille mais ne réussit qu’à comprendre des brides de phrases. Sans doute prévoyaient-ils le plan de l’attaque du bal. Je n’eus cependant pas le temps d’approfondir le souvenir qu’une force m’extirpa du souvenir. Je me retrouvai à nouveau dans la prairie. Le souvenir repartit dans une bulle, légèrement plus transparente qu’au début.
Lisbeth me faisait de nouveau face, un sourire aux lèvres, fière de m’avoir chassé de son souvenir.

-Je vous l’ai dit je ne vous laisserais pas faire alors pourquoi vous entêter ?

Je l'empoignai par le cou, contrarié d'avoir été déconcentré dans ma recherche. Ma bouche crispé de colère, je finis par lâcher un sourire et répliquai d’une voix presque douce :

-Vous savez autant que moi qu’il est trop tard pour se rebeller. J’ai vu la bâtisse. Je sais où vous vous cacher. Je vais les chercher. Les trouver. Et ce sera enfin terminé

Je la lâchai. Elle savait que ses compagnons étaient perdus. Je tournai le dos à l’Impératrice. J'aperçus une bulle qui semblait m’intéresser. Était-ce la taupe? Je posai ma main sur la bulle, mais celle-ci refusa de m'ouvrir ses secrets. je n'avais plus assez de force pour la forcer. Tant pis pour la taupe. Elle se révélera dès la capture des résistants. Je levai les yeux au ciel et criai:

-Sabor? Tu peux arrêter. C'est terminé.

Je me tournai vers Lisbeth, alors que peu à peu le décor autour de moi s'effaçait.

-Merci pour votre aide. Je vous laisse entre vos pensées noires et pleines de remords à présent.

Le noir m'engloba, et je me retrouvai de nouveau dans la salle d'interrogatoire. Le souffle court, je m’assis dans l'un des fauteuils. Le retour à la réalité était toujours difficile. Sur la table, Liseth était encore inconsciente. J'ordonnai au sangrave de la détacher rapidement et de disparaître. Je repris enfin des couleurs après ce voyage assez périlleux pour l'esprit. Cependant, un rictus se dessinait sur mon visage.
Enfin, je l'avais trouvé ce QG.





____________________

Merci Tammie pour le kit! *-*

Spoiler:
 


Dernière édition par Benedict / Iris T'aranvil le Mer 17 Aoû - 9:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mer 17 Aoû - 9:44

Le membre 'Benedict / Iris T'aranvil' a effectué l'action suivante : Lancer de sortilèges/ coups

'Haut-mage savant' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth'Tylanhnem
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 27
Amour : Ma nation....et Adriam...
Race : Humaine
Date d'inscription : 07/11/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Ven 26 Aoû - 10:14

Et maintenant ? Qu’est-ce que je pouvais encore faire pour enrayer ce qui se passait ? Rien du tout...je ne pouvais plus rien faire pour venir en aide aux résistants, ils étaient perdus cette fois. Il ne restait plus qu’as prié pour qu’ils puissent s’enfuir, même s’il n’y avait qu’une chance très mince. D’un seul coup, tout espoir me désertait. Tout ça était de ma faute, j’aurais du mieux protéger mes souvenirs, j’aurais du pouvoir résister davantage, j’aurais dû....
Je regardais Benedict qui me tournait à présent le dos. Il tentait de percer à jour encore un de mes souvenirs, mais ce fut un échec. La bulle restait obstinément opaque, c’était une bien maigre consolation. Je restais silencieuse, quelqu’un m’avait donc tenu dans l’inconscience pour qu’il puisse savoir tout ce qu’il voulait savoir. Je m’en doutais un peu, je n’avais pas pu me réveiller, même avec toute la meilleure volonté du monde. Mon aide ? Il se foutait de moi la ? Une bouffée de haine monta en moi, j’aurais voulu lui tordre le cou, lui faire subir miles supplices, mais nous étions encore dans mon esprit, et pour une raison inconnu, je ne pouvais que restait planté là, encore sous le choc de ce qu’il venait de se passer et des conséquences que cela allait engendrer. Je restais seule dans le noir, un moment, puis finit par me réveiller.
J’étais allongé sur cette table, mais n’était pas entravé. Quelqu’un devait avoir détaché les liens. Bénédicte n’était pas loin, un rictus mauvais aux lèvres. Il était content de lui cet enflure. Je me levais d’un bon, même si mes jambes étaient encore tremblantes et que mon corps ressentait encore les traces de son traitement d’avant. Je ne savais plus quoi dire, je venais de perdre c’était évident, et je n’avais plus aucune envie de plaisanter. Je laissais cette bouffée de haine monter. Je devais sortir d’ici, je devais au moins essayer, mais sans magie comment faire ? Une fois d’être certaines que mes jambes me portaient suffisamment, je lâchais la table.

Vous connaissez l’emplacement soit.... ils ne se laisseront jamais faire !

Sortir d’ici, m’échapper, les prévenir, il fallait que j’y parvienne, il le fallait, les seuls soucis c’est comment. L’énorme porte en fer devait être verrouillée a tous les coups, je n’étais pas certaine de pouvoir faire de la magie, sans ça, ça aurait été un jeu d’enfant de sortir, quoi que affronté toute une flopée de sangrave a moi toute seule c’était carrément du suicide. Je contournai alors très calmement Bénédicte, le laissant croire que j’étais résigné, que je ne ferais pas de vache. Oh grossière erreur. Un regard vers la porte m’appris qu’elle était....entre ouverte ? Oh joie au bonheur même les sangraves avaient leur lot d’imbécile de traduc. Il fallait que je tente quelque chose.... je fis alors la seule chose qui me passait par l’esprit. Je m’approchais de Bénédicte et lui mit une droite. Oh cette frappe n’était pas assez forte pour l’assommer, oh non je n’avais pas assez de force pour ça, mais ce que je voulais c’était profiter de l’effet de surprise. Je me ruais alors vers la porte, et sortit dans le couloir....un plan, il me fallait un plan et vite. J’entendais déjà les pas de cet homme derrière moi.


[mouhahaha faut bien se rebeller quand même xD Si ça va pas dit le moi ^^ Maintenant tu peut lui faire ce que tu veut, le must ça serait de la briser pour la rendre depressive MDR Va y amuse toi ]

____________________


La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict / Iris T'aranvil
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 374
Age : 22
Amour : je hais tout le monde...sauf Lex!
Race : Vampyre
Date d'inscription : 13/12/2008

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
7/10  (7/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Lun 29 Aoû - 15:23

[ Mais vous avez quoi vous tous à vouloir vous échapper ? Je suis si laid que ça ? XD on sérieusement, ça va poser problème si tu t’échappes. Ma ligne du temps va être un peu bousculée (vu que je dis à Tam que...enfin c’est compliqué.) ]

Quelques instants plus tard, Lisbeth se réveilla. Apparement, sa haine n’avait cessé de décupler contre moi. C’est dommage, mais le travail passait avant tout. L’impératrice déchue se leva d’un bon et répliqua, furibonde :

-Vous connaissez l’emplacement soit.... ils ne se laisseront jamais faire !

-Nous verrons.

Je passai une main dans mes cheveux, encore légèrement fatigué. Bon, il va falloir préparer l’attaque surprise…Je devais en plus vérifier deux ou trois choses avant cela, en plus je ne savais que faire de la sortcelière désormais. Je devrais la rendre à Magister. Il saurait quoi en faire. Et je pourrais…
Un choc dans ma joue me projeta à terre. Aie, ça c’était Lisbeth. Quelle femme ! Qui pouvait posséder une droite pareille ? Je restai stupéfait au sol pendant quelques secondes. Mais qu’ont-ils tous à vouloir frapper mon visage ? La jalousie était un vilain défaut !
Je me relevai, chancelant. Le palais pouvait à nouveau se mettre en alerte rouge. Je me mis à la poursuite de l’Impératrice. J’aperçus quelques sangraves au passage et lançait l’état d’urgence. Il fallait la retenir au moins jusqu’à l’attaque. Après, ce sera le problème du Maître. Je zigzaguai à travers les couloirs, cherchant une masse de cheveux blond courir à perdre l’haleine. Avec ce que je lui ai fait subir, elle aurait du se tenir tranquille. Mais ces petits résistants sont drôlement costauds. J’aimerais bien en avoir quelques uns dans mes rangs…J’aperçus alors Lisbeth au loin. La course commença, avec en fond l'alarme stridente du palais. Je lançai du mieux que je pus un Flammus, dus m'y reprendre plusieurs fois. La porte de Transfert se faisait de plus en plus proche. Plus que quelques couloirs et elle filait entre mes doigts. Je dus utiliser une grande partie de ma force avant de toucher ma cible.[ Mais heuuuu je voulais te rater!]. Je m'arrêtai, hors d'haleine. Je ne pouvais donc pas me reposer un instant?

-Ne vous inquiétez pas. Vous les reverrez bientôt. D'un cas ou un autre, vous les verrez...


____________________

Merci Tammie pour le kit! *-*

Spoiler:
 


Dernière édition par Benedict / Iris T'aranvil le Lun 29 Aoû - 15:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Lun 29 Aoû - 15:23

Le membre 'Benedict / Iris T'aranvil' a effectué l'action suivante : Lancer de sortilèges/ coups

'Haut-mage savant' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Lisbeth'Tylanhnem
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 27
Amour : Ma nation....et Adriam...
Race : Humaine
Date d'inscription : 07/11/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mar 4 Oct - 18:45

Oui j’étais furibonde, et il y avait de quoi. Je détestais que l’on s’immisce dans mon esprit, je prenais ça comme un viol, une humiliation sans nom. C’était déloyal et... digne d’un sangrave sans scrupule comme cet homme. Les secondes où il restait au sol me permit de m’échapper, mais malheureusement pas très loin. Je voyais le couloir défiler à la vitesse de ma course effrénée, les alarmes hurlant dans mes oreilles. La porte de transfert était toute proche, il ne me restait plus que quelques portes à passer et le tour était jouer.
Des impacts à côté de moi me firent sursauter, Benedict était derrière moi et tentait de me toucher, ce qui m’incitait à accélérer. Il dut s’y prendre à plusieurs reprises, avant que son trait ne me touche enfin, stoppant net ma course, le choc me jetant à terre, me faisant glisser sur quelques mètres avant de heurter un mur. J’étais un peu sonné, et ne pris conscience de la brulure dans l’épaule et le bras que quelques secondes après. Un coup d’œil vite fait m’appris que le flamus lancé m’avait brulé la peau. Je serais les dents, m’efforçant d’oublier la douleur et me relevait tant bien que mal prenant appuis sur le mur. Quoi que l’on puisse en dire, je n’étais plus toute jeune, et les courses poursuites m’épuisaient un peu plus vite qu’avant.

-Ne vous inquiétez pas. Vous les reverrez bientôt. D'un cas ou un autre, vous les verrez...

Non, je ne voulais pas les voir, du moins pas ici. Je voulais les voir debout, se battant pour omois, se battant contre les sangraves, et pas dans les cellules crasseuses et humide du palais. Je voulais espérer encore, mais après tout peut être que je me faisais des illusions, peut être que tout était joué finalement.

C’est là où vous vous trompez...

Je lâchais le mur, tenant mon bras brulé replié contre mon ventre, tant pour le reposer que l’utilisant comme une sorte de barrière bien frêle. Je n’étais plus seule, je n’avais pris conscience de cela lors du bal, les potions de Mat avaient fonctionné, je n’avais pas eu le temps d’en avertir le principal concerné, Adriam.

Je tendis ma main illuminé devant moi, un jet de Destructus fusant vers lui.... et rata sa cible. Je compris alors que j’étais trop fatigué, je n’étais plus en état de m’opposer aux sangraves, ma magie avait faiblit. Je lançais un regard brulant de haine sur Benedict, des sangraves nous rejoignant, apparemment hors d’haleine eux aussi.

[ HJ: a toi de voir ce que tu veut faire maintenant et désolé pour l'énorme retard ;)]

____________________


La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance.


Dernière édition par Lisbeth'Tylanhnem le Mar 4 Oct - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   Mar 4 Oct - 18:45

Le membre 'Lisbeth'Tylanhnem' a effectué l'action suivante : Lancer de sortilèges/ coups

'Haut-mage savant' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )   

Revenir en haut Aller en bas
 

[A.C] Et ça ne fait que commencer ( Benedict )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks
» Un fait surprenant ( suite )
» Le roi a fait battre tambour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Empire d'Omois :: Le Palais Impérial d'Omois :: Prison-