AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [A.C] De retour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: [A.C] De retour.   Mar 18 Oct - 10:14

Aknat, berceau fondateur de la dynastie Kazehime et son voisin, Cadis ville natale de toutes les générations Lowning. Autour d'eux gravitaient deux autres familles, les Mikage et les Wickford. Pour unir ces 4 familles il fût décidé que les enfants seraient liés et ainsi les 4 grandes lignées deviendraient, par la force des années, une seule et même famille surpuissante.
Au bout de nombreux temps les 4 familles réussirent enfin à avoir une fille pour deux d'entre elle et un garçon pour les deux autres. Akai Mikage fût promise à Kuroi Kazehime tandis qu'elle nourrissait des sentiments pour Peter Wickford, qui lui, était promis à Ella Lowning.
De ces unions naquirent Eiko et Sebald. Enfin les quatre familles allaient être réunies...


J'avais posé pied à Urla quelques jours plus tôt de là j'avais pris un pégase jusqu'à Aknat. A peine entrée dans le village que les ragots fusaient déjà. Je souriait en entendant les histoires et en pensant que ce petit bourg n'avait pas changé.

"Tu as entendu?"

"...Ferret se marie"

"...te petite peste"

"...bald Wickford"

"... Eiko"


En entendant mon nom je faillis m'emplafonner dans une boutique... Bon d'accord, en fait j'avais déjà failli m'étaler de tout mon long quand j'avais entendu le nom de Sebald (Ça suffit oui?! Je vous vois en train de vous marrer comme des Balbounes!)
Je décidais de m'approcher discrètement histoire de voir ce que disait les deux "petites" mémés que je venais de croiser mais allez vous faire discrète quand vous tenez un pégase par sa longe et qu'à vos côtés il y a un loup aux yeux dorés...
Quelques instant après être arrivé à proximité d'elles mes deux informatrices se turent rivant sur moi un regard peu avenant. Ah... J'en étais sûre, j'aurais dû abandonner le pégase ou bien laisser ma curiosité mal placée là où elle était...

-Qui êtes vous?

Arf... Bonne question, qu'est ce que je peux leur dire "Salut, c'est moiiiiiii! Vous vous souvenez Eiko, et ouais j'suis de retour!". C'est un peu pégalier non?

-Rhuuuum... Une... étrangère! Je voyage de ville en villes pouuuuur... écrire un livre... Sur les mariages...(?)

-Ah! Elle est bonne celle là! Une vampyr, fleur bleue...


Mais j'vais t'en f***** des fleur bleu moi!!! Et tu sais où, hein?! Dans... Dans... Dans TON OREIIIIIIIIIILLE! (N'oublions pas les enfants, pauvres petites âmes sensibles...)

-..fin. Vous tombez bien on a justement un mariage qui est organisé pour dans trois jours. Le fils d'une des grandes familles des environs se marie avec une "roturière", il ne l'aime pas mais c'est une fortune nouvellement constitué et comme il ne peut se marier avec la fille des Kazehime, elle s'est enfuie il y a 10 ans, et bien ses parents ont décidés qu'il prendrais cette femme pour épouse... Enfin femme, elle a le même âge qu'Eik...

Elle se tût un instant la peur se lisait dans ses yeux, je me retournait pour voir s'en aller une petite silhouette frêle.

-Humph... Tu dis n'importe quoi Kathy, Eiko s'est suicidée et son frère que tu viens de voir passer ne va rien te faire!

-On ne sait jamais... Bon je vous laisse j'ai du boulot.


Un moment j'ai pensé la retenir et puis j'ai abandonné l'idée à quoi cela aurait-il servit? Sebald se mariait et je n'avais pas mon mot à dire. J'aurais quand même préféré qu'il ne fasse pas de mariage de principe. Lors de notre dernière conversation il m'avait dit que j'étais sa "dernière chance". Il ne l'aimait pas elle pas plus qu'il ne m'aimait moi. En réfléchissant je m'étais arrêtée devant une boutique de fringues. Grosse Erreur j'avais oublié qu'ici les commerçants sautaient littéralement sur tout ce qui bougeaient ou plutôt sur tout ce qui ne bougeait pas.

-Mademoiselle! Vous avez besoin de quelque chose?! Nous avons tout ce qu'il vous faut!

Quoi?! Même des vis et des circuits pour mes inventions? Naaan, j'crois pas... Cet instant de réflexion me fût fatal... Enfin fatal pour mon porte feuille...

-Hop, hop, hop on entre c'est qu'il fait froid dehors, un jolie fille comme vous devrait rentrer chez ses parents au lieu de trainer dehors, on ne sait jamais ce qui peut arriver!

Retenant de justesse un "Geuuuuuh...?" d'incompréhension je suivis la vendeuse potelée qui me tirait par le bras. Toujours complètement atone on me mit un paquet de vêtements sur les bras et on me poussait dans une cabine . Une nuisette bleue me tira de mes pensée et un sourire éclaira mon visage lorsque je repensait à Revan et au soutien-gorge. Lei me manquait, je ressortit le petit bout de papier avec ses indications puis le remettais à sa place. J'enfilais un robe en laine blanche pour faire plaisir aux vendeuses et pour pouvoir vite fait sortir de leur boutique d'un rose vomitif puis je sortis de la cabine.

-Oooooooooooooooh! Elle est très jolie sur vous. Bon quelques retouches sont nécessaires mais...

-Poussez vous!
me fit une sale...Hum. Engoncée dans une robe à froufrous.

-Mademoiselle Erika, enfin!

-Je vous ai déjà dit de m'appeler par mon nom,Ferret! Vous vous souvenez?! Oh et puis taisez vous. Dans deux semaines je serais une femme mariée et il me faut de magnifiques tenues dans lesquelles me pavaner!
( Bon j'avoue elle n'a peut être pas dit "pavaner"... Mais dans sa bouche ça sonnait tout comme!) Je veux essayer cette robe, aboya t-elle à la pauvre vendeuse en me désignant du doigt.

Mais... Mais, Je suis en train de rêver là?! Pincez moi je rêve (oui, ça fait 2 fois rêve... Et alors?!) Alors c'est ça le truc que va épouser Sebald?! Comment peut-il s'abaisser à épouser une femme aussi banale et infecte. Avec un sourire mauvais j'annonçais:

-Dommage, je la prend!

La fille me regarda avec des yeux furieux. Et moi, une expression narquoise sur ma figure, je filais à la caisse. Tout en déclinant les propositions de retouches de la vendeuse je filais vers le cimetière.

*Eiko... Tu sais ce que tu viens d'acheter?*

*Une robe.*

*Pour te venger...*

*Et alors c'est pas comme si elle n'était pas jolie sur moi..*

*euuuuuh...*


-Au pire je la revend sur e-bay,
dis-je en me rendant compte un peu trop tard que je venais de parler tout fort.

_______________________________________________________
_____________________________

-Bonjour Oshiro... murmurais je en entrant dans le cimetière.

La tombe noire était jonchée de cadavres de fleurs, seule un rose avait fleuri. Un rose rouge, pesant comme une malédiction. De rage je l'arrachais à main nue et l'envoyais balader. J'incantais pour faire apparaitre d'autre fleurs sur lesquelles je lançait un sort de protection contre le temps.

-J'ai fait beaucoup de bêtises dans ma vie, petit frère. Et la seule chose dont je suis vraiment fière c'est justement d'avoir laissé ma fierté de côté. J'ai vécu pour toi, mais il est peut être temps que je vive pour moi. Je t'aime tellement, dis je en sanglottant allongée sur le marbre froid.

-C'est elle mon canard en sucre,dit une voix geignarde.

Je relevais imperceptiblement la tête afin d'identifier les personne qui osaient venir me déranger dans un cimetière.

-Enfin Erika, il y a d'autres robes.

-C'était celle là que je voulais.

-Bon je vais aller voir.

Il se rapprochait lentement, ses pas sur les feuilles de septembre, J'effleurais une dernière fois l'épaisse couche de marbre qui me séparait d'Oshiro avant de me relever puis je me retournais vers eux. Sebald pila net en découvrant les quelques mèches rousse sortant de ma capuche. L'étonnement se lisait sur son visage.

-Ei...?

-Rendez-moi la robe, le coupa "Erika"

-Vous pouvez crever, dis je en passant devant elle en la provoquant.

Elle m'attrapa le bras et de son autre main me gifla, laissant au passage 4 traces de griffes sur ma joue. Sans faire attention au sang qui coulait j'assenais à cette Peste un coup de poing en plein sur son œil gauche. Elle se jeta sur moi telle un furie et entreprit de m'étrangler. Sa lèvre éclata lorsqu'un second coup de poing atterit sur sa bouche. Avec un coup de pied dans le ventre je l'envoyais valdinguer à l'autre bout du cimetière. Elle s'évanouit après avoir touché le sol avec un bruit sourd. Je me relevais en essuyant ma joue ensanglanté. Archi lui grognait sur la Spatchoune d'Erika... (Encore un piaf... Remarquez une dinde avec un... "dindon" ça va bien ensemble!)

-Tu devrais aller la soigner, dis-je à l'intention de Sebald

-Et toi? dit il en approchant ses mains

Je le repoussais furieuse:

-Tu n'es pas intervenue quand elle m'a attaquer pourquoi voudrais tu me soigner maintenant?! C'est elle! C'est avec elle que tu vas te marier. ALORS VA T'OCCUPER D'ELLE!

Je quittais le cimetière complètement hystérique en pleine discussion mentale avec Archi.

______________Parce que tout le monde aime les ellipses ;)______________
_____________________________________

Peu après la bagarre j'étais arrivée dans la taverne indiquée par Mafralia. J'avais eu un peu de mal à la trouver étant donner que je ne connaissais absolument pas l'ouest du village et encore moins les abords de la forêt (C'est vrai quoi j'étais une petite fille de bonne famille et j'avais 5ans... JE NE ME BALADAIS PAS DANS LES RUES!! Bon ok un ptit peu mais quand même! Bref). J'avais donc demandé à voir Alan Malefor, le tavernier avait eu l'air supris voir quelques peu apeuré mais de bonne grâce il m'indiqua une table en me disant d'attendre. Il était 15h et il venait rarement en milieu d'après midi...

Et effectivement 4heures plus tard, de mes long doigts fins je tapotais la table en bois en regardant dehors attendant, impatiemment, que le vampyr daigne montrer le bout de son nez. J'étais oppressé je détestais être entourée de toute cette foule qui me regardait en coin m'observant, se demandant qu'est ce qu'une vampyr telle que moi faisait ici (Ben ouais, c'est vrai vous en connaissez beaucoup des vampyrs roux habillé en r... ah bah non en blanc aujourd'hui!). A chaque ouverture de porte je poussais un long soupir. Et ce fût quand pour une fois, lors de la trente et unième ouverture, je me forçais à rester les yeux rivés sur l'arbre multicolore que je voyais  par la fenêtre afin d'éviter une trente et unième déception, que le vampyr entra. Je pensais à des choses et d'autres, je me disais notamment qu'il fallait que j'appelle Lei me rappelant soudain que cette énergumène n'avait pas de boule de cristal (HRP: haha... Hum je crois que c'est pas ça mais j'arrive absolument plus à me souvenir du nom... J'éditerais...)quand une main se posa sur la mienne faisant cesser les tapotement réguliers de mes ongles contre le bois. J'avais l'air furieux de quelqu'un que l'on réveille alors qu'il rêve d'un troupeau de Oréo domestiques.

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.


Dernière édition par Eiko Kazehime le Sam 13 Oct - 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan "Malefor" Benvolio
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Localisation : Sur mon bateau
Amour : Je cherche, héhé...
Race : Vampyr
Date d'inscription : 31/12/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Dim 23 Oct - 17:52

- Capitaine ! Réveille toi Capitaine !

J'ouvris négligeament un oeil, encore fatigué de la bataille d'hier. Ces foutus salterens étaient franchement coriaces quand il s'agissait d'or, et ils m'avaient éreinté. Faut dire aussi que Slyvo ne m'avait pas prévenu que leur bateau ne serait pas seul, mais qu'en fait il y aurait tout un tas de navires de la marine Spanivienne pour l'escorter. Et ils ont beau être tout petit, ils sont costauds quand ils sont armés de leur bidules méchaniques ! Mais j'avais eu la bonne idée de demander à Thorn de créer un tempête, ce qui les avait totalement déboussolé. Il ne restait plus au Salamander qu'à les canonner au bon moment au bon endroit, et s'en était fini d'eux. Quand au bateau de marchandise, les guerriers s'en étaient occupé une fois le maëlstrom calmé : Hazel, Corben, Nekti et Roderik avaient bondis sur le pont, massacré tout le monde, puis nous avions amené la marchandise -des crédits-muts or et du sel de très bonne qualité - dans notre cale. Mais après avoir fêté notre victoire, je m'étais assoupis dans ma cabine, où venais de me réveiller Nekti, la jeune salteren.

- Grmbl... S'qu'il ya ?

- Désolé de te réveiller, mais monsieur Filantin m'a dit de vous rappeler qu'aujourd'hui, vous devez assister au mariage d'une riche famille de Krasalvie, à Aknat.


Je poussais un soupir. Quoi ? Un mariage ? Encore ? Pourquoi fallait-il que Alan ait autant de popularité sur les deux planètes ? Résultat, dès que quelqu'un d'assez riche voulait se faire un nom, il faisait une fête, et m'appelait. Bon, j'avoue qu'avoir dans ses relations un homme généreux, bon... et riche surtout, ça pouvait aider dans la vie. Je me demandais souvent d'ailleurs ce qu'il se passerait si tout ceux qui m'avaient invité apprenaient un jour que, en plus d'être Alan, j'étais aussi le célèbre capitaine pirate Malefor. Je pense que ça me ferait pas mal de tranquilité. Malheureusement, je ne pourrais plus dans ce cas m'occuper de mes orphelinats, et tout ces enfants abandonné seraient... Laissés pour compte une fois de plus. Et puis, connaitre du monde pouvait de donner accès à des fonds et des informations. Comme celles des passages de convois par exemple.

- Bon, on arrive quand ?

- Bin justement... On est arrivé. Les autres sont déjà descendus.


Et re-soupir.
Bon, pour faire bonne figure, autant montrer que j'étais arrivé en avance. Me demandant ce que j'allais porter, je me dis que pour un mariage, le blanc serait du plus bel effet... Mais que justement, se disant cela, tout le monde en mettrait du blanc. Gardons plutôt le noir habituel. Je me ferais remarquer, mais... Qu'importe après tout ? C'est bien pour cela que je serai là non ? Et puis les vampyrs aiment le noir. Me changeant directement, et étant toujours un peu fatigué, j'en oubliai la présence de la jeune salteren, qui si elle n'était nullement gênée par ma quasi-nudité, était curieuse. Elle appuya ses coudes contre les barreaux de mon lit, et posa sa tête penché dans le creux de ses mains.

- C'est vrai ce que M.Filantin a dit ? Que vous auriez revu votre amie d'enfance en Italie ?

- Oui,
dis-je avec un sourire. Mais j'ai du partir.

- Mais pourquoi vous l'avez laissé ? Vous l'aimez non ?


Je m'arrêtai un instant, balançant la tête en arrière, et expirant d'un coup. Oui, je l'aimais. Depuis notre enfance, je l'aimais. Mais je ne pouvais pas l'emmener avec moi. Ma vie était trop... Dangereuse. Je n'avais pas le droit de menacer sa vie. Mais je ne pouvais pas non plus fermer l'orphelinat. Alors, entre la piraterie et l'amour, j'avais du faire un choix. Et j'avais choisi. Je ne garderai un relation fixe que quand je serai sûr que celle que j'aimerai ne pourras pas être en danger à cause de moi. Je l'expliquai à Nekti, qui soupira de bonheur.

- Donc vous l'avez abandonné pour la protéger... C'est dommage, mais super romantique à la fois...

- Tu sais faire preuve de romantisme toi ? Je ne l'aurais jamais cru.

- Vous savez, être une féroce guerrière ne m'empêche pas quelques aventures de temps en temps...

- Quelques... Euh, ne vas pas non plus trop loin, hein !


- Ne vous inquiétez pas, vous me récupérerez toujours mon capitaine, dit-elle en sortant après un clin d'oeil.

_______________Et aller, parce qu'on aime tous les ellipses X)_________________

Nous avions accosté un peu plus loin en aval du Fleuve, pour que personne ne puisse voir le navire. Je dû alors marcher quelques instants avant de parvenir jusqu'au village. Ce ne fut d'ailleurs pas un mal, car il y avait quelques haies assez fleuries le long du chemin. J'en cueillai une jolie, rouge et resplendissante, que j'accrochai à mon veston juste avant d'entrer dans le patelin qui était, à cet heure ci, en pleine ébulition. Partout, je n'entendais parler que du mariage qui avait lieu le lendemain. Les deux familles les plus puissantes et les plus riches allaient s'associer, ce qui me faisait dire que ce n'était pas vraiment un mariage d'amour, m'enfin passons. Je décidais de faire un passage au marché, on pouvait y dégoter pas mal d'informations un peu plus interressantes. Mais là encore, Ô déception ! Le mariage, le mariage, et devinez quoi encore ? Le mariage ! Les familles étaient donc si importantes que ça ? Les Ferret et les Wilckford, c'est ça ? Bah, c'est pas comme si ça m'interressait au final, de savoir qui se marie. Sauf si la mariée est jolie. Je vis tout à coup Odin qui me faisait de grands signes avec son chapeau.

- Y a quelqu'un au bar qui a demandé à te voir. En tant que Malefor. Je sais pas comment elle a su que tu étais là, mais elle a l'air bien renseignée. Elle est sur la table en face de la fenêtre.

Fronçant les sourcils, je fonçais vers le pub en face. Qui pouvait bien être au courant de ma venue ici ? Les seuls à savoir que Alan et Malefor ne sont qu'un ne sont pas nombreux. Vu que ceux qui l'apprennent sont en général six pieds sous terre, ça risque d'être dûr d'en trouver beaucoup d'une certaine manière. Une fois à l'intérieur, je vis que la personne en question était une jeune vampyr rousse. Rousse ? Pourquoi rousse ? Enfin bref. Elle pianotait sur la table, d'une façon assez stressante je dois le dire. J'avançai vers elle, mais elle ne semblait pas m'avoir remarqué. Je posai ma main sur la sienne, pour qu'elle arrête l'insupportable pianotement, puis m'asseyai devant elle.

- Une breubière par ici ! Et vous prendrez bien quelque chose ?

Elle accepta.

- Bon, je vais être direct. Vous voulez quoi, et comment vous savez que je serais ici aujourd'hui ? Personne ne sais que je suis Malefor, et encore moins vous que je n'ai jamais vu.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Dim 23 Oct - 19:41

Le type c'était assis en face de moi, je détestais qu'on se permette des familaritée avec ma personne. Je devinais que c'était la personne que je cherchais mais... Il ne ressemblait en rien à l'idée que je me faisais de lui. Grand, des cheveux noirs mi-longs et légèrement bouclés, un sourire ravageur et... (Non je n'ai pas vu sa paire de fesse alors arrêtez de baver c'est agaçant enfin!). Je décidais de lui laisser sa chance et reprennais un visage légèrement plus avenant que celui cité précédemment.

- Une breubière par ici ! Et vous prendrez bien quelque chose ?


Je le fixais de mes yeux orangé et acquiesçais de bonne grâce. Si c'était lui qui payait il n'y avait aucune raison pour que je refuse.


- Bon, je vais être direct. Vous voulez quoi, et comment vous savez que je serais ici aujourd'hui ? Personne ne sais que je suis Malefor, et encore moins vous que je n'ai jamais vu.

Il eut un énorme blanc. A chaque fois que j'essayais de répondre j'ouvrais et refermais la bouche aussi sec. Comment ça pas censé savoir qu'il est "Malefor". C'est quoi ce BINNNNNNNNS?! A défaut de mieux je me décidais pour la vérité. Je lui racontais donc ma vie enfin... Légèrement, juste la dernière partie avec Toutou Helm et finissais par un:

-... Donc Mafralia m'a donné votre nom puisque je lui demandais de m'indiquer une personne susceptible de m'entrainer. Je ne savais absolument pas si vous seriez ici aujourd'hui ou demain ou dans mille ans, mais j'ai tenté ma chance. Pour être tout à fait honnête j'aurais préféré que vous ne soyez pas un Vampyr... Et encore moi un Vampyr logeant, ici, j'avais dit ce mot avec une pointe d'acidité dans la voix et il me regardait comme si j'étais quelque chose de tout à fait étrange.

Après avoir fini son observation il sourit puis me parla un peu de Mafralia, je l'écoutais attentivement puis avec un sourire fini par lui donner mon nom.

-Je m'appelle Eiko. Au fait vous pourriez..?, lui demandais je en désignant ma joue, C'est pas que ça fait mal mais un peu quand même.

J'eus tout le temps de l'observer tandis qu'il soignait mes contusions autour de la gorge Ma joue pleine de sang et ma main que j'avouais avoir totalement oublié.



____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan "Malefor" Benvolio
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Localisation : Sur mon bateau
Amour : Je cherche, héhé...
Race : Vampyr
Date d'inscription : 31/12/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Lun 24 Oct - 18:57

Oups, apparement elle n'était pas au courant que je me cachais derrière une double identité. Mais alors, comment pouvait-elle être au courant que je serais ici, si elle ne savait même pas pour ça ? Je résume pour ceux qui ne comprennent pas, c'est que apparement, elle savait que moi serait ici, mais pas que Alan serais ici. Malefor n'est pas sensé être là, mais Alan oui. Donc, elle doit savoir que Alan est aussi Malefor. Oui, j'en conviens, tout ça c'est franchement compliqué. D'ailleurs, je m'y perd un peu moi-même. Bref, j'exige de comprendre ! Sauf qu'elle ne fit que ouvrir et refermer la bouche pendant quelques temps, pour ensuite tout me dire. Aaaah, d'accord, je comprenais mieux. Mafralia, qui elle était au courant de Alan=Malefor, lui avait indiqué l'endroit où je me rendais aujourd'hui, et c'est pour ça qu'elle savait que Malefor serait là. Mais elle ne savait pas que j'y serais en Alan. Ah bah voilà, c'est tout de suite plus clair ! Nan ? Bah tant pis.

- D'accord. Bon, je vais t'expliquer, puisqu'elle t'a mis dans le secret. En fait, il y a deux "moi". Un qui est tel que tu le vois, Alan Benvolio, riche et respecté, et l'autre qui est un capitaine Pirate, Malefor. L'un finance l'autre, capiche ? Les seuls à être au courant sont les membres de mon équipage, les orphelins dont je m'occupe, et Mafralia. Je l'ai rencontré il y a quelques mois, elle avait besoin d'une planque, et mon navire était tout indiqué. Et maintenant, toi aussi tu es au courant... Tu ne m'as pas dit ton nom je crois ?

-Je m'appelle Eiko. Au fait vous pourriez..? C'est pas que ça fait mal mais un peu quand même.

Je jetai un coup d'oeil à sa joue, qui était traversée par une longue ouverture. Je lui lançai un Reparus, avant de continuer.

- Ensuite, pour ce qui est de t'entrainer... Hum. Je suis flatté que Mafralia m'ait indiqué, mais il faut savoir que je n'intègre pas quelqu'un à mon équipage gratuitement. Il faut soit payer, soit être utile, dans lequel cas tu peux même être rémunéré. Que sais-tu faire ?

- La cuisine ?

- J'ai déjà un cuisinier.

- Le ménage ?

- Mon bateau se lave automatiquement, merci.

- Combattre ?

- Parce que tu crois que je manque de guerriers spécialisés ?

Je la voyais désespérer au fur et à mesure que je balayais ses arguments.

- La médecine ?

- J'ai déjà aussi.

- Je suis économe, je sais gérer les budgets...

- Je vois ça, tu essaye tout et n'importe quoi pour ne rien payer. Mais j'ai déjà un quartier-maitre. Tu vas devoir te résoudre à avancer la monnaie !

- Mais j'ai aussi des inventions ! Je peux m'en servir pour améliorer le navire !

- Dans ce cas, je ferai un mois gratuit par invention que mon technicien trouvera utile et approuvera. Sinon, ce sera un crédit-mut or par semaine. Note qu'en tant que passagère, tu auras des quartiers à toi. Par contre, tu n'auras pas accès à certaines zones. Le repas est offert, et si tu as besoin de quelque chose, nous pouvons te l'apporter. Je précise que d'habitude je ne prend aucun passager, et que c'est bien parce que j'aime bien Mafralia que je t'autorise à venir. Alors estime toi heureuse. Marché conclu ?


Elle hésita un instant. On avait vraiment affaire à une grosse radine, les amis. Mon familier à mes côtés, qui restait stoïque malgré le regard que lui jetait celui de Eiko, m'envoya une image de la jeune fille qui serait contre elle des sacs d'or, comme si il s'agissait de peluche, montrant qu'il était d'accord avec moi. Mais elle finit par accepter. Elle me demanda simplement une salle pour faire ses inventions, ce que j'acceptai de bonne grâce.

- Bon, je vais te présenter au reste de l'équipage dans ce cas. J'espère que tu as le peid marin...

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Lun 24 Oct - 19:29

- Ensuite, pour ce qui est de t'entrainer... Hum. Je suis flatté que Mafralia m'ait indiqué,
dit-il avec une note de suspension dans la voix

Je m’apprêtais à lui dire "Mais?", oui parce qu'il y a toujours un "mais"... Cependant il continua sans que j'en ai le besoin:

- mais il faut savoir que je n'intègre pas quelqu'un à mon équipage gratuitement. Il faut soit payer, soit être utile, dans lequel cas tu peux même être rémunéré. Que sais-tu faire ?

Ah, bah il en avait de bonne celui là "qu'est ce que tu sais faire?" c'est un peu la question qui tue parce qu'on sait faire plein de chose sauf que là mis au pied du mur on s'en rappelle pas forcément et je n'avais absolument pas l'intention de lui donner quoi que ce soit.

-La cuisine.

- J'ai déjà un cuisinier.

S'en suivit alors un long dialogue de propositions et de refus qui me désolaient de plus en plus au fur et à mesure que les refus s'accumulaient:

- Le ménage ?

- Mon bateau se lave automatiquement, merci.

- Combattre ?

- Parce que tu crois que je manque de guerriers spécialisés ?

- La médecine ?

- J'ai déjà aussi.

- Je suis économe, je sais gérer les budgets...

- Je vois ça, tu essaye tout et n'importe quoi pour ne rien payer. Mais j'ai déjà un quartier-maitre. Tu vas devoir te résoudre à avancer la monnaie !

"N'importe quoi"?! Nan mais va t'faire voir espèce de sale Vampyr Tyrannique! C'est vrai quoi toutes mes qualités étaient fondées... Bon d'accord le ménage c'est pas trop mon truc et j'avoue que j'aurais été bien embêtée si il m'avait dit "Adjugé, tu seras donc femme de ménage!". J'avançais donc mon dernier argument en poche... Le seul que j'aurais voulu ne pas dire et qui m'apporterais bien des problèmes plus tard...

- Mais j'ai aussi des inventions ! Je peux m'en servir pour améliorer le navire !

- Dans ce cas, je ferai un mois gratuit par invention que mon technicien trouvera utile et approuvera. Sinon, ce sera un crédit-mut or par semaine. Note qu'en tant que passagère, tu auras des quartiers à toi. Par contre, tu n'auras pas accès à certaines zones. Le repas est offert, et si tu as besoin de quelque chose, nous pouvons te l'apporter. Je précise que d'habitude je ne prend aucun passager, et que c'est bien parce que j'aime bien Mafralia que je t'autorise à venir. Alors estime toi heureuse. Marché conclu ?


UN CREDIT MUT OR?! VOLEUUUUUUUUR! Bon en même temps je n'avais pas trop le choix je commencerais peut être par inventer un épluche patate automatique...? Archi les yeux rivés sur le Loup de mon futur entraineur m'envoya une image d'un jeune homme ressemblant fortement à Alan avec une tête de sadique en plus et qui récupérait des sacs d'or aux gens qui l'entouraient." . J'acquiesçais en souriant à l'image. Je venais donc d'accepter sa demande sans même avoir mis mes conditions... Je m'empâtais. Saleté d'Archi! Je lui demandais cependant une salle pour mettre au point mes inventions non pas que je doutais que mes"quartiers" allaient être petit mais plutôt parce que je n'avais franchement aucune intention de réparer toute la chambre à chaque fois qu'un truc explosait, il accepta.

- Bon, je vais te présenter au reste de l'équipage dans ce cas. J'espère que tu as le peid marin...

Ha la bonne blague j'aurais bien eu envie de faire un rire bien niais mais... Je me suis dit qu'il reviendrait sur sa proposition alors pour une fois j'ai fermé ma grande gueule et j'ai prié pour que les entrainement soient fait sur la terre ferme parce que sinon il était certain que j'allais m'en prendre plein la figure.

________________Aller, juste pour le plaisir x)________________
_______________________________

Nous avions du marcher un peu avant d'arriver près du bateau par soucis de courtoisie, certainement, Alan ne s'était pas transformé en Malefor c'est donc avec une certaine surprise que les autres membres de l'équipage nous avaient vu monter sur le Salamander.
Une jeune salteren s'avança vers nous, je dis jeune parce qu'elle était petite maais vous avez déjà essayer de deviner l'âge d'un Salteren, vous?

- Capitaine... Mais qui est cette fille?

-Doucement Nekti, nous allons faire les présentations en attendant ramène tout le monde sur le pont.


Sans même attendre la fin de la phrase elle était partie chercher les autres. J'avais toujours trouvé les salterens bizarre mais celle là, celle là était juste étrange, elle avait l'air de vouer une dévotion sans pareil à son capitaine. Voyant mon regard il m'expliqua qu'il avait recueilli Nektialors qu'elle n'était qu'un bébé il y avait environ 17 ans. Ah donc j'avais raison... Elle était jeune! Rameutés par Nekti tout l'équipage était arrivé et formait devant moi une masse compacte. Ceux qui ne voyait pas poussaient les autres ce qui faisait que la masse de personnes, devant moi, était toujours en mouvement, puisque ceux qui se faisaient pousser repoussaient les envahisseurs. Bizarrement, en voyant cette espèce de grande famille je ne ressentais pas mon habituel mal de mer. Nekti s'avança la première:

-Je suis Nekti Slon, matelot de première classe,
lança t-elle avec un clin d'oeil. Viens me voir si tu veux quelque chose!

Avec mon plus beau sourire je me présentais à sa suite ( Le maitre m'a toujours dit que c'était malpoli de laissé les gens sans une identité à leur offrir... Oui, je suis bête et disciplinée...)

-Je m'appelle Eiko Kazehime et... Hum..., je regardais Alan qui avait un eu un regard légèrement étonné à l'entente de mon nom de famille mais il me fit signe de continuer, Et je, je suis ici pour m'entrainer.

Ça m'arrachait la bouche de devoir dire ça devant eux mais c'était la pure vérité... J'étais ici pour m'entrainer. Le second à se présenter de vant moi fût Slyvo, le quartier maitre et meilleur ami d'Alan si j'avais bien compris. S'en suivi un long défilé de nom et de prénom que j'avais tous plus ou moins retenus: Corben le cuisinier (celui là j'allais beaucoup l'embêter!), Roderik filelame un nain à l'allure pas très commode mais qui m'avait cependant fait une bonne impression, Zia, S'vin et Hazel les deux premiers étant les jumeaux cadet du dernier, Thorn Pentephraxis, un ancien Haut mage déchu qui bien que sarcastique dans sa présentation m'avait paru tout à fait sympathique et enfin Odin, celui que je devait remercier pour avoir prévenu Alan que j'étais dans cette fichue Taverne. Une fois les présentations finies avec les autres membres ils avaient tous courus vers la salle à manger/cuisine du bateau il était 20h (oui, déjà!) et tous avaient faim, moi aussi. Suivant Alan qui me montrais les pièces du bateau lorsque l'on passait devant puis qui me disait que certaines m'étaient interdite d'autre non (je suis pas sûre que je vais bien m'en souvenir... Enfin ça c'est juste l'excuse...) nous arrivâmes nous aussi pour manger. Une fois le repas fini le capitaine me montra mes quartiers, j'avais du mal à cacher que je ne me sentais pas bien après ce repas copieux et le vent qui faisait tanguer le bateau mon teint avait, je crois, prit un teint verdâtre. Une fois la visite de ma "chambre terminé je coupais, poliment, cours à la discussion.

- Je m'excuse mais je crois que je vais aller me coucher... Je suis un peu..., retenant un haut le coeur je continuais , fatiguée.

Il retint la porte alors que je la fermais pour m'enfermer dans les toilettes. Je détestais la mer, je détestais l'eau, je détestais les bateaux. MAIS QU'EST CE QUE JE VENAIS FOUTRE ICI?! La tête dans la cuvette des toilette j'entendis vaguement Alan arriver pour me tenir les cheveux.

- Hum... En fait tu as le mal de mer...


Je ne pris même pas la peine de répondre de toute façon je ne pouvais pas.

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.


Dernière édition par Eiko Kazehime le Sam 13 Oct - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan "Malefor" Benvolio
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Localisation : Sur mon bateau
Amour : Je cherche, héhé...
Race : Vampyr
Date d'inscription : 31/12/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Lun 16 Jan - 18:52

________________________Bon, une petite ellipse, depuis le temps ^^_________________

- Hum... En fait tu as le mal de mer...

Eeeeh bin, elle avait vraiment besoin qu'on l'entraine si elle venait carrément dans un endroit qu'elle savait bien qu'elle ne pourrait pas supporter. Enfin je veux dire, elle et son estomac. Faut dire aussi que, pour fêter l'arrivée d'une nouvelle venue, chose qui n'était pas arrivé depuis longtemps, Corben s'était dépassé au niveau du diner de bienvenue. Tant en qualité... Qu'en quantité. Alors si en plus elle ne supporte pas le roulis et le tangage... Mes amis, je sens qu'elle va devoir se faire accompagner par le doc toute la journée et toute la nuit, parce que franchement, vu la couleur qu'elle prenait, il y avait de quoi être inquiet...
Ah mais non attendez, je me trompe, c'est juste qu'elle est vampyre à l'origine ! Donc elle a la peau pâle de nature ! Suis-je bête. C'est assez amusant d'ailleurs de voir que ça donne une couleur dont je ne soupçonnais pas l'existence. Amusant ou désolant d'ailleurs.

- Bon, il va falloir remédier à ça... Corbeeeen ! Help ! T'as encore rajouté trop de coriandre dans ta soupe !

- Quoi ?! Comment ça ?

- Mais je rigole andouille, la petite a le mal de mer ! Envois ta potion, sinon elle va cracher son estomac par-dessus bord !


Elle me jeta un regard noir. Quoi, qu'est-ce que j'ai dis encore ? C'est vrai non ? Ah, elle avait pas aimé que l'appelle "petite"...

- Roooh ça va, tu vas pas commencer à t'offusquer pour si peu ! Dis toi que Roderik te donnera des noms bien pires.

Corben arriva près de nous, pris une brève respiration, se plaça derrière Eiko qui était encore à genou devant la cuvette des toilettes. Il me regarda, et je lui fis un signe de tête pour lui dire qu'il pouvait y aller. Avant que la jeune fille ne puisse dire quoi que ce soit, il lui attrapa le menton, lui écrasa violemment le pied pour la faire crier, et profita de sa bouche grande ouverte pour lui faire ingurgiter la mixture qui disparu instantanément dans le fond de sa gorge. Elle toussa légèrement un instant, puis jeta un regard furibond au doc en se relevant très vite.

- Non mais ça va pas bien !? Z'êtes malade ou quoi ? *keufkeuf*

- Il fallait bien ça, sinon le goût du breuvage t'aurait fait re-vomir quasiment une seconde après. Mais constate par toi même, tu tiens debout sans soucis. Et puis eh, tant que je te casse pas le pied... Enfin pour la prochaine fois, le choix est le tien. Ou on ré-applique ma technique, ou tu te débrouille toute seule. Je te file la fiole, tu verras qu'elle est très persuasive.


Je suis témoin, cette... ce... truc... est totalement imbuvable. Immonde. Ignoble. Abominable. Et là, je ne parle que de l'odeur. Parce qu'une fois qu'on a senti ce machin, c'est fini, on a plus envie de le boire. Jamais. Pour rien au monde tu n'as envie de ça dans ton corps. Et pourtant... Je n'ai jamais vu un médicament qui soit aussi efficace. Mais bon, comme tout le monde le sait, plus un médoc est mauvais, plus il est efficace.

- Bon, demain je me lève tôt, alors on fera la fête un autre soir. Il ne s'agirait pas que je rate l'évènement.


- Hein ? Quel évènement ?


- Bah le mariage tiens.


__________________________Et hop, encore une autre ellipse ^^_______________

Je ne comprend pas pourquoi elle avait tenu à m'accompagner. Mais elle avait tant insisté que je n'avais pas vu de raison pour la retenir ici, sur le navire. Alors j'avais décidé de venir avec elle. Ça avait été dur de trouver une robe à sa taille (Zia n'était pas aussi grande qu'elle, et était "un peu" plus généreuse dans ses formes...) et qui correspond au modèle vampyre (Nekti est une salteren, et je pense que le trou pour la queue ne lui aurait pas plus). Mais bon, au final, nous avions réussi à retrouver une robe dans ma penderie, qui avait du appartenir à une riche dame d'Omois. Après quelques modifications de Thorn, elle était parfaite. Slyvo apporta la petite touche à l'ensemble en fouillant dans la cale, et réussi à débusquer un collier de rubis, qui allait parfaitement avec l'ensemble rouge. De son côté, Zia apporta la petite touche de maquillage qu'il fallait. On aurait dit que tout l'équipage s'était réuni pour rendre Eiko superbe. Et ils avaient réussi. Ce n'était pas la tenue des aristos, avec les exagérations et m'as-tu-vu à tout va. C'était simple, et en même temps... Flamboyant. Si elle a un caractère aussi enflammé que sa tenue, c'était parfait. De mon côté, j'étais habillé comme pour chaque soirée. Un long manteau noir, costume trois pièces noir avec une chemise et une cravate rouge. Seul changement, le diamant sur ma canne en ébène n'était non plus noir, mais rouge sang.

- Ma chère, lui dis-je en m'inclinant devant elle pour l'inviter à descendre du navire, allons remettre le carmin à la mode en Krasalvie.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Sam 21 Jan - 20:50

Je fus tirée du lit par des tambourinements intempestifs à ma porte. Pour une fois que je passais une bonne nuit… Mon pied état encore douloureux mais ce qui m’étonnais le plus c’était de ne pas me sentir nauséeuse. Je me dirigeais vers la porte en faisant attention à mon pied et à peine avais-je ouvert la dite porte que la patte de Nekti m’accrocha le bras et me fis sortir en nuisette de ma cabine .

-Nekti… ?! Attends j’peux pas sortir comme ça !! C’est indécent ! ( Oui, j’ai plus indécent que ça… Mais quand même !)

-Pas le temps de te changer… T’façon on va te rhabiller,
me répondit-elle avec un clin d’œil

Comment ça "on va me rhabiller" ? Lei… J’ai peur…

____________________J’adooooore les ellipses !____________________
____________________

Je m’admirais devant la glace, j’avais bien eu des robes de soirées somptueuse, des parures magnifiques, que j’avais portée mais la robe dans laquelle je me voyais dans la glace était de loin celle que je préférais… Elle avait ce quelque chose qu’aucune des autres n’avait, ce quelque chose que je n’arrivait pas à trouver. Zia s’approcha de moi et me sourit, je me tournais vers elle et la serrais dans mes bras

-Merci…

Elle essuya un trait de maquillage et me repassa un coup de peigne sur les mèches de ma coiffure qui n’étaient pas retenues. Je quittais la cabine dans laquelle je me trouvait pour revenir dans ma cabine et dénichais dans mon sac un paire d’escarpins rouges qui se marieraient parfaitement avec la tenue.

*Huhuhuhuhu… « Marieraient » le mot est bien choisi… !*


*Roooooh… Ca va c’pas le moment de faire de l’esprit…*


Je sortis sur le pont et trouvait un Alan dont la tenue s’accordait avec la mienne (HRP : J’ai voulu remettre « parfaitement »… Et je me suis rendu compte que ça faisait deux fois que je l’écrivais « parafaitement ».. WTF ?!)

-Ma chère, allons remettre le carmin à la mode en Krasalvie.
Me dit-il en s’inclinant.

Avec un sourire amusée je descendis du navire et une fois arrivée sur la terre ferme, m’inquiétais de savoir comment est ce que nous allions aller au mariage…

-Euuuuuh… On va quand même pas traverser la forêt à pied ?

Nan parce que pour les talons… Y’a mieux… En réponse à ma question il alluma sa magie et activa un transmitus. Accrochée au bras d’Alan je me risquais à ouvrir un œil puis le second et découvris le château… Un château que j’avais bien connu jadis. En fait le dit château s’apparentait plutôt à un manoir, et il avait été décoré avec soin, des roses noires paraît les balustrades et du tulle noir s’enroulait autour des rampes d’escalier en marbre. Je serrais le bras d’Alan contre moi. Bizarrement avec lui je me sentais rassurée, il était ma bouée de sauvetage au milieu de tous ces gens que j’avais connu dans une autre vie… Vie qui n’était plus mienne.
Nous entrâmes dans une salle elle aussi décorée de tulle, de roses noires et de nœuds… J’avais plus l’impression d’aller assisté à un enterrement qu’à un mariage. Tout les regards se tournèrent vers le couple qu’Alan et moi formions. Deux vampyrs habillés pour l'une en rouge et pour l'autre dans un costume sombre avec quelques touches de carmin de ci de là il est vrai que cela surprenait étant donné que, que ce soit pour les mariages, la vie de tous les jours ou les enterrement les Vampyrs était souvent très... "monocolor" Ajoutez à cela ma couleur de cheveux et vous obtenez quelque chose qui ressemble à de la surprise. Pas envers le vampyr mais plutôt dirigée vers moi. Dans la salle l’infime murmure s’amplifiait et j’entendais maintenant distinctement mon prénom parmi l’assistance.

« C’est elle ! », « Elle a osé ! » « Vous croyez qu’elle est venu pour… ? », « Mais non enfin… Regarde là elle est avec son nouveau Jules ! Mais c’est… ! », « Oh mon dieu… Eiko »

La surprise me fit sourire. Alan se tourna vers moi et je le regardais dans les yeux, il avait compris seul. Je n’avais pas besoin d’en rajouter. Oui, il avait bien appris la composition des grandes familles Vampyres. Et bien lui en avait pris peut être. En tout cas les commérages allait bon train et ce petit jeu m’amusait. J’entraînai Alan vers des places libres dans la sorte de petite chapelle, qui faisait partie de tout manoir digne de ce nom, mais il reprit la direction des « opérations » et me menait vers deux places à son nom. Ce fus à moi d’ouvrir de grands yeux. Qui était il pour qu’on lui réserve deux places au premier rang ?
Quelques minutes plus tard les portes de la chapelle se refermèrent laissant uniquement le marié et son témoin, mon père, s’avancer vers l’autel. Sa seule vue m’horripilait, c’était lui, c’était celui qui avait volé mon enfance. Celui qui jamais ne m’avait adressé un geste tendre, celui qui avait fait que tout ces morts avait croisés mon chemin. En un sens je lui en était reconnaissante mais le sentiment qui dominait aujourd’hui c’était celui de vouloir me lever pour lui refaire son portrait d’Homme lisse, bien sous tout rapport. Hurler au monde ce qu’il avait fait. Cependant je me retint de le faire ne voulant pas me rabaissé, ni embarrasser Alan qui avait l’air d’être quelqu’un de respecter par ses congénères alors en attendant je me contentais d’enfoncer mes ongles dans le bras d’Alan. Ce dernier grimaça lorsqu’Oshiro Ren Kazehime, second du nom, vint s’asseoir à deux places de moi. Je sursautais lorsque je sentis la main du vampyr desserrer mes doigts crispé. Je tournais vers lui un regard peiné et me confondais en excuses dans un murmure.

-Tant que tu ne me broyais pas le bras, ça allait… Le témoin… C’est ton père ?

-Pour mon plus grand malheur.

-Ce ne sera donc pas lui qui te conduira à l’autel, ricana t-il pour détendre l’atmosphère.

-Je doute me marier un jour. J’aime trop ma liberté pour ça. Mais si c’est le cas… Je pense que je ne le préviendrais même pas,
rétorquais-je en souriant.

La marche nuptiale résonna dans la chapelle et les deux portes d’entrées s’ouvrirent presque violemment, toutes les personnes présentent se tournèrent vers l’entrée et se levèrent d’un bond. Je restais assise, pourquoi me lever pour une personne que je n’estimais pas ? Alan me lança un regard et tendit une main que je pris après un moment d’hésitation, puis je me levais rangeant une partie de ma dignité au placard pour un moment. Erika s’avança au bras de son père, un homme dodu et fier de bientôt faire partie d’une des « grande » familles. La robe de la mariée ne différenciait qu’en un seul point de la traditionnelle robe meringue. Elle était d’un noir profond, couleur qu’affectionnait particulièrement les vampyr, d’accord, mais qui détonnait un peu pour un mariage. Dans un chuchotement infime destiné uniquement à l’oreille d’Alan je murmurais un :

-Ils auraient mieux fait de mettre la Marche Funèbre.


Je le vis sourire un instant puis son visage se ferma. La cérémonie commençait. Je me surpris à penser que si Sebald la plantait devant l’autel, l’animation me comblerait. Erika me libérait de toute contrainte envers nos deux famille à moi et a Sebald. Je ne serais jamais considérer comme un ventre destiné à accueillir « L’héritier ». Non, les deux personnes qui le seraient c’est la femme du second fils de mes géniteur et Erika, et quelque part cela me satisfaisait pleinement, elles seraient traitées comme des « ventres » et ce serait là tout l’égard qu’on leur porterais. Un doute me pris juste avant l’échange des alliances : Non, Erika s’en sortais bien… Le plus mal lotis dans ce mariage c’était Sebald… Le regard de la jeune mariée que je pensais sur moi était en fait dirigé vers Alan « Cible verrouillée ». Celui des deux conjoints qui tromperait l’autre, je savais déjà qui c’était.

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Ven 27 Jan - 23:00

__________________________________________

Après avoir activé un Transmitus, nous arrivâmes directement à l'entrée du site de la fête. Un château hein ? Bon, c'est pas mal, c'est classe, tout ça, mais... Ça manque cruellement de couleur, non ? Des fleurs noires, de la déco noires... Je sais bien que c'est très probablement un mariage arrangé, mais pour les deux amants, c'est quand même sensé être le plus beau jour de leur vie, alors mettre un peu de gaieté même pour de faux, ce serait pas un luxe. Ce n'est pas parce qu'on est chez des vampyrs que chaque évènement doit ressembler à un enterrement, par tout les dieux ! Enfin bref, on va pas s'éterniser sur la décoration, on va entrer plutôt. Je m'attends déjà à certaines exclamations de la part des invités en me voyant arriver, avec au bras une jeune fille... de plus. Mais surprise, si l'étonnement est bien dirigé vers notre couple, ce n'est pas moi qui en est le principal objet...

« C’est elle ! », « Elle a osé ! » « Vous croyez qu’elle est venu pour… ? », « Mais non enfin… Regarde là elle est avec son nouveau Jules ! Mais c’est… ! », « Oh mon dieu… Eiko »

Oho, visiblement, notre petite nouvelle était connue dans le coin. Et d'après ce que je pouvais comprendre, pas en bien. Eh mais eh, j'aime pas trop naviguer avec quelqu'un qui a un peu trop de secret pour moi. Je lançai discrètement un appel à Slyvo avec ma mini-boule de cristal, afin qu'il recueille deux ou trois infos par-ci par là sur notre rouquine. En attendant, elle se mit à chercher des place pour que nous puissions nous assoir, mais pour ça, j'avais mon petit atout à moi : la chance d'être un généreux "homme d'affaire". Ça me donne en général pas mal d'avantages, comme par exemple des places d'honneurs, tout devant, et confortables avec ça. Eiko ne semblait pas s'attendre à ça, car elle dévisagea les sièges un instant, puis me regarda d'un air suspicieux. Et oui, tu n'es pas la seule à cacher des cartes dans ta manche !

Les portes se fermèrent quelques instants plus tard, tandis que Sebald, le fils Wickford, s'avançait avec... Tiens ? Je ne savais pas que lui aussi était invité ! Et encore moins en tant que témoin. Une grande famille aussi, mais la dernière fois que j'avais entendu parler d'eux, c'était en pillant un bateau qui appartenait à cet homme là, Kuroi Hiro Kaz... Kazehime. Nom de nom... de nom de dieu ! Alors c'était donc ça ! Je tournai la tête vers Eiko, et elle le fixait effectivement avec un regard qui trahissait en elle une envie de l'étrangler. Elle s'efforçait, pour se contenir, de me démolir le poignet et d'y planter ses ongles. Non, ce n'était pas une simple envie de vengeance. C'était de la véritable haine. Une haine de plusieurs années, qui avait eu le temps de croitre et d'atteindre un véritable paroxysme. Ouch ! Mais ce n'était quand même pas une raison pour réduire mon avant-bras en miettes. Délicatement, mais fermement, je la forçai à desserrer sa main. Réalisant qu'en effet, elle avait presque percé le costume, elle se perdit en excuses silencieuses. Mais je souris gentiment, pour lui faire comprendre que ce n'était pas grave, mais aussi pour la calmer un peu.

-Tant que tu ne me broyais pas le bras, ça allait… Le témoin… C’est ton père ?

-Pour mon plus grand malheur.

-Ce ne sera donc pas lui qui te conduira à l’autel.

-Je doute me marier un jour. J’aime trop ma liberté pour ça. Mais si c’est le cas… Je pense que je ne le préviendrais même pas.


Bon, elle conserve un petit sens de l'humour. Très teinté de cynisme et de rire jaune, mais c'était mieux que rien.
Je sursautai soudain en entendant la Marche Nuptiale qui retentit dans la chapelle, et me levai d'un seul coup. Eiko hésita devant ma main qui l'invitait à en faire autant, mais fini par mettre de côté sa réticence et se leva également. Je haussai un sourcil, un peu choqué par ce que je voyais. La robe de Erika Ferret était noire. Je me fiche que ce soit une robe de mariée dans la forme, si elle n'est pas blanche, que l'on soit chez les vampyrs ou pas, c'est pas un vraie robe de mariée ! Et encore, je dis blanche, je sais pas moi, une couleur vive, ça aurait été un foutu minimum ! Et, non Courage, ce n'est pas ça qu'on appelle un enterrement de vie de jeune fille, cette blague n'est pas drôle. Mais c'est vrai que, comme dit Eiko, pour le coup...

-Ils auraient mieux fait de mettre la Marche Funèbre.

Ça, c'est drôle. Mais n'empêche que.
Bon, voyons voir le couple. Pas mal, le garçon est assez beau gosse... Mais je vois bien qu'il n'est pas là par choix. Il a la pression des trois familles sur le dos. La fille est jolie, mais on sent qu'il aurait préféré choisir lui-même. D'ailleurs, en parlant d'elle... Bon, degré de fidélité environ égal à 0,5%, et encore, si on est optimistes. Elle ne fait que feindre son sourire, et malgré le fait qu'effectivement Sebald soit beau, il n'empêche que si elle trouve quelqu'un qui est encore plus beau, elle va se jeter sur lui sans hésiter. A quoi je déduis ça ? Je n'ai pas besoin d'être détective, c'est juste qu'elle me fixe depuis le début de la cérémonie, quand elle est entrée. Bon, puisque c'est comme ça, autant jouer le jeu. Elle est plutôt bien faite, quoi que un peu maigre à mon goût. Alors qu'ils échangeaient les alliances, je lui fis un clin d'œil discret, après l'avoir fixé d'un regard intense pendant quelques secondes, avec un léger soulèvement de lèvres. Sous le coup de l'émotion, elle en laissa tomber la bague sur le sol, qui roula à un mètre de là où je me trouvais avec Eiko. Saisissant ma chance, je me penchai pour la récupérer, puis m'inclinai devant elle en la lui tendant. Phase 3 terminée, on est à 90% d'attirance là. Encore un geste, et elle est dans mes bras. Trop facile.

Après la salve d'applaudissement avec les mariés qui s'embrassent – ou plutôt le fils Wickford qui effleure vite fait les lèvres de Ferret, trop occupée à baver – s'en suivit une soirée dansante. Ah, parfait. A croire qu'ils avaient tout prévu. Eiko, la pauvre, n'était pas à l'aise du tout ici, au beau milieu de gens qui, pour une raison que j'ignorais, ne l'aimaient pas. En fait, certains lui lancent de tels regards, que je pense que si ils ne s'en prenaient pas à elle, c'était uniquement parce que je l'accompagnais.

- Reste près de moi, et fait toi discrète. Tant que je serai là, ils ne s'approcheront pas.

Je pris un plateau de coupes de champagne de la main d'un serveur, si rapidement qu'il ne parvint pas à comprendre ce qu'il s'était passé. Je n'avais pas perdu mon habilité des rues d'Omois. J'arrivai devant la mariée, déjà à l'écart de son mari, et me présentai à nouveau devant elle en m'inclinant :

- Puis-je vous proposer un verre ?

Là, c'est bon. Je lui fais le coup de la voix grave et charmeuse, et l'affaire est bouclée. Maintenant, je pourrais lui lire un annuaire, elle m'écouterait sans se lasser.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Sam 11 Fév - 19:48

En génral je dois dire que j’aimais bien les mariages. La concrétisation d’un amour partagé, le bonheur qui se lit dans les yeux des mariés. Lorsque j’étais petite je regardais les magazines et imaginais la robe que j’aurais aimé porter pour mon mariage avec… Pour mon mariage avec Sebald. Aujourd’hui je regardais le couple et je me disais que pour rien au monde je n’aurais aimé être à la place d’Erika. Pour rien au monde je n’aurais aimé être à la place de Sebald. Je préférais toutes ces années de galère à tout leur futures années de souffrance. J’observais avec un certain dégoût, la jeune femme tendre sa main pour que Sebald y passe un anneau. Puis ce fût à son tour, toujours en regardant Alan elle avança sa main vers celle de Sebald pour y passer l’alliance. Et l’alliance tomba sous les yeux de l’assistance… Erika posa sa main sur ses lèvre en rougissant tandis que la bague roulait jusqu’à nous. Alan s’avança pour récupérer l’anneau qu’il tendit à la mariée dans une révérence.

*Ah ok… J’viens de comprendre…*

*C’est…*

*…Consternant ?*

*Euh… Ouais, c’est ça*

Je lâchais un long soupir sonore et secouais la tête, si je devais supporter ça toute la soirée ça allait être un véritable calvaire. Des applaudissement accompagnèrent le couple jusqu’à sa sortie de la chapelle mais je me contentais de garder un visage fermé et d’ignorer superbement ma génitrice qui me fixais intensément depuis le début de la noce. Nous sortîmes de la chapelle à notre tour pour aller dans une grande salle où se déroulait la soirée dansante et un peu plus tôt le dîner. Du sang pour changer… Enfin ça tombait bien puisque je n’avais pas bu depuis un certain temps.

-Reste près de moi, et fait toi discrète. Tant que je serai là, ils ne s'approcheront pas.

Je regardais Alan légèrement surprise qu’il me protège ainsi. Après tout il aurait très bien pu me laisser me débrouiller avec tout ces gens qui m’exécraient. Mais il avait décidé de me garder près de lui pour que je n’ai pas à les voir, à leur parler. Je notais dans un coin de ma tête qu’il faudrait que je pense à le remercier en privé… Plus tard. Je fus étonnée de la rapidité avec laquelle il récupéra le plateau d’un serveur qui me regarda par la suite l’air de se dire « Mais j’avais un plateau là, non…? ». Je lui fit un joli sourire qu’il me rendit et il continua sa route.

-Puis-je vous proposer un verre ?

Je tournais vivement la tête et là en plein dans mon champ de vision cette foutue greluche… C’en était plus que je ne pouvais en digérer. Qu’elle trompe Sebald, d’accord… Avec celui qui allait m’enseigner les « arts de la guerre » là je n’étais plus du tout d’accord. Je m’apprêtais à lui dire ces quatre vérités devant toute l’assemblée quand une pression sur mon bras m’arrêta dans mon élan. Je me retournais doucement et qu’elle ne fut pas ma surprise lorsque je vis mon « frère » me regarder avec une certaine apréhension.

-Je… Je peux te parler ?

Je déglutissait difficilement. Partagée entre l’envie de fuir le plus loin possible et celle de dire oui pour assouvir ma curiosité. Il n’avait rien fait il était peut l’un de ceux qui avait le plus souffert dans cette histoire. Mal aimée par sa mère qui ne se remettais pas de la mort de son autre fils ni de ce que son mari l’avait obligé à faire. A savoir l’appeler comme le disparut. Traité par son père comme un héritier et non comme un fils que l’on aime. Et haïs par sa sœur… Dénigré par sa famille entière en sorte. Je regardais derrière moi la jeune marié et le capitaine en pleine discussion et décidait de m’absenter quelques instants, peut-être cela inquièterais t-il Alan ? Ou pas… Quelle importance de toute façon ? Je hochais la tête et suivi le jeune garçon. Il devait avoir entre 9 et 10 ans et dans ses trais je retrouvais ceux d’Oshiro. C’était assez troublant… Il m’emmena dehors et commença à parler :

-Je… Je suis désolé. Je sais que tu ne me considère pas comme ton frère et jusqu’à il y a deux mois je ne savais même pas que j’avais une sœur… Mais quand j’ai su pour tout ça. Je m’en suis voulu…

-Ce… N’était pas ta faute…, murmurais-je gênée en me mordant la lèvre inférieure.

-Ca n’empêche en rien le mal que j’ai fait !

Il criait presque les larmes aux yeux et a ce moment là j’avais pitié de lui. J’avais pitié de ce petit être ballotté entre tout les membres de sa famille. Promis à un avenir brillant sans pour autant l’avoir choisi. Il n’avait rien fait de mal… Il possédait juste le nom de celui que j’avais le plus aimé dans ma vie.

-Je voulais te donner ça, Eiko.

Il me tendit un petit médaillon doré pendant sur une chaîne elle même dorée. Je le pris avec précautions et caressais l’or du pendentif.

-Il s’ouvre…

Interloquée je relevais la tête et mon doigt rencontra une protubérance sur le côté du médaillon. J’appliquais une légère pression dessus et il s’ouvrit. Je restais les yeux écarquillés pendant quelques secondes puis des larmes commencèrent à couler sur mes joues. Voulant remercié Oshiro Ren, je regardais devant moi mais il avait déjà disparu. J’observais une dernière fois la photo dans le médaillon, essuyais mes larmes et reprenait un visage neutre. Autour de mon cou orné de rubis scintillants j’accrochais le médaillon.
La photo me représentait, moi à 5ans, et mon petit frère. Nous étions enlacés et je posais ma tête sur la sienne tendis qu’il riait. Je ne savais pas où le fils de mes géniteurs avait bien pu trouver ce médaillon mais j’avais une dette envers lui.
Je retournais vers la salle de danse où le monde s’agitait. Sebald passa devant moi et me bouscula en titubant.

-..Iens ! E’ko !’u sais… ‘u m’as man’é !

-Tu es complètement saoul…

-Naaaaa’aaaaan, ‘est pas ‘rai… ‘llez viens pa’ là. On va fai’e des t’ucs.

Je m’apprêtais à continuer mon chemin en l’ignorant quand il me pris par la taille et colla sa bouche, qui puait l’alcool, sur mes lèvres. De surprise je n’eu pas de réaction immédiatement ce qu’il dû prendre pour une invitation puisqu’il me serra contre lui. La surprise passée, c’est à dire environ deux secondes après, je le giflais et le repoussais violemment ce qui eut pour effet de le faire tomber dans l’herbe. Il émit un petit ricannement.

-Al’ez a’oue t’ai…

-Va t’faire voir Sebald.

Je rentrais dans le manoir un air furieux accroché aux visage, il avait osé… IL AVAIT OSE !! J’allais retrouver Alan pour lui demander la permission de me barrer vite fait de ce foutu mariage et je le retrouvais en compagnie de Madame Erika Ferret-Wickford. Je ne prêtais aucune attention à cette dernière a qui ma vue cependant n’échappa pas.

-Hep ! Toi là.

Je tournais la tête avec un regard noir à son encontre qu’elle ne parut pas voir. Je devais pourtant faire très peur à ce moment même puisque la salle avait retenu son souffle lorsque j’étais rentrée.

-Ouais c’est à toi que je parle, continua t-elle avec un ton condescendant à la limite du rabaissant. Tu viens d’interrompre une conversation de la plus haute importance. Alors maintenant si tu pouvais aller voir ailleurs ça nous arrangerait…

-Humph…

Enrageant intérieurement je m’apprêtais à repartir histoire de ne pas interférer dans les affaires d’Alan et puis ça ferait les pieds à Sebald que sa femme le trompe dès leur nuit de noces. Seulement… Alors que je tournais les talons Alan me retint par le bras…

[Bon voilà si y'a un truc qui va pas tu m'dis... Enfin comme d'hab' quoi... J'éditerais ptet pour remplacer certain trucs genre des mots de liaison qui me plaisent pas... Ou pas %D Pour les couleurs... Ben quand j'aurais le temps et l'envie /SBAAAAAAAF/]

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan "Malefor" Benvolio
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Localisation : Sur mon bateau
Amour : Je cherche, héhé...
Race : Vampyr
Date d'inscription : 31/12/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Ven 16 Mar - 22:43

Pour autant qu'une vampyre pouvait rougir, c'est ce qu'elle fit. Elle accepta en s'inclinant également. Hum, elle saura sans aucun doute endormir la méfiance de n'importe qui, lors de certaine réunion. Avec un minoi aguicheur pareil, et sa façon de mettre en avant ses... arguments convaincants, les contrats seront vite signés tiens. Quoi que un peu de travers, en débordant un peu. Parce qu'en fait, elle en deviendrait presque déconcentrante, voire provocante. Mais elle va vite s'apercevoir qu'ici, c'est moi qui déconcentre... Je lui fis un baise-main avant de lui dire :

- Ma chère, permettez moi de vous adresser mes plus sincères félicitations, ainsi que tout mes voeux de bonheur.

- Oh, relevez-vous, flatteur. Pas de ça entre nous voyons. Je suis heureuse de vous voir ici, Mister Benvolio. Ou bien est-ce Monsieur ?

- Messere ma chère, Messere. Mais comme vous l'avez dit, pas de ça entre nous. Appelez moi Alan.

- Très bien. Je n'ai pas besoin de me présenter bien sûr, vous savez qui je suis.

Bien... Je sais déjà comment m'y prendre. Imbue d'elle même, faussement distinguée, il va suffire de quelques compliments sur sa beauté, sa robe ou autre chose, et puis ce sera bon. Je l'aurai dans ma poche. Les confessions sur l'oreiller, il n'y a rien de plus fiable. Quelques bateaux de plus à piller par ci par là, ça fera toujours ça en plus. Elle est riche, son nouveau mari aussi, je ne risque pas de me tromper. Contrairement à lui, si j'ose dire. Mais bon, dans tout les cas, moi, j'y trouve mon compte.
Nous continuâmes à discuter comme cela pendant quelques minutes, mais si je parlais, ce n'était que l'instinct qui agissait. Le feeling quoi. La classe naturelle entre autre. Parce que mon esprit lui, était en partie ailleurs. Avec Courage, à quelques mètres de Eiko. Bon sang, je lui avais demandé de rester près de moi ! Bon, essayons au moins de voir ce qu'elle fait. Elle discutait avec un jeune garçon. A part qu'ils avaient l'air pour le moins assez proches, je ne pouvais pas en savoir plus tant que je n'entendrais pas ce qu'ils disaient. Courage me demanda si je voulais qu'il se rapproche, mais je refusai. Après tout, ce n'était pas mes affaires, c'était Eiko, c'était sa vie, elle faisait ce qu'elle voulait. je n'avais pas mon mot à dire. Mais il fallait qu'elle revienne vite, avant qu'il ne lui arrive quelque chose. Je ne pouvais pas intervenir en tant que Alan, et ce serait la mettre en danger que de demander aux pirates d'intervenir.

- Vous m'écoutez ?

- Hmm ? Oh, pardonnez moi, votre beauté est telle que je crois bien m'y être perdu un instant.

Erika sourit, visiblement satisfaite de cette réponse. Et pendant qu'elle se tournait deux secondes pour saisir un petit four, j'essuyai mon front, réalisant que j'étais passé à ça de la catastrophe. Pfou, heureusement que j'ai de la verve et de la répartie, sans me vanter, parce qu'improviser une réponse aussi vite, c'est pas évident dans ce genre de situtation. Au moment où elle se retourna, je passai du stade "courbé sous le stress de la catastrophe frôlée" à "dos droit de celui qui est sûr de lui et sourire charmeur du gentleman". Mes aïeux, j'avais oublié pourquoi les autres me suivaient pas dans mes conquêtes... Bah je viens de ma rappeler là. Soudain, je sentis une pression sur mon bras, qui me tirait en arrière. C'était Eiko. Elle avait l'air mi-panquée, mi-énervée, et prête à se faire la malle. Je m'attendais à ce qu'elle qui dise quelque chose, mais pas à ce que Erika lui coupe la parole.

-Hep ! Toi là.

Le silence s'était fait dans la salle, je ne m'en étais pas rendu compte tout de suite. Tout les regards étaient à présent rivés sur Eiko, Erika et moi. Mais qu'est-ce que je fiche ici moi ?

-Ouais c’est à toi que je parle. Tu viens d’interrompre une conversation de la plus haute importance. Alors maintenant si tu pouvais aller voir ailleurs ça nous arrangerait…

-Humph…

Attendez, je rêve là ? Elle vient d'insulter un membre de mon équipage. Je me fiche de ses motivitations, ce n'est pas une chose à faire. Pas du tout. Qu'elle soit une garce infidèle, c'est pas spécialement ce qui m'importe. Pas plus que son argent. Son pouvoir. Son autorité. Mais quand on a cette condescendance, qui plus est avec la petite dernière de mon navire, même si on n'est pas au courant, je dirais que c'est presque passible de mort. Mais bon, je suis magnanime aujourd'hui, alors je vais me contenter de ceci... Je rattrapai Eiko, qui commençait déjà à partir, par le bras... Et la pris par la taille contre moi, tendrement. Avec la conscience que tout le monde nous entendait et nous voyait.

- De la plus haute importance ? Voyez-vous ça ! Madame est tout juste mariée et elle me fait des avances ! En voilà de l'importance ! Sachez ma chère, qu'on ne m'achète pas ainsi. Et encore moins en blessant ma jeune protégée. Je l'ai prise sous mon aile, afin qu'elle m'aide à gérer les orphelinats. Et voyez comment vous la traitez, elle, une altruiste !

Hop, coup du revers de l'épée, puis estafilade !

- Mais ce n'est pas tant vos moyens grotesques et inefficaces que vous m'offusquez, bien sûr. Vous venez de vous marier ! Vous venez de vous marier, et déjà vous projetez de compter fleurette avec d'autres hommes. Tiens, et que fait le marié pendant ce temps ? Oh, je l'aperçois au loin, déjà bien consolé par l'alcool, et si je ne m'abuse, par d'autres jeunes filles que vous. Infidélité quand tu nous tiens !

Et à présent, l'estocade !

- Bref, je laisse le soin à la foule autour de nous de constater par elle-même la solidité de ce couple. Quand à moi, je me retire, probablement mieux accompagné que jamais. Je vous remercie de m'avoir invité.

Oh, j'ai sans doute un peu menti. Et elle va protester, c'est sûr. Mais entre celle qui a, à ne pas en douter, la réputation de "partageuse de lit", et l'homme du bien aimé de tous, qui aura raison plus facilement aux yeux des gens ? J'ai facilement la réponse. Et peu m'importe si je loupe des occasions d'abordage, il y en aura d'autres. Ca en aura valu la peine de tout façon.

- Si j'ai fait une bêtise en faisant ça, dis le tout de suite et gifle moi devant le bateau, comme ça ce sera fait au moins.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Ven 11 Mai - 20:18


Pour une fois je m’abstins de toute réaction lorsqu’ Alan me prit tendrement contre lui. Je me surpris à penser que c’était la première fois depuis longtemps que j’appréciais autant le contact d’un de mes congénère et me giflais mentalement pour avoir eu cette pensée.

- De la plus haute importance ? Voyez-vous ça ! Madame est tout juste mariée et elle me fait des avances ! En voilà de l'importance ! Sachez ma chère, qu'on ne m'achète pas ainsi. Et encore moins en blessant ma jeune protégée. Je l'ai prise sous mon aile, afin qu'elle m'aide à gérer les orphelinats. Et voyez comment vous la traitez, elle, une altruiste !

… Protégée ? Orphelinats ? Altruiste ?… Eh ?
Moi qui n’arrivait même pas à m’approcher d’enfants en bas âge je m’occuperais d’Orphelinats… ? Je restais stoïque trop surprise pour dire quoi que ce soit tandis qu’Alan continuais sur sa lancée :

- Mais ce n'est pas tant vos moyens grotesques et inefficaces que vous m'offusquez, bien sûr. Vous venez de vous marier ! Vous venez de vous marier, et déjà vous projetez de compter fleurette avec d'autres hommes. Tiens, et que fait le marié pendant ce temps ? Oh, je l'aperçois au loin, déjà bien consolé par l'alcool, et si je ne m'abuse, par d'autres jeunes filles que vous. Infidélité quand tu nous tiens !

Tout le monde nous observais et je me rendis soudain compte d’où se trouvait la main d’Alan, de ce qu’il était en train de dire pour me protéger, que mes géniteurs se trouvaient dans la salle et que les possible fiançailles de leur seule fille (même reniée) avec un vampyr tel qu’Alan devait vraiment les remplir de fierté. J’eu soudain très envie d’en finir… Vite.

- Bref, je laisse le soin à la foule autour de nous de constater par elle-même la solidité de ce couple. Quand à moi, je me retire, probablement mieux accompagné que jamais. Je vous remercie de m'avoir invité.

Me tirant par la main il m’emmena à sa suite et nous passâmes devant Ella, la mère de Sebald, qui me fit un clin d’œil et forma les mots « Je suis heureuse pour toi. » sur ses lèvres avant de partir chercher son fils… Sans doute pour lui faire passer un mauvais quart d’heure. Alan incanta un lévitus et quelques secondes plus tard nous nous trouvions devant le bateau.

- Si j'ai fait une bêtise en faisant ça, dis le tout de suite et gifle moi devant le bateau, comme ça ce sera fait au moins.

Ma main toujours dans la sienne, je le regardais quelques peu étonnée.

-Une… Bêtise ? Tu penses en avoir fait une ?

J’éclatais d’un petit rire et lâchais sa main pour cacher ma bouche mais rien à faire mes yeux riaient pour moi. Il avait l’air d’un petit garçon pris en faute… Expression assez attendrissante sur le visage de quelqu’un comme lui.

- Cela faisait bien longtemps que quelqu’un n’avait pris ma défense. Je te remercie.

Il faisait nuit et j’avais sommeil, je décidais donc d’abréger la conversation et levais la main. Il ferma les yeux une seconde, pensant sans doute que malgré mes remerciements j’allais le gifler. Je passais une main sur sa joue et déposais un baiser sur sa joue.

- Bonne nuit, Alan. Demain je commence l’entraînement… J’aimerais mieux être en forme.

Je me retournais avec un signe de la main et montais sur le bateau avant de me diriger vers ma cabine plantant Alan là où il se trouvait.

_______________________________________________________________________
_____________________________

- DEBOUT LA D’DAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANS !

La tête encore dans mes oreillers je levais vaguement les yeux et les refermais. Mauvaise idées. Nekti tira d’un coup sec sur ma couverture, ce qui eut pour effet de la dérouler d’autour de moi… Et je me retrouvais face contre terre.

- Nektiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii… Laisse moi dormiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir !

- Certainement pas ! Allez viens manger ! Corben a fait un petit déj’ de fou, rien que pour toi ! T’as pas interêt de louper ça sinon… Sinon s’en est finit de toi.

Je me levais tant bien que mal et fichais Nekti à la porte de ma cabine avant de m’habiller. Jupe droite, haut à manche longue, chaussettes hautes. L’automne venu, il faisait froid en Krasalvie. Je sortis de ma cabine et me dirigeais vers les cuisines et saluait d’une main les membres de l’équipage en étouffant un bâillement puis m’installait à côté de Nekti qui tapotais un morceau de banc à côté d’elle. Puis tout le monde commença à manger.

- Au fait… Ca c’est bien passé hier, au mariage ?

Je manquais de m’étouffer avec un morceau de pancake et regardais Alan en rosissant… Me souvenant soudain de ce qu’il s’était passé hier…

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan "Malefor" Benvolio
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Localisation : Sur mon bateau
Amour : Je cherche, héhé...
Race : Vampyr
Date d'inscription : 31/12/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Sam 19 Mai - 15:50

-Une… Bêtise ? Tu penses en avoir fait une ?

Non, pas spécialement en fait, mais bon, il vallait mieux demander au cas où. Au pire, elle me gifle et elle m'en veut un peu, et comme ça je suis au courant que je ne dois pas recommencer, et au mieux elle me remercie. Ce n'est pas vraiment comme si j'avais réellement quelque chose à perdre. De toute façon, il semblait qu'elle le prenait bien, car malgré tout ses efforts pour le cacher, je voyais bien qu'elle riait.

- Cela faisait bien longtemps que quelqu’un n’avait pris ma défense. Je te remercie.

Ah bon, ça va alors. J'eus quand même un instant de recul quand elle leva la main, mais elle ne fit que la poser sur ma joue. Ainsi qu'un léger baiser.

- Bonne nuit, Alan. Demain je commence l’entraînement… J’aimerais mieux être en forme.

Je restai là, un peu hébété. Il allait me falloir du temps pour la cerner cette jeune fille. Bref. Je me retransformai rapidement, puis me dirigeai vers ma cabine. Un peu de repos, ça va me faire du bien à moi aussi. Slyvo avait laissé quelques dossiers pour moi sur la table, mais je les lirai demain.
_______________________________________

Au lever du soleil, j'étais déjà réveillé. Ma nuit avait été plus courte que prévue, et impossible de me rendormir. Toujours ces fichus cauchemars. Comme si le fantôme de mon frère venait chaque nuit pour me hanter. Magnifiquement oppressant, si j'ose dire. J'en avais donc profité pour rejoindre Hazel, à qui c'était l'heure du quart de surveillance. Ce n'était pas comme si nous risquions une attaque ici, mais on n'était jamais assez prudents. Nous avions donc discuté de choses et d'autres, dans la mesure du possible avec le guerrier elfe noir. Car il fallait l'avouer, il n'était pas très bavard. Si j'avais discuté avec la figure de proue, je suis sûr que j'aurais eu un peu plus de conversation. Laissez moi vous montrer un exemple type...

- Dis moi Hazel...

- Hmmm...?

- J'ai remarqué quelque chose d'étrange... Tu es un elfe, mais contrairement aux autres membres de ta race, tu... comment dire... tu ne semble pas attiré par le sexe opposé.

- Hmmm...
fit-il en haussant les épaules.

- Tu veux dire que ça ne t'intéresse pas plus que ça ?

- Hmmm,
fit-il à nouveau, mais avec un léger hochement de tête cette fois.

Vous voyez ce que je veux dire. Aussi muet qu'une tombe. Au moins, ça lui évite d'avoir à poser des questions.
Donc, afin d'éviter de devoir meubler tout seul la conversation, je sortis de ma poche les rapports de Slyvo sur les attaques possibles. Ahlala, quel dommage que les marchands omoisiens soient toujours sous le coup du blocus, eux au moins apportaient un vrai défi, et surtout un joli butin à l'arrivée. Pour l'instant, nous devrions nous contenter du menu-fretin. Oh, ou pas. Il y a une belle cargaison de miel prévue dans la semaine, destinée aux barons de Vilain. Il y avait là un bon moyen de se faire un peu, voire beaucoup d'argent. Et en plus, Corben serait content, parce qu'on commençait effectivement à en manquer, de miel.

Le jour était à peine levé, il devait être environ 7h du matin, et pourtant déjà les pirates s'activaient à leurs tâches respectives. Une bonne odeur vint jusqu'à mes narines... Le petit déjeuner était bientôt servi ! Miam. Nous n'avions pas pris le temps de manger hier soir au mariage, alors j'avais une petite fringale. Pain au blé magique des elfes, beurre au lait de balboune et au sel de Guérande, chocolat de Suisse, confiture de miam, jus de fruit de toutes sortes, brioche vendéenne... [oui, je me donne faim tout seul XD] Oui bah quoi ? C'est pas parce que nous sommes des pirates qu'on n'a pas le droit de bien manger non ? Après tout, on a risqué notre vie pour cette bouffe. Quand Corben nous appela, je vis qu'il manquait quelqu'un... Eiko. J'eus un petit sourire. L'habituer à nos horaires allait sans doute être drôle. Pour nous. Pour commencer, envoyons Nekti la réveiller. C'est pas la plus douce en la matière, mais il vaut mieux ça que Roderik.
_____________________________________________

Quelques minutes plus tard, elles nous rejoignirent, l'une de bonne humeur, l'autre encore à moitié dans les vappes. Je lui fit un signe de tête en guise de bonjour, puis la jeune salteren lui fit signe de s'assoir à côté d'elle. Chacun commença à manger. Roderik et Corben faisaient un concours pour savoir qui pouvait manger la tartine la plus longue, Zia et S'vin se disputaient un morceau de chocolat, Odin nourrissait son chatrix préféré, Hazel mangeait sans rien dire - pour changer - tandis que Thorn et Slyvo semblaient tout deux très absorbés par une discussion sur l'économie d'Omois sous le joug des Sangraves. Moi, de mon côté, j'étais plus concentré sur ma brioche grillée qu'autre chose jusqu'à ce que Nekti demande :

- Au fait… Ca c’est bien passé hier, au mariage ?

Eiko s'étrangla presque avec sa crêpe.

- Personnellement,dis Odin, je préfèrerais affronter un kraken plutôt que cette foule de politicos sans vergogne et sans scrupule, mais bon...

- La mariée était jolie au moins ?
me fit Slyvo avec un clin d'oeil.

- Oui, et sa robe ? demanda Zia. Elle était comment sa robe ?

- Oula oula ! Pas trop de question en même temps ! Bon, pour commencer, la robe était noire, ce qui n'est pas acceptable. Ensuite, oui la mariée était belle, mais une vraie garce. Et pour ce qui est du mariage en lui même...

Je jetai un bref coup d'oeil à Eiko. Elle semblait inquiète. Elle ne voulait pas que j'aille dans les détails. Je ne voulais pas connaitre ses raisons, elle les avait, alors je les respecterais. Je n'avais qu'à baratiner un peu, sans mentir cependant. Je ne mentirais jamais à mon équipage.

- Bof, passablement ennuyeux. On est partis avant la fin de l'apéro. La mariée a essayé de me draguer, et vice-versa, mais je me suis vite rendu compte que ce n'était pas mon type de femme. Vous l'auriez vu, condescendante, snob, imbue d'elle-même... Quand on traite les gens comme ça, franchement, on ne mérite même pas que les gens vous regarde. Alors c'est dire si je l'ai envoyé balader !

- Quel genre de condescendance ?

- Elle insultait certaines personnes, les regardaient comme si ce n'était pour elle que de la vermine... J'imagine que c'est mon statut et mon... physique avantageux qui m'a évité de subir ça.


Je fis un sourire de charmeur caricatural et pris une voix grave et distinguée à "physique avantageux", ce qui eut pour effet de faire rire tout le monde, et de mettre un terme à la conversation. Le petit déjeuner se termina, et chacun se leva pour retourner vaquer à ses occupations. Eiko vint vers moi.

- Merci.

- Ce n'est rien. Bon, allons commencer ton entrainement. Un peu de combat à mains nues, pour l'échauffement. Voyons ce que tu vaux face à Zia...

Pour la mettre en confiance, j'avais décidé de la confronter à un adversaire féminin. Etant donné que je n'avais que deux filles à bord, et que l'une d'elle était capable de vous péter les dents en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, Zia faisait parfaitement l'affaire. Sans être une experte, elle représenterait tout de même un petit défi. Ou un gros...

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Dim 27 Mai - 19:17

- Personnellement,dis Odin, je préfèrerais affronter un kraken plutôt que cette foule de politicos sans vergogne et sans scrupule, mais bon...

Tu ne crois pas si bien dire, pensais-je silencieusement en évitant soigneusement de croiser le regard de quiconque autour de la table. En particulier lorsque tes parents, que tu hais plus que n’importe qui au monde en font partis...

- La mariée était jolie au moins ?

- Oui, et sa robe ? demanda Zia. Elle était comment sa robe ?

Moche. Les deux, fus-je tenté de dire mais Alan me devança et je décidais de garder le silence et de me concentrer sur ma crêpe, cette fourbe qui avait déjà essayé de m’étouffer quelques instants plus tôt...

- Oula oula ! Pas trop de question en même temps ! Bon, pour commencer, la robe était noire, ce qui n'est pas acceptable. Ensuite, oui la mariée était belle, mais une vraie garce. Et pour ce qui est du mariage en lui même...

Je relevais la tête pour croiser le regard d’Alan... Enfin de Malefor en l’occurrence...
Non... Ne leur dit pas. Ne leur dis pas que c’est moi qu’elle a rabaissé, ni même que tu t’es presque compromis pour moi. Ne leur dit pas que je hais mes parents et qu’ils me le rendent bien. Ne leur dit rien... Ou du moins tais leur les détails les plus embarrassant, pour moi. Je sais bien que je suis égoïste mais j’espère juste que tu me comprends. Que tu comprends pourquoi je fais ça. Et que tu me protègeras, encore...

- Bof, passablement ennuyeux. On est partis avant la fin de l'apéro. La mariée a essayé de me draguer, et vice-versa, mais je me suis vite rendu compte que ce n'était pas mon type de femme. Vous l'auriez vu, condescendante, snob, imbue d'elle-même... Quand on traite les gens comme ça, franchement, on ne mérite même pas que les gens vous regarde. Alors c'est dire si je l'ai envoyé balader !

- Quel genre de condescendance ?

- Elle insultait certaines personnes, les regardaient comme si ce n'était pour elle que de la vermine... J'imagine que c'est mon statut et mon... physique avantageux qui m'a évité de subir ça.


Je me mis à rire avec les autres mais tout au fond de moi une voix disait « Tu le sais n’est ce pas ? Tu le sais qu’il a raison. Que si elle avait su qui tu étais elle t’aurait respectée, voire même vénérée. » . Fin du petit déjeuner...

- Merci.

- Ce n'est rien. Bon, allons commencer ton entrainement. Un peu de combat à mains nues, pour l'échauffement. Voyons ce que tu vaux face à Zia...

Eeeeeeeeeh ?! Face à une elfe surentraînée ? Pas grand-chose si tu veux mon avis !

_________________________________________________________________
______________________________

AIEUH... J’essuyais de ma main le coin de ma lèvre, ensanglanté. Les mouvements de Zia étaient fluides, certes, mais moins que ceux de Jill. Cela dit je n’avais jamais vaincu Jill, que ce soit en combat à main nu ou en combat avec armes.
Je parais le coup de pied qui arrivait sur ma gauche, me baissait et lançait mon pied dans les jambes de Zia qui tomba.

_________________________________________________________________
______________________________

Un coup de pied dans mon ventre me coupa le souffle et m’envoya à quelques mettre de la où je me trouvais précédemment, je me rattrapais sur une main et reprenait un semblant d’équilibre afin de me rétablir sur le pont du bateau en douceur puis... tombais ?

-Waaaaaaaaaaah ?! Par le lévitus ! Hurlais-je dans un moment de panique.

Je poussais un soupir de soulagement... Je n’avais pas vu que je m’étais rattrapé sur la rambarde... De fait... Je n’avais évidemment pas remarqué que je m’apprêtais à faire un superbe plongeon...

PLOUF


Eh ?
Pas compris là...

-Thorn !

-Ben quoi... C’est marrant !

-... Y’a que toi pour trouver ça marrant.

‘Spèce d’imbécile !

-Bon... Ben Zia ressort vainqueur !

-Et vous comptez me laisser dans l’eau, intervins-je légèrement agacée.

-T’es pas très drôle, la rouquine ! Me lança Thorn

-J’ai un humour particulier, répliquais-je

L’ex Haut-Mage me fit un sourire amusé et me remonta finalement à l’aide d’un sort puis me lança un séchus appréciable.

[Voilààààààààààà! Je savais plus trop quoi mettre après (oui, je sais on en a parlé... Mais quand on a une mémoire de poisson rouge tu sais...) BREF! Du coup j'te laisse le soin de faire la première journée de Ko-chan... La seule chose dont je me souvienne c'est qu'à la fin elle sera naze /PAN/]

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.


Dernière édition par Eiko Kazehime le Sam 13 Oct - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan "Malefor" Benvolio
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Localisation : Sur mon bateau
Amour : Je cherche, héhé...
Race : Vampyr
Date d'inscription : 31/12/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Sam 11 Aoû - 14:08

Hum... Finalement, il semblerait que Zia soit un peu trop avancée pour Eiko. J'avais oublié que la jeune elfe noire vivait dans un monde de mecs, si je peux me permettre, et que de ce fait elle savait comment se défendre. Très bien même. Oula ! Je ne me rappelais pas lui avoir appris cette technique là ! La vampyre s'écrasa lourdement contre le sol, après avoir percuté le mat. La vigie était encore bien vive, tandis que notre nouvelle recrue semblait un peu... Voire beaucoup... Vachement amochée. Mais pas découragée pour autant, car elle se releva aussi sec, contra du poing le coup de pied de son adversaire et tapa fort dans l'autre jambe restée au sol, ce qui eut pour effet de faire tomber Zia. Bon, pas si insurmontable que ça, finalement. Mais la jeune fille se rattrapa, posa ses mains sur le sol et s'en servit comme appui pour se propulser... et flanquer un coup bien vicelard dans le visage de la rousse. Aïe, ça doit faire mal. Il faut croire qu'elle n'est pas seulement une tireuse d'élite.

Une fois remise de ce choc, Eiko se remit en position de combat. Zia attaqua du tranchant de la main droite, contrée par l'avant bras de la vampyre qui répondit avec un direct du droit, stoppé net dans sa course par la main de l'elfe. Cette dernière profita de cette position de faiblesse pour donner un coup sous le coude, à ce point sensible qui fait bien mal à tout le monde. Eiko grimaça. Pendant cette grimace, Zia eut le temps d'asséner plusieurs petits coups bien précis dans le reste du bras de son adversaire, ainsi que dans les côtes flottantes. C'est mal parti pour la recrue. Un membre engourdi, une lèvre en sang, plusieurs os fragilisés... Corben allait avoir du boulot !

Eiko tenta malgré cela le tout pour le tout. Elle s'avança vers Zia. Oui, point final. C'était ça le tout pour le tout. Arrivé à ce stade, elle ne pouvait pas faire grand chose de plus. La jeune elfe lui décocha un coup de pied dans le ventre à vous en faire de la purée de boyaux, qui la propulsa plusieurs mètres en arrière. Tellement de mètre qu'en fait, elle allait passer par-dessus bord...

-Waaaaaaaaaaah ?! Par le lévitus !

Tiens ? Elle a de bons réflexes la petiote ! Elle sent qu'elle tombe, elle lévite, bien ça, bon point pour elle. Bon, elle s'était rattrapée à la rambarde, mais bon, mieux vaut être sûr...

*PLOUF*

...
Cazzo, qu'est-ce que c'est que ce cirque ?

-Thorn ! souffla Corben.

-Ben quoi... C’est marrant !

-... Y’a que toi pour trouver ça marrant.

Oh, je sais pas, disons plutôt que le fait que ce soit notre haut-Mage national qui fasse la blague est trop... inhabituel disons, pour qu'on puisse vraiment apprécier.

-Bon... Ben Zia ressort vainqueur !

-Et vous comptez me laisser dans l’eau ?

-T’es pas très drôle, la rouquine !

-J’ai un humour particulier.

Nan, c'est pas toi Eiko, c'est lui, ne t'inquiète pas. Tellement particulier que je prenais ça pour du cynisme au début. Après un bon Sechus, Eiko vint vers moi et me demanda si c'était terminé.

- Tu rigoles ? Il n'est que onze heure ! On a rien a chasser en ce moment, donc on a tout notre temps pour se consacrer à l'entrainement. Mais, rajoutais-je en voyant les yeux comme deux ronds de flans qu'elle me lançait, on va trouver quelque chose de moins physique pour terminer la matinée. Que dis-tu d'une épreuve de tir ? J'ai des professeurs parfaits pour toi. ODIN ! S'VIN !

Je la laissai aux bons soins du contrebandier et du cannonier. Moi, il fallait que je discute avec Slyvo, cette cargaison de miel n'était pas une occasion à louper et il fallait la préparer avec précaution. Il était rare que les Barons de Vilain laissent leurs trésors sans protection...

___________________________________________________________________

- Par les entrailles de Bendruc le Hideux ! Tant que ça !?

- Evidemment. D'après le marchand, c'est le coup de sa carrière, qui va lui rapporter le plus gros pactole de sa vie. Alors bien sûr, une garde renforcée s'imposait.

- Aïe. On ne peut pas attaquer de façon conventionnelle. Mais étant donné les circonstances, je ne vois pas trop comment faire... Par les moustaches de Kelembar, ton indic ne t'aurait pas menti ? dis-je avec un certain espoir.

- Non, il est formel, et c'est un homme de confiance. Un vieil ami. Et puis je ne vois pas quel intérêt il aurait à nous mentir de la sorte.

- Raaaah, zut, c'est trop bête ! Cazzo ! Une telle opportunité... Ca me ferait mal de demander de l'aide à d'autres pirates. Mais si on ne trouve pas un autre moyen, on va bien être obligés, nous ne pouvons pas laisser passer cette occasion.

*BAOUM*

Qu'est-ce que...?
Je sortis de ma cabine en trombe, le sabre au clair, le fusil à canon scié à la main. Slyvo était derrière moi, magie activée. Si on nous attaque, nos ennemis vont nous trouver !

- C'est quoi ce brokl ?! Nous sommes abordés ?

Je regardai autour de moi. Pas d'adversaire, pas de combat. Juste S'vin un peu sonné, Eiko légèrement et Odin un tout petit peu mort de rire sur la grande vergue. Rhoderik et Corben sortirent de la calle, se demandant ce qu'il se passe, tandis que Hazel se penchait avec Zia en haut du grand mat pour essayer de voir quelque chose avec toute la fumée qui se dégageait du pont. Quelque chose avait explosé ? Mais comment ? Pourquoi ? Qui ?

- Vous êtes sûr que ce n'est pas facultatif de savoir tirer avec les canons capitaine ? demanda Thorn.

- Ouais, rajouta Odin, toujours hilare. Nan parce que je suis pas sûr qu'on survivra tous à une nouvelle salve de Eiko !

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb G. Hancock
Professeur
Professeur
avatar

Masculin Nombre de messages : 118
Age : 34
Localisation : Voyeur %)
Amour : Bande de petits rigolos %)
Race : Humain... Pour le moment :face:
Date d'inscription : 16/09/2012

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Dim 14 Oct - 14:41

~ Eiko ~
(J'avais juste trop la flemme de changer de compte :kiwi:)

Bon je crois que je vais aller me reposer moi... Parce que là j’ai un peu mal partout... Techniquement je pensais avoir découvert tout les os et muscles que je pouvais avoir dans le corps mais en fait je venais d’en découvrir deux ou trois autres de plus et ça faisait fichtrement mal.
Espoirs déçus à peine formulé qu’ils étaient rejetés. Passez-moi une corde :’D

« Tu rigoles ? Il n'est que onze heure ! On a rien à chasser en ce moment, donc on a tout notre temps pour se consacrer à l'entrainement. Mais, rajouta-r-il en voyant mon regard abasourdi, on va trouver quelque chose de moins physique pour terminer la matinée. Que dis-tu d'une épreuve de tir ? J'ai des professeurs parfaits pour toi. ODIN ! S'VIN ! »

Me laissant seule avec eux il se dirigea vers sa cabine.

« Booooooooooon ! Ben on va commencer par quelque chose de simple pour l’instant. Tu vois l’arbre là bas ? Ben tu vas lui balancer un boulet de canon ce qui va normalement avoir pour effet de le faire tomber et après on pourra le détailler en morceaux pour ce soir. Corben à besoin de bois pour faire des châtaignes grillées. »

Mauvaise, mauvaise, trèèèèèèèèèès mauvaise idée. Cela dit je me résignais à affronter le canon.

« OK alors déjà tu prend le boulet. Ouais celui là. Et tu le mets dans le trou. Voilà..... »

S’en suivirent des explications que je n’écoutais que d’une oreille ce qui fut sans doute la raison pour laquelle (et ça même si j’avais suivi à la lettre les consignes du style « allumer la mèche, ne rien mettre d’autre que la poudre à canon, ect... ») le canon explosa. Nan mais... Littéralement. En fait ça parait solide ces trucs là mais ça vaut que dalle. Une fois la mèche allumée, elle brula comme toute mèche normalement constituée... Et rien. S’vin s’approcha donc un peu tandis que je me reculais doucement sachant pertinemment que quand quelque chose ne marchait pas avec moi il avait tendance à exploser inopinément. Donc S’vin s’approchait du canon alors que je commençais à sentir une odeur de brulé... Même si il était presque midi il me paraissait très improbable que Corben eut fait brûler quelque chose. Je n’avais vu personne fumer encore sur ce bateau la dernière solution étant...

« S’VIN RECULE ! »

Je le tirais brutalement en arrière au moment même où le canon explosait. Sur ce sortirent Alan et Slyvo arme à la main, visage menaçant. L’un d’eux ouvrit la bouche mais mes oreilles sifflaient trop pour que je puisse entendre quoi que ce soit et... C’est normal que le bateau tangue autant... ?
Après ce que supposais être des blagues de la part d’Odin (bawi j’entendais plus rien...) le visage de ce dernier se décomposa alors que la fumée se dissipait.

« PAR TOUT LES DEMONS D’AUTREMONDE °° MAIS ELLE L’A CARREMENT FAIT EXPLOSE !
-DE QUOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ?!
-OHNONMECEPAVRAI CA TOMBE TOUJOURS SUR MOI ! »

Certes pour vous je hurle... Mais en fait pour moi je parle normalement... Enfin je m’entends quoi...
Enfin bref une fois l’ouïe retrouvée je m’étais répandue en excuses promettant de trouver un moyen de réparer efficacement le canon (et hop une première invention, une première semaine sans payer o/).
Nous nous arrêtâmes donc là pour ce qui était du tir au canon et après avoir manger on m’envoya faire des exercices sur un punshing ball... Avec Corben... Qui se trouvait être un loup garou.

« Aller vas-y frappe. »

Maisouibiensûr tu veux que j’me pète les articulations ? D8 Un loup garou, debout et vu de prêt c’est grand et ses dents aussi son grandes mais genre à côté mes canines ressembles à des petites quenottes et puis surtout... J’me voyais mal taper dans le torse de quelqu’un qui risquait de m’envoyer valdinguer dans un tronc d’arbre.

**************************************************************

« Mais vazy plus fort ! On dirait une tapette !
- Juste pour info.... Je suis une fille...
- Ouais et alors ? »

OK ça commence bien.
Je remettais mes bandes autour de mes poing et recommençais à boxer le torse du loup garou.

« Mouais c’est encore un peu molasson tout ça.... »

Il commence à me gonfleeeeeeeeeeeeeeeer... Encore un mot et je lui...
Ecrasant son pi... Sa patte avec mon talon je levais mon poing et le lui assénais dans la gueule.
Sa tête partit en arrière et il y eut un craquement assez ragoutant lorsqu’il remit sa mâchoire en place.

« Et ben voilààààààààààààààààààààà ! »

____________________

OOOWH, SO CUTE.
apache.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan "Malefor" Benvolio
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Localisation : Sur mon bateau
Amour : Je cherche, héhé...
Race : Vampyr
Date d'inscription : 31/12/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Mer 31 Oct - 23:12

Ah oui, d'accord ! C'était juste un test au canon qui avait raté. Effectivement, je commençais à me rappeler que le tir n'était finalement qu'une leçon assez facultative, en fin de compte. Par la barbe et tout le reste du système pileux de mes ancêtres, entrainer la gamine n'allait pas être de tout repos. Tandis qu'Odin faisait remarquer en riant aux éclats que le canon avait carrément explosé, je fis signe aux non concernés de retourner à leurs occupations. Quant à Eiko, je l'aidai à se relever, et après lui avoir laissé le temps de se perdre en excuses et promesses de réparation...

- On va laisser là tout ce qui touche de près ou de loin à la pyrotechnique, et on en revient au combat rapproché, d'accord ? Mais avant tout, allons manger.

Le repas fut copieux, comme à l'accoutumé, et chacun y allait de son commentaire sur la matinée, sur ce qu'ils avaient vu, fait, lu, entendu... Mais forcement, ça ne pouvait pas louper, le sujet de discussion principal était Eiko. Son combat contre Zia avait été au centre de l'intérêt, mais surtout bien sûr l'explosion. Entre ceux qui trouvait ça amusant (Odin bien sûr, mais aussi Corben, Nekti et Slyvo), aberrant (Thorn, qui d'autre ?), effrayant (S'vin, le pauvre, on touche pas à ses beaux canons), révoltant (Rhoderik, faut pas gacher le matériel), sans oublier ceux qui s'en fichent (comme Zia) et ceux qui... bah à la base l'ouvrent jamais, et pas plus maintenant (à savoir Hazel). Pauvre gamine quand même, on peut dire qu'elle aura fait une entrée fracassante.

- Maintenant, tu vas t'entrainer avec Corben. Tout ce que tu auras à faire sera de lui faire mal. Et crois moi quand je te dis que ce n'est pas évident. Mais tu verras que tout n'est pas qu'une question de force.

______________________________

Pendant les cinq jours qui suivirent, Eiko subit l'entrainement drastique des Pirates de Fer. Levée aux aurores, petit déjeuner, entrainement, manger, entrainement, manger, re-entrainement, dodo. Pas de temps pour la pause. La pauvre rouquine s'écroulait le soir sur sa couchette complètement vidée de son énergie. Nekti se chargeait de son entrainement aux armes de corps à corps. Le problème, c'est qu'elle n'a pas trop la notion de fragilité chez les autres humanoïdes, et la vampyre en prenait plein la figure. L'entrainement magique était assuré par Thorn, ancien prof lui même... Je crois que c'est comme ça que j'ai compris pourquoi on l'avait viré. Mais il avait néanmoins admis qu'elle se débrouillait bien avec les sorts de feu. Et pour faire admettre quelque chose à Pentephraxis, il faut se lever de bonne heure. Ensuite, les cours d'armes à feu était donné par Odin, qui fut presque déçu qu'elle ne fasse rien exploser cette fois. Encore là, ça allait, car l'effort à fournir n'était pas si énorme. Ce que Rhoderik avait très vite fait de faire remarquer, et il traina la jeune fille pour lui faire faire des séances de musculation. A la méthode naine. Drastique je vous dis.

Maintenant que j'y repensais, c'était Mafralia qui me l'avait envoyé... Je ne sais pas ce qu'elle attendait réellement de moi, mais la connaissant, c'est tout à fait le genre d'entrainement qu'elle ferait subir à un élève qu'elle pourrait avoir. Et si la vieille vampyre estime que Eiko est prête à endurer ça, c'est qu'elle a une bonne raison. Par ailleurs, je me demande bien d'où elles peuvent se connaitre ces deux là. Enfin bref. Pendant ce temps, je discutai avec Slyvo de l'attaque de la cargaison de miel, et si celle-ci devait réellement avoir lieu. Je répugnais à faire appel à d'autres pirates, mais si on ne trouvait pas de solution, ça allait devenir inévitable. Il fallait que j'en parle aux autres membres de l'équipage, mais pas tout de suite. Demain matin plutôt, histoire de ne pas les rendre nerveux toute la nuit. Laissant le quartier-maitre à ses comptes, je montai sur le pont, où Nekti entrainait toujours Eiko, couverte d'entailles et de bleus, sous le regard impitoyable du maitre d'équipage.

- Lève ta garde... Ta garde bon sang ! En combat réel, tu ne tomberas pas que face à des larbins, qui foncent tête baissées comme des abrutis ! T'en auras qui verront tes failles et des faiblesses, et en tireront profit, alors je veux que tu me lève cette garde ! Bon, on arrête là pour aujourd'hui, sinon tu n'auras bientôt plus de place sur ta peau pour une autre blessure.

Corben lui lança un Reparus, puis lui fit une légère piqure dans le cou, afin de désinfecter complètement le sang. Je sais que c'était une vampyre avec une bonne constitution, mais ce serait quand même bête qu'elle chope quelque chose. Mais alors qu'elle se levait, je l'attrapai par le bras.

- Reste donc ici. On va faire un petit duel, toi et moi.


Je fis craquer mes jointures. Elle écarquilla les yeux un instant, l'air de dire ça va pas dans ma tête, puis reprit un peu de sa contenance. Bien, je préfère ça. On pouvait passer à la phase suivante. Mais avant toute chose, j'enlevai le haut de mes vêtements, histoire d'être torse nu. Je m'entrainais toujours comme ça, j'aimais me sentir à l'aise. Et parfois ça peut déstabiliser l'adversaire, ce qui est un bon avantage. En tout cas, si Eiko l'était, elle n'en montra rien. A moins qu'elle ne soit déjà trop rougie par l'entrainement pour l'être plus ? Peu importe.

- Pas de magie, pas d'arme à feu ou à distance, uniquement tes sabres contre le mien. Capiche ?

Elle opina, puis se mit en garde. Sans crier gare, je fondai sur elle, tel un loup sur sa proie. Elle n'avait pas vu le coup venir, mais elle parvint à se protéger à temps. Elle avait cependant déjà un cran de retard sur moi, jamais très bon comme situation en combat. J'attaquai sans répits, ne lui laissant que rarement l'occasion de porter une attaque. Sa seule solution était de trouver le moyen de faire un contre, mais sans avec son retard, y réfléchir rapidement pouvait devenir compliqué, car son attention était uniquement portée sur sa défense. Qui n'était d'ailleurs pas mauvaise au passage, mais on sentait qu'elle avait un peu peur. Bon, brisons un instant le duel, histoire que nous nous remettions à égalité. Je portai un coup puissant pour déjouer sa garde, puis j'enchainai rapidement avec un coup de pied dans le ventre qui la fit valdinguer en arrière, mais basculer vers l'avant, le souffle coupé.

- Ne laisse jamais ton adversaire te déborder. Et si ça arrive, opère une contre-attaque rapide avant que ce ne soit plus possible. Aller, relève toi.

A peine relevée, elle fonça. Trop prévisible. Je bloquai son attaque, puis la repoussai. Elle frappa à nouveau, mais j'esquivai habilement sa main droite en contrant sa main gauche. Je la laissai frapper quelques instant sans répliquer, puis je déviai la dernière tentative, me retournai dans un mouvement fluide pour être dos à elle, tandis que je pointai mon sabre sur son ventre en le tenant à l'envers.

- Tu vois ? Et encore, j'ai un style très brute. Je peux compter sur ma force. Toi, tu es taillée pour esquiver, contrer et porter un coup fatal. Ne chercher pas à t'épuiser pour rien, achève ton adversaire le plus rapidement possible. Laisse le venir à toi. Soit toujours prête à esquiver, et la demi-seconde d'après, à trancher la gorge de l'ennemi. Remets toi en garde.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Dim 9 Déc - 17:18

De nouveau bander ses blessures. Assise sur mon Lit je regardais le ciel par le hublot de ma cabine. Finissant de bander mon bras je laissais échapper un long soupir en repensant à ce que m’avait dit Alan trois heures plus tôt.
« Tu vois ? Et encore, j'ai un style très brut. Je peux compter sur ma force. Toi, tu es taillée pour esquiver, contrer et porter un coup fatal. Ne chercher pas à t'épuiser pour rien, achève ton adversaire le plus rapidement possible. Laisse le venir à toi. Soit toujours prête à esquiver, et la demi-seconde d'après, à trancher la gorge de l'ennemi. Remets-toi en garde. »
Oui, évidemment, c’est vrai que vu ma taille et mon poids plume je ne pouvais guère être de taille dans un combat brutal face à.... Disons un type de 100 kg. Mes 50kg tout e mouillée me permettaient en revanche d’esquiver et de contre-attaquer. Vu comme ça, forcément.
Je me mordis la lèvre.

« Jill.... Tu es partit beaucoup trop tôt. »

M’emmitouflant dans ma cape je partis sur me balader sur le pont du bateau. La nuit était calme, seul Hazel restait sur le pont pour veiller. N’ayant rien de mieux à faire je décidais de rester un peu. Au moins un qui ne risquerait pas de raconter mes histoires si il me venait à l’esprit de les lui raconter.
Je restais longtemps sans parler à côté de lui. Sa présence me rassurait. Dans la nuit la présence de n’importe qui d’un tant soit peu connu m’aurait rassurée.

« J’ai peur du noir. »

Hazel tourna la tête vers moi et il me sembla qu’il esquissait un sourire.

« Rares sont les personnes qui le savent. Ce n’est pas tant que j’ai peut de ce qu’il pourrait s’y trouver mais plutôt que la nuit venue je me rappelle des choses qui... Des choses qui me hantent depuis plus de 10 ans maintenant. Pourtant regarder les étoiles est quelque chose de reposant mais... Enfin je radote là. Ca te dérange si je pose ma tête sur ton épaule ? Juste pour pouvoir fermer les yeux et entendre l’eau. Savoir que je ne suis pas toute seule. Sentir une présence. »

Il secoua légèrement la tête de haut en bas et je laissais ma tête tomber sur son épaule. J’étais en train de changer. Il faut quelques exceptions pour confirmer la règle pourtant. Mais avant seul Jill était l’exception. L’elfe qui était devenu ma famille. Aujourd’hui je rencontrais des gens qui rentraient dans ma vie si facilement que s’en était déconcertant.
Hazel bougea et je rouvris les yeux. Je me relevais et le remerciais d’un sourire.

« Bonne Nuit... Celle-ci est belle, ce soir. »

________________________________________________________________________
____________________________________


Je me réveillais aux aurores et partais me balader en forêt. Enfin quand je dis me balader, ‘courir’ serait plus correct.
Lorsque je revins Nekti était en train de frapper à ma porte. Et voyant que personne ne répondait elle l’ouvrit en donnant un coup de pied dedans. J’éclatais de rire et elle se retourna, décontenancé, vers moi.

« Et oui.... Il m’arrive de me lever plus tôt que vous tous. Bon tu me laisse me débarbouiller et j’arrive pour le petit déjeuner.
-Bah... Oui, mais dépêche toi. Le Capitaine a une annonce à nous faire.
-Oui, oui. »


Quelques minutes plus tard je rejoignais tout le monde dans les cuisines.

« Enfin !
- Je n’ai mis que 10 minutes, tu exagère. »


Répliquais-je à voix basse à Thorn qui, visiblement, s’était levé du pied gauche... Ce matin aussi...

« Bien. La cargaison de Miel en partance des Vilains passera près de cet endroit dans deux jours. Aussi nous appareillons des aujourd’hui pour arriver non loin de l’endroit prévu de l’abordage dans les temps. Le plan est le suivant... »


De quoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ? Mais c’était pas prévu dans le contrat ça ! Un abordage ? Mais je suis pas un pirate moi. Enfin.... ?

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan "Malefor" Benvolio
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Localisation : Sur mon bateau
Amour : Je cherche, héhé...
Race : Vampyr
Date d'inscription : 31/12/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Mer 19 Déc - 16:50

L'instant devenait critique. La cargaison de miel arrivait bientôt, et si je ne trouvais vite une solution, elle serait hors d'atteinte dans environ deux ou trois jours. Mais le problème, c'était la protection dont elle bénéficiait : c'était trop dangereux de l'attaquer sur la mer, car une flotte Lancovienne complète l'attendait à l'embouchure. Et on est peut-être les types parmi les plus dangereux du monde, mais on est pas non plus invincibles. La seule possibilité résidait à l'attaquer directement sur le fleuve, le hic, c'est qu'on ne bénéficierait pas de la même mobilité et de la même marge de manœuvre. Il fallait donc trouver une solution. Et au cas où vous l'auriez pas compris, c'est ce que je m'évertue à faire depuis maintenant deux heures.

Je me mis à faire les cent pas dans ma cabine. D'un certain point du vue, établir un plan n'était pas compliqué si on procédait par élimination. Tout d'abord, hors de question d'attaquer après l'embouchure. Ensuite, impossible de manœuvrer sur le fleuve. Enfin, attaquer directement le port de Vilains reviendrait à être encerclé par la flotte et les autorités locales, donc autant se rendre tout de suite. Oui, c'est sûr qu'arrivé là, le choix est bien plus restreint. Et là où ça coince, c'est que c'est tellement restreint qu'il ne reste plus RIEN ! En tout cas, qui soit simple. C'est pour ça que je devais trouver quelque chose. Mais ce n'est pas en me le répétant que je vais trouver.

Tout en marchant, je jetai un coup d'oeil par la fenêtre. C'était le calme plat dehors, et à part Hazel qui montait silencieusement la garde - joli pléonasme - il n'y avait pas âme qui vive. Comme d'habitude en fait. Nul doute que tout les autres étaient déjà en train de dormir. Je m'appretais à retourner m'asseoir, quand je vis une ombre se glisser sur le pont. Une ombre aux cheveux roux. Tiens ? Que faisait Eiko dehors ? Du mal à trouver le sommeil peut-être. Elle resta un instant sans rien dire, parla un instant à l'elfe noir, puis posa sa tête sur son épaule. Bah, ce n'était pas mes affaires. Si elle trouvait du réconfort auprès du jeune homme, tant mieux pour elle j'ai envie de dire. Courage m'envoya une image d'un cœur avec un point d'interrogation. Moi ? Non, non, trop jeune. Lui ? Ce serait étonnant. Elle ? Qui sait, peut-être. Dans tout les cas, je n'ai pas à m'en mêler. Enfin, sauf dans le cas où ce serait elle qui serait amoureuse de moi, ce qui soulèverait des questions bien plus graves, mais ce n'est sans doute pas le cas. A l’extrême limite un "béguin", comme Nekti - faut pas se leurrer hein-, mais pas plus.

Bref, revenons-en à nos bééés.
Il faut quelque chose de nouveau, abandonner totalement les stratégies habituelles et faire dans l'original, histoire de les prendre complètement au dépourvu. Bon, qu'est-ce qu'on a ? Un fleuve. Un fleuve, c'est large, mais pas suffisamment pour y faire tourner le bateau. Les rives... Bien sûr ! Pourquoi les attaquer comme ça alors qu'on peut... Ah, bon sang, j'aurais du y penser plus tôt ! Ça m'aurait permit de dormir plutôt que de tourner en rond comme un abruti pendant des heures. Bon, maintenant, voyons voir cette carte...

Quelques heures plus tard, je me réveillai, la carte collée et imprimée sur la joue. Oups, j'avais du m'endormir sans m'en rendre compte. Mais bon, au moins, j'avais terminé de mettre le plan en place dans ma tête... Il s'agissait juste de le retrouver, recoller les morceaux, le faire tenir debout, et ça devrait le faire. J'ai tout le début de la matinée pour le faire de toute façon. Je sortis à l'extérieur, pris une graaaaande inspiration, puis rentrai dans ma cabine. Aaaaah de l'air ! Bon, à la douche, ça va me réveiller un peu. Une fois arrivé dans la cuisine, complètement remis à neuf, je demandai à Corben de réunir tout le monde pour le petit-déjeuner, afin que je puisse leur expliquer la situation. Ils arrivèrent les uns après les autres, tous plus ou moins encore dans le brouillard, s'assirent à la table et commencèrent à manger.

- Bon, a présent que vous êtes tous là...


- Euuuh non, il manque quelqu'un !


... Eiko. C'est bizarre, je pensais qu'elle aurait pris le rythme depuis le temps. Mais en même temps hein, quand on préfère sortir la nuit pour draguer les elfes, faut pas s'étonner qu'on arrive pas à sortir de son lit le lendemain. Quand Nekti revint, elle était seule.

- Elle était déjà levée, c'est juste qu'elle était partie faire un tour. Elle arrive, le temps de se passer un coup sur la figure.

Ah bon ? Mais quand était-elle partie ? Je pensais pourtant que je m'étais réveillé avant tout le monde, et je ne l'avais pas vu débarquer. Elle avait du tomber du lit. Mais bon, si c'était pour aller s'entrainer dehors, grand bien lui en fasse, ce sera toujours ça de moins à rattraper avec Rhoderik. Au contraire, il faut conserver de bonnes jambes. Certains ont tendance à se concentrer sur leurs bras, et ne sont donc du coup plus capable d'esquiver convenablement, ou de se placer rapidement au bon endroit. Bref. La jeune vampyre arriva effectivement au bout de quelques instant. Thorn, qui était dans sa période de mauvaise humeur matinale -pour changer- l'apostropha à son entrée.

- Enfin !

- Je n’ai mis que 10 minutes, tu exagère.

- Bien. La cargaison de Miel en partance des Vilains passera près de cet endroit dans deux jours,
annonçais-je en montrant un point sur la carte. Aussi nous appareillons des aujourd’hui pour arriver non loin de l’endroit prévu de l’abordage dans les temps. Le plan est le suivant. Rhoderik, Nekti et Zia, vous serez posté sur la rive ouest, tandis que je serai avec Eiko et Hazel sur la rive est. Quand le navire passera à notre hauteur, il s'agira de l'agripper avec les grappins, que nous accrocherons aux arbres pour qu'il n'aille pas plus loin. Cela nous permettra de monter à bord et massacrer tout le monde le plus rapidement possible. Une fois que c'est fait, le Salamander et tout ceux qui seront restés nous rejoindront à l'affluent venant du Lancovit. Nous ferons le transfert de la cargaison en cours de route, nous ne devons pas avoir plus de dix minutes de retard sur l'horaire, sinon la flotte de l'estuaire se doutera de quelque chose. Ensuite, une fois que c'est fait, nous aurons besoin de sortir, or cette même flotte nous barrera la route. C'est là qu'une petite surprise s'impose.

Je sentis les membres de l'équipage se pencher autour de moi et tendre l'oreille, comme si la perspective d'un coup vicieux porté à la marine Lancovienne les mettait en joie. Et je n'allais pas les décevoir.

- Eiko, je crois que la pyrotechnie et l'alchimie, c'est dans tes cordes ?

Elle haussa un sourcil.

- Oui, bien sûr !

- Alors tu sais sans doute ce qu'est un feu grégeois ?


Elle me regarda avec des yeux grands comme des assiettes. Oh oui, visiblement, elle savait. Mais ce n'était le cas de tout le monde sur cette table, et si Slyvo, Thorn ou Odin n'avait pas besoin que je leur explique le système, les autres n'étaient pas versé dans la manipulation de produits dangereux.

- En gros, on va remplir le navire de transport vidé d'une bonne quantité de produit hautement inflammable et explosif, capable de faire brûler le bois, le métal... et la chair. On va l'envoyer tranquillement, dans la brume, vers la flotte lancovienne, déversant le liquide derrière lui. Zia n'aura qu'à tirer une flèche enflammée dans la mer, et là...

Je laissai phrase en suspens pour faire mon petit effet.

- Boum.



____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Dim 3 Fév - 18:42

« Bien. La cargaison de Miel en partance des Vilains passera près de cet endroit dans deux jours,[/b] annonçais-je en montrant un point sur la carte. Aussi nous appareillons des aujourd’hui pour arriver non loin de l’endroit prévu de l’abordage dans les temps. Le plan est le suivant. Rhoderik, Nekti et Zia, vous serez posté sur la rive ouest, tandis que je serai avec Eiko et Hazel sur la rive est. Quand le navire passera à notre hauteur, il s'agira de l'agripper avec les grappins, que nous accrocherons aux arbres pour qu'il n'aille pas plus loin. Cela nous permettra de monter à bord et massacrer tout le monde le plus rapidement possible. Une fois que c'est fait, le Salamander et tout ceux qui seront restés nous rejoindront à l'affluent venant du Lancovit. Nous ferons le transfert de la cargaison en cours de route, nous ne devons pas avoir plus de dix minutes de retard sur l'horaire, sinon la flotte de l'estuaire se doutera de quelque chose. Ensuite, une fois que c'est fait, nous aurons besoin de sortir, or cette même flotte nous barrera la route. C'est là qu'une petite surprise s’impose. »

Je fronçais les sourcils. ‘Petite surprise’ dans mon vocabulaire voulait rarement dire ‘je t’offre un cadeau, tiens, c’est parce qu’on vient de te piller alors il faut bien qu’on vous donne un truc gentil en retour.’

« Eiko, je crois que la pyrotechnie et l'alchimie, c'est dans tes cordes ? »

Il savait à qui il parlait là ? Même un truc qui n’était pas censé exploser finissait en miette dans mes mains. Evidemment que je savais de quoi je parlais. Mais il voulait quoi ? Faire exploser un bâteau à distance parce qu’une bombe c’pas très rigolo… Mais si c’est ce qu’il veut…

« Oui, bien sûr !
- Alors tu sais sans doute ce qu'est un feu grégeois ? »


Plaît-il ? NAAAAAAAAAAAAAAAAAAN ?! MAIS C’EST TROP BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIEN ** A ce moment-là je suis presque persuadée que mes yeux brillaient avec l’intensité des phares pleins des voitures terriennes… Peut-être même plus.

- En gros, on va remplir le navire de transport vidé d'une bonne quantité de produit hautement inflammable et explosif, capable de faire brûler le bois, le métal... et la chair. On va l'envoyer tranquillement, dans la brume, vers la flotte lancovienne, déversant le liquide derrière lui. Zia n'aura qu'à tirer une flèche enflammée dans la mer, et là...

Suspens bien que je sache exactement ce qui allait se passer.

- Boum.
- Tu veux réellement que je te fasse le mélange de produit… ?
demandais je avec un sourire.

Si c’était le cas j’allais bien m’amuser surtout que j’avais ramené une maquette de bateau qui allait pouvoir me servir pour leur montrer ce qu’on allait faire du joli bateau.

« Ça va être rigolo. »

Et sur ces bonnes paroles je sortais de la salle sans prendre de petit-déjeuner. L’excitation m’avait coupé l’appétit.

Le jour suivant, 0h03

Une goutte du produit devrait suffire. Tout n’est question que de proportions. Mes yeux commençaient à se fermer tout seuls. Mais dormir était hors de question pas aussi près du but. Plus tôt dans la soirée Nekti m’avait apporté à manger en me disant que je ne devais pas sacrifier ma santé au profit du produit. Mais je m’en fichais… Réussir était ma priorité. Pas pour les pirates mais pour moi. Je ne pouvais pas me permettre d’échouer. Notant une nouvelle fois toutes les proportions sur un papier je déversais une partie du produit dans un baquet ignifugé rempli d’eau et m’écartais. Puis balançais une allumette dans le bac et l’explosion qui s’en suivit me projeta au mur. Relevant mes lunettes, un peu sonné, je hurlais de joie. Et sortait en trombe de l’atelier pour me précipiter dans la cabine d’Alan.

« J’AI TROUVE, J’AI TROUVE !!
- De quoi ?
- Ramène tout le monde sur le pont dans 1 /4 d’heure… Ça va être top ! »


Je redescendais les marches 4 à 4 et recommençais le mélange en vitesse. La bouteille à la main je remontais dans ma cabine récupérais le mini bateau et montais sur le pont. Consciencieuse je perçais un trou minuscule dans la coque du bateau et versai le mélange à l’intérieur et enfin incantait un transmitus à 15m de là. Agrandissant un peu le trou je déposais le bateau dans l’eau et me matérialisais de nouveau sur le pont.

Cinq minutes plus tard tout le monde était là. Toute excitée je demandais à Zia d’envoyer une flèche enflammée à plusieurs mètres de là. La flèche toucha l’eau et le feu s’éteignit… Je fronçais les sourcils. Les quantités étaient bonnes je le savais et puis d’ailleurs je ne me trompais jamais dans les quantités. Une fois qu’elles étaient bonnes, elles se gravaient dans ma mémoire.

« Et c’est pour ça que tu nous a ramenés là ?
- La ferme, Thorn. Si tu veux redescendre je t’en prie. Sinon tu restes là et tu observes. »


Au loin une flamèche commença à lécher la coque du bateau et la coque explosa bientôt avec un énorme fracas.

« Alors ça… Je sais pas comment j’ai réussi à faire ça mais c’est…
-Géniaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaal ! »


Sérieusement ? Le Haut Mage grognon était content ? J’avais du mal à le croire m’enfin… Il avait raison… C’était trop cooooooooooooooooooool ! Les flammes s’étaient propagées sous l’eau dans le produit. Ça allait les faire bien rire ces imbéciles… Du moins jusqu’à ce que tout explose… Et là c’est nous qui ririons bien.

Le lendemain, rive est.

« Sérieusement… T’es sûr que c’est par là qu’il devait arriver. Parce qu’on ne voit rien arriver.
- Patience. »


Effectivement de la patience c’est ce qu’il allait nous falloir. Surtout si le bateau avait 3 h de retard. Je m’asseyais au pied d’un arbre et croisais les jambes avec un mauvais pressentiment. Il y avait fort à parier que tout ne se passe pas comme prévu.

Spoiler:
 

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan "Malefor" Benvolio
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Localisation : Sur mon bateau
Amour : Je cherche, héhé...
Race : Vampyr
Date d'inscription : 31/12/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Jeu 7 Fév - 19:02

Ce soir là, Eiko n'était pas venue pour le dîner. Ni le soir d'avant d'ailleurs. Pas plus que tout les autres repas auxquels elle aurait dû participer. Aaaah, mais ça va pas le faire ça ! Quand je dis à table, c'est à table et point barre à la ligne ! Bon, d'accord, je concède qu'elle n'est pas réellement un membre de mon équipage, que ce n'était qu'une invitée et que techniquement, je n'étais à même de lui donner des ordres. Sauf qu'ici, c'est mon bateau, c'est mes règles. Et puis elle est là pour qu'on l'entraine, on peut considérer que manger comme il faut et autant qu'il faut fait parti de l'entrainement. Je veux bien admettre qu'elle bosse comme une damnée pour fabriquer le produit que je lui ai demandé, mais c'est quand même pas une raison pour s'affamer mince ! Elle n'allait pas se battre le ventre vide ? Sans parler qu'elle ne devait pas dormir non plus.

Bref, passons. J'étais en train de préparer mes armes pour l'abordage qui devait avoir lieu le lendemain, quand une explosion - encore une - retentit dans la cale. J'en connais qui allaient râler au petit déjeuner. Mais bon, ce n'était pas la première fois qu'on avait du mal à fermer l’œil. Je me souviens encore d'Odin qui avait apporté un produit un peu trop instable et BEAUCOUP trop inflammable, je l'ai balancé à la flotte pour la peine. Mais les autres avaient aussi leur compte de tapage nocturne. Sauf Hazel peut-être. Lui, c'était le professionnel, silencieux, garde à vous, terminator, trouver la cible, détruire la cible, Sarah Connor. J'inspectais l'état de mon fusil quand Eiko arriva en trombe dans ma cabine.

- J’AI TROUVE, J’AI TROUVE !!

- De quoi ?

- Ramène tout le monde sur le pont dans 1 /4 d’heure… Ça va être top !

Oula... Oula ! C'était ça que j'avais entendu tout à l'heure ? J’espérais qu'elle était sûre de son coup... Quoi que, vu la suie sur sa figure, et le sourire sur son visage, elle devrait s'en être sortie. Bon, et bien dans ce cas, allons-y ! Tandis qu'elle partait comme une fusée, peut-être pour récupérer du matos, je descendis dans les baraquements pour réveiller ceux qui dormaient. Autant vous dire qu'ils n'étaient pas tous disposés à être de bonne humeur. Mais bon, comme je vous l'ai dis, si je dis debout, c'est debout.

- Qu'est-ce qu'il se passe ? demanda S'vin.

- Eiko veut nous montrer le résultat de son travail. Va réveiller ta soeur, elle est restée dormir sur la vigie.

Une vielle habitude de Zia. Ces elfes, je vous jure.

- Y a intérêt à ce que ça en vaille la peine...

- Si elle a réussi, je ne doute pas un instant que ça soit le cas.

Une fois tout le monde tout le monde sur le pont, Eiko demanda à Zia, qui était descendu de son mat, de tirer une flèche enflammée à quelques mètres du Salamander. Non loin, je parvenais sans mal à distinguer une petite maquette de bateau en bois, qui dérivait tranquillement au gré de la petite brise nocturne. Oui, il valait mieux faire une démonstration avec un modèle réduit, c'était moins dangereux. Même à cette distance, le Salamander pouvait être touché, et comme je l'ai dit, le métal lui même fond au contact du feu grégeois. Cependant, la flèche atterrit dans l'eau, mais le feu s'éteignit sans que rien ne se passe. Étrange.

- Et c’est pour ça que tu nous a ramenés là ?

- La ferme, Thorn. Si tu veux redescendre je t’en prie. Sinon tu restes là et tu observes.

Il faudrait aussi que je lui apprenne à rester poli avec des adversaires potentiels. Surtout quand ils sont capable de vous faire passer de l'état d'être vivant à celui de... choses diverses variant entre le tas de cendre et les petits bouts de chair sanguinolents, en moins de 2 secondes chrono. Après, je comprends que Thorn puisse paraître arrogant et enslurkeur, et vous auriez raison de le penser parce que c'est le cas et en plus, il le sait, mais ce n'est pas en essayant de l'envoyer balader que vous le remettrez à sa place.

Soudain, une petite étincelle jaillit de l'eau... Puis une flamme... Puis une véritable déflagration qui pulvérisa totalement la maquette. Ah oui, d'accord. On va quand même lui demander de ne pas trop forcer sur les doses pour l'application sur le terrain, parce que si je veux provoquer un brokl énorme, je n'ai pas envie d'être pris dedans. Eiko elle-même semblait impressionnée par sa propre "performance".

- Alors ça… Je sais pas comment j’ai réussi à faire ça mais c’est…

- Géniaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaal ! fit Odin d'une voix forte.

- Bon... Je dois admettre que... Ok, c'est complètement énorme. Ils vont rien voir venir.

Ce jour est a marquer d'une pierre blanche, on a réussi à faire admettre quelque chose à Thorn. Par les sept démons de l'enfer, ou les démons des sept enfers, peu importe, ça mérite bien une bière ça. Mais c'est vrai, c'était efficace. Exactement ce qu'il me fallait pour le plan. Je crois bien que Eiko vient de gagner son mois de loyer !
________________________________

- Sérieusement… T’es sûr que c’est par là qu’il devait arriver. Parce qu’on ne voit rien arriver.

- Patience. Et bien sûr qu'il arrive par là, sinon c'est qu'il remonte le fleuve, et c'est pas par là qu'il va.

Elle se renfrogna, puis partit s'asseoir au pied d'un arbre non loin. Hazel aiguisait l'une de ses épées avec une pierre lisse, brisant le silence qui aurait régné autrement. J'avais moi même vérifié mon matériel avant de partir, et il y avait fort à parier que la rousse avait fait de même. Surtout que le sien était le plus important dans l'histoire.

- Chut ! Le voilà...

- Ok Zia, maintenant c'est silence radio. Terminé.

En effet, un navire se montra dans le tournant du fleuve. Il était peu fourni en armement, mais il était suffisamment gros pour accueillir des tonnes et des tonnes de marchandises, et pour peu qu'on ait pris la peine d'enchanter l'intérieur, il pouvait en transporter bien plus encore... Si ce n'était pas des troupes. Possibilité à entrevoir également, même si Slyvo me garantissait que son indic' avait été très précis, et n'avais rien dit de tel. Jamais je ne me serais permis de remettre en doute la parole de mon ami, mais ce n'était cependant pas le cas de celle de l'informateur. Bref, ce n'était pas le moment de m'inquiéter, le plan était posé, on l’exécutait, point. Et si il y avait un impondérable, tant pis, il fallait y penser avant. On aura qu'à faire avec. Ce n'est pas vraiment comme si ça ne nous était jamais arrivé j'ai envie de dire, et nous nous en sommes toujours sortis en plusieurs morceaux.
Le transporteur passa devant nous. C'était le moment de donner le signal. Je me saisi du lance-fusée accroché à ma ceinture, et je tirai en l'air. Des bruits de combat commencèrent alors à se faire entendre sur la rive opposée. A nous de jouer !

- Prêts ?

Hazel et Eiko me firent oui de la tête. Profitant du fait que le bateau tentait de s'éloigner le plus possible de la rive Ouest pour se mettre hors de portée des autres pirates, nous lançâmes nos grappins sur lui. Ils s'accrochèrent à la proue, à la poupe et au milieu, le rendant complètement immobile une fois les cordes nouées bien solidement aux arbres. Hazel monta agilement sur la sienne, se tenant en équilibre dessus tel un funambule. Malheureusement pour moi, je n'étais pas aussi agile, mais j'avais de la force dans les bras. Tandis que le jeune elfe ouvrait la voie, j'avançai derrière lui, suivi de Eiko. Une fois arrivé au niveau de la coque, je me hissai sur le bastingage, et dégainai mon épée. Que les jeux commencent.

Les autres avaient déjà fait pas mal de dégâts avant que nous n'arrivions, mais il restait encore pas mal de soldats à bord. Quand Eiko arriva et dégaina ses katanas, elle plongea dans la mêlée, tranchant ici et là des membres, des têtes, des gorges. Pas mal, mais elle s'exposait trop. Si elle ne faisait pas attention, elle allait être submergée. Je donnai de larges coups d'épées devant moi pour éclaircir les rangs ennemis, afin de la rejoindre.

- Alors, dis-je en me postant dos à elle, comment on se sent ?

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Jeu 16 Mai - 12:01

Comment on se sent quand on attaque un navire de chiens de la garde royale/impériale ou que sais-je d’autre ? Vivant. C’est comme ça qu’Eiko se sentait, vivante. Oh bien sûr il y avait eu d’autres moments mais c’est là loin de tout qu’elle se sentait le mieux. Elle n’était pas attaché à ses racines, ou du moins celles d’où elle venait car ses racines c’était Lei. Et une autre personne dont personne ne devait connaître l’existence. Lei lui manquait, oui. Mais loin de l’agitation lancovienne elle se sentait bien. Loin de l’agitation tout court d’ailleurs.

L’ivresse du combat, celle qu’elle ressentait avant d’arrivé dans le Viridis et celle qu’elle avait ressenti chaque jour depuis la mort de Jill. Elle lui était revenue. Alors certes, elle risquait sa vie parmi ces hommes qui ne voulait que sa mort mais c’était comme ça qu’elle se sentait le mieux. Couverte du sang des vaincus. Celui-là lui donnait faim et elle dû se retenir pour ne pas mordre les humains qui jonchait le sol.

Dos à elle, désormais, se trouvait Alan. Il avait dû s’inquiéter et elle eut un sourire.

« Alors comment on se sent ? »

Elle respira un grand coup, l’air était chargé de sel et de l’odeur poisseuse du sang. Elle ne faisait plus attention à celui des morts mais plutôt à celui des blessés qui pulsait dans leurs veines. Ils étaient ses proies et ils se cachaient.

« Vivant… On se sent vivant. »

Elle planta ses katanas dans la gorge du soldat qui lui fonçait dessus puis se baissa pour éviter les deux autres qui arrivait à sa gauche et à sa droite. Balançant sa jambe toujours accroupie elle les fit tomber puis trancha la gorge de l’un et, sa soif de sang se faisant de plus en plus forte, vida de son sang l’elfe à terre.

Le navire ne contenait plus qu’un amas de corps et eux. Maintenant il fallait aller charger la cargaison de miel et remplir le navire de la solution explosive. Le salamander n’était pas loin aussi lorsqu’il arriva ils étaient déjà tous prêts. Il suffisait de transvaser les produits. Enfantin. C’est ce qu’elle pensa.

Elle sauta sur le bateau puis avec l’aide de Nekti amena la cargaison de produit explosif dans la cale du bateau. Avec une sorte de perceuse elles trouèrent le bateau, de façon à ce qu’il laisse juste s’écouler la solution et qu’il ne fasse pas couler le bateau, puis déversèrent les barils dans la cale.

Elles ressortirent ensuite aider les autres à mettre le reste de la cargaison dans le salamander et ils se dépêchèrent de déguerpir. Le produit explosif ne devant pas à aucun prix, toucher la coque de leur navire.

Une fois assez éloignée ils patientèrent jusqu’à ce que le deuxième bateau arrive… Et la fête pût alors commencer.


Spoiler:
 

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan "Malefor" Benvolio
Hors-la-loi
Hors-la-loi
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Localisation : Sur mon bateau
Amour : Je cherche, héhé...
Race : Vampyr
Date d'inscription : 31/12/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   Jeu 23 Mai - 18:45

- Vivant… On se sent vivant.

Je lui accordai un sourire en guise de réponse, puis je revins au combat en perçant de part en part le soldat thug à six bras qui semblait vouloir me découper en rondelles avec ses haches. Une roulade sur le côté pour esquiver un Carbonus meurtrier qui vint roussir le mat, et un coup remontant vint fendre le torse de l'humain qui regarda presque surpris le sillon ensanglanté avant de s'écrouler, mort avant de toucher le sol. Le mage qui avait tenté de m'atteindre prépara un autre sort, mais mon canon scié fut plus rapide, et il termina à l'eau criblé de balles avant d'avoir compris ce qu'il lui arrivait. Un elfe qui me visait avec son arc, mais avec un tir dans l’œil, ce fut plus difficile pour lui. Et oui, les munitions c'est déjà plus difficile à esquiver que les flèches !

Le pont, jonché de corps et de bouts de corps, tenait plus d'une visite dans une boucherie-charcuterie que du navire commercial. Courage vint me rejoindre, un bout de bras dans la gueule, comme si de rien était. Je lui envoyai un message de mécontentement, lui intimant que manger les gens, même les ennemis, c'était mal, mais il se contenta d'un haussement d'épaules (mental, s'entend) blasé. Pour lui, il ne fallait pas gâcher, et se servir d'un cadavre frais comme repas était la meilleure manière de le rendre utile jusque dans la mort. Pragmatique le vieux loup de mer. Pendant que nous discutions, les autres transportaient la cargaison de miel dans la cale du Salamander, tandis que Eiko et Nekti se chargeaient d’exécuter le plan.

- Quatre-vingt-dix-huit, quatre-vingt-dix-neuf... et cent En prenant en compte le bidon qu'on garde pour nous, le reste devrait se revendre pour un excellent, excellent prix.

- On a des acheteurs pour ce genre de marchandise ?

- Le Marché Noir, quelques dignitaires pas trop regardant sur la provenance, les marchands en règle général... Moi et Odin n'auront pas de mal à vendre tout ça. Nous devrons juste vérifier qu'ils n'ont pas piégé un bidon avec un mouchard, ou pire.

- Très bien, je te laisse t'occuper de ça. Veille à finir ça avant ce soir.

Il opina brièvement, puis retourna à ses comptes. C'était tout juste si je ne voyais pas ses yeux briller de tout les crédits-muts qu'il allait amasser en écoulant le stock.
Les filles revinrent sur le pont et transportèrent les derniers bidons avec les autres, et une fois fait, nous nous dépêchâmes de nous éloigner. Si la coque touchait le produit, nous étions bon pour... Pour pas grand chose en fait, si ce n'est peut-être nourrir les poissons. Si ils parvenaient à trouver un bout encore mangeable et comestible. Voire même juste un bout tout court, mangeable ou non. Mais le brûlot s'éloigna sans que son contenu ne s'approche de nous, porté par le courant du fleuve, tandis que nous le suivions doucement en veillant bien de ne pas rester dans son sillage. Je jetai un coup d’œil à ma montre, nous n'avions un retard que d'une heure dû au fait de la cible. Parfait, tout devrait bien se passer alors. "Devrait". Il n'y avait plus qu'à atteindre l'embouchure et attendre le signal de Zia qui guettait l'ennemi.

- Ça aurait pu plus mal se passer en fin de compte, dit Odin dans un soupir.

- On est pas encore sortis d'affaire, tant qu'on aura pas mis plusieurs tatrolls entre nous et cette flotte, considère que ton chapeau est potentiellement en danger de mort imminente.

Sur ces mots, il opina rapidement, puis rechargea ses colts. De leur côté, les autres membres de l'équipage se préparèrent du mieux qu'ils purent à la moindre éventualité impliquant un combat rude et sanglant.

[en cours]

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [A.C] De retour.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[A.C] De retour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Krasalvie :: Le Fleuve-