AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [A.C] Le Krystal d'Hymlia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lei Mizuhime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 1030
Age : 23
Localisation : Krasalvie
Race : Edrakin
Date d'inscription : 18/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Ven 16 Mar - 20:29

La tête posée entre les paumes, je regardais avec un profond ennui le feu en face de moi.
Ça faisait quelques jours que nous avions quittés Travia pour nous rendre à Hymlia. Ou plutôt dans les montagnes d'Hymlia, comme le disait les indications que j'avais trouvé dans le bouquin. Ou encore plus précisément, pour aller récupérer le krystal qui s'y trouvait avant les Anges, histoire de retarder un peu la fin du monde...
Et comme d'habitude, je me révélais aussi utile qu'un bouquet de fleurs : c'est joli, ça sent bon, mais c'est là juste pour décorer. Lorsque Revan était partit chasser, il avait refusé que je vienne avec lui. Une fois le gibier attrapé, Eiko s'était mise à cuisiner. J'avais voulus donner un coup de main, juste pour me donner l'illusion de servir un peu à quelque chose, mais, connaissant mes talents mystiques pour la cuisine, elle avait refusé.
Je me retrouvais donc là, adossée à un arbre, le menton dans les mains, à rien faire. Yoru et Nox jouait ensemble avec Archi. Eiko faisait la popote. Et Revan était en train de bidouiller sa dague cachée.

- «C'est quand qu'on mange ?» grognais-je à l'attention de ma sœur de cœur.

- «Une petite demi-heure...»

Super...Une demi-heure à se tourner les pouces. Dans le froid en plus. Autrefois, j'aurais supporté la température sans trop rechigner, mais depuis mon petit séjour chez les Anges j'avais un peu de mal avec le froid.
Sans préambule, je me levais et me dirigeais vers Revan.

- «Viens t’entraîner. Avec moi.» Précisais-je.

J'allais sans doute me prendre quelques bleus, mais au moins, je n'aurais plus froid ! Pis de toute façon, Eiko était là pour me lancer des réparus, donc autant utiliser cette demi-heure pour faire quelque chose de constructif!
Voyant que j'avais laissé mes armes près du feu, Revan fit de même, puis vint me rejoindre au pied de la colline.
Je me jetais sur lui. Il s'y attendait et contra sans difficulté.
Au fur et à mesure que nous combattions, je me rendis compte que durant ces six mois, nous avions appris à nous connaître. Je savais précisément quand il attaquerait, de quelle façon, avec quelle force... Ce devait être un peu la même chose de son côté car il esquivait et contre attaquait sans aucun problème.
En résultait une sorte de ballet. On aurait plus dit une chorégraphie répétée un millier de fois plutôt qu'un vrai combat.
Si je voulais gagner, il fallait feinter...sauf qu'il connaissait tout mes coups, ce qui était légèrement problématique. Ah mais c'est vrai...maintenant, j'ai ça... Voyons si ce truc peu être utile en combat.
A peine eus-je le temps de l'imaginer que je me retrouvais vêtue de mon éternel haut de bikini noir et d'un short en jean...Transformation qui se fit avec un gros flash de lumière. Eiko avait toujours aimé les trucs qui brillent et scintillent un peu n'importe quand. Et pour une fois, je trouvais ça bien pratique. Revan fut momentanément aveuglé. Pas longtemps, mais juste assez pour que je puisse avoir le dessus.
Je me jetais simplement sur lui et enroulais mes jambes autour de sa taille, le faisant tomber au sol. Pour l'empêcher de contre-attaquer, j'emprisonnais l'un de ses poignets avec mes mains et plaçais doucement ma main sous sa gorge.
Un sourire malicieux fleurit sur les lèvres. J'approchais mon visage du sien.

- «J'ai ga-gné» murmurais-je.

Alors que j'attendais une réaction de sa part, je sais pas moi, un grognement, une réplique cinglante, que sais-je, il fit une chose à laquelle je ne m'attendait pas vraiment. Il se mit à rosir. Voyant que je clignais des yeux, la tête sur le côté pour essayer de comprendre ce qu'il se passait, il se dégagea et repartit en direction du campement en grognant.
Je restais là un moment à me gratter la tête. Ce type était bizarre depuis quelque temps. Je demanderais à Eiko ce qu'elle en pense... D'ailleurs, en parlant d'elle.

- «LEI ! Ramènes tes fesses ! On mange !»

La perspective de me remplir l'estomac me fit oublier les quelques instants de profonde réflexion que j'avais réussis à avoir. Je me précipitais sur la bouffe pour aller réclamer ma part.

---------------------------------
----------

Comment dire...
C'était haut. C'était blanc. Et ça caillais. J'avais beau avoir changé mes vêtements en une épaisse tenue d'hivers, je grelottais. Pas question de traîner ici ! Le plan était simple : on escaladait cette foutue montagne, on entrait dans la grotte qu'indiquait le livre, Eiko se démerdait pour prendre le krystal et on se tirait d'ici !
Bon en attendant...je faisait la mendiante de cape chauffante auprès d'Eiko et de Revan. Quand l'un m'envoyais balader, j'allais voir l'autre et vice versa.
En tout cas, Yoru avait l'air de beaucoup se triper avec la neige.
Bon...au moins un d'heureux !

____________________

Une rencontre n'est que le commencement d'une séparation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Dim 18 Mar - 19:38

Du blanc, du blanc et encore du blanc… Hymlia en mars en fait… Depuis l’épisode Arctique j’avais la glace légèrement en horreur. Pourtant certain avait l’air de bien s’amuser en attendant je me réchauffais près du feu et du ragoût de je ne sais trop quelle bête puisque Revan avait eu la bonne idée de le dépecer là où il l’avait trouvé. Lei, elle… Eh bien Lei se morfondait fermement attendant que l’on vienne la tirer de son profond ennui…

- C'est quand qu'on mange ?

Je plantais un couteau dans les sortes de racines accompagnant le ragoût puis goûtais un morceau de viande… Encore trop saignant, du moins pour Lei.

- Une petite demi-heure...

Je m’emmitouflais un peu plus dans mon blouson et me calais sur la souche qui me faisait office de siège. Lei se leva et partit voir Revan.

- Viens t’entraîner. Avec moi.

J’esquissais un sourire et remuais le repas puis les suivais tout les deux des yeux. Un combat tout ce qu’il y a de plus normal attaque, parage, re attaque re-parage, contre parage, attaque, ect… Jusqu’à ce que de l’endroit où se trouvait Lei jaillisse une lumière très brillante. Passé la surprise je tombais dans la neige en me tenant les côtes.

*si j’avais su qu’elle s’en servirai un jour comme ça… ouuuuuh j’ai maaaaaaaal ! Je relevais la tête au moment où Revan passait et formait une boule de Neige avec ma main.

-EH Rev’ attrappe, dis-je en la balançant

Il se retourna et se prit la boule en plein poire. Je me relevait pour voir la neige fondre sur son visage à la vitesse de la lumière. Je restais interloquée, puis regardait un peu mieux ses joues qui prenait une teinte rose vif. Je tournais une nouvelle fois le repas dans la marmite et lui demandais d’approcher. Je ramassais de la neige et l’appliquais sur ses joues.

- Eeeeeeeeh ! Mais ça va pas ! C’est super froid, dit il en se débattant

- Arrêtes un peu de gigoter j’essaye de diminuer cette couleur rose de tes joues… Bon je crois que je pourrais pas faire mieux.

Je lui tendais un morceau de viande dans une cuillère et lui fit goûter.

- C’est bon ?

- Miam !

- Nan j’veux dire c’est cuit ?

- Ouais, ouais.

- LEI ! Ramènes tes fesses ! On mange !

_____________________________________________________________________________
____________________________________


-Raaaaaah, Lei t'es collante!

-Mais j'ai froiiiiiiiid!

-Ouais ben, ai droid ailleur.... Du genre avec Revan.

-Naaaaan j'veux rester avec toi, fit elle avec une moue adorable

Je décidais de ne pas me laisser avoir. Cette scène était devenue récurrente ces derniers jours... Revan et moi nous renvoyions mutuellement Lei une fois qu’elle nous était devenue insupportable et je dois dire qu’à ce jeu Revan était celui qui avait le plus de patience… Ce qui en fait ne m’étonnait pas du tout. Voyant que je ne cèderais pas elle se dirigea vers Revan qui, pour se donner bonne contenance, poussa un long soupir. Et lorsqu’elle tourna les yeux vers la montagne, que nous allions gravir, en se blottissant contre lui je ne résistais pas cette fois. Je regardais Revan pour être sûre qu’il me voit et formait le mot « grillé » sur mes lèvres puis, devant son air complètement affolé, prit la tête de la marche. Je pressentais que nous n’allions pas en rester la mais c’était exactement pour ça que je l’avais fait. J’aime embêter mon monde… Encore plus quand c’est Revan. Parce que lui il marche pas, il court… Etant donné qu’il n’a aucun humour ! (ou presque). Arrivée au pied de la montagne je levais les yeux. Nous avions récupéré un plan de la montagne d’Hymlia et avions calculé que pour attendre le premier palier il nous faudrait à peu près 5 heures d’escalade sans possibilité d’activer un transmitus puisqu’il y avait, dans ce pays comme à Parcrok de puissants sorts anti transmitus. Dans cet objectif d’atteindre la grotte en deux ou trois jours j’avais miniaturisé Archi et avais laissé à Nox le soin de le prendre comme passager exceptionnel. Je l’aurais bien pris moi-même mais il était devenu copain comme cochon avec Nox et m’avait dit qu’il n’avait jamais volé… Enfin bon…La journée commençait bien…

-Bon, ben… On grimpe fis-je avec un grand sourire à mes deux compagnons… Je monte en tête !

Cinq heures plus tard nous arrivions au premier palier entre temps Nox avait fait tomber Archi et Yoru puis les avait rattrapé au dernier moment dans un mouvement tout a fait contrôlé parait-il... Bon en même temps je savais parfaitement que si ces deux la étaient tombés ce n’était certainement pas la faute de Nox. Et cette affirmation était dûe à la phrase annoncée dans ma tête après le sauvetage in-extremis, je cite: " Trop fuuuuuuuuuuuuuun! On recommence?". Je me doutais que Lei avait du recevoir le même message que moi puisque nous avions hurlé un "AH NON" synchrone et très communicatif...

[Si ça t'aides un peu tant mieux. Sinon tu me dis je rajouterais quelques trucs... Mais tu peux aller jusqu’à la grotte ^^]

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.


Dernière édition par Eiko Kazehime le Dim 8 Avr - 12:34, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Ven 6 Avr - 21:54

Le fumet s'échappait lentement de la petite marmite, dans laquelle mijotait le mouuu que j'avais chassé, le tout avec de la gandari et de la camelle brune trouvées au fond du sac de Eiko. Autant vous dire que je n'avais qu'une envie, c'était de passer à table. Enfin, façon de parler, parce que si je suis assez débrouillard en nature, je vais pas non plus pousser jusqu'à monter mon entreprise de meubles. Bref, pour passer le temps, je bidouillai le mécanisme de ma dague, afin que le froid ne grippe pas trop les rouages. Je suis perfectionniste dans tout ce qui concerne mon équipement, vous ne le saviez pas encore ? De son côté, notre vampyre nationale s'occupait du manger. Pour ça, rien à dire, je devais admettre qu'elle se débrouillait largement plus que moi dans ce domaine. Avec pas grand chose, elle vous faisait grand chose. Rien qu'avec des herbes et un bout de viande, je sens de là le festin de ce soir. En même temps, moi, je me suis toujours contenté du strict minimum : ma proie encore chaude. La cuisson, tout ça, je n'étais pas un grand adepte, sauf dans de rare cas où j'avais le temps. Mais sinon, quand je devais me débrouiller pour aller vite, c'était un coup de dent, quelques bouchées, et hop, les charognards et autres carnivore feront le reste. De l'autre côté du feu, mon edr... NOTRE edrakin (inter)nationale se morfondait et s'ennuyait. En même temps, nos familiers s'amusent et jouent (toujours aussi mignons...), Eiko cuisine, et moi je bricole. La chasse, c'est pas son truc, sa cuisine, c'est pas notre truc, bref, elle en est à son 856ème soupir depuis le début de la journée.

- C'est quand qu'on mange ?

- Une petite demi-heure...


Mes dieux, je me demande si je vais attendre une vraie demi-heure moi. Pourquoi Lei n'aime pas la viande saignante ? Je ne lui demande pas de la manger tel quel, mais autant d'attente pour la cuisson... C'est un supplice ! Mais soudain, elle se leva et vint vers moi.

- Viens t’entraîner. Avec moi.
____________________________________________

Ce n'était pas un duel.
C'était une danse.
A peine elle exécutait un mouvement, que je le connaissais déjà et apprêtait un contre-coup. Et je n'avais pas le temps de le porter qu'elle se cambrait pour l'esquiver. N'importe qui aurait pu croire que nous connaissions par cœur une véritable chorégraphie. Je connaissais le style de Lei, léger, agile, rapide et diversifié, et elle connaissait le mien, militaire, droit, expéditif et calculé.
C'était assez étrange comme sensation. J'aimais assez nos séances d'entrainements, mais... Il n'y avait pas que ça. Je le voyais bien, avec Eiko, ce n'était pas pareil.
Mais alors que, d'instinct, j'allais pour lui mettre un coup à l'abdomen, elle s'illumina soudainement, trop pour que je m'y prépare. Elle profita de ce moment d’inattention pour se jeter sur moi, me bloquer un bras et placer sa main sous ma gorge. En temps normal, je m'en serait sorti, et en aurait même profité pour gagner. Mais là, ce n'était pas un problème d'ordre physique. Enfin si, mais il s'agissait plus du corps de Lei que du mien. Parce qu'elle pas très habillée. Mais vraiment pas beaucoup. Là, normalement, c'est le moment où je me rappelle que le bras qu'elle bloque, c'est celui qui a dorénavant la possibilité de traverser un bloc de béton armé sans se fouler, ou bien que je suis suffisamment souple pour attraper son cou avec mes jambes et lui casser le dos, mais là, tout de suite, ce n'est pas vraiment ce genre de chose qui passe dans mon esprit. Pour ceux qui n'ont pas compris, il y a la fille de qui je suis amoureux, en bikini et en mini-short, plus ou moins assise sur moi en débardeur, nos deux corps réchauffés par l'entrainement l'un contre l'autre...

- J'ai ga-gné.


Bref, je fais quoi ? Bah je rougis. Comme un con. Alors pour ne pas paraitre trop ridicule, je me lève et je pars en grognant. Mais pourquoi il fallait que ce soit elle ? Hein ? Pourquoi ?

-EH Rev’ attrapes !

- Eh ?


Et paf ! Une boule de neige en pleine poire, une ! Mais elle ne fit pas grand chose, si ce n'est fondre quasiment instantanément sur mon visage. Slurk, je suis si rouge que ça ?
___________________________________________________________

- Bon Lei, t'es bien gentille deux minutes, mais ça commence doucement à me gonfler tes histoires ! Vas donc voir chez Eiko si j'y suis !

Ça fait quelques jours qu'il commence vraiment à faire froid dans les hauteurs, et de ce fait, ça fait quelques jours que Lei recherche un peu de chaleur chez Eiko ou chez moi. Alors de bonne grâce, je la laisse se blottir contre moi, mais bon, il y a quand même un moment où la moutarde monte un peu. Bon, dès qu'on rentre, je lui bidouille un manteau ou une cape comme moi.
Visiblement, je suis plus patient que Eiko. Ça ne fait pas quelques minutes qu'elle est allée la rejoindre, que déjà elle revenait vers moi. Gros soupir que je ne cachai même plus. Après une moue résignée, je la pris contre moi à l'intérieur de mon manteau. Je vais essayer de supporter encore un peu plus longtemps cette fois. Je levai la tête pour observer la montagne, mais la seule chose que je vis, ce fut Eiko qui formait avec ses lèvres le mot "grillé". Hein ? Grillé ? Comment ça "grillé" ? Elle ne... Non ? Elle n'a quand même pas... Mais sluuuurk, c'est pas vrai !
____________________________________________________________

Ah oui... Quand même. Je ne m'attendais pas à une colline de rien du tout, mais si haut... Archi et Yoru furent miniaturisés afin de tenir sur le dos de Nox. Ça fera ça de moins à porter. Je m'approchai de la paroi, et grattai la roche du bout de l'ongle. Zut, c'est du costaud, on ne pourra rien planter là-dedans. Et avec la magie qui fluctue pas mal dans la région, ce serait pas prudent d'utiliser des ceintures Levitus. Il va vraiment falloir monter à l'ancienne.

-Bon, ben… On grimpe… Je monte en tête !

Nous trouvâmes la première plate-forme au bout de cinq bonnes heures de grimpette. Idéal pour s'accorder un légère pause avant de repartir. Je pensais d'ailleurs que les deux passagers aériens en profiteraient pour se dégourdir les pattes sur la terre ferme, mais apparemment, ils adoraient les démonstrations de haute-voltige de Nox. Le plus spectaculaire, ce fut quand ils s'étaient laissés tomber tout les deux pour être rattraper par Nox une bonne centaine de mètre plus bas. Moi personnellement j'avais trouvé ce spectacle assez impressionnant, mais les filles n'avaient pas aimé de voir leur boule de poil chuter à pic, et les avaient formellement interdis de recommencer. Bref, hormis cela, il n'y eu pas grand chose de plus.

- Passe moi un bout de saucisson. On est encore loin Lei ?

Elle consulta le bouquin.

- J'sais pas trop, ils sont pas super précis. Et en plus, c'est taché ! Quand on travaille sur un sujet aussi important, on est au moins un peu soigneux quoi slurk !

- Abrèges. T'as pas une estimation ?

- Je dirais... Encore quelques bonnes heures. Et encore, si on a pas trop d'ennu...

- LEI !


Je vis - hélas trop tard - le bout de rocher sur lequel elle était assise se détacher du reste de la plate-forme. Et malgré mes réflexes et ceux de Lei... Bah je vous l'ai déjà dis, j'avais vu trop tard. Eiko, qui était plus proche, se jeta en avant et tenta de rattraper la main de son amie, qui agrippa une fraction de seconde avant qu'un débris de l'éboulement ne l'atteigne au visage et ne la fasse lâcher prise. *NON !* Mon sang ne fit qu'un tour. Et inconsciemment, je me jetai dans le vide, en saut de l'ange. Étant donné qu'elle tombait de façon assez aléatoire, et moi de manière à la rattraper, la rattraper fut assez rapide. Mais maintenant, je me rends compte d'un léger détail. J'ai sauvé Lei, très bien. Mais comment je nous sauve tout les deux maintenant ? La réponse s'imposa assez rapidement. Je portai ma main à ma botte, où se trouvait mon arbalète. Heureusement, par défaut - et par sécurité - j'avais directement inséré mon grappin. J'ai plus qu'à viser juste. En pleine chute. En même pas une seconde. Avec Lei sous le bras gauche. Boarf, un jeu d'enfant.
Oui, je suis ironique. Mais bon, c'est ça ou on meurt, alors au choix...
Je vis la corde se dérouler, se dérouler... Je fermai les yeux, avant que...

*SCHTOING*

- Ouaaaaaah ! Mon épaaaaaaule !

Bon, je laisse la douleur s'estomper un instant, puis je remonte. Ah la vache... On est vivants ! Mais je pense que si je suis encore fermement accroché à mon arbalète, c'est grâce à mon nouveau bras, qui s'est activé par réflexe. Ça n'a pas empêché à mon épaule de déguster sévère sa mère sa race avec le choc, mais au moins, je n'ai pas tout les os du bras en compote de moelle.

- Ouh punaise... Merci toi. Bon, maintenant... On remonte !


Actionnant du pouce une petite manette, la corde se ré-enroula sur elle même. Nous serions là-haut en un rien de temps. En fait, nous faillîmes presque dépasser Eiko, vu que le grappin était parti un peu haut.

- Elle a besoin de soin, dis-je en récupérant l'autre bout de la corde.

- J'ai vu, merci.


Après un bref Reparus, Lei se réveilla.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Mizuhime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 1030
Age : 23
Localisation : Krasalvie
Race : Edrakin
Date d'inscription : 18/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Mer 11 Avr - 19:30

Du haut de mon mètre cinquante huit, j'avais l'habitude d'être dominée par les choses en générales. (dans le sens de la taille hein...*fail*Oh et puis slurk!). Mais là, me retrouver au pied de cette montagne c'était... douloureux. Plus précisément, ça faisait mal à la nuque. (Bin oui, à force de lever le nez pour essayer de voir le sommet, on finit par douiller!)
Eiko sortit un plan de son sac, fit quelques calculs et finit par nous annoncer que, comme nous ne pouvions pas utiliser de transmitus, levitus ou autre, on allait devoir se taper 5 heures d'escalade rien que pour atteindre le premier ''palier''... La montagne en comptait une douzaine. Oh ! Mais heureusement pour nous, nous n'allions pas monter aussi haut ! D'après le bouquin que j'avais chapardé, l'entrée de la grotte se trouvait au septième palier... Oh joie!
Au début, je voulais accrocher Yoru sur mon dos et monter comme ça. Mais puisque la grimpée semblait partie pour durer, j'avais exceptionnellement laissé Revan le miniaturiser et le mettre sur le dos de Nox.
Eiko avait fait pareil pour Archi. Je me disais qu'au moins, en cas de pépin, je ne serais pas le seule à me retrouver veuve de familier.

- «Bon, ben… On grimpe … Je monte en tête !»Fit-elle.

Quelle bonne idée...Eiko en tête. Mon Dieu. Je montais après elle et la rattrapais en deux en trois mouvements, histoire de semer toutou-Revan et de pouvoir blablater avec elle.

~~~~~ 5h plus tard...

''Fiouuu! C'pas trop tôt!''
Première arrivée au palier number one, je repérais un rocher à l'air confortable. Je jettais mon sac contre la paroi et partis m'asseoir. Quelques secondes plus tard, je vis apparaître la chevelure rousse d'Eiko, puis la touffe blanche de Revan.
Je lui tirais la langue tout en lui jetant en regard noir. Ce taré d'hybride avait VRAIMENT faillit de rendre veuve de familier... Enfin, c'était plus la faute de Nox... Bref, passons!
Bien décidée à remplir le gouffre béant qui me servais d'estomac, je regardais en salivant la nourriture qu'Eiko sortait de son sac. Mais le fourbe aux cheveux blancs fut plus rapide que moi :

- «Passe moi un bout de saucisson. On est encore loin Lei ?»

Je sortis le livre et le feuilletais rapidement.

- «J'sais pas trop, ils sont pas super précis. Et en plus, c'est taché ! Quand on travaille sur un sujet aussi important, on est au moins un peu soigneux quoi slurk !

- Abrèges. T'as pas une estimation ?

- Je dirais... Encore quelques bonnes heures.» Fis-je, remarquant alors qu'en fait, la distance entre les paliers diminuait au fur et à mesure qu'on montait.

Et encore, si on a pas trop d'ennuis.
Ça c'était ce que j'aurais voulus dire. En fait, ça à plutôt donné un truc du genre : Et encore, si on a pas trop d'en...nuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis *et ça monte dans les aigus*.
En effet, le bout de rocher sur lequel j'étais assise avait décidé que ma masse pondérale était vraiment trop difficile à supporter et s'était tout bonnement et simplement détaché du reste de la plate-forme... Et moi avec.
J'avais bien essayer de me rattraper mais tout ce que j'y avait gagné, c'était de me rapper le bout des doigts sur la roche.
'' Promis juré, si je m'en sors, j’arrête de mon ronger les ongles, histoire d'avoir un truc pour amortir la prochaine fois...''
Eiko me rattrapa in-extremis. J'allais pousser un soupir de soulagement et sortir une vanne fumeuse quand un gros caillou décida que ma tête ne lui revenait pas. Je sentis une vive douleur au niveau du front puis ressentis à nouveau une sensation de chute libre.
Complètement groggy, j'entendais les lamentations de Yoru comme à travers un voile. Je me rendis compte que c'était vraiment la fin. Moi qui m'attendais à finir au combat ou autre truc plus héroïque, voilà que je vais finir en purée au pied d'une montagne!
Quelque chose s'accrocha à moi. Je ressentis un brusque choc. Puis de nouveau la sensation de chute. Je sentis alors sous moi le sol.
'' Tiens bizarre...je pensais le rencontrer d'une manière légèrement plus violente...''

-« Elle a besoin de soin

- J'ai vu, merci.»

Une sensation de soulagement m'envahit. Je clignait des yeux et vit les visages anxieux de Yoru, Revan et Eiko penchés vers le mien. J'ouvrais et fermais la bouche, en état de choc. Puta*n de bord*l de m*rde! J'avais bien faillis y passer!
Yoru me lécha timidement la joue. Je réalisais alors un truc... Ce malade avait sauté. Il avait sauté dans le vide, sans rien pour le retenir, pour me récupérer. Je me jetais à son cou. J'étais plus un truc du genre crispé que reconnaissant, mais c'était mieux que rien.

- «J't'en dois une. »

Réalisant ce que je venais de faire, je me dégageais. Pour reprendre un semblant de dignité, je serrais Eiko puis Yoru contre moi. Finalement, je me tournais vers Revan.

-«J'ai horreur de ça, mais j'ai une dette envers toi.»

Pour détester ça, je détestais ça. Et encore, c'était un euphémisme.

- «Et je paie toujours mes dettes.»

Il fit un mouvement bizarre de la tête. Un mélange de ''Ok'' et de ''Heu...bin...comment dire....en fait...''
Je me levais, pris mon sac et, sans un mot, je me remis à grimper.


~~~~~~ 12h et une bonne nuit de sommeil plus tard...


Une bouche noir avec des dents de glace.
C'était à peu près ça que m'inspirait l'entrée de la grotte. J'avais finalement trouvé comment activer la changeline pour avoir une tenue résistante au froid. Je portais maintenant un énorme pull à col roulé noir sous un manteau blanc aux bordures en fourrure, des gants et un pantalon noirs bien épais et de grosses bottes noires qui m'arrivaient aux genous.
Le côté positif donc, c'était que je n'avais pas froid. Le truc moins cool, c'était qu'on était en train de tirer à la courte paille avec Eiko pour savoir qui entrerait en première. Ou plutôt glisserait. Oui parce que, ladite grotte était en fait un immense gouffre. On pouvait faire trois, quatre pas et puis c'était le vide. Sauf qu'il y avait un espèce de toboggan en glace qui descendait en colimaçon. Et d'après le bouquin, il fallait l'emprunter.
Sauf que, Revan, dans un soucis de professionnalisme, avait décidé d'envoyé l'un de nous en éclaireur. Et bien sur, Eiko et moi nous étions précipitée l'une comme l'autre sur l'occasion. Attendez quoi ! Un tobbogan GEANT !!!
Manque de bol, toutout Revan à décidé qu'on ferait un tirage au sort... Sauf que je n'ai strictement aucune chance...
Et bien sûr, c'est la rouquine qui sera l'éclaireuse ! Super !
Je partis bouder dehors.

- «Aller sans rancune ! On se retrouve en bas !»

- «Gna gna gna...»

Je me retrouvais donc seule, en haut, avec Revan, Nox et Yoru, Archi ayant glissé à la suite de sa maitresse.

- « Au bout de combien de temps on considère que le périmètre est sécurisé ?»

- «Quand elle nous le dira....»

Une minute.
Deux minutes.
Quatre minutes.
Huit minutes...
Ouais bon là, à ce niveau je m'excuse, soit elle s'est tirée pour chercher le Krystal toute seule, soit elle est morte.

- «Va chier avec tes précautions à la con ! Moi j'y vais !»

Et sans lui laisser le temps de répondre, je me jetais jambes en avant, sur la rampe de glace.

- « HERE WE GOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !!!! »

____________________

Une rencontre n'est que le commencement d'une séparation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Sam 14 Avr - 18:03

Waaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah. C’est horrible ce que ça fait du bien de se reposer. Je restais à proximité du bord de la falaise mais pas trop près non plus… Prudence est mère de sûreté.

- Passe moi un bout de saucisson. On est encore loin Lei ?

Mais quels goinfre ces deux là alors ! Je sortais cependant la nourriture de mon sac tout en écoutant distraitement ce que disait les deux autres…

- J'sais pas trop, ils sont pas super précis. Et en plus, c'est taché ! Quand on travaille sur un sujet aussi important, on est au moins un peu soigneux quoi slurk !

- Abrèges. T'as pas une estimation ?

- Je dirais... Encore quelques bonnes heures. Et encore…

J’allais balancer le saucisson à Revan quand je vis Lei « tomber en arrière » avec un énorme et sinistre CRAAAAAAAACK. Et merde.
J’écarquillais un instant les yeux avant de me précipiter sur le bord de la falaise et d’attraper la main de Lei de justesse. J’allais pousser un soupir de soulagement quand une pierre venue de je ne sais où vint frapper le front de Lei

-NON ! LEI !

Je vis à peine Revan sauter de la falaise en saut de l’ange mais quand je réalisais ce qu’il venait de faire mon sang fit un tour. OWMONDIEU.

-MAIS C’EST PAS VRAI QUEL DEBILE ! ENFIN NON… MAIS SI !

Je fermais les yeux pour ne pas voir ce qui allait inéluctablement se produire, du moins à mon sens parce qu’en fait Revan avait quelques ressources. Ressources qui faillirent m’éborgner au passage mais bon… Passons.
Je l’entendis jurer quelques mètre plus bas et je m’approchais du bord. On était passé à ça de la catastrophe et là mes jambes n’avait qu’une seule envie : se dérober sous moi. Puis Revan déposa Lei sur le sol à une bonne distance du bord de la falaise.

- Elle a besoin de soin

Sous l’effet du choc ou de je ne sais quoi je lui répondis d’un ton qui me sembla très sec un fois les mots sortit de ma bouche.

- J'ai vu, merci.

Je m’agenouillais près de Lei et lui lançais un réparus puis l’observais avec inquiétude… Elle finit par rouvrir les yeux, puis cligna des paupière et enfin se jeta dans les bras d’un Revan complètement abasourdit.

- pfffffffffff, fut la seule réaction à peu près constructive que j’eus avant que Lei afin de ne pas perdre toute sa contenance me prenne moi aussi dans ses bras.

- J'ai horreur de ça, mais j'ai une dette envers toi. Et je paie toujours mes dettes.

Revan fit un mouvement de la tête comme pour acquiescer et je me relevais un sourire narquois accroché au lèvres.

- J’suis sûre que tu pourrais lui demander autre chose que d’être sauver…

Il haussa un sourcil.

- Mais siiii, tu vois parfaitement ce que je veux dire…

Puis je m’éloignais pour rejoindre Lei qui commençait déjà à grimper.

______________________________________________________________
______________________________

Après des heures de monté dans le froid, qui, soit dit en passant, se faisait de plus en plus froid à mesure que l’on montait, nous arrivâmes finalement devant l’entrée d’une sorte de grotte. Après une rapide prise de vue nous fûmes forcé de nous rendre à l’évidence qu’il n’existait qu’une seule entrée, celle ci, et que cette entrée était doté d’un espèce de toboggan géant…

- TROP COOOOOOOOOOOOOOOL, m’étais-je écrié à l’unisson avec Lei

Un éclair passe pour savoir qui de nous deux prendra le toboggan en premier, c’est alors que Revan s’interpose.

- Bon on va tirer à la courte-paille.

De quoi ? Bon ben si il veut de toute façon c’est tout le temps moi qui gagne à ces jeux de hasards .\o/

-Eheheheheheheh ! C’est moi qui gagne !

Lei part bouder dehors… Ca se termine toujours comme ça de toute façon.

- Aller sans rancune ! On se retrouve en bas !, fis je en la rejoignant.

En revanche je soupçonne Rev’ d’avoir truqué le jeu pour que Lei n’aille pas encore une fois risquer sa vie dans un truc dangereux… A vrai dire pour le coup je m’en fout un peu et puis au moins a me fera oublier un instant ma vengeance contre Liriel… Pour l’instant je n’en ai pas encore parlé à Lei. Plus tard peut être…

- Gna gna gna...

Je m’avance vers la bouche de la grotte et saute puis annonce mentalement à un Archi ré-agrandit :

*Allez suis moi !*

-WOUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Je ne sais pas depuis combien de temps on est dans ce toboggan quand soudain j’aperçois le fin du tunnel de glace… un sorte de pellicule très fine semblable à du verre s’est formée entre la bouche du toboggan et la salle d’arrivée, pleine de neige.

- Et merde…

Par pur réflexe je protège mon visage de mes avant bras et traverse la sorte de vitre de glace dans un fracas de bout de glaçons. Après quelques roulé boulé dans la neige et un arrêt assez brutal, dans une position très inconfortable contre un mur je me relève finalement. Je passe mon corps à une inspection mais en dehors de quelques égratignures et des bleus qui ne tarderont pas à apparaître je n’ai rien. La salle d’arrivé a été creusé naturellement dans la roche au cours du temps. Ce qui me le fait dire ? Je n’arrive pas à me tenir complètement debout… Trois arches de pierres assez rudimentaires ornent le contour de la salle si cet endroit a déjà été découvert auparavant nous ne connaissons pas, pour autant les caractéristiques de la grotte. Fronçant les sourcils je m’approche du toboggan pour dire à Lei et Revan de me rejoindre mais Archi m’interpelle :

*Eiko, viens par là.*

Je tournais la tête vers lui me désignant l’une des entrées, et m’y dirigeais. L’entrée n’était en fait qu’une sorte de grand couloir qui débouchait sur une grande salle, elle aussi creusé dans la roche. Elle n’avait rien de particulier elle était juste vide. Et les trois entrée semblaient y déboucher. Une nouvelle fois je fronçais les sourcils ça n’annonçait rien de bon…

-EIKOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !

Kooooooooooooooooooooo, ooooooooooooooooooooooo. Le bruit résonna dans la caverne et je repris le chemin pour revenir dans la première caverne.

- J’ai trouvé un truc bizarre… J’ai préféré ne rien toucher. Ils disent comment récupérer le krystal dans ton truc ?

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Lun 23 Avr - 13:25

Lei mit un certain temps avant de réaliser qu'elle était bien vivante. Pendant ce temps, je faisais des moulinets avec mon bras, histoire de le remettre un peu en place. Mais elle se leva soudain, et se jeta sur moi en me prenant dans ses bras. Je m'attendais à des remerciements, mais juste un merci aurait suffit non ? Parce que là, je me remet à rougir, et Eiko va encore se payer ma tête. Mais elle se rendit vite compte de ce qu'elle venait de faire, et pour ne pas laisser cela injustifié, fit de même avec la rousse et son familier qui lui faisait la fête, tout content que sa maitresse soit saine et sauve. Elle se tourna, pour finir, un nouvelle fois vers moi.

- J'ai horreur de ça, mais j'ai une dette envers toi. Et je paie toujours mes dettes.

J'hésitais. Autant je ne voulais pas qu'elle se sente obligée - tout les Autremondiens détestaient ça, et Lei ne faisait pas exception à la règle - mais d'un autre côté, je me disais que la contrarier n'était peut-être pas la meilleure chose à faire. Alors ma réponse fut une sorte de mélange des deux, une soupe bizarre oscillant entre l'accord et le refus, le "ok" banal et le ''heu...bin...comment dire....en fait...'' d'une hésitation, le tout accompagné du mouvement de tête adéquat. Pour information, il n'existe aucun mouvement de tête adéquat pour ce genre pâté de réponse. Ce qui donna un truc un peu ridicule, ce qui n'échappa pas à Eiko qui ne put alors résister à l'envie de venir mettre son grain de sel.

- J’suis sûre que tu pourrais lui demander autre chose que d’être sauvé…

- Eh ?

- Mais siiii, tu vois parfaitement ce que je veux dire…

Oui, je vois ce qu'elle veut dire. Hélas. Mais décemment, je ne pourrais pas demander ça...
M'apercevant qu'en fait, elle faisait de l'humour et se payait royalement ma tête, je secouai cette dernière pour me remettre les idées en place et continuer à grimper.
___________________________________________________________

Il faisait de plus en plus froid, mais ça ne me gênait pas outre mesure. Je savais de toute manière que ça n'allait pas aller en s'arrangeant, alors autant s'en accommoder. Et de toute façon, nous étions arrivés. La grotte... Si on pouvait véritablement appeler cela une grotte, et pas un gouffre. Oui, parce qu'impossible d'en voir le fond. Ça partait dans un véritable toboggan de glace, qui sembla tout de suite rappeler "L'age de glace" aux filles, parce qu'elle voulurent se précipiter pour y aller. Tututut, moi, je ne pars pas comme ça à l'aveuglette. Il faut d'abord s'assurer qu'on n'aura pas de mauvaise surprise à l'arrivée.

*Donc, en toute logique, pour vérifier si il y a un problème, il faut qu'un éclaireur se prenne le problème... C'est normal...*

*N'est-ce pas. Mais au moins, vu que je vais m'arranger pour que ce soit moi ou Eiko, Lei restera avec l'un de nous, et donc en sécurité.*

Tirage au sort. Eiko gagne.

*Hmmm... L'un de vous hein ? Et c'est toi, comme par hasard.*

*Le hasard fait bien les choses, disons.*

- Aller sans rancune ! On se retrouve en bas !

- Gna gna gna... Au bout de combien de temps on considère que le périmètre est sécurisé ?

- Quand elle nous le dira....

Nous attendîmes un petit bout de temps. Un bout de temps. Un sacré bout de temps. Un gros bout de temps. Un sacré bon gros bout de temps...
Bon, c'est vrai que là...

- Va chier avec tes précautions à la con ! Moi j'y vais !

J'eus juste le temps d'écarquiller les yeux pour la voir se jeter dans le trou.

- HERE WE GOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !!!!

- Ah la con ! Mais revieeeeens ! dis-je en me précipitant derrière elle.

Le tunnel partait un peu dans tout les sens. J'entendis derrière moi Yoru qui se précipitait pour nous rejoindre, suivit de Nox qui lui ne se préoccupait pas de la glissade. Je m'aperçus qu'avec mon manteau, je perdais du terrain sur ma coéquipière, alors je décidais de l'abandonner le temps de la rejoindre. Son familier le rattrapera en route. A présent que je n'avais rien de gênant sur moi, je pouvais déjà apercevoir la chevelure brune devant moi. Mais elle s'arrêta soudainement. Oups ? C'est déjà la fin ? Par réflexe, je tendis mes mains devant moi... Et atterris par terre, face à elle. Elle sur le sol, mes mains me maintenant à à peine cinquante centimètres de distance par rapport à elle.

- Ouf... Eh bin, c'est pas passé l...

Ma phrase s'arrêta soudainement sur les lèvres de Lei. Je venais de recevoir un choc dans le dos, qui m'avait poussé et... Bin comme nous étions face à face, dans une position qui n'était déjà pas en elle même très confortable dans tout les sens du terme, et bien l'inévitable arriva. Nous restâmes un instant ainsi, les yeux grands ouverts, limite exorbités, mon manteau nous recouvrant tout les deux et un Yoru - car c'était bien lui - qui se demandait où nous étions. Puis Lei parvint à se dégager la tête.

- YORUUUUUUUUU !

Alors, c'est déjà pas bien évident de se dépêtrer dans un manteau tout seul (surtout quand on actionne malencontreusement avec ses petites patounes un "léger" agrandissement), mais alors à deux, avec un jeune vrri'r sur le dos, c'est tellement impossible que ça en devient presque comique. Et c'est évidemment le moment que choisit Eiko pour surgir, telle une chasseuse qui fond sur sa proie.

- Je vous dérange ?

C'est marrant, quand je la vois, je pense à ça tout d'un coup...

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Mizuhime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 1030
Age : 23
Localisation : Krasalvie
Race : Edrakin
Date d'inscription : 18/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Sam 28 Avr - 11:06

Le vent sifflait dans mes oreilles alors que je glissais à toute allure le long du toboggan de glace. Je regrettais déjà d'être partie si vite...je n'avais pas eu le temps de penser à me mettre debout ! Et maintenant, avec la vitesse et la force de centrifuge, c'était trop tard. Une autre fois peut être... Yoru semblait s'être jeté à ma suite et j'entendais jusque dans ma tête ses miaulements/rugissements extasiés. Il semblait se triper autant que moi...
Mais toutes choses ayant une fin (plus les bonnes que les mauvaises d'ailleurs...), je vis apparaître devant moi la fin de la rampe de glace. Sachant qu'une telle occasion ne se représenterait jamais, j'essayais tant bien que mal de me mettre sur mes jambes, juste pour voir.
Oui, j'y suis arrivée... sauf que le vent me fis me retourner. Et me voilà en train de glisser en arrière. Et c'est vraiment pas agréable de ne pas voir quand le toboggan se termine parce que …
J'eus à peine le temps de me demander si j'allais mourir, la tête écrapoutie contre le sol qui pouvait être en pierre, que je tombais sur le dos dans la poudreuse.
Dieu, c'que j'aime la neige !
J'allais me relever en lançant un «On s'fait un autre tour ?!» lorsque le toboggan cracha toutou-Revan. Je le vis tomber sur moi au ralenti: ses yeux ronds comme des assiettes, sa bouche tordu bizarrement. Heureusement pour moi, il avait des réflexes, et des bons. Au lieu de m'écraser bonnement et simplement, il se rattrapa, les mains de chaque côté de ma tête et ses genou de chaque côté de mes hanches... Et le visage à moins de quinze centimètres du mien !
Visiblement, il semblait soulagé de ne pas s'être écrasé sur moi.

- Ouf... Eh bin, c'est pas passé l...

Brusquement, il m'embrassa. Enfin, c'est ce que j'ai pensé sur le moment, mais en le voyant ouvrir des yeux presque aussi grand que les miens, je me dis qu'il y avait baleine sous gravillon. Sa cape se posa délicatement sur nous...avant de commencer à s'agrandir. Là, ça devenait franchement tendancieux ! Yoru me demanda où nous étions, et je compris. Je dégageais mes lèvres tant bien que mal et hurlais :

- YORUUUUUUUUU !

Je le sentis lever la tête, pour essayer de voir où j'étais. Nan mais qu'ais-je fais pour mériter ça ?! Je commençais à me débattre pour essayer de me dépêtrer de là dessous.

- Je vous dérange ? Fis une voix

… Une entité supérieure doit vraiment m'en vouloir. Yoru sauta du dos de Revan pour rejoindre Eiko. D'un coup sec, elle enleva la cape. Je jetais un regard noir à mauvais Rev', histoire de lui faire comprendre qu'il avait intérêt à se retirer FISSA ! Je ne pus retenir un sourire amusé en le voyant plus rou...rose que jamais. Yoru m'envoya une image mentale de moi, en train de sourire à Revan... encore plus rouge que lui. Mais...MAIS ! FUCK ! On dirait vraiment que je lui souris là ! Et que j'ai l'air gênée en plus ! Mon sourire disparut brusquement. Pour faire bonne mesure (et surtout pour essayer de rattraper le coup), je le giflais magistralement, puis me relevais, outrée.
Au moins, la situation avait eu l'air d'en amusé une. Eiko essayais de cacher qu'elle était morte de rire, la main devant la bouche. Pour faire bonne mesure, j'enlevais la neige que j'avais sur mes vêtements, l'ignorant superbement. Je ne pus m'empêcher de penser que ses lèvres étaient aussi douces et chaudes que la dernière fois. Je me massacrais intérieurement pour avoir osé avoir une telle pensée.

- «T'as trouvé quelque chose ?» intervint finalement Revan.

Nox vint se poser sur son épaule, une lueur malicieuse dans l’œil.

- «Je disais : J’ai trouvé un truc bizarre mais j'ai touché à rien...Suivez le guide !»

Des arches de pierres nous faisait face. Eiko se dirigea vers l'une d'entre elles. Nous longeâmes un moment un long couloir taillé dans la pierre et débouchâmes enfin sur une grande salle. Elle me rappelais étrangement la caverne dans laquelle nous avion combattu les harpies, sauf qu'une étrange lumière émanait du plafond. Levant les yeux, je compris qu'en réalité, le plafond n'était qu'un bloc de glace et que la lumière bleuté n'était en fait que le soleil qui le traversait. La salle en elle-même était désespérément vide...

- «Rien...C'est bizarre, dans le livre, ils disaient que ...» commençais-je en avançant au centre de la pièce.

Mes lèvres formaient des mots muets en même temps que je lisais à toute allure ledit passage. Eiko s'avança pour lire derrière mon épaule. Du coin de l’œil, je vis mauvais Rev' faire de même.
Un «CRAC» sonore retentit alors dans la salle.

- «Qu'est-ce que...» commença Eiko

J'eus à peine le temps de penser «Oh non...pas ENCORE ?!» tandis que je sentis le sol se briser sous mes pieds.
La chute fut de courte durée et Revan nous empêcha de nous écraser comme des crêpes en lançant un bref Levitus en fin de chute.
Je me relevais en soupirant, levant les yeux vers le trou au plafond. Au moins quinze mètres...Super pour remonter !
Je regardais le décor autour de moi. Nous étions tombés au centre d'une pièce circulaire. Le rocher sur lequel nous nous tenions était surélevé par rapport au sol et il s'étirait en une sorte de chemin qui se perdait dans l'obscurité derrière nous. Les murs étaient étrangement polis. Et le krystal d'Eiko émettait une très faible lueur, ainsi que le bras de Revan. Je supposais que le mien aussi, mais j'avais la flemme de retirer mon ras-de-cou pour vérifier.
Je m'avançais vers le rebord du rocher pour regarder le sol. Il n'y avait rien. Le texte disait pourtant que le krystal était ici, et qu'il devait émettre une légère lumière violette. Mais il n'y avait rien de tel ici. Je levais les yeux au ciel, les mains sur les hanches en soupirant. Eiko et Revan n'allaient pas tarder à m’assaillir de questions.
Une légère brise se leva. Je sentis comme quelque chose qui me traversait le corps. Intriguée, je me retournais.
Yuna me regardais, un sourire malicieux sur les lèvres, les oreilles dressées en avant. Elle fit un léger mouvement de la tête puis tourna les talons. Elle se mit à courir le long du chemin zigzaguait vers le mur.

- «Attends... ATTENDS-MOI !»

Et oubliant tout ce qui m'entourais, je partis à sa poursuite.

____________________

Une rencontre n'est que le commencement d'une séparation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Ven 11 Mai - 18:56

Je regardais encore derrière quand j’entendis des espèce de grognements étouffés, un peu surprise je tournais la tête vers une… masse noire sur laquelle était posée une adorable peluche un peu perdue.

- Je vous dérange ?

La « petite » peluche, dénommée Yoru, descendit de la masse noire, sous laquelle se trouvait Revan et Lei, qui devait s’embrasser au vu des grognements étouffés que j’avais entendu précédemment, et vint à ma rencontre. J’esquissais un sourire caressais Yoru et tirais la cape d’un coup sec libérant ainsi mes deux « compagnons » . Lei avait un sourire légèrement débile accroché au lèvre alors qu’elle se voulait furieuse tandis que Revan rosissait à vu d’œil. Quant à moi… Et bien moi j’avais mis ma main devant ma bouche pour ne pas éclater de rire. Pour ne pas perdre toute sa contenance notre Edrakin chérie gifla Revan dont la tête partit avec le coup.
Sa main sur sa joue devenue écarlate, il prit finalement la parole :

- T'as trouvé quelque chose ?

- Je disais : J’ai trouvé un truc bizarre mais j'ai touché à rien...Suivez le guide !

Je refis donc le même chemin que précédemment et arrivait dans la salle vide. Lei haussa un sourcil et commença à lire son bouquin.

- Rien...C'est bizarre, dans le livre, ils disaient que ...

Elle s’arrêta en plein milieu de sa phrase et commença à avancer vers le centre de la salle. Je la suivis tout en lisant par dessus son épaule et Revan fit de même quand un « CRAK » sonore retentit…
La dernière fois que j’avais entendu un « CRAK » pareil c’était il y avait à peine quelques heures quand un morceau de glace se détachant de la falaise avait failli me faire perdre ma meilleure amie, l’avant dernière fois c’était dans la calotte glacière… Et j’étais tombée dans de l’eau gelée. Alors il faut pas s’étonner si au lieu de baisser les yeux vers le sol, en pierre, je vous le rappelle, je levais les yeux vers le plafond fait de glace.

- Qu'est-ce que...

Je n’eu pas le temps de formuler la fin de ma phrase puisque le sol se déroba sous mes pieds et que je me sentis tomber… Je poussais un soupir de soulagement quand Revan, plus réactif que moi, lança un lévitus avant que nous ne nous écrasions contre le sol.

_________________________________________________________________________
_________________________________


- LEIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! ATTEND !

Ma voix et celle de Mauvais Rev’ résonnent dans les couloirs. Nous sommes en train de poursuivre Lei qui elle même poursuit une entité invisible. J’ai cru comprendre que c’était sa sœur… Cela dit je n’en ai aucune certitude.
Intersection. Gauche ou droite ? A voir la tête de Revan il n’en a pas la moindre idée lui non plus… Bon droite. Au vu des pas qui s’éloignent je dirais que Revan a tourné à Gauche… Et peut être qu’il a mieux choisi que moi… Parce que là il fait sombre, très sombre.
J’ai ralentit le pas parce que je ne vois plus rien et que je hais l’obscurité autant que l’eau et autant que cette saleté d’elfe noir, prénommé Liriel.
Je n’ai pas entendu les pas qui venaient vers moi c’est sans doute pour ça que je percutte de plein fouet la personne qui vient en face de moi :

- AIEUUUUH !

L’homme, puisque c’est une voix d’homme a crié en même temps que moi. Et derrière lui arrivent des pas précipités.

- Yuna, attends, fait Lei, essouflée.

Et là je comprends que nous tournons en rond.

[Bon... C'pas terrible et y'a pas les couleurs... Oui, la flemme What a Face Brefouille... Maintenant que je n'ai plus la menace de me faire tabasser qui plane au dessus de ma tête je vais me détendre avant de commencer à faire des maths, demain Le kiwi de Koko Et... Lei-chérie, MERDE pour demain ♥]

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Sam 12 Mai - 16:23

Sentant que j'allais me prendre la baffe de l'année si je ne me levais pas le plus tôt possible, je me remis très vite sur mes pieds. J'étais rose de gène de la tête aux pieds, mais j'étais surpris de m'apercevoir que Lei n'était pas en reste à ce niveau là. Elle souriait même. Bon, et bien finalement, elle le prend mieux que ce que je pensais. En tout cas, c'est ce que je pensais. Parce qu'à peine quelques secondes plus tard, sa main contre ma joue me dissuada complètement. Finalement, je l'aurai eu ma baffe, avec la tête qui part sur le côté les cheveux en pétard et tout. Et pendant ce temps, Eiko faisait tout ce qu'ele pouvait pour ne pas éclater de rire, mais c'était visiblement trop dur pour elle. Sans commentaire.

- T'as trouvé quelque chose ? dis-je, histoire de briser le silence gêné.

Nox se posa sur mon épaule.

*Aller, je suis sur que la gifle en vallait la peine...*

*Pffff...*

- Je disais : J’ai trouvé un truc bizarre mais j'ai touché à rien...Suivez le guide !

Le couloir semblait interminable. Si Eiko ne nous avait pas dit qu'elle avait trouvé quelque chose, j'aurais pu croire que nous ne savions absolument pas ou nous allions. Mais enfin, nous débouchâmes dans une gigantesque salle qui, malgré le fait qu'elle soit taillée à l'intérieur même de la montagne, était inondée d'une belle lumière. En voyant Lei regarder le plafond, je fis de même, et je compris alors le phénomène. Tout au dessus de nous n'était qu'un épais bloc de glace, qui laissait passer la lumière à travers lui.

- Magnifique...

Puis je réalisais.

-... Mais ça ne nous avance pas beaucoup.

- Rien...C'est bizarre, dans le livre, ils disaient que...

Mais le reste se perdit entre ses lèvres. Eiko et moi nous nous penchâmes sur son épaule pour essayer de lire, mais au même moment, un "CRAC" se fit entendre. Cela me rappelait étrangement une scène qui s'était déroulée il y a maintenant quelques heures, mais qui était assez marquante pour que je m'en rappelle. Et à n'en pas douter, elle se répétait.

- Qu'est-ce que...

Elle ne termina même pas le commencement de sa phrase, que nous sentions déjà le sol s'effondrer sous nos pieds. Et pas le temps de dégainer mon arbalète cette fois. De toute façon, je n'aurais pas pu tous nous sauver comme ça. Je vis le sol se rapprocher à toute vitesse. Il fallait tenter le tout pour le tout ! J'activai ma magie, et lançai un Levitus.

*Faites que ça marche, par pitié...*

Fort heureusement, le sort nous arrêta à quelques centimètres du sol. Je nous laissai retomber délicatement, en poussant un soupir de soulagement. Il y a des fois, comme ça, où je m'aime moi même. Nous nous relevâmes, tandis que Nox venait à nouveau se poser sur mon épaule, et j'analysai la "pièce" dans laquelle nous nous trouvions. Les murs étaient bien trop lisse pour grimper, et je ne voulais pas essayer de tirer un grappin dans le plafond de glace. Il était sans doute épais, mais on ne savait jamais. Aucune envie de me prendre cette épaisseur dans la figure. Bref, ce n'était pas la peine de songer à remonter. Pas par là en tout cas. Je vis soudain que mon bras brillait. Tout comme le collier de Eiko et celui de Lei. Nous regardâmes un peu partout, mais il n'y avait rien, pas la moindre pierre, pas le moindre liquide, le vide total. Mais bon, au moins, nous pouvons supposer que nous somme sur la bonne piste.

- Attends... ATTENDS-MOI !

Lei ? Mais... Mais... MAIS ? Où va-t-elle encore ? Elle devait avoir vu quelque chose... ou quelqu'un ? Non, à mon avis, elle a encore une hallucination. Elle ne doit pas être tout à fait remise des tortures de Tira, et le coup qu'elle a reçu sur la tête tout à l'heure n'a pas du arranger les choses. Je me rendis soudain compte qu'elle s'éloignait beaucoup trop, et qu'elle sortait de mon champ de vision. Je me mis à courir derrière elle, essayant tant bien que mal de la repérer à l'odeur. Mais elle courait vite, et elle avait déjà disparu. Et Yoru, pour une fois, avait été assez rapide pour la suivre. C'est pas vrai !

- LEIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! ATTENDS !

Rah ! Slurk ! Une intersection. L'odeur de Lei venait de droite comme de gauche, et il n'y avait aucune empreinte de pas. Elle s'était comme envolée. Eiko n'était pas plus avancée que moi. Bon, il fallait prendre une décision... A gauche. La vampyre prit à droite. Il n'y a jamais moyen de tomber d'accord nous deux.
Il se mit à faire assez sombre. Je clignai des yeux, pour m'habituer à l'obscurité. C'est l'avantage d'avoir des racines telles que les miennes, on y voit beaucoup plus clair en général. Sauf que ce n'est pas Claire que je cherche, mais Lei. Oui, elle est nulle celle là.

- Lei ? Leeeeeei ?

- AIEUUUUH !

Bon, ça, c'est Eiko qui a trouvé le moyen de se faire mal toute seule. Vraiment toute seule ? Non. Il y avait une voix d'homme. Nous n'étions plus seuls. Je dégainai ma dague cachée, ainsi qu'un ou deux dards de lancer. Comment avait-il fait pour nous suivre ? Et surtout pourquoi ? En tout cas, je dois m'assurer qu'il ne représente pas une menace. Et si c'est le cas, je devrai m'assurer qu'il ne représente PLUS une menace. M'avançant dans l'ombre, je glissais tel un serpent, afin de rejoindre Eiko. Lei semblait elle aussi se diriger par là, car son odeur revenait jusqu'à mes narines. Parfait, je ne serai pas tout seul si les choses tournent mal. Bon, d'après ce que je pouvais entendre, ils étaient juste à l'angle de ce chemin. Ecoutons ce qu'ils disent, histoire de ne pas passer pour un débile si c'est un ami. Dans le cas contraire, je ne lui laisserai pas le temps de frapper.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Mizuhime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 1030
Age : 23
Localisation : Krasalvie
Race : Edrakin
Date d'inscription : 18/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Jeu 17 Mai - 18:40

Ses longs cheveux noirs fouettaient l'air au rythme de sa course. Sa robe blanche virevoltait, transperçant momentanément les ténèbres qui m'entouraient. Je n'arrivais pas à la rattraper. Elle ne faisait pas mine de s’arrêter.

- «Yuna, attends.» soufflais-je

Brusquement, comme si elle m'avait enfin entendue, elle s’arrêta net. Elle se retourna vers moi, un sourire lumineux aux lèvres, comme si elle venait de retrouver quelqu'un de cher depuis longtemps perdu. Je lui souris en retour. Elle tendit sa main vers moi. Je levais la mienne pour la prendre. Alors que je m'attendais à sentir la douceur et la chaleur de sa peau, ma main la traversa. Sa main, puis son bras, puis Yuna tout entière partit lentement en fumée alors qu'elle me regardait toujours avec amour.
Elle était...
Abasourdie je fis un pas en avant, le bras toujours levé, comme pour la retrouver, pour m'extraire du voile de ténèbres dans lequel je nageais.
Non...j'étais...
Mes doigts frôlèrent ce qui me sembla être du tissus.
Je sentis que la personne que j'avais touché se retournait. Je n'arrivais plus à réfléchir correctement. J'étais confuse, perdue. «Ce qu'il vient de se passer... J'ai vraiment un... Est-ce un ennemi? Elle était... Revan et Eiko sont... Un Ange?»
Mon krystal se mit à briller de plus en plus fort. Il finit par éclairer le couloir de pierre comme si il se trouvait en plein jour. (un jour plutôt bleu, mais un jour quand même...)
Je battis plusieurs fois de yeux. Et finis par reprendre le contrôle de mon esprit. Je reculais de plusieurs pas, sortant mes tonfas, prête à agir si la personne m'attaquais.
Voyant qu'elle restait passive, je décidais d'en profiter pour l'examiner.
C'était un homme. De longs cheveux bruns encadraient son visage fin. On voyait des oreilles pointues dépasser de sous ses mèches. Il avait les yeux vairon : Celui de droite était bleu comme un ciel d'été , celui de gauche était aussi vert que l'émeraude. Il me regardait, visiblement étonné. Sa cape se mit à bouger lorsque son visage prit une expression contrariée.
Lentement, j'ouvris la bouche.

- «... Je vous connais...»

D'un geste ample, il dégagea son épée, découvrant d'un même geste une queue de chat. Puis il se plaça se profil. Je ne compris la raison de son mouvement que lorsque je vit Eiko.

- «Qui êtes-vous et où avez-vous où ce collier?» feula-t-il, menaçant.

C'était à moi qu'il s'adressait. Je clignais des yeux plusieurs fois. Je ne m'attendais pas à ce qu'il ressemble autant à celui que j'avais vu dans mon rêve.

- «Je suis... Je suis Lei.» balbutiais-je.

Les poils de sa queue se hérissèrent. Par réflexe, les miens en firent autant. Eiko porta sa main à son katana.

- «Je suis Lei. Répétais-je. Fille de Suina et petite-fille de Niniel.»

Il sembla perdre un moment de sa hargne.

- «Niniel?»

- «Mes arrière-grands parents se nomment Lyah et... Rindir?»

Il sursauta en entendant son nom. Il se détendit mais resta quand même sur ses gardes. Voyant que son regard restait fixé sur mon krystal, je continuais.

- «C'est ma sœur qui m'a transmit le collier. Il appartenait à ma mère autrefois. Et à sa mère avant elle... En fait, il était à vous, je crois.»

Une étrange lueur brilla dans ses yeux. Je vis ses traits se radoucir. Mon cœur battait la chamade. Il s’apprêtait à se retourner lorsque soudain, il se jeta sur moi à tout allure, les traits durs.
Je voulus réagir, je n'en eus pas le temps. Avant que moi ou Eiko eûmes le temps de faire quoi que ce soit, il était sur moi. Et, avec toute la force qu'il possédait, il me serra contre son cœur. Je restais un moment abasourdie, puis indécise.

- «Je croyais que tous les miens étaient passés en OutreMonde à cause de ce pendentif. A cause des Anges... A cause de moi.» murmura-t-il.

Ses paroles firent écho en moi. Et, pour la première fois depuis onze ans, je sus ce que j'avais ressentis toutes ces années. Ce n'était pas de la haine. Pas de la tristesse. C'était de la culpabilité. C'était ma faute... C'était ma faute.
Lentement, je redis l'étreinte à mon arrière-grand père. Et me mis à pleurer à chaude larmes.
J'avais trouvé quelqu'un pour me comprendre. Pour me protéger. Pour m'aimer.
Je n'étais plus seule.


[ #AFCA57 pour la couleur de Rindir]

____________________

Une rencontre n'est que le commencement d'une séparation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Dim 20 Mai - 18:05

L’homme me tourna le dos pour se tourner vers Lei. Je fronçais les sourcils et plissais les yeux lorsque le krystal de Lei se mit à briller tel une lampe de poche (je sais dit comme ça, ça fait pas très classe…) une vive lumière éclaira le couloir et je sentis presque mes pupilles s’étrécir jusqu’à ne devenir qu’une minuscule tête d’épingle au milieu de mes iris orangées. Lei sortis ses tonfas mais l’homme restait stoïque. Je le détaillais légèrement et notais que ses oreilles étaient pointues… Or oreilles pointues = Elfes ou croisement avec un elfe… Mauvais pour moi ça. D’après ce que j’avais pu en voir dans la pénombre l’homme étais plutôt séduisant malgré les rides d’expression qui trahissaient son âge.

- ... Je vous connais...

Oh ? Première nouvelle… Enfin je ne m’étonne plus de rien. Lei à toujours eu l’habitude de ramener des types étranges… Faut voir Revan, rien que ça, ça donne déjà une idée… Le type dégaina une épée et se plaça de profil de façon à pouvoir nous surveiller toute les deux. Je sursautais légèrement quand je vis sa queue de chat se balancer…

*Un « croisement » entre un elfe et un edrakin… C’est assez…*

*Etrange ? Pas plus qu’un mélange Vampyr/Elfe…*

*Tu pense à un elfe en particulier, Eiko ? fit –il taquin*

*… Non Archi… C’était un exemple. Tu aurais préféré que je dise entre un dragon et un nain ?*

La voix agressive de l’homme résonnant dans la caverne me fit de nouveau froncer les sourcils et arrêta net ma conversation avec Archimède.

- Qui êtes-vous et où avez-vous où ce collier?

- Je suis... Je suis Lei.

… Elle balbutiait ? Mes yeux se posèrent soudain sur la queue hérissé de l’homme et je posais ma main sur mes katanas par réflexes. J’avais assez côtoyé Lei pour savoir que lorsque le poil d’un chat se hérissait c’est qu’il n’était pas du tout, mais alors pas du tout content… Et qu’il valait mieux s’attendre au pire.

- Je suis Lei. Répétais-je. Fille de Suina et petite-fille de Niniel.

- Niniel?

- Mes arrière-grands parents se nomment Lyah et... Rindir? C'est ma sœur qui m'a transmit le collier. Il appartenait à ma mère autrefois. Et à sa mère avant elle... En fait, il était à vous, je crois.

Woh, woh, woh… Wait… Elle a dit « il était à vous… » et que le collier appartenait à la mère de sa mère… Ce qui fait de lui son… SON ARRIERE GRAND-PERE ?! MAIS IL EST SUPER VIEUX !!! Et là Rindir, puisque c’était son nom s’avança vers Lei avec une vitesse inouïe et avant même que j’ai pu prononcer une syllabe fondit sur Lei et l’enlaça…

- Je croyais que tous les miens étaient passés en OutreMonde à cause de ce pendentif. A cause des Anges... A cause de moi.

… Je me sentais légèrement de trop là… Et soudain je me trouvais un peu seule… Parce que finalement j’avais toujours considéré Jill et Lei comme ma seule famille, bien que sachant pertinemment que j’en avais une… Là bas. En Krasalvie. Seulement voilà, je l’avais reniée depuis bien longtemps. Et moi j’étais là avec Lei et son Grand-Père qui l’aimais et Revan, quelque part, qui lui aussi avait sa famille. Et moi je n’étais rien au milieu d’eux. Et cette constatation m’arracha un cri d’étonnement étouffé. Je m’appuyais contre le mur de la caverne et laissais Lei dévider ses larmes sur Rindir.
Au bout d’un long moment qui me parut durer une éternité elle se détacha finalement de lui et s’avança vers moi. Et parce que je détestais me plaindre, je lui envoyais un joli sourire.

- C’est mon Arrière grand-père…

- J’avais cru comprendre, répliquais-je avec un sourire.

- Rindir… Voici Eiko.

- Dis moi Lei… Tu m’avais caché qu’il y avait des types sexy dans ta famille, fis-je à voix basse.

- M’enfin, c’est mon Arrière Grand-Père !!

- Au fait il est où, Revan ? Et le krystal… Il est où le krystal ?

[Les couleurs se sera pour quand j'aurais le temps... Si tu veux que je rajoute quelque chose je le ferais mais pas ce soir <3]

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Lun 21 Mai - 19:30

- Qui êtes-vous et où avez-vous où ce collier?

Il parlait à Lei, et il venait de dégainer un épée. Mauvais point pour lui. Je me rendis soudain compte de deux choses particulièrement étranges : premièrement, nos Krystals respectifs - si mon bras peut se définir comme en étant un - brillaient comme si on y avait branché un générateur nucléaire destiné à l'éclairage de Tingapour, mais je parvenais à le cacher en remontant mes manches. Deuxièment, et c'était sans doute le plus inquiétant, cet homme était un elfe. Mais aussi un edrakin. Son odeur, unique en son genre, ne me rappelait aucune race existante. Cela ne pouvait signifier qu'une seule chose. C'était un hybride.

Malgré tout, Lei ne semblait pas effrayée, ni affolée, ni... enfin bref, c'était tout juste si elle ressentait de la peur. Non, tout au plus, un vague étonnement. Trop occupé à penser, je n'entendis pas ce que la jeune fille lui répondit, mais ça n'eu pas l'air de lui plaire. Les poils de sa queue de chat se hérissèrent, ainsi que ceux de Lei - chose que je trouvais toujours bizarre d'ailleurs, après des mois avec elle j'arrivais pas à m'y faire - tandis que Eiko posait la main sur son katana. De mon côté, je fis glisser entre mes doigts mes dards de lancer. Si ça s'envenime...

- Je suis Lei. Fille de Suina et petite-fille de Niniel.

L'homme sembla se figer un instant, comme tétanisé par les deux prénoms qu'elle venait de prononcer.

- Niniel?

- Mes arrière-grands parents se nomment Lyah et... Rindir? C'est ma sœur qui m'a transmit le collier. Il appartenait à ma mère autrefois. Et à sa mère avant elle... En fait, il était à vous, je crois.


Je n'en revenais pas... Ces deux là se connaissaient ! Mais d'où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? C'est à peine compréhensible de là où je suis, mais j'imagine que Eiko ne doit pas être plus avancée que moi. Nox avait failli en tomber de mon épaule. Ah bon, et maintenant il la prend dans ses bras ! Il doit y avoir quelque chose, c'est pas possible... Une partie de ce que venait de dire Lei me revint en mémoire :"il était à vous"... Son krystal, qu'elle a reçu de sa mère et qui ne se passe que par la fam... famille ? Oh brokl. Donc c'est son... arrière... son arrière-grand-père ?! Mais c'est pas possible, il doit bien avoir... Suis-je bête, c'est un elfe. Je faillis me taper le front avec le point, avant de me souvenir que je devais rester discret. Oui, m'enfin d'un autre côté, à moins qu'on ait le droit à une lutte intestine dans la famille Mizuhime, je n'ai plus de raison de m'inquiéter.

Après avoir visiblement pleuré tout les deux, ils s'écartèrent un instant l'un de l'autre. Lei rejoignit Eiko, tandis que l'homme - Rindir, si j'ai bien compris - restait debout, encore sous le choc d'avoir retrouvé une membre de sa famille. Elles murmuraient entre elles, mais avec mon ouïe de vampyr-elfe, ce n'était pas la peine d'essayer de me cacher quelque chose. Idem pour Rindir d'ailleurs, si il avait eu assez de contenance encore sur lui pour écouter attentivement après ça.

- C’est mon Arrière grand-père…

- J’avais cru comprendre.

- Rindir… Voici Eiko.

- Dis moi Lei… Tu m’avais caché qu’il y avait des types sexy dans ta famille.

- M’enfin, c’est mon Arrière Grand-Père !!

- Au fait il est où, Revan ?


*Dans ton cul !*

Har'Kaïn arrive toujours au bon moment pour sortir ses blagues vaseuses. Ah c'est fin tiens. C'est subtile même. Et je le sens plein de sous entendu en plus, ce pervers ! Je lui donnais un coup d'épée mentale bien mignon en pleine poire pour avoir osé penser ça. J'espère qu'un jour, il ne va pas penser trop fort et me faire dire ce que je ne veux pas dire, sinon je ne suis pas DU TOUT dans la bouse traduc jusqu'au cou. Je rengainai ma dague les dards, et sortit du coin où je m'étais accroupis pour me diriger vers eux. Je gardais cependant la lame secrète prête à sortir. Il a vu Eiko, alors il n'avait pas à paraître inquiet, mais comment allait-il réagir en me voyant, ça, rien n'est moins certain. Ah, sauf que...

- Je suis ici... mais vous deviez déjà le savoir.

Bien sûr, c'était un elfe. Et ce n'était pas à un vieux singe qu'on apprenait à faire la grimace. Mêlé à un edrakin, on obtenait un chasseur hors-norme, alors il aurait bien été indigne venant de lui de ne pas m'avoir répéré dès mon arrivée. Une odeur comme la mienne, on n'en trouve pas à tout les coins de rue, alors dans une grotte, en pleine montagne, à l'intérieur même d'un lieu sensé être méconnu du monde entier, je passe difficilement inaperçu pour ceux qui ont un bon odorat.

- Mince, lui aussi il brille ! Nous ne sommes pas en sécurité ici, nous ferions mieux d'aller ailleurs. Suivez moi ! On ferais mieux de ne pas prendre de Transmitus, sinon on va y laisser des bouts. Non, attendez...

D'un grand mouvement du bras, il invoqua une Porte de Tranfert, juste sous nos yeux ébahis. C'était... wouah... Je n'étais pas un grand spécialiste en magie, mais j'en sais assez pour comprendre la difficulté de l'utiliser dans les Hautes-Montagnes. Alors en plus accomplir un pareil exploit pour... Cela relevait du plus haut niveau. Les elfes, hybrides ou pas, ne sont pas des magiciens aussi puissants d'ordinaire, et les edrakins sont un peu spéciaux. A mon avis, il n'était pas tout seul...

-Allez-y, passez ! Je vous rejoins après !

Comme il semblait pressé, je décidai de ne pas le contrarier et de traverser le portail juste derrière Lei. Nous nous retrouvâmes dans une maison, mais je n'eu pas vraiment le temps de la détailler car Lei semblait un peu nauséeuse. Allons bon, elle ne supportait pas non plus les Portes de Transfert ! Je la soutenais par les épaules, sentant que si elle ne restait pas stable, elle allait rendre ses chocapics sur la moquette.

- Eiko, il faut vraiment qu'on trouve quelque chose pour la soigner de son mal des tranferts !

- J'ai bien une idée... Mais elle ne va pas aimer non plus ! J'ai réussi à trouver plus infâme que mes potions !


Plus inf... Mes Aïeux, c'est possible ça ? On va éviter ça pour l'instant alors. Rindir surgit derrière nous, et referma la faille qui fit un petit *plop* en disparaissant. Lei se redressa alors, et nous pûmes tout les trois, sans danger de se retrouver avec le déjeuner de l'edrakin sur les bottes, observer la maison dans laquelle nous étions. Rien de bien impressionnant, le salon était tout ce qu'il y a de plus normal : un fauteuil, un canapé, une bibliothèque remplie de livre, une table basse, un tapis au sol... Bref, je vais pas continuer à parler décoration pour ne rien dire. Rindir nous fit nous asseoir dans le canapé, tandis que lui prenait place en face de nous.

- Bon, je vais pas passer par quatre chemins. Vous venez pour le Krystal n'est-ce pas ?

Nous acquiescâmes tout les trois. Il dénoua alors une cordelette autour de son cou, et tira légèrement dessus. Sortit de sa chemise un petit pendentif, comme une boule de verre, dans laquelle flottait une opaque fumée blanche brillante. Nos Krystal se mirent alors à briller de mille feux, comme si le fait d'être proche les uns des autres les activait ou les faisait réagir... comme si ils étaient heureux de se retrouver. Une sorte de pensée propre peut-être ? Comment savoir avec des matériaux d'une telle puissance ? Je ne me rappelle même plus si le vieux vampyr m'avait parlé d'un tel phénomène. Puis d'un coup, la lumière cessa. Si soudainement, comme ça.

- Qu'est-ce qu'il se passe ?

- Je crois que je comprend. Un Krystal peut réagir à la présence de l'un de ses semblables, comme un détecteur. Mais une fois qu'on l'a trouvé, il ne considère plus comme étant utile de continuer à briller, à moins qu'on ne l'active délibéremment.


C'était une pure théorie, mais je ne voyais pas d'autre explication. Après tout, mon bras n'illuminait pas une pièce entière quand j'étais avec Lei ou Eiko, et idem pour elles.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Mizuhime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 1030
Age : 23
Localisation : Krasalvie
Race : Edrakin
Date d'inscription : 18/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Lun 28 Mai - 14:56

Je sentis quelque chose me frôler la jambe. Je baissais les yeux et mon regard se posa sur ma boule de poil préférée. Il ronronnait en se frottant contre moi. Je séchais mes larmes et mis fin à mon étreinte avec Rindir pour lui ébouriffer affectueusement les poils de la tête.

- C'est mon familier. Il s'appelle Yoru. fis-je à l'intention de mon arrière grand-père

Il hocha la tête en souriant. Il avait les yeux brillant. Je jetais un coup d'oeil vers Eiko. Vu la tête qu'elle tirait (malgré sa piteuse tentative de sourire) je m'avançais vers elle, bien décidée à faire les présentations.

- C’est mon Arrière grand-père… lui dis-je

- J’avais cru comprendre.

- Rindir… Voici Eiko.

Il hocha de nouveau de la tête. Eiko se pencha vers moi en cachant sa bouche avec sa main.

- Dis moi Lei… Tu m’avais caché qu’il y avait des types sexy dans ta famille. Chuchota-t-elle

- ...Tu te rends compte que c'est de mon arrière grand-père dont tu parles ?

- Au fait il est où, Revan ? Et le krystal… Il est où le krystal?

Ouais ouais c'est ça, changes de sujet mine de rien ! Je devais quand même admettre que ses questions étaient pertinentes... Ayant lâchement abandonné toutou-Revan, je sentis une brève pointe de culpabilité. Espérons qu'il ne se soit pas perdu....ça m'enslurkerais vraiment de devoir aller le chercher ! Quand au krystal, je commençais à avoir ma petite idée d'où il était passé...

- Je suis ici... mais vous deviez déjà le savoir.

Bon...un truc chiant de moins à faire! Rindir haussa les sourcils.

- Mince, lui aussi il brille ! Nous ne sommes pas en sécurité ici, nous ferions mieux d'aller ailleurs. Suivez moi ! On ferais mieux de ne pas prendre de Transmitus, sinon on va y laisser des bouts. Non, attendez...

Il activa sa magie, fit un mouvement du bras et invoqua ce qui me sembla être une Porte de Transfert.
Pitié...pas ça.

-Allez-y, passez ! Je vous rejoins après !

Je lui lançais un regard larmoyant. Il posa sa main sur sa hanche. Je traversais le portail en soupirant, Yoru et Revan sur mes talons.
Je ne sais pas ce que je préfère...ou plutôt ce que je déteste le plus...A peine arrivée, une envie de dégobiller me prit aux tripes. Je me pliais en deux, réprimant le haut-le-coeur. Je sentis Revan me soutenir. Je l'entendis parler à Eiko mais comprendre ce qu'ils disaient n'étant pas ma priorité je ne cherchais pas à savoir ce qu'il lui racontait.
Peu à peu, l'envie de vomir disparue.
Je me redressais et détaillais la pièce dans laquelle nous nous trouvions. Elle était en somme banale, mais quelques livres et photos attirèrent tout de suite mon attention...

- Bon, je vais pas passer par quatre chemins. Vous venez pour le Krystal n'est-ce pas ?

Je fis oui de la tête, imitée par Eiko, Revan...Et Yoru. Rindir soupira, puis sortit une sorte de pendentif de sous sa chemise. C'était une sphère avec des motifs stylisés en argent gravés dessus. A l'intérieur, on appercevait une fumée blanche aux nuances changeantes.
Un krystal...
Mon collier, celui d'Eiko et le bras de Revan se mirent à briller de plus en plus fort. La fumée faisait de même. Une sorte de joie, qui n'était pas la mienne, m'envahie. Puis le phénomène cessa, d'un coup.

- Qu'est-ce qu'il se passe ? Murmura Eiko.

- Je crois que je comprend. Un Krystal peut réagir à la présence de l'un de ses semblables, comme un détecteur. Mais une fois qu'on l'a trouvé, il ne considère plus comme étant utile de continuer à briller, à moins qu'on ne l'active délibérément. Avança Revan.

Rindir sourit.

- Ton copain a l'esprit vif. Me fit-il.

Je me frappais le front avec la main. Kéna je veux bien. Aldir aussi. Même Mafralia je m'en tamponne. Mais Rindir ?!

- Une bonne fois pour toute, ce type n'est pas mon copain! m'exclamais-je... A peine si c'est un ami. Grognais-je dans ma barbe

A peine eus-je vu le regard que me lançais Revan que je regrettais déjà mes mots. Rindir haussa les sourcils, Eiko me jeta un regard noir (aller savoir pourquoi vu qu'elle le déteste encore plus que moi...). Je demandais à Yoru de dire à Nox de dire à Revan un truc pouvant un tant soit peu sauver les meubles. Revan grogna. Je considérais l'incident clos.

-Un homme est venu au Lancovit... Il me cherchait. C'était vo...

Je le tutoie ou je le vouvoie? … Dilemme.

- C'était toi? Demandais-je

Rindir hocha la tête

- J'ai appris que les Anges avaient capturés quelqu'un qui savait où se trouvait un Krystal. Il appartenait autrefois à un elfe... Il s'appelait Jillian. Mais il y a deux...trois ans de ça, ils l'ont tué et ont perdu la trace du krystal. Apparemment, Jillian avait sous son aile deux enfants. Il aurait légué son Krystal à l'un de ses élèves. Sauf que la personne qu'ils ont capturée n'était pas la bonne.

- Non...c'était moi. Murmurais-je en baissant les yeux.

- Et c'est moi qui ai le Krystal de Jill. Termina Eiko.

Rindir ouvrit de grands yeux.

- Ils...Quoi?!

Je détournais la tête et soupirais.

- C'est une longue histoire...

- Nous avons tout le temps devant nous... Asseyez-vous et racontez moi tout.

Je lui racontais donc, avec l'aide d'Eiko toute l'histoire. Comment nous avions rencontré Jill. Comment, en essayant de trouver des infos sur les Anges, j'avais rencontré Revan et impliqué sa famille dans cette affaire. La rencontre avec Tira et le krystal qu'elle avait volé. Et, pour la première fois depuis qu'ils m'avaient sauvés, je racontais pourquoi je m'étais laissée capturée et tout ce que Tira et ses sbires m'avait fait subir. Revan quitta la pièce à ce moment là. J'avais les mains qui tremblais, les yeux dans le vague. Je transpirais.

- Tu n'es pas obligée de raconter. Me fis doucement Eiko.

Si je ne le fais pas maintenant, ça me rongera de l'intérieur toute ma vie. C'est ce que j'aurais aimé lui répondre. Mais j'avais la gorge tellement nouée que tout ce que je pus faire, c'est hocher la tête.
Je fini donc mon histoire en terminant sur ce qui nous avait amener à venir ici.

- Ça explique pas mal de choses... Si vous permettez, je m'absente quelques minutes. Je pense qu'il est préférable que l'on parle de ça tous ensemble. Même si ce n'est pas votre...ami. Dit-il en insistant sur le dernier mot.

Il sortit à pas feutrés.
Yoru posa sa grosse tête sur mes genoux en ronronnant. Je le grattais derrière les oreilles. Eiko me lançais un regard voulant clairement dire: «Ça va?»... Mais ça pouvait tout aussi bien dire «Tu n'aurais pas dû parler de ça devant Revan.» ou encore «C'est toi qui devrais aller le chercher.». A moins que toutes ces interprétations ne soient que le fruit de mon propre inconscient et qu'en réalité elle veuilles juste me dire «Je suis là ma vieille. Je t'aime fort tu sais.»
Je soupirais, me traitais d'idiote et partis regarder de plus près les photos que j'avais vu.

- A propos de ce qu'a dit Revan...Sur les Krystals qui peuvent réagir à la présence d'un autre... Je me disais, peut être est-ce que j'arriverais à bidouiller une sorte de détecteur à partir d'un krystal... Qu'est-ce que tu en dis?

- Mmmhmmmh

J'avais entre les mains une photos de Rindir serrant contre lui une humaine avec une queue de chat, qui n'était pas sans me rappeler quelqu'un.
La porte s'ouvrit derrière moi. Revan entra, évitant soigneusement de regarder vers moi. Rindir le suivit. Voyant ce que j'avais dans la main il sourit. Un sourire triste.

- Elle te ressemblais beaucoup tu sais.

Je caressais du bout du doigt le visage souriant de Lyah. Puis je reposais la photo là où je l'avais prise et revint m'asseoir près d'Eiko, sur le canapé. Au passage, je jetais un regard à Revan. Il me le rendit. Je lui fis un petit sourire désolé. Il détourna les yeux.

[Petit récapitulatif des sujets à traiter avec Rindir: les Anges/les Krystals/Jill (je pensais que ce serais sympa qu'il l'ait connu)/nos projets pour le futur/ et en ce qui me concerne, je voudrais parler de ma famille avec lui %). Rev', oublie pas que, quand il vient te chercher, il a une petite conversation avec toi ^^. Voilà, si j'en ai oublié, postez les à la fin de votre...post *trololol*]


____________________

Une rencontre n'est que le commencement d'une séparation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Dim 24 Juin - 18:40

- Je suis ici... mais vous deviez déjà le savoir.

Mais certainement… Tu me prend pour qui… ?

- Mince, lui aussi il brille ! Nous ne sommes pas en sécurité ici, nous ferions mieux d'aller ailleurs. Suivez moi ! On ferais mieux de ne pas prendre de Transmitus, sinon on va y laisser des bouts. Non, attendez...

Invoquant sa magie il fit apparaître une porte de transfert… Je fronçais les sourcils étonnée et méfiante. C’était la première fois que je voyais quelqu’un faire ça. Même pendant mon entraînement je n’avais jamais vu Thorn faire ça. Pas qu’il ne sache pas le faire… Il ne me l’avait jamais montré. Ces invocations étaient généralement réservée aux Mages de niveaux supérieurs. Certains Haut-Mages n’ont même pas ce niveau en magie… D’ailleurs rares sont ceux qui l’ont… D’autant plus lorsqu’ils sont moitié Edrakin. La plus part des Edrakins sont, en plus d’en avoir peur, des bouse en magie. Il suffit de voir la maîtrise de Lei… qui sort du lot…

-Allez-y, passez ! Je vous rejoins après !

Je suivis Revan toujours un peu méfiante. La salle dans laquelle nous atterrîmes ressemblait fortement à un petit salon d’étude. Je dis « salon d’étude » parce que vu la tonne de livres éparpillés au sol ça ne peut être que ça… Même la bibliothèque derrière le canapé a des énormes trous à cause du « non-remettage » des ouvrages en place après leur utilisation… Brefouille…

- Eiko, il faut vraiment qu'on trouve quelque chose pour la soigner de son mal des tranferts !

J’interrompis mon analyse de la pièce pour regarder Lei… Ca faisait tellement d’années que je la connaissait que je ne faisais plus attention… Et puis Jill et moi n’avions jamais trouvé de remède à ça… Ah… Quoique…

- J'ai bien une idée... Mais elle ne va pas aimer non plus ! J'ai réussi à trouver plus infâme que mes potions !

Et pour une fois j’ai testé le produit moi même …
Au vu de la tête de Revan je conclu qu’il n’était pas encore prêt à la laisser boire un tuc encore plus infâme que mes potions. Rindir arriva derrière nous et nous fît asseoir dans le canapé.

- Bon, je vais pas passer par quatre chemins. Vous venez pour le Krystal n'est-ce pas ?

J’acquiesçais accompagnée de mes deux compagnons. L’ Arrière Grand-père de Lei soupira puis sortit une sorte de perle de sous sa chemise.
Les krystals entrèrent en résonance. J’avais déjà observé ce phénomène quelque mois auparavant avec Lei. Mais c’est ce sentiment de bien être qui m’étonna le plus. Cette sensation que plus rien ne pourrait m’arriver tant que nous serions ensemble. « Nous » ?

- Qu'est-ce qu'il se passe ?

* C’est qui « nous » ?*

* Si je le savais…*

- Je crois que je comprend. Un Krystal peut réagir à la présence de l'un de ses semblables, comme un détecteur. Mais une fois qu'on l'a trouvé, il ne considère plus comme étant utile de continuer à briller, à moins qu'on ne l'active délibérément. Avança Revan.

- Ton copain a l'esprit vif., observa Rindir

Ca ça n’allait pas plaire à Lei et effectivement :
-
- Une bonne fois pour toute, ce type n'est pas mon copain! ... A peine si c'est un ami.

Pardon.. ?! Je manquais de m’étrangler et lançais un regard assassin à Lei. Oui je n’aimais pas Revan plus que ça. Mais j’avais bien vu qu’il tenait à Lei. Qu’il avait veillé sur elle comme si sa vie en dépendait lorsqu’elle avait sombré dans la folie. Et pire encore… Je savais qu’elle ressentait la même chose. Sauf qu’elle ne s’en rendait pas compte. De toute façon pour que Lei se rende compte de quelque chose il fallait se lever de bonne heure… Sauf avec moi. C’était bizarre qu’elle n’ait pas encore remarqué pour l’autre emmerdeur d’elfe d’ailleurs… Enfin bref… Après un bref grognement de la part de Revan, Lei repris la parole.

* Qu’est ce qu’elle lui a dit ? *

*Yoru a dit a Nox de dire a Revan qu’il adorait quand il lui gratouillait les oreilles…*

-Pffffffffffff... lachais-je alors que j’essayais de me retenir de rire.

- J'ai appris que les Anges avaient capturés quelqu'un qui savait où se trouvait un Krystal. Il appartenait autrefois à un elfe... Il s'appelait Jillian. Mais il y a deux...trois ans de ça, ils l'ont tué et ont perdu la trace du krystal. Apparemment, Jillian avait sous son aile deux enfants. Il aurait légué son Krystal à l'un de ses élèves. Sauf que la personne qu'ils ont capturée n'était pas la bonne.

Mon rire s’arrêta net dans ma gorge. C’était moi. C’aurait dû être moi. C’était ma faute… Ma faute… C’était moi qu’il cherchaient. C’était moi qu’ils auraient dû torturer…

- Non...c'était moi. Murmura Lei

Je déglutissais difficilement puis lâchais :

- Et c'est moi qui ai le Krystal de Jill.


- Ils...Quoi?!

- C'est une longue histoire...

- Nous avons tout le temps devant nous... Racontez moi tout.

Elle raconta tout dans les moindres détails… N’omettant rien. Moi j’étais trop sonnée pour dire quoi que ce soit. C’était ma faute.
Puis elle arriva à sa capture, Revan quitta la salle et Lei ne semblait pas mieux que lui.

- Tu n'es pas obligée de raconter, m’entendis-je dire.

Et je crois que cette phrase s’adressait autant à elle qu’à moi….

- Ça explique pas mal de choses... Si vous permettez, je m'absente quelques minutes. Je pense qu'il est préférable que l'on parle de ça tous ensemble. Même si ce n'est pas votre...ami.

Je lançais un regard à Lei. Je voulais lui dire que j’étais désolée, que je l’aimais tellement mais que je ne pouvais pas la protéger et que ça c’était tellement difficile à admettre. Je voulais lui dire que Revan aussi, malgré sa tronche de ronchon et sa manière de se comporter avec elle, l’aimait beaucoup. Beaucoup plus qu’elle ne pouvait l’imaginer. Et que, eux deux, même si j’avais du mal à l’admettre, formaient ma famille. Mais tout ces mots restaient coincés dans ma gorge et je n’avais qu’une seule envie, la serrer fort dans mes bras et rester comme ça jusqu’à ce que cette boule, qui obstruait ma gorge, s’en aille.
Elle se leva et je chassais mes idées noires de ma tête.

- A propos de ce qu'a dit Revan...Sur les Krystals qui peuvent réagir à la présence d'un autre... Je me disais, peut être est-ce que j'arriverais à bidouiller une sorte de détecteur à partir d'un krystal... Qu'est-ce que tu en dis?


- Mmmhmmmh


- Elle te ressemblais beaucoup tu sais.

La voix de Rindir me fit sursauter et je tournais mon regard vers la porte.

- Puis je vous poser une question ?

- Mais tu viens de le faire, répondit Rindir

Pas d’humeur à rire je répondis assez sèchement je crois.

- Oh, ça va. Cette blague est vieille comme le monde. Si tant est que l’on puisse considérer ça comme une blague.

- Tu semble avoir beaucoup vécu vampyre… Et pourtant tu es la plus jeune d’entre nous.

Je lui lançais un regard assassin et me levais.

- Comment avez vous connu Jill ? Et que savez vous des Anges ? Que nous ne sachions déjà. Cela va sans dire, complétais-je en me dirigeant vers la fenêtre.

- Cela fait bien longtemps. Je l’ai rencontré lors de l’un de mes nombreux voyages, j’étais alors bien plus jeune qu’Aujourd’hui.

Noooooooooooooooooon, sans blague ? me retins-je de dire en gardant le regard rivé sur le jardin.

- A cette époque Jillian n’était encore qu’un jeune elfe fougueux qui s’ennuyait dans son royaume. Ses parents étaient de riches guérisseurs. Parce qu’il en faut aussi. Il était promis a de grandes études mais il lui fallait plus, toujours plus. Ses parents désespérés me le confièrent en me faisant promettre de le ramener l’année suivante. Une sorte d’année sabatique.
Malheureusement tout ne s’est pas passé comme prévu. Lors de notre dernière chasse au krystal nous somme tombés sur les Anges. Ils nous ont proposé de faire un choix entre deux boissons. L’une laissait la vie, l’autre condamnait à des années de souffrance puis à la mort. J’ai laissé le choix à Jill et ai pris la coupe restante. Les Anges nous relâchèrent mais je demandais qui de nous deux avait bu la mauvaise coupe. J’avais déjà vécu de nombreuses années. J’avais une fille, une femme. J’avais accompli l’œuvre de ma vie. Comprends-tu Lei ? J’aurais tout donné pour que ce soit moi qui ait bu dans la mauvaise. Mais ce fût sur Jillian que le malheur tomba. Apprenant qu’il ne vivrait pas éternellement comme ce que le sang de sa race lui permettait il vola l’un des krystals que nous avions réussi à récupérer lors de nos chasses, celui que tu portes, Eiko, puis s’enfuit.

Je pris mon krystal entre mes doigts et le portait à mes lèvres, pensive.
Pourquoi ne nous l’avoir jamais raconté, Jill ?

- Lorsque je suis revenu à Selenda et que j’ai annoncer la fuite de leur enfant au parent de Jillian, ils se laissèrent aller à la tristesse. Ils se suicidèrent une dizaine d’année plus tard laissant à Jillian une fortune colossale ainsi, qu’une dizaine de propriétés à travers autremonde ainsi que la terre. Ce que Jillian en a fait je ne le sais pas, pas plus que je ne savais ce qu’il avait fait de sa vie jusqu’à ce que je surprenne une conversation entre deux Anges. Enfin… Disons qu’ils m’ont surpris et que j’ai réussi à leur soutirer des informations complémentaires. Voilà je crois que j’ai répondu à ta première question Eiko.
Quant à la seconde… Et bien pas grand chose de plus que ce que vous ne savez déjà je pense.


[Voilàààààààààààààààààààààà... Je vous laisse avancer le reste... Je sais plus trop quoi dire là %) Si je dois changer quelque chose vous me le dites! Pour les couleurs je verais ça plus tard %)]


____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Jeu 28 Juin - 15:42

- Ton copain a l'esprit vif., observa Rindir

Son copain ? Mais c'est si évident que ça ou les dieux ont décidé de se marrer un peu en insinuant cette idée dans la tête des gens ? Je ne peux pas être transparent à ce point là quand même ?! Quand je mourrai, y en a là-haut qui vont m'entendre ! Non pas que ça me déplaise, que les gens nous voient ensembles, mais franchement, ils ont pas autre chose à faire ? Genre je sais pas, par exemple me donner le courage d'aller le lui dire ?

- Une bonne fois pour toute, ce type n'est pas mon copain! ... A peine si c'est un ami.

Ah...
Oh...
Aïe...
D'accord... C'est... Je... Slurk ?
On va dire... Que je comprenais ce qu'elle ressentait... Je n'était sans doute pas la personne sur cette terre qu'elle appréciait le plus, j'en conviens. Mais... Le dire comme ça, de cette façon... Ça faisait mal. Moi qui pensais que... Qu'on était peut-être au moins amis. Après ce qu'on avait enduré ensemble, je pensais qu'on avait passé le stade de la méfiance. C'était mon cas. Mais visiblement pas le sien. Ah slurk, mon cœur... Mais pourquoi tu te tords comme ça ? Nox essaya tant bien que mal de me réconforter, de me calmer même, mais c'était un peu trop fort pour moi. Elle m'avait embrassé, je l'avais sauvé, j'avais perdu un bras pour elle, j'étais resté à son chevet pendant des jours, nous avions combattu ensemble... Mais elle ne me considérait pas comme un ami. Ma peine était trop forte pour que je puisse la cacher.
Cependant, je faisais tout mon possible pour ne pas verser la moindre larme. Je suis un guerrier, un chasseur bon sang, je... je ne pleure pas pour ce genre d'histoire, SLURK !

*Revan...*

*Quoi ?...*

*Yoru me dit de te dire qu'il adore quand tu lui grattes l'oreille.*

...
Eh ? Si c'était sensé me faire rire, c'est rappé. Je suis vraiment pas d'humeur. Mais bon, c'est gentil de se soucier de ce que je ressens, les gars. Au moins, je sais que certains voient que je ne suis pas juste un tueur, et qu'il y a autre chose que des armes sous ce manteau. Alors que d'autres ne semblent pas s'en apercevoir...

- J'ai appris que les Anges avaient capturés quelqu'un qui savait où se trouvait un Krystal. Il appartenait autrefois à un elfe... Il s'appelait Jillian. Mais il y a deux...trois ans de ça, ils l'ont tué et ont perdu la trace du krystal. Apparemment, Jillian avait sous son aile deux enfants. Il aurait légué son Krystal à l'un de ses élèves. Sauf que la personne qu'ils ont capturée n'était pas la bonne.

- Non...c'était moi.

- Et c'est moi qui ai le Krystal de Jill.

- Ils...Quoi?!

- C'est une longue histoire...

- Nous avons tout le temps devant nous... Racontez moi tout.

Lei raconta tout. Mais absolument tout. Dans les moindres détails. Je n'étais pas particulièrement attentif, trop absorbé par ce que Lei avait dit avant. Aïe... Ah brokl, je vais vraiment pas le digérer ça. Puis elle arriva au moment que je redoutais. Ce que les Anges lui avaient fait après qu'ils l'eurent capturé. Elle commença, mais je compris très vite que j'arrivais à la limite du supportable. Sans rien dire, je me précipitai à l'extérieur. Nous étions dans une forêt. Parfait. Avisant un Géant d'acier à une centaine de mètres, j'activai mon bras, pris mon élan, et frappai un grand coup dedans. Le tronc n'aurait pas du se fissurer, étant donné que ces arbres sont réputés indestructibles sauf en utilisant la magie, mais il ne faut pas sous estimer la puissance d'un Krystal. Un simple fragment transforme le plomb en or, alors fracasser un arbre...

Je continuai de frapper jusqu'à m'en péter les jointures. Avisant mon tomahawk, je pris pour cible différentes branches dans les airs, qui sous la puissance destructrice de mon bras explosaient littéralement. Il fallait que je me défoule. Mais brokl, elle ne se rend compte de rien ? Massacrer une cinquantaine d'Anges, c'est pas suffisant pour qu'elle comprenne que les tortures qu'ils lui ont faites m'ont aussi affecté ? Et si c'est le cas, pourquoi elle en parle devant moi ? Donc soit elle ne comprend pas, et c'est bien la seule, et elle est un peu stupide, soit elle comprend et dans ce cas, c'est une garce. Mais SACRES NOMS DE DIEUX DE BROKL DE SLURKEUUUUUH ! Mon tomahawk est resté coincé ! Mais redescend espèce de gland ! Je martelais mes mots sur l'arbre à coup de poing.

- MAIS-BOR-DEL-DE- CUL ! JE-TE-DIS-DE-DES-CENDRE ! LEI-JE-TE-DIS-de-des...des...cendre...

Ça y est, j'en ai marre. Une larme commença à couler le long de ma joue. Je m'assis contre le tronc de l'arbre, complètement épuisé. Voilà que j'en arriver à hurler son nom spontanément maintenant. Oh c'est pas vrai ! Cette fille me fait ch*er des cactus, je reste amoureux d'elle. Elle manque de tuer ma grand-mère, je reste amoureux d'elle. Elle me fait souffrir, et surprise, je reste amoureux d'elle ! Si c'est ça l'amour, mais que Cupidon aille se faire foutre !

- Eh gamin ? Ça va ?

C'était Rindir. J'aime pas qu'on m'appelle gamin. C'est pas parce qu'on a des centaines d'années d'avance qu'on peut se le permettre.

- J'ai vécu des jours meilleurs, grommelais-je.

- Je vois... Lei ne mâche pas ses mots. Tu es amoureux d'elle, c'est ça ?

... Et bin mes aïeux.

- C'est si visible que ça ? dis-je d'un air gêné.

- Comme une épée en travers de la figure. Et franchement, ne tiens pas trop compte de ce qu'elle a dit tout a l'heure. Elle ne le pense pas.

- Humph... Pas convaincu...

- Comme je te le dis ! Je vois bien qu'elle aussi, elle tient a toi. Après tout ce que vous avez traversé, ce ne serait plus mon arrière-petite fille si elle ne te faisait pas confiance. A moins qu'elle n'ait oublié des détails compromettants qui pourraient...?

Hum... Comment dire ? Oui, en effet, elle a oublié certains détails... croustillants... mais ce serait plutôt le genre de détail qui nous rapprocheraient l'un de l'autre, quand bien même ce serait bien malgré nous. Mais je voyais de quel type de détail il voulait parler, et non, il n'y en avait pas eu. Et d'ailleurs, si il y en avait eu, je pense que je ne serais plus là pour en parler, si vous voyez ce que je veux dire. Je secouai la tête.

- Aller gamin, t'en fais pas, ça va aller. Sèche moi cette larme, t'es un guerrier ou pas ?

- Ouaip... Et ne m’appelez pas gamin !

- Voilà ce que je voulais entendre ! Je préfère ça. On y retourne.

Je décidai que je l'aimais bien. Il n'était pas condescendant comme les autres elfes. C'était rassurant de voir qu'il y en avait encore des comme lui, tolérant, à l'écoute. Ça venait sans doute du fait qu'il était hybride, lui aussi. En entrant dans la pièce, malgré le fait que je me sois calmé, j'évitai le regard de Lei. J'avais encore en travers de la gorge ce qu'elle avait dit. Peut-être ne les avaient elle pas pensé, mais j'avais tout de même été blessé par ses parole. Nox se percha sur mon épaule et me pinça l'oreille. D'un air distrait, je lui grattouillai sous le bec, mais mes pensées restaient tournées vers la jeune fille. Elle tenait un cadre dans la main, représentant Rindir et une jeune femme.

- Elle te ressemblais beaucoup tu sais.

- Puis je vous poser une question ? fit Eiko.

- Mais tu viens de le faire.

Tiens, je la voyais venir de loin celle là. Ne jamais demander ça, la réponse sera toujours là même.

- Oh, ça va. Cette blague est vieille comme le monde. Si tant est que l’on puisse considérer ça comme une blague.

- Tu semble avoir beaucoup vécu vampyre… Et pourtant tu es la plus jeune d’entre nous.

- Comment avez vous connu Jill ? Et que savez vous des Anges ? Que nous ne sachions déjà. Cela va sans dire.

La première question ne me concernait pas. Jill ? Je ne l'avais jamais ne serait-ce que vu une seule fois de ma vue. Ce sujet était du domaine de Lei et Eiko. Alors pendant que le vieil elfe répondait, je me baladais dans la pièce, en observant les livres dans les bibliothèques. Par tout les dieux, il en avait de la lecture. Des titres philosophiques par-ci par là, de la Terre ou d'Autremonde, des programmes d'entrainements, des revues, des romans à ne plus savoir quoi en faire... Il aimait lire, pas besoin d'être un grand détective pour savoir ça. Il ne s'ennuierait pas si un jour il venait à la villa.

Bon, un petit peu de contrôle mental allait sans doute me faire du bien. Je m'adossai contre le mur le plus proche, et fermai les yeux. Tout autour de moi commença à sembler distant, mais en même temps j'entendais le moindre bruit dans la salle. Je fis le calme dans mon esprit autant que cela était possible, puis j'appelai Har'Kaïn. Il répondit à l'appel.

*Prêt pour une séance ?*

*Toujours ! A toi de choisir.*

Il parlait de l'environnement de notre combat.
Pour ceux qui n'ont pas suivi, dans ma tête, il y a deux personnes qui se battent pour le contrôle du corps, moi et Har'Kaïn. En général, ce dernier se tient tranquille, jusqu'à ce qu'il trouve une faille émotionnelle, un moment de faiblesse, pour sortir et prendre ma place... et la plupart du temps massacrer la population du quartier dans lequel il se trouve. Mais parfois, il arrive que je provoque un combat délibéré entre lui et moi, afin de m'entrainer mentalement à l'affronter dans les moments venus. C'était ma rage, ma soif de sang contre mon sang-froid et mon calme. Chacun en possède, mais jamais personne ne les a jamais concrétisé au point de les personnifier. Il faut croire qu'un mélange tel que moi le permet...
J'optai pour un environnement citadin, mais en même temps assez old-shool, genre Nouvelle-Orléans, vous voyez ? Un décor que j'aime bien. Quelques maisons, les marais, une grande rue principale. Un endroit idéal pour se battre. Nous n'étions pas réellement armés, tout n'était que mental, mais pour nous figurer ce combat, il fallait imaginer une sorte de duel à l'épée. Ou à mains nues. Ou à coup de sortilèges. Tout était permis, après tout, cela se passait dans ma tête. Il opta pour la rapière.
Après un instant de flottement, il se jeta sur moi. Même si les armes étaient les mêmes, la technique de chacun nous reflétait l'un l'autre. Lui, il y allait franchement, sans faire dans la finesse., tandis que moi je faisais preuve d'une parfaite maitrise de moi-même. Esquivant quelques attaques, je répliquai avec des contres bien ajustés. Et après quelques passes d'arme arriva le moment où l'actualité avait son importance.

Il invoqua le souvenir des paroles blessantes de Lei, qui lui fit apparaitre dans la main un colt. La balle me toucha grièvement, mais je me relevai et repensai à ce que m'avait dit Rindir. La boule de ce feu d'espoir fila vers mon jumeau, qui partit s'écraser contre le mur d'une maison. La colère d'avoir vu Lei torturée lui créa un fouet, dont il se servit pour m'étrangler un instant puis me propulser à l'eau. Mais il était loin d'avoir gagné. Je n'étais pas encore assez énervé pour cela. Mon amour pour Lei, ainsi que sa présence, invoqua à côté de moi une sorte de double d'elle, un esprit bleu aux yeux brillants. Avec elle, je ne pouvais pas perdre. Nous nous jetâmes sur Har'Kaïn, qui ne pu résister à l'assaut. et disparu. Pour l'instant.
Revenons au monde réel.

- Voilà je crois que j’ai répondu à ta première question Eiko. Quant à la seconde… Et bien pas grand chose de plus que ce que vous ne savez déjà je pense.

Ah, super, on est pas plus avancé. On ne sait rien de plus sur nos ennemis. Même si en un sens, on a de la chance de savoir tout ce qu'on sait, vu qu'en théorie c'est une société secrète que personne n'est sensé connaitre. En théorie, hein, non parce que franchement, il semble qu'un paquet de monde les connaisse en fait. Pour se faire encore plus remarqué, je ne vois que danser tout nu avec un chapeau haut-de-forme sur le toit du palais impérial. Ou bien se filmer en train de tenter un salto et se manger le sol, puis poster ça sur Internet. Ou bien encore être un chat-tartine avec un arc-en-ciel qui vole. Bref, société secrète mes fesses.

- Et donc maintenant, à moi de poser des question. Vous faites quoi là, exactement ?

Ah, étant donné que c'est sans doute la seule question à laquelle je peux répondre, je vais pas me priver. Ignorant royalement Lei et Eiko.

- Tout simplement, nous cherchons des Krystals. Histoire de les mettre en sécurité, et si possible sous surveillance. Comme nous faisons partis des seuls à être au courant, le roi et la reine ne veulent pas que ça s'ébruite. Donc on ne peux compter que sur nous mêmes.

Rindir fronça les sourcils.

- Comment ça ? Vous ne bénéficiez même pas d'un peu d'aide ?

- Rien qui ne pourrait mettre en danger le secret.

- Tout ça pour le secret ? Mince, mais vous êtes jeunes, vous avez toute la vie devant vous, et vous vous lancez dans une quête aussi dangereuse ? Ce n'est pas... Je comprend que vous puissiez avoir envie d'agir, mais ce n'est pas à vous de...

Je levai la main gauche vers lui, puis pointai du doigt la cicatrice sur mon œil.

- Je pense avoir assez d'expérience avec le danger. Quand j'ai décidé de suivre votre arrière-petite-fille, je ne l'ai pas fait parce que je me suis senti obligé. C'était mon choix. Un travail doit être fait, alors je le ferai. Je connais les risques, et je les accepte. Nous seuls avons décidé d'entreprendre cette quête, parce que nous connaissons les conséquences d'un échec.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Mizuhime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 1030
Age : 23
Localisation : Krasalvie
Race : Edrakin
Date d'inscription : 18/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Sam 28 Juil - 18:28

[/b][/color]
Spoiler:
 


Un profond malaise m'envahit. Yoru leva le museau dans ma direction, inquiet. Je me trémoussais, mal à l'aise, aussi discrètement que possible, essayant tant bien que mal de le rassurer. Tentant de me changer les idées, j'entrepris de rattraper la conversation au vol.

- «...vieille comme le monde. Si tant est que l'on puisse considérer ça comme une blague.»

Rindir s'était réinstallé dans son fauteuil et Revan s'était assit sur une chaise près de lui. Un mouvement derrière mon arrière grand père attira mon attention. C'était elle. Encore. Elle m'observait, les yeux brillants, un léger sourire sur les lèvres. Comme si de rien n'était, elle s'approcha de l'immense bibliothèque de Rindir et commença à passer son doigt sur la tranche des livres. Yoru, sentant que j'étais repartie dans un gros délire et bien décidé à me refaire revenir parmi eux, me mordit fermement le poignet. A peine le temps de retenir sur quel livre Yuna s'était arrêtée qu'elle avait disparue.
J'eus un bref et discret sursaut en reconnectant avec la réalité.

- «Comment avez-vous connu Jill ? Et que savez-vous des Anges ? Que nous ne sachions déjà. Cela va sans dire.» demandais Eiko qui, de mon point de vu, semblait s'être téléportée près de la fenêtre.

Je me mordis la lèvre inférieure. Je devrais peut être lui parler des mes … visions. «Hallucinations.» corrigea Yoru. Je grognais. Et décidais d'attendre et de voir si ça empirait. Rassérénée, je repris le fil de la conversation qui commençait à devenir sacrément intéressante !

- «Cela fait bien longtemps. Je l'ai rencontré lors de l'un de mes nombreux voyages, j'étais alors bien plus jeune qu'aujourd'hui.»

En même temps, difficile d'être plus jeune qu'autrefois...

- «A cette époque Jillian n’était encore qu’un jeune elfe fougueux qui s’ennuyait dans son royaume.»

Je pris un instant pour imaginer mon si vénérable et paisible maître en « jeune elfe fougueux »... Pas facile !

- «Ses parents étaient de riches guérisseurs. Parce qu’il en faut aussi. Il était promis a de grandes études mais il lui fallait plus, toujours plus. Ses parents désespérés me le confièrent en me faisant promettre de le ramener l’année suivante. Une sorte d’année sabatique.Malheureusement tout ne s’est pas passé comme prévu. Lors de notre dernière chasse au krystal nous somme tombés sur les Anges.»

Ils cherchaient donc déjà les krystals à l'époque...intéressant.

- «Ils nous ont proposé de faire un choix entre deux boissons. L’une laissait la vie, l’autre condamnait à des années de souffrance puis à la mort.»

Il n'avait pas besoin de terminer son histoire...je savais déjà qui avait choisit laquelle.

- «J’ai laissé le choix à Jill et ai pris la coupe restante. Les Anges nous relâchèrent mais je demandais qui de nous deux avait bu la mauvaise coupe. J’avais déjà vécu de nombreuses années. J’avais une fille, une femme. J’avais accompli l’œuvre de ma vie. Comprends-tu Lei ?»

Je fis un pâle mouvement de tête. Je savais ce qu'on ressentait quand on avait plus rien à perdre et qu'on préférait crever plutôt que de voir un autre mourir à sa place.

- «J’aurais tout donné pour que ce soit moi qui ait bu dans la mauvaise. Mais ce fût sur Jillian que le malheur tomba. Apprenant qu’il ne vivrait pas éternellement comme ce que le sang de sa race lui permettait il vola l’un des krystals que nous avions réussi à récupérer lors de nos chasses, celui que tu portes, Eiko, puis s’enfuit.»

Nous restâmes un moment silencieuse, le souffle coupé par ces révélations. J'étais bien loin de penser que Jill était un voleur ! (Comme quoi, j'ai de qui tenir!). Bon, au moins, on savait d'où venait le krystal d'Eiko.
Je poussais un long soupir, essayant d'expulser par la même occasion toute la tension qui s'accumulait dangereusement en moi depuis un moment. Je jetais un coup d’œil à Revan. Il avait les yeux fermés. OK...il a déco.

- «Lorsque je suis revenu à Selenda et que j’ai annoncer la fuite de leur enfant au parent de Jillian, ils se laissèrent aller à la tristesse. Ils se suicidèrent une dizaine d’année plus tard laissant à Jillian une fortune colossale ainsi, qu’une dizaine de propriétés à travers autremonde ainsi que la terre. Ce que Jillian en a fait je ne le sais pas...»

Pour ce qui était de sa richesse terrienne, j'en avais une petite idée... Ou plutôt une bonne idée.

- «... pas plus que je ne savais ce qu’il avait fait de sa vie jusqu’à ce que je surprenne une conversation entre deux Anges. Enfin… Disons qu’ils m’ont surpris et que j’ai réussi à leur soutirer des informations complémentaires. Voilà je crois que j’ai répondu à ta première question Eiko.
Quant à la seconde… Et bien pas grand chose de plus que ce que vous ne savez déjà je pense.


Bon, pas plus avancées à ce sujet...dommage.

- «Et donc maintenant, à moi de poser des question. Vous faites quoi là, exactement ?»

J'ouvris la bouche pour répondre. Sauf que Revan semblait être de retour parmi nous, plus en forme que jamais, et il me vola les mots de la bouche.

- «Tout simplement, nous cherchons des Krystals. Histoire de les mettre en sécurité, et si possible sous surveillance. Comme nous faisons partis des seuls à être au courant, le roi et la reine ne veulent pas que ça s'ébruite. Donc on ne peux compter que sur nous mêmes.»

C'était le moins que l'on pouvait dire. Cela sembla contrarier Rindir.

- «Comment ça ? Vous ne bénéficiez même pas d'un peu d'aide ?»

''Bien sur que si, puisque je suis avec eux... !'' pensais-je, un sourire mutin aux lèvres. Yoru se mit à ronronner, visiblement amusé.

- «Rien qui ne pourrait mettre en danger le secret.

- Tout ça pour le secret ? Mince, mais vous êtes jeunes, vous avez toute la vie devant vous, et vous vous lancez dans une quête aussi dangereuse ? Ce n'est pas... Je comprend que vous puissiez avoir envie d'agir, mais ce n'est pas à vous de...

- Je pense avoir assez d'expérience avec le danger. Quand j'ai décidé de suivre votre arrière-petite-fille, je ne l'ai pas fait parce que je me suis senti obligé. C'était mon choix. Un travail doit être fait, alors je le ferai. Je connais les risques, et je les accepte. Nous seuls avons décidé d'entreprendre cette quête, parce que nous connaissons les conséquences d'un échec.»

Oui. Un échec et ce n'est plus seulement la vie d'Eiko et la mienne qui seront réduites en miettes ? Retrouver Rindir m'avait ouvert les yeux. Ce n'était clairement pas qu'une histoire de vengeance. Je voulais tout faire pour éviter que l'histoire se répète. Que des gamins comme bébé Yuna n'aient pas à vivre ce que j'avais vécu. Et tant pis si je mourrais !
Une question très intéressante se forma alors dans mon esprit.

- «Tu as dis que tu chassais les krystals avec Jill, et je suppose que tu le faisais déjà avant...»

Je fis une pause, histoire de faire monter un peu le suspens et aussi pour laisser le temps à Rindir d’acquiescer. Yoru pencha sa p'tite tête sur le côté, l'air de demander «Et où veux-tu en venir ?[/b][/color]»

- «Dans ce cas, où sont passés tout ceux que vous avez trouvés ?»

Rindir eut un petit sourire en coin.

- «A t'entendre, on croirait presque que j'en ais trouvé des milles et des cents ! » répliqua-t-il sur un ton amusé.

Je fis la moue, vexée.

- « Les localiser et arriver à temps pour les récupérer, c'est pas aussi simple que d'aller à la chasse aux papillons ! Sans compter les Anges qui adorent nous mettre des battons dans les roues !

- Et vous faisiez comment pour les ''localiser'' ? Demanda Eiko, visiblement intéressée par le sujet.

- A l'ancienne si je puis dire. On commence par chercher les histoires, mythes, légendes qui parlent de ce qui pourrait s'apparenter à un krystal. Puis on tente de démêler le vrai du faux et enfin, on finit par aller voir. La plupart du temps, le krystal a déjà disparu ou alors, ce que l'on nous avait raconté était faux.»

Apparemment, ce n'était pas la réponse qu'elle attendait. Je souris. Elle, elle allait nous l'inventer son super détecteur de krystals !
Bref, on avait toujours pas répondu à ma question... Mais avant :

- «Et combien en as-tu trouvé en tout ?

- Avant de partir ''chasser'' avec Jillian, j'en avais déjà deux. Avec lui, un de plus. Plus celui que je viens de trouver, fit-il en sortant le globe, ça fait quatre. Celui de Jill est avec Eiko. Le tout premier que j'ai découvert, je l'ai offert à Lyah le jour de notre mariage et elle l'a elle même laissé à Niniel lorsqu'elle est partie. A présent, il est autour de ton cou Lei.»

Instinctivement, je portais deux doigts à mon ras-de-cou.

- «Et celui qui reste ? » demanda Revan

Les yeux de Rindir se mirent à briller.

- «Ça, c'est la bonne question. Murmura-t-il en se penchant vers nous. Voyez-vous le principe des poches de sorceliers ?»

Eiko répondit que oui et qu'elle avait même appliqué le principe à nos sacs à dos. Rindir haussa les sourcils, impressionné.

- «Eh bien, j'ai fais encore mieux...Pas besoin de poche ou de sac. Il suffit d'ouvrir un espace de stockage grâce à la magie. Mieux, seul le propriétaire de cet espace peut l'ouvrir. Et comme les krystals perdent leur capacité de mobilité espace-temps lorsque quelqu'un les touchent, on peut aisément les y entreposer. Je peux vous garantir que même le coffre personnel de l'Impératrice d'Omois est moins sûr que mon espace de stockage ! Acheva-t-il, très fier.

-Pourriez-vous nous apprendre comment faire ?» Demanda Revan.

Rindir acquiesça et entreprit de montrer à Revan et à Eiko comment invoquer un ES. Entant la reine des quiches en ce qui concernait l'utilisation de la magie, je laissais les deux autres travailler pendant que je furetais dans le salon avec Yoru. Rindir trouva ça étrange que les seuls sorts que je sois capable de lancer sois des sorts d'eau. Visiblement, je piquais sa curiosité au vif. Il me promit de m'aider à trouver la cause de ce «handicap» et d'y remédier. Je grognais, peu convaincue. Jill n'y était pas arrivé, alors...
Rindir détourna son attention pour aller les deux autres. Je m'approchais de la bibliothèque, tentant de retrouver le livre que Yuna m'avait montré. Yoru gronda pour exprimer sa désapprobation. ''Alors, écouter les conseils de Revan ou d'Eiko, tu veux pas, mais suivre les indications d'une hallucination, ça te dérange pas...'' ''Techniquement, cette «hallucination» est l'expression de mon subconscient, donc c'est moi que j'écoute.'' Répliquais-je, agacée.
Je reconnu alors la tranche du livre que je cherchais. Je le sortis. Rien sur la couverture en cuir aubrun. Je l'ouvris. Rien d'écrit sur les pages jaunies. Okéééé....
Je me tournais vers Rindir.

- «Je peux te l'emprunter ?»

Il fronça les sourcils et me demanda pourquoi ce livre là. Je haussais les épaules.

- «Prends en soin. Et si je te le réclame, tu me le remet sans discuter. On est d'accord ?»

Je hochais la tête, non sans me demander pourquoi il irait me redemander un livre vierge. Puis je rangeais le bouquin dans mon sac. Relevant la tête, je jetais un coup d'oeil vers Eiko et Revan. Ils semblaient être, l'une comme l'autre, trèèèèèès contrariés. Visiblement, maîtriser l'ES, c'était pas d'la tarte !
Et moi, je commençais franchement à m'ennuyer.

- «J'ai l'impression que ça va vous prendre un bon moment votre truc là. J'vais faire un tour dehors avec Yoru. Vous voulez venir ?» fis-je à l'intention de Nox et d'Archi.

Le loup ouvrit un œil, leva la tête puis finit par se lever pour me rejoindre. Nox poussa un petit croassement avant de quitter l'épaule de Revan et de se mettre à voleter au dessus de moi. Apparemment, je n'étais pas la seule à vouloir prendre l'air.

- «A toute à l'heure ! Amusez-vous bien ! Terminais-je, mi-moqueuse mi-amusée, en passant la porte.

Une fois dehors, je m'amusais à faire la course avec Yoru et Nox. Archi, lui, nous suivait tranquillement, son mode baby-sitter activé. Yoru, en pleine période de croissance, était devenu assez maladroit et il n’arrêtait pas de s'emmêler les pattes. ''Attendez-moi !'' geignit-il.
Je fis demi-tour en riant.

- «P'tite tête va !» lui fis-je en lui ébouriffant affectueusement la tête.

Un peu plus loin, Nox poussa un croassement de victoire.

- «Qu'est ce qu'il raconte ?»

''Il dit qu'il a gagné parce que tu viens d'abandonner'' me traduisit mon familier.
J'allais lui sortir une réplique cinglante quand mon regard se posa sur un arbre. En très, trèèès mauvais était. Je me figeais, abasourdie. Nox vint se poser à côté de nous. Je me mordis violemment la lèvre. C'était Revan qui avait fait ça ?
Une drôle de sensation m'envahis. Je constatais avec étonnement que c'était de la culpabilité. Moi, Lei Mizuhime 17ans Edrakin cheloue, je me sentais coupable ! Je regrettais vraiment ce que je lui avais dit ! C'était la première fois que je me sentais réellement coupable de quelque chose. D'habitude, je parvenais facilement à dissiper ce sentiment en me trouvant des excuses, mais pas cette fois. M'excuser auprès de lui ? Plutôt retourner dans les geôles des Anges!
Je m'approchais de l'arbre et m'assis devant, le menton dans la paume. Et je me remémorais tout ce qui s'était passé depuis notre première rencontre.
Bon, au départ, c'était un vrai connard psychopathe. Mais avec le temps, il avait appris à me supporter et pouvais même parfois faire preuve de gentillesse envers moi. Et puis, il s'occupait bien de bébé Yuna aussi. Et il en avait pas mal bavé dans son enfance. Presque autant que moi en fait. Bon, il avait encore sa famille, mais n’empêche. En plus, il a choisit de se mettre, lui et sa famille, en danger pour nous aider Eiko et moi alors que rien ne l'y obligeait !
Je n'aurais pas dû dire ce que j'avais dis. C'était de l'hypocrisie. Sur ce coup, je m'étais comportée comme une vraie garce. Et puis, au fond, je le considérais quand même un peu comme un compagnon de voyage, voire un ami.
Aller le voir et m'excuser ? Toujours inenvisageable.
Essayer de se montrer plus sympa avec lui ? Nettement plus réaliste !
Je hochais la tête pour moi même afin d'appuyer ma décision puis je me levais. Yoru se frotta contre ma jambe.

- «On rentre ?»

------
-----------
------------------

A peine eus-je posé le pied à l'intérieur que Rindir m’interpella.

- «Et toi Lei, que penses-tu faire lorsque toute cette histoire sera terminée ?»

''Chanteuse !'' S'exclama Yoru avant même que je puisse saisir la question.

- «Chasseuse de prime ?»renchérit Eiko

- «Actrice.» termina Revan, blasé

Je levais les yeux au ciel et partis m'adosser à la poutre de l'escalier. Visiblement, Eiko et Revan avaient déjà répondu à cette question. Et c'était mon tour. Et ça me prenait totalement au dépourvu parce que je n'y avait jamais pensé. Tout simplement parce que ça me paraissait impossible que cette histoire puisse avoir une fin. La fin des Anges ? Dur à imaginer ! J'avais toujours envisagé la moi du futur se sacrifiant pour la cause, et non y survivre.

- «[color=cornflowerblue]J'en ai strictement aucune idée. Lâchais-je finalement.[b] Pour le moment, j'évite de penser à l'avenir et je me contente de survivre...

- Essayes quand même. Insista mon arrière grand père.

- J'aime pas ça.

- Pourquoi?

''Parce que ça me fais peur!» j'aurais aimé lui dire. Mais plutôt crever que d'admettre que penser au futur me foutais les chocottes. Je me contentais de hausser les épaules avant de balancer '' Chanteuse ou chasseuse de prime'' pour avoir la paix. Personne n'était dupe, mais ils n'insistèrent pas.

- «Vous avez réussit votre truc avec l'ES alors ?» fis-je de manière à détourner la conversation

Les deux hochèrent la tête. Mon ventre grogna.

- «J'ai faim...»remarquais-je

Rindir rit

- «[color=#AFCA57]Je vais préparer ça. Vous n'avez qu'à faire la table en attendant.»

Eiko se proposa de l'aider en cuisine. Je me retrouvais donc avec Revan à mettre le couvert.
Le repas fut copieux et on sentait qu'Eiko y avait mit tout son talent culinaire.
Le dessert engloutit, elle se mit à bailler exagérément et demanda à aller se coucher. Elle traina Revan avec elle à l'étage. Je la soupçonnais de vouloir me laisser seule avec Rindir pour que nous puissions parler en privé. Mes soupçons se confirmèrent lorsqu'elle me fit un clin d’œil avant de disparaître.
Un long silence s'installa. Seul le ronronnement de Yoru (qui avait le ventre plein et le canapé pour lui tout seul) venait à le briser.

- «[b]Quel âge a-t-il ?
Demanda finalement Rindir

- Environ 5 ou 6 mois...»

Rindir hocha la tête.

- «En tout cas, un vrrir noir, ce n'est pas commun... Tout comme une Edrakin sans oreille.» Remarqua-t-il sans aucune méchanceté.

Je rougis et tentais une diversion.

- «Et toi, tu n'en as pas ? De familier.»

Son regard s'assombrit, sa queue fouetta l'air. ''Lei, je te nomme reine des gaffes de la journée'' pensais-je amèrement.

- «Je l'ai rencontré sur Terre, la toute première année de mes voyages. Je n'avais pas encore rencontré Lyah. Il s'appelait Eru, c'était un magnifique tigre blanc. Les Anges l'ont eu...»

Je baissais les yeux. J'avais entendu parler de la douleur qu’entraînait la perte d'un familier. Je n'osais pas imaginer ce que je ressentirais si on m'enlevais Yoru.

- «Je suis désolée...Et comment as-tu rencontré Lyah au fait ?»

Là, son visage s'éclaira.

- «Il se trouve qu'elle m'avait volé un objet auquel je tenais (Bizarrement, je ne me souviens pas duquel il s'agissait). Je l'ai poursuivie pendant plusieurs moi, bien décidé à le lui faire payer... J'avais le sang chaud à l'époque. Précisa-t-il en souriant. Sauf que, lorsqu'enfin je réussis à l'attraper, je réalisais que nous étions pareil. Elle remarqua qu'il en était de même pour moi. Intriguée, elle entama la conversation, méfiante et en même temps si curieuse. Elle était fière et belle, forte et indépendante, et en même temps si fragile, si blessée...Ce fut le coup de foudre. Elle me dit qu'elle voulait retrouver son père. Je ne pris même pas le temps de réfléchir, je décidais de la suivre et de l'aider. Peu à peu, elle apprit à me faire confiance. Je l'emmenais avec moi à la chasse aux krystals. Elle était folle de joie la première fois que nous en avons déniché un...A tel point qu'elle s'est jetée sur à mon cou pour m'embrasser ! Peu après, je la demandais en mariage et nous ne nous sommes plus quittés jusqu'à sa mort. De vieillesse. Précisa-t-il en voyant ma mine se décomposer. Je ne regrette rien. Ce que j'ai vécu avec elle, je l'ai vécu à fond. Toujours.

- Parles moi de Niniel.

- Notre fille unique... Elle avait prit le côté Edrakin de Lyah et de moi et elle en souffrait. Elle voulait vivre avec ceux qui lui ressemblait. Échapper à la discrimination dont elle était victime. Elle nous quitta et partit pour Pacrok quand elle eut 15 ans. Lyah lui offrit le krystal avant qu'elle ne parte. ''Pour ne jamais nous oublier et te permettre de nous retrouver si tu le souhaite...'' Elle n'est jamais revenue mais à continué à nous envoyer des nouvelles. Sa petite Suina...et te voilà Lei. Racontes moi, comment était ta mère ?»

Je baissais les yeux.

- «Elle est morte à ma naissance»

Je lui racontais alors toute mon enfance, de ce que m'avait raconté Yuna à ce que j'avais vécu. Une question me vint à l'esprit.

- «Pourquoi t'es-tu mis à la recherche des krystals ?»

Rindir fronça les sourcils, contrarié.

- «Ça, c'est une question dont la réponse devra attendre. Tu sera tout ce dont tu as besoin de savoir en temps et en heure.»

Je fis la moue. J'avais horreur qu'on me cache des choses.

- «Si tu le permet, j'aimerais aller me coucher moi aussi. Je suis exténué !»

Je hochais la tête et lui dis que j'allais rester ici encore un peu avant de monter. Bon j'avoue...en fait, j'avais repéré une vieille guitare cachée dans un coin derrière des piles de livres. Je poussais un peu le bazar et pris l'instrument. Lentement, presque religieusement, je passais mes doigts sur les cordes.
L'air me vint quasiment instantanément. Plus qu'à trouver des paroles.... Un reflet d'yeux bleus dansa dans la fenêtre. J'avais trouvé. Je pris une profonde inspiration et me mis à chanter

Mes espoirs sont en feu ~♪
Mes rêves sont à vendre
Je danse sur le fil
Mais je ne veux pas la perdre.

Je me bats contre le courant
Je me bats pour ce que je crois ~♪
Je cours près de la fin
Essayant de ne pas abandonner.


Presque inconsciemment, j'activais le cube, rajoutant des instruments, des chœurs à ma chanson.

Elle est perdue dans les ténèbres,
Elle disparaît.~♪
Je suis toujours ici, criant son nom
Elle hante mon monde, essayant de survivre
Mon cœur est gelé. Je perds la tête
Aide moi! Je suis enterrée vivante! enterrée vivante!~♪

Je brûles les ponts
Et il n'y a pas de retours
J'essaie de l'atteindre
J'ai le sentiment qu'elle m'attends

Je me bats contre le courant
Je me bats pour ce que je crois ~♪
Je cours près de la fin
Essayant de ne pas abandonner.

Elle est perdue dans les ténèbres, s'évanouissant
Je suis toujours ici, criant son nom ~♪
Elle hante mon cœur, essayant de survivre
Mon cœur est gelé. Je perds la tête
Aide moi! Je suis enterrée vivante! enterrée vivante!~♪

J'essaie de faire revivre ce qui a été brisé
Ils pensent que je suis folle,
Ils ne se rendent pas compte,
L'espoir joue un jeu pervers avec l'esprit
L'amour m'enchaîne
Je ne peux faire revivre ce qui a déjà été noyé
Elle ne reviendra pas

Elle est perdue dans les ténèbres, s'évanouissant
Je suis toujours ici, criant son nom ~♪
Elle hante mon cœur, essayant de survivre
Mon cœur est gelé. Je perds la tête
Aide moi! Je suis enterrée vivante! enterrée vivante!~♪


Je laissais la dernière note résonner dans la pièce, savourant cet instant. Un craquement derrière moi me fis sursauter. Je me retournais. C'était Revan. Je rougis violemment. Il m'avait entendu ?! Non, parce que que là, j'en avais raconté des trucs dans ma chanson moi ! Bon...

- «Tu ne dors pas ?» lui dis-je, pour rire, sachant pertinemment qu'il était insomniaque.

Il fronça les sourcils. Ouvrit la bouche.
Et sa réponse se perdit dans le vacarme d'une explosion. ''Eiko ?!'' pensais-je une fraction de seconde avant de me prendre une brique en pleine tête. Je tentais de reprendre mes esprits, le visage en sang. L'explosion venait de l'extérieur. Ce qui voulait dire que...

- «ON NOUS ATTAQUE !!»

Une succession d'explosions plus puissantes les unes que les autres noya mon cri. Je sentis l'appel mental de Yoru, paniqué. Je me jetais sur lui, me faisant transpercer à certains endroits pas les projections de verre. A peine eus-je le temps de le protéger avec mon corps que la maison s'écroula sur nos têtes.

C'était noir.
Je toussais à cause du plâtre en suspension dans l'air. J'avais reçu une poutre en travers du dos mais miraculeusement, c'était tout, et a part quelques contusions, je n'étais pas blessée. Yoru non plus. Je m’inquiétais alors pour les autres et je tentais de m'extirper des décombres. Tâche ardue quand on sait qu'au moindre faux mouvement, on est mort. Je réussis malgré tout à nous sortir de là, Yoru et moi. Sans prêter attention à mes bleus et autres bobos, j'appelais les autres.

- «EIKOOOO ?! RINDIIIR ?! REVVAAAAAAAAN ?!»

Un bras blanc ensanglanté surgit soudain des décombres, juste à côté de ma cheville. Je poussais un cri de souris et tombais à la renverse sur les fesses.

- «Revan ! » fis-je en reconnaissant ledit bras.

Je me précipitais pour l'aider à sortir.

- «Ça va ?»

Pour toute réponse, il me projeta en arrière...et contra l'attaque avec son épée. Ah oui, c'est vrai, on est attaqués. L'assaillant avait une cape noire et sur sa poitrine brillait un insigne. Un crâne pourpe. Une rose noire. Les Anges.
Un mouvement sur ma droite. Je sortis mes tonfas à la vitesse de l'éclair et para. D'autres arrivaient de part et d'autre de la maison en ruine. Encore et encore.
Un rugissement sauvage retentit derrirère nous. Des morceaux de poutres, plâtres, meubles et autre volèrent dans les airs. Et Eiko apparut, Rindir à ses côtés, Archi sous le bras. Ils avaient l'air d'aller bien, hormis (comme nous tous) des petites coupures.

- «C'est pas moi cette fois ! » rugit ma sœur de cœur.

Puis elle avisa rapidement de la situation et perdit vite son envie de faire de l'humour.
Rindit alluma sa magie, Eiko sortit ses katanas, Archi montra les crocs.
Et nous nous restâmes dans la bataille en poussant un cri de guerre. Ils étaient supérieurs en nombre, c'était clair. Mais ils étaient également très bien entraînés. Un peu trop même.
Une douleur sourde me traversa la poitrine. J'achevais mon ennemi, non sans avoir le souffle coupé par la souffrance que j'éprouvais soudain. J'examinais la zone où j'avais mal. Je n'étais pas blessée. Mais alors...

- «YORU! » hurlais-je, pleine d'effroi

Sans plus me préoccuper des Anges qui fonçaient sur moi, je me précipitais sur mon familier. Il avait le flanc percé de part en part par une épée. J'appuyais sur la blessure.

- «Eiko ! Eiko à l'aide ! Yoru est blessé ! A L'AIDE ! »

J'étais paniquée. J'avais mal. Je pleurais. Je hurlais. Je saignais. J'allais mourir. Je me cassais la vois à appeler mon amie qui ne venait pas. Et j'appuyais de toute mes forces pour empêcher le précieux liquide de quitter le corps de mon familier. Une épée siffla vers moi. Je l'arrêtais avec mon bras, serrant de l'autre Yoru contre moi. La lame repartie. Le sang gicla. Elle s’apprêta à mordre une nouvelle fois. La gorge...
Je fermais les yeux, dans l'attente du coup. Tintements d'épées qui s’entrechoquent. Il tue mon assaillant sans aucune difficulté. Ce n'était pas une épée, c'était ses griffes. L'air féroce, une fumée noire sortant de ses yeux, Har'kaïn se tenait devant moi.
Il se tourna dans ma direction. ''Super, au lieu de me faire zigouiller par les Anges, je vais me faire bouffer par ce malade !'' Je serrais Yoru plus fort contre moi. Il se pencha vers moi.
A ma grande surprise, il me prit dans ses bras. Et se mit à courir à toute allure vers Eiko

- «Hey la rouquine ! Bouges un peu ton cul ! Y'a l'minou d'ma p'tite friandise qu'à besoin de toi !»

Il me jeta à ses pieds et repartit massacrer de l'Ange. Le fait qu'il m'ait appelé «P'tite friandise» ne me plaisait pas particulièrement, mais le jumeau maléfique de Revan venait quand même de faire un bond prodigieux dans mon estime.
Eiko retira délicatement la lame et lança un puissant reparus sur mon familier. J'en tremblais de soulagement. Je serrais ma boule de poil contre moi.

- «Me refais jamais ça ! » fis-je d'une voix étranglée.

Il me donna un petit coup de langue. Eiko me dit qu'il avait besoin de repos. Je hochais la tête et me relevais, prête à donner une bonne dérouillée à ces fils de …
Sauf qu'Har'kaïn ne l'entendait pas de cette oreille. Il éclaircissait les rangs des Anges à vitesse grand V. Et il s'y donnait à cœur joie le bougre ! Il n'eut bientôt plus d'ennemis à affronter.
Résultat des courses : la maison de Rindir en ruine et des cadavres un peu partout...charmant.
Har'kaïn se rapprocha de nous.

- « Aaaah ! Ça fait du bien ! »

Je m'approchais prudemment de lui.

- «Merci. Lui dis-je. Pour Yoru.»

Il fit une drôle de tête. En même temps, je suppose qu'on en devait pas le remercier très souvent...

- «Je voudrais bien quelque chose en échange. Ma p'tite friandise.»

Je devinais ce qu'il voulait. Et c'était préférable à avoir une dette envers lui !

- «Vas-y»

Il se rua sur moi et me mordit violemment le cou. Ouille ! Du coin de l'oeil, je vis qu'Eiko allait intervenir. Je lui fis signe de ne rien en faire.
Des taches noires se mirent à danser devant mes yeux. Je passais mes bras autour de son cou pour éviter de tomber à la renverse. J'avais la tête qui tournais. Il allait continuer encore longtemps ?! Il n'allait quand même pas tout boire ? Non...Revan ne le tolérerait pas.

Quoique...

Le noir s’abattit sur moi.

------
-----------
------------------

Lorsque j'ouvris les yeux, j'étais dans ma chambre, à la villa. Il faisait nuit. Yoru dormait à bout de mon lit.
Revan était à mon chevet, un plis coupable entre les sourcils. Avant même qu'il puisse dire quoi que ce soit, je pris la parole.

- «Pas la peine de t'excuser ou de te sentir coupable. Parce que sans lui, je serais morte »

J'étais persuadée d'être de ceux qui ne survivaient pas à la mort de leur compagnon d'âme. Revan hocha lentement la tête.

- «Il s'est passé quoi pendant que j'étais dans les vapes ?»

Il me raconta qu'Eiko m'avait soigné, puis que Rindir nous avait téléportés plusieurs fois de suite à différents endroits pour que les Anges perdent notre trace. (Heureusement que j'étais inconsciente!). Il nous avait ensuite ramené ici à la demande de Revan. N'ayant nul part où aller, Kéna lui a proposé des rester ici le temps qu'il trouve un endroit où vivre.

- «Comme ça se fait qu'ils nous aient trouvés ? Les Anges ? 

- Rindir pense que c'est à cause de la mise en résonance des krystals.

- Mmmmh...

- Tu ferais mieux de te rendormir. Il n'y est pas allé de main morte...

-Ouais...bonne nuit Revan.

''Dors bien ma Lei'' fit Yuna derrière lui




[11 pages word quand même...]

____________________

Une rencontre n'est que le commencement d'une séparation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Ven 10 Aoû - 16:09

- Et donc maintenant, à moi de poser des questions. Vous faites quoi là, exactement ?

Revan nous pris de court Lei et moi et répondit avant même que nous ayons ouvert la bouche. Pour ma part j’étais de toute façon, trop occupé à imaginer Jillian jeune et fougueux...
Jeune certes. De part sa condition d’Elfe il ne m’avait jamais paru vieux, bien qu’ayant des centaines et des centaines d’années de plus que nous... Lei et moi cumulé. L’image de Liriel s’imposa dans mon esprit. Lui aussi paraissait jeune ou du moins avait l’apparence d’un jeune homme, pas bien sous tout rapport, non... Il y avait quelque chose dans son regard, ses gestes, son visage, qui incitait à la distance... Tout comme le suggérait l’aura qu’il dégageait, ce type était pourri de l’intérieur.

- Tout simplement, nous cherchons des Krystals. Histoire de les mettre en sécurité, et si possible sous surveillance. Comme nous faisons partis des seuls à être au courant, le roi et la reine ne veulent pas que ça s'ébruite. Donc on ne peut compter que sur nous mêmes.

Rindir fronça les sourcils. Il était étonnant que son visage est prit l’expression de la moue désapprobatrice car, après tout, il s’était lui-même engagé, seul, dans cette course des centaines d’années auparavant...

- Comment ça ? Vous ne bénéficiez même pas d'un peu d'aide ?

- Rien qui ne pourrait mettre en danger le secret.

- Tout ça pour le secret ? Mince, mais vous êtes jeunes, vous avez toute la vie devant vous, et vous vous lancez dans une quête aussi dangereuse ? Ce n'est pas... Je comprends que vous puissiez avoir envie d'agir, mais ce n'est pas à vous de...

- Je pense avoir assez d'expérience avec le danger. Quand j'ai décidé de suivre votre arrière-petite-fille, je ne l'ai pas fait parce que je me suis senti obligé. C'était mon choix.

BIEN ENVOYE ! En espérant que Lei comprenne l’allusion bien sûr... Ce qui n’était pas certain.

- Un travail doit être fait, alors je le ferai. Je connais les risques, et je les accepte. Nous seuls avons décidé d'entreprendre cette quête, parce que nous connaissons les conséquences d'un échec.

Humph... Nous ne les connaissions que trop bien malheureusement. Et c’était bien ça qui m’inquiétait. Si j’en croyais le peu que j’avais pu soutirer à Lei et les expressions qui allaient avec, elle ne s’attendait pas vraiment à rester en vie à l’issue du combat. Elle mourrait en emportant les Anges avec elle. Du moins c’est ce qu’elle semblait penser.

- Tu as dis que tu chassais les krystals avec Jill, et je suppose que tu le faisais déjà avant...
Dans ce cas, où sont passés tout ceux que vous avez trouvés ?


- A t'entendre, on croirait presque que j'en ais trouvé des milles et des cents !
Les localiser et arriver à temps pour les récupérer, ce n’est pas aussi simple que d'aller à la chasse aux papillons ! Sans compter les Anges qui adorent nous mettre des battons dans les roues !


Ça c’était intéressant en revanche...

- Et vous faisiez comment pour les ''localiser'' ? Demandais-je

- A l'ancienne si je puis dire. On commence par chercher les histoires, mythes, légendes qui parlent de ce qui pourrait s'apparenter à un krystal. Puis on tente de démêler le vrai du faux et enfin, on finit par aller voir. La plupart du temps, le krystal a déjà disparu ou alors, ce que l'on nous avait raconté était faux.

Je fis la moue... Je m’attendais plutôt à un super truc qui m’aurait aidée à avancer dans mes recherches sur le détecteur.... Parce que j’avais effectivement commencé à inventer un détecteur sans en informer personne. C’était pour cette raison que j’étais partie à Vilains. Et c’était pour cette raison que j’avais emmené Even sur l’île. Pour qu’il m’aide. Puisque j’avais bien l’intention de retourner dans mon manoir dès que cette mission serait terminée.

- Et combien en as-tu trouvé en tout ?

- Avant de partir ''chasser'' avec Jillian, j'en avais déjà deux. Avec lui, un de plus. Plus celui que je viens de trouver, fit-il en sortant le globe, ça fait quatre. Celui de Jill est avec Eiko. Le tout premier que j'ai découvert, je l'ai offert à Lyah le jour de notre mariage et elle l'a elle même laissé à Niniel lorsqu'elle est partie. A présent, il est autour de ton cou Lei.

- Et celui qui reste ? demanda Revan

Un sourire passa sur les lèvres de Rindir.

- Ça, c'est la bonne question. Murmura-t-il . Voyez-vous le principe des poches de sorceliers ?

- Evidemment. En plus de le connaître j’ai élaboré, il y a quelques années, un sac à dos avec les même propriétés… J’ai appliqué le système sur tout nos sacs.

Rindir parut surpris et je savourais ma victoire.

- Eh bien, j'ai fais encore mieux...Pas besoin de poche ou de sac.

Je fronçais les sourcils.

- Il suffit d'ouvrir un espace de stockage grâce à la magie. Mieux, seul le propriétaire de cet espace peut l'ouvrir.

Et ouvrais des yeux ronds. C’était du pur génie si seul le propriétaire pouvait l’ouvrir alors c’était le plus inviolable des coffres fort

- Et comme les krystals perdent leur capacité de mobilité espace-temps lorsque quelqu'un les touchent, on peut aisément les y entreposer. Je peux vous garantir que même le coffre personnel de l'Impératrice d'Omois est moins sûr que mon espace de stockage ! Acheva-t-il

- Pourriez-vous nous apprendre comment faire ? Demanda Revan.

Je le bénissais un instant d’avoir posé la question. Pouvoir avoir cet espace à disposition m’enchantais. Mon sac était beaucoup plus pratique pour les choses à portée de main mais pour toutes les autres qui relevaient de la magie ancienne, voire interdite, cette solution serait de loin la meilleure. Etant donné que j’avais besoin de ces objets comme monnaie d’échange pour ma vie… Apprendre cette capacité ne me serais pas d’aucune utilité pour mon avenir…
Lei commençait à se morfondre. N’étant pas douée en magie (et c’est un pléonasme…) elle décida de faire le tour de la bibliothèque tandis que Rindir lui jurait qu’il se pencherait sur son problème. Il avait peu de chances de parvenir à le résoudre mais cela laissais toujours un espoir à Lei…

Au bout de 10 minutes à peine je commençais à désespérer j’avais beau faire et refaire les exercices donnés par Rindir je n’arrivais pas à créer mon espace de stockage. Impossible d’arriver à quoi que ce soit. Et je déteste voir quelque chose me résister.

- J'ai l'impression que ça va vous prendre un bon moment votre truc là. J'vais faire un tour dehors avec Yoru. Vous voulez venir ? lança Lei en direction de Nox et d'Archi.

Ce dernier qui s’était assoupi (gros fainéant !) ouvrit un œil… Puis l’autre… Leva la tête, bailla et, enfin, décida de se lever.

- A toute à l'heure ! Amusez-vous bien ! nous nargua Lei tout en emmenant avec elle la bande de familiers

__________________________________________________
_______________________
- Bien et maintenant vous faites comme ça, expliqua Rindir en nous faisant une démonstration.

Suivant ses instruction à la lettre je m’efforçais de créer un espace de stockage et… Echouais encore une fois.

-RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! CA M’ENERVE !!!!

-Calme toi Eiko. Ça ne marchera pas plus vite si tu t’énerves

-Oui mais Revan, lui, y est arrivé. Je suis vos instructions à la lettre depuis une demi heure et je n’y arrive pas !

-Laisse moi te montrer.

Rindir se plaça derrière moi et me prit les poignets puis me demanda de me détendre ce qui eu le don de m’énerver un peu plus cependant je fis ce qu’il me disait, inspirait profondément et fermais les yeux.

-Allume ta magie.

Mes mains s’entourèrent d’un halo rougeoyant et je laissais Rindir me guider. Quelques secondes plus tard j’avais devant moi mon ES. Les yeux brillants d’excitation je me retournais et enlaçais le grand-père de Lei.

-Merci, merci, merci, merci !

-Ne me remercie pas tout de suite… voyons d’abord si tu peux le rouvrir.

Je m’appliquais alors à rouvrir mon ES et y réussissais.

-YOUPIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!

Contente de moi je me laissais choir sur le canapé en souriant quand Rindir nous posa une question très étrange :

- Qu’allez vous faire une fois votre quête achevée ?

Je croisais le regard de Revan, surprise et réfléchissais à la question.

- Je ne sais pas trop… Oh bien sûr j’ai quelques idées comme tout le monde : Chaman, Inventrice… Pourquoi pas les deux d’ailleurs ? Je ne sais pas, ce que je sais c’est que je ne suis pas certaine de pouvoir m’implanter quelque part, un jour.

Je ne suis même pas certaine d’en avoir l’occasion à vrai dire…

-Quant à moi… Je reprendrais mon ancienne activité sans doutes…

-Qui était ?

-Chasseur de Prime. C’est comme ça que j’ai… Rencontré Lei.

Cette dernière rentra sur ces entrefaites et Rindir lui posa la même question à laquelle je répondis et Revan aussi :

- Chasseuse de prime ? lâchais-je malicieusement.

- Actrice…

- J'en ai strictement aucune idée. dit-elle enfin. Pour le moment, j'évite de penser à l'avenir et je me contente de survivre...

- Essayes quand même. Insista-t-il

- J'aime pas ça.

- Pourquoi?

Elle était comme ça… Vivre avec un but, oui mais sans à quoi bon vivre alors que toute les personnes qui vous sont chère ne sont plus là ? Comment vivre sans n’avoir plus personne à blâmer ?
Elle haussa les épaules puis répondit un truc banal qui, pensait-elle, nous satisferait tous .

- Vous avez réussit votre truc avec l'ES alors ?

Je hochais la tête pensive mais le grognement de ventre de Lei interrompit le fil de mes pensées.

- J'ai faim...

Rindir rit

- Je vais préparer ça. Vous n'avez qu'à faire la table en attendant.

- Je vais vous aider.

Nous cuisinâmes assez rapidement et j’essayais de faire un repas complet, un repas de fête. Nous avions bien le droit à ça…
Une fois le repas descendu dans mon estomac je fis signe que j’étais fatiguée et demandais à aller me coucher puis attrapais Revan par la manche et l’entraînais à ma suite. Un clin d’œil plus tard j’étais dans les escaliers, tirant toujours Rev’ par la manche

-Mais kestu fais ?

- Je vais te violer, lui répondis-je le plus sérieusement du monde.

- Ha ha ha ha.

Je lui souriais, lâchais sa manche et me dirigeais vers l’une des portes qui bordaient le couloir.

____________________________________________________________________
______________________________

Je fus réveillée en sursaut par un éboulement et je roulais sur le lit avant de me recevoir un morceau de plafond dans le ventre. Je sortis en courant de la chambre et trouvais Rindir dans le couloir.

-Que s’est-il passé ?

- Je pensais que vous le sauriez…

Devançant Rindir dans les escaliers ce fût moi qui trouvait le mur d’éboulis devant la grande salle en premier. Lâchant un cri de fureur (qui ressemblait plus à un rugissement qu’à un cri j’activais ma magie et envoyais valdinguer les pierres qui me bouchaient le passage.

- C'est pas moi cette fois !

Puis avisais les types en costume et décidais de remettre l’humour à plus tard. Archi, que Rindir avait récupéré dans les escalier juste avant grogna et se mit en posture de combat, prêt à en découdre, je dégainais mes katanas et Rindir partit à l’attaque en usant de ses pouvoirs de sortcelier.
Je me jetais dans la bataille et commençais à combattre. Ils étaient supérieurs en nombre, en puissance parfois, aussi mais j’arrivais à en tuer ou du moins à en mettre hors d’état de nuire quelques uns. J’avais pourtant l’impression que plus ils tombaient plus il y en avait.

- Eiko ! Eiko à l'aide ! Yoru est blessé ! A L'AIDE !

J’entend la souffrance dans sa voix mais je ne peux rien faire. Si je me retourne mon assaillant me tue et je ne serais plus utile si je suis morte.

- Mais tu vas crever, oui ?!

Un rictus malsain se forme sur les lèvres de mon adversaire, rictus qui s’efface deux secondes plus tard… Pourquoi ?

- Hey la rouquine ! Bouges un peu ton cul ! Y'a l'minou d'ma p'tite friandise qu'à besoin de toi !

Je me retournais et… Me retrouvais face à un espèce de mastodonte au dos courbé, les pectoraux à l’air la bouche pleine de canines et le regard noir (non mais… VRAIMENT noir ! Genre ses yeux c’est juste des grosses pupilles… Et NON je NE SUIS PAS folle !)
Balançant Lei qui tenait Yoru dans ses bras à mes pieds, celui que je devinais être Har’kaïn (le double maléfique de Revan… Suivez un peu !)repartit à l’attaque des autres « friandises ».

Je commençais par enlever délicatement l’épée du corps de Yoru puis commençais à le soigner.

- Me refais jamais ça ! fit-elle en serrant Yoru tout contre elle une fois que j’eu finis.

- Il lui faut du repos je n’ai soulagé que les chairs… Mais je suis une adepte de la guérison naturelle une fois que se sera finit il faudra que je te prescrive quelques soins pour lui…

Je m’apprêtais à me relever quand je vis qu’ à me relever quand je vis qu’Har’kaïn ne nous laisserais certainement pas un seul ange….

- Aaaah ! Ça fait du bien !

… Mais certainement… Ce type est un monstre… Ou en tout cas ce côté de Revan est un malade…

- Merci. Pour Yoru.

Je grimaçais. C’est vrai que sans lui je n’aurais pas pu sauver Yoru mais entendre Lei remercier ce prédateur à dents de requin me fichait les chocottes (B.N %)). Lui aussi arborait une drôle de tête d’ailleurs . Mais comme les monstres sont pareils que les humains, opportunistes, Har’kaïn ne tarda pas à demander sa récompense :

- Je voudrais bien quelque chose en échange. Ma p'tite friandise.

Quoi ? Un bisou ? Ou… NON ! Pas du sang ?!

- Vas-y

Mais quelle débile ! J’allais intervenir mais Lei m’intima de rester à ma place et je regardais, impuissante, Har’kaïn vider ma sœur de cœur de son sang…
Puis Lei tomba dans les vapes et je balançais mon talons dans le postérieur de la bête. Un grognement sourd se fit entendre.

- Ca suffit maintenant ! Si tu vide la « petite friandise » de son sang tu n’en aura plus jamais… Déjà là c’est pas gagné pour que t’en ai de nouveau, alors aggrave pas ton cas, mec…

Har’kaïn lâcha Lei et je me précipitais pour la soigner tout en lançant un regard noir à celui qui était à l’origine de son anémie.

__________________________________________________________
_____________________

Nous étions rentrés chez les Helm quelques heures plus tôt avec différents transmitus afin de brouiller les pistes. Rindir disait que c’était sans doute la mise en résonance de tout les krystals qui avaient rameuté les Anges ce qui prouvait, à mon sens, qu’ils avaient réussi à trouver ou à construire un détecteur de Krystal. Et cela ne présageait rien de bon. Revan avait déposé Lei dans sa chambre et la veillait, je lui faisait confiance. Quant à moi… Eh bien, j’avais reçu un appel dès que j’avais posé le pied dans la ville. Un marchand me prévenait qu’il avait un objet à me montrer. Il me donna rendez-vous le surlendemain à 5h du matin et raccrocha.

Cet appel me confirma ce que je savais déjà : je n’aurais pas de temps pour moi avant bien longtemps.


Spoiler:
 

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.


Dernière édition par Eiko Kazehime le Dim 12 Aoû - 16:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   Sam 11 Aoû - 13:53

Mon petit discours semblait avoir convaincu Rindir. Semblait seulement, je ne me faisais pas beaucoup d’illusion. Mais surtout, j’espérais que Lei avait bien compris mon message. Quoi qu’elle dise ou qu’elle fasse, je ne l’abandonnerai pas. Même si… Ce n’était pas uniquement pour les raisons que j’avais énoncées. Je n’avais pas envie qu’il lui arrive quelque chose. La savoir en danger… Ou même… Non, je ne le supporterais pas. Et puis peut-être qu’un jour, elle s’apercevra que je tiens plus à elle qu’elle ne le croit.

- Tu as dis que tu chassais les krystals avec Jill, et je suppose que tu le faisais déjà avant... Dans ce cas, où sont passés tout ceux que vous avez trouvés ?

- A t'entendre, on croirait presque que j'en ais trouvé des milles et des cents ! Les localiser et arriver à temps pour les récupérer, c'est pas aussi simple que d'aller à la chasse aux papillons ! Sans compter les Anges qui adorent nous mettre des battons dans les roues !

Bin tiens, qu’ils essayent avec nous. Pour l’instant, ça ne leur a pas trop réussi.

- Et vous faisiez comment pour les ''localiser'' ?

Tiens oui, c’est vrai ça ! Si ils ont un moyen de les trouver facilement, ça peut être un avantage considérable sur nos adversaires !

- A l'ancienne si je puis dire. On commence par chercher les histoires, mythes, légendes qui parlent de ce qui pourrait s'apparenter à un krystal. Puis on tente de démêler le vrai du faux et enfin, on finit par aller voir. La plupart du temps, le krystal a déjà disparu ou alors, ce que l'on nous avait raconté était faux.

Flûte. Ca aurait été une aubaine. Mais bon, à l’ancienne, j’aime bien aussi. Après tout, c’est comme ça que je procède pour la chasse.

- Et combien en as-tu trouvé en tout ?

- Avant de partir ''chasser'' avec Jillian, j'en avais déjà deux. Avec lui, un de plus. Plus celui que je viens de trouver, fit-il en sortant le globe, ça fait quatre. Celui de Jill est avec Eiko. Le tout premier que j'ai découvert, je l'ai offert à Lyah le jour de notre mariage et elle l'a elle même laissé à Niniel lorsqu'elle est partie. A présent, il est autour de ton cou Lei.

Et un peu dans mon bras, en fait. Mais je n’en ai compté que trois dans tout ceux qu’il a cité. Je ne vois pas où peut se trouver le dernier, ou qui pourrait le posséder…

- Et celui qui reste ?


Les yeux de Rindir se mirent à briller. Je connaissais ce regard, il avait trouvé quelque de génial. Je m’autorisai un léger sourire. Au moins, le Krystal était en sécurité.

- Ça, c'est la bonne question. Voyez-vous le principe des poches de sorcteliers ?

- Evidemment. En plus de le connaître j’ai élaboré, il y a quelques années, un sac à dos avec les mêmes propriétés… J’ai appliqué le système sur tous nos sacs.

- Eh bien, j'ai fais encore mieux...Pas besoin de poche ou de sac. Il suffit d'ouvrir un espace de stockage grâce à la magie. Mieux, seul le propriétaire de cet espace peut l'ouvrir. Et comme les krystals perdent leur capacité de mobilité espace-temps lorsque quelqu'un les touchent, on peut aisément les y entreposer. Je peux vous garantir que même le coffre personnel de l'Impératrice d'Omois est moins sûr que mon espace de stockage !

Et bah mon vieux… C’est tout bête en fait, mais il fallait y penser !

-Pourriez-vous nous apprendre comment faire ?

____________________Et hop, une ellipse !_________________

Par les entrailles de Bendruc le Hideux ! Ca commence à me gonfler cette histoire ! Lei était sortie avec les familiers, tandis que moi et Eiko étions restés pour tenter de créer un espace de stockage. Et par tous les dieux, j’y arrive paaaas ! Il fallait tout un tas de paramètres à régler, rester vigilant sur chacun d’eux, toujours faire attention à ne pas perdre le contrôle… Il fallait penser à tout en même temps, tout en développant la puissance nécessaire pour ouvrir le passage sur le non-être. Et la puissance magique était précisément ce qu’il me manquait pour réussir. J’étais un guerrier plus qu’un mage, même si je savais maîtriser certains sorts de base sans problème. Mais ça… C’était moins dur qu’une Porte de Transfert, dans le sens où ce n’était justement qu’une Porte de Transfert ratée, mais il fallait tout de même l’empêcher de se transformer en vortex/trou noir/engin de destruction massive, et en plus maintenir les objets stockés pour les éviter de se perdre dans le néant. Une vraie partie de plaisir.

Bon aller, maintenant, tu t’ouvres. Alleeeeeer… Des gouttes de sueur perlaient sur mon front. Oui… Oui, oui, oui ! Ca maaaarche… YES ! Ca a marché ! J’avais un ES en face de moi. Mon ES ! Mais ça commençait à me faire mal à la tête. Je désactivai ma magie, exténué.

- Bravo Revan ! Vas-y, recommence.

- Non, je n’y arriverai pas deux fois. Je pense que je vais rester cantonné au sac sans fond.

- A ce point ?


- Oui. Si je dois me vider de mes forces à chaque fois, ce ne serait pas prudent en cas d’urgence.

- Comme tu voudras. Aller Eiko, tu peux le faire.


Pendant que la vampyre s’efforçait tant bien que mal d’ouvrir son espace, je me laissai tomber dans le canapé. Bon sang, j’en aurais justement bien besoin d’un petit peu, là, tout de suite. Je sortis ma gourde de ma poche, et bu une ou deux gorgées. Ah, ça fait du bien. Bon, et si nous écoutions un peu de musique en attendant ? Je mis mon casque magique sur mes oreilles, tapotai sur quelques boutons…

You can't feel the heat until you hold your hand over the flame
You have to cross the line just to remember where it lays
You won't know your worth now, son, until you take a hit
And you won't find the beat until you lose yourself in it

That's why we won't back down
We won't run and hide
Yeah! 'cause these are the things that we can't deny
I'm passing over you like a satellite
So catch me if I fall
That's why we stick to your game plans and party lines
But at night we're conspiring by candlelight
We are the orphans of the American dream
So shine your light on me...


-YOUPIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!

Aaaaah, il semblerait que notre vampyre nationale ait réussi au final. Elle s’affala sur le canapé à côté de moi, visiblement heureuse. J’enlevai mon casque, juste à temps pour entendre Rindir nous poser la question :

- Qu’allez vous faire une fois votre quête achevée ?

Eh ? Ah, bin c'est que... Je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'il pose des questions sur nous, et pas non plus à ce qu'il envisage qu'on puisse réfléchir à ce qu'on ferait après tout ce brokl. Mais je notais qu'au moins, il restait positif quand à nos chances de succès. Eiko semblait aussi désemparée que moi devant la demande de l'elfe, mais elle finit par se décider à répondre.

- Je ne sais pas trop… Oh bien sûr j’ai quelques idées comme tout le monde : Chaman, Inventrice… Pourquoi pas les deux d’ailleurs ? Je ne sais pas, ce que je sais c’est que je ne suis pas certaine de pouvoir m’implanter quelque part, un jour.

Chaman, s'il te plait.

- Quant à moi… Je reprendrais mon ancienne activité sans doutes…

- Qui était ?

- Chasseur de Prime. C’est comme ça que j’ai… Rencontré Lei.

Et Chasseur de prime je suis toujours, quand j'y pense. Mais après la chasse aux harpies avec Lei d'il y a quelques mois, on pouvait compter sur une belle somme d'argent, qui me donnait une belle avance pour les prochaines semaines. D'ailleurs, en parlant du loup, là voilà qui rentrait.

- Et toi Lei, que penses-tu faire lorsque toute cette histoire sera terminée ?

- Chasseuse de prime !

- Actrice.

Chasseuse de primes... Mais bien sûr. Encore faudrait-il qu'elle puisse accepter de faire le même métier que moi. Personnellement, c'est vrai que j'aimerais beaucoup que ce soit le cas. On pourrait même faire équipe, qui sait ? Ah, pas la peine de me faire autant d'illusions. Non, pour moi, c'était actrice, parce qu'elle était capable d'embobiner n'importe qui avec son air mignon et adorable. On ne verrait qu'elle sur scène ou à la caméra, et tout le monde serait complètement subjugué par son visage et son corps... Et elle sait mentir comme pas deux, alors réciter un texte avec conviction, je pense que ça devrait être dans ses cordes.

- J'en ai strictement aucune idée. Pour le moment, j'évite de penser à l'avenir et je me contente de survivre...

Si, il fallait qu'elle trouve quelque chose. Une motivation de plus. Pour qu'au pire moment elle trouve toujours quelque chose à quoi se raccrocher. Même une infime pensée peut faire la différence.

- Essayes quand même.

- J'aime pas ça.

- Pourquoi?

Je le devinais. Elle ne pensait pas réchapper de ce conflit. Elle pensait devoir se sacrifier au combat, contre les Anges. Elle pensait que plus rien ne la rattacherait à la vie quand ce serait fini avec eux. Elle pensait qu'après ça, il n'y aurait plus rien pour elle dans ce monde, elle qui avait tout perdu. Mais ce à quoi elle n'avait pas pensé, c'est qu'elle avait donc tout à gagner. Elle n'avait pas pensé à Eiko, à Rindir qu'elle venait de retrouver, à ma famille dont elle faisait presque parti maintenant... Ou moi. Qui l'aimait malgré tout.

- Chanteuse ou chasseuse de prime.

Mouais. Comme je l'ai déjà dit, c'était peu probable, et c'était visible comme le nez au milieu de la figure qu'elle disait ça juste pour qu'on ne l'embête plus avec cette histoire. Mais je n'abandonnerai pas. Je ne la laisserai pas mourir, même pour une cause aussi noble. Quitte à y laisser un autre bras. Voire même ma vie.

- Vous avez réussit votre truc avec l'ES alors ?

Je hochai la tête.

- J'ai faim...

- Pareil !

Rindir rit

- Je vais préparer ça. Vous n'avez qu'à faire la table en attendant.

Eiko se proposa pour l'aider, ce qui me laissait donc seul avec Lei pour tout installer.

Eiko se proposa de l'aider en cuisine. Je me retrouvais donc avec Revan à mettre le couvert. On avait bien failli y laisser quelques assiettes, mais dans l'ensemble, on n'avait pas fêlé grand chose. Tandis que nous nous attelions à la tache, une bonne odeur commençait à émerger de la cuisine. Oho, je reconnaissais ce fumet ! Un bon mouuu rôti ! Pas trop cuit j'espère, moi je mange ma viande saignante !
Et je ne fus pas déçu. Eiko et Rindir cuisinaient vraiment très bien. Je m'en ferais bien péter la panse jusqu'à plus faim ! Après le dessert, Eiko bailla la bouche grande ouverte et demanda à aller dormir. Bon, si elle veut, moi je vais rester discuter un peu... Enfin, c'est ce que je pensais, parce qu'elle me choppa par la manche et me tira hors de la salle à manger. Gné ?

-Mais kestu fais ?

- Je vais te violer.

...

- Ha ha ha ha.
_________________________________________

J'avais sorti le mannequin d'entrainement que je trimballais dans mon sac - l'ensorcellement d'Eiko était vraiment pratique - et je m'entrainais au Tomahawk dessus, quand j'entendis quelqu'un gratter les cordes d'une guitare à l'étage du dessous. Intrigué, je renfilai mon sweat à capuche, et descendis pour voir de qui il s'agissait, même si j'avais ma petite idée. Au fur et à mesure que je marchai dans les escaliers, une voix, une très jolie voix me parvenait de plus en plus distinctement. Je me penchai dans l'encadrement de la porte, discrètement. C'était bien elle. Elle avait dégoté une guitare je ne sais pas où, et c'était elle qui en jouait.

Je brûles les ponts
Et il n'y a pas de retours
J'essaie de l'atteindre
J'ai le sentiment qu'elle m'attends

Je me bats contre le courant
Je me bats pour ce que je crois ~♪
Je cours près de la fin
Essayant de ne pas abandonner.

Elle est perdue dans les ténèbres, s'évanouissant
Je suis toujours ici, criant son nom ~♪
Elle hante mon cœur, essayant de survivre
Mon cœur est gelé. Je perds la tête
Aide moi! Je suis enterrée vivante! enterrée vivante!~♪

J'essaie de faire revivre ce qui a été brisé
Ils pensent que je suis folle,
Ils ne se rendent pas compte,
L'espoir joue un jeu pervers avec l'esprit
L'amour m'enchaîne
Je ne peux faire revivre ce qui a déjà été noyé
Elle ne reviendra pas

Elle est perdue dans les ténèbres, s'évanouissant
Je suis toujours ici, criant son nom ~♪
Elle hante mon cœur, essayant de survivre
Mon cœur est gelé. Je perds la tête
Aide moi! Je suis enterrée vivante! enterrée vivante!~♪

Wouaw... Finalement, c'est vrai que chanteuse, cela lui irait très bien aussi. Je me demanderais bien de qui elle parlait dans cette chanson, mais avant, mieux valait que je retourne dans ma chambre. J'allais repartir sans un bruit quand la planche de parquet sous mon pied en décida autrement... et craqua. Slurk. Mais je n'étais visiblement pas le seul gêné, vu la belle couleur tomate que la jeune edrakin venait d'adopter malgré elle. Pour se redonner une consistance, elle me lança :

- Tu ne dors pas ?

Étant toujours autant insensible à l'humour ou au second degré, j'allais lui répondre que cela faisait depuis... bah depuis toujours que je n'avais pas dormi, mais alors que j'ouvrais la bouche pour le lui rappeler, une explosion retentit au-dessus de nous. Mon premier réflexe fut de lever mon arme au niveau de ma tête, en position défensive, quand je vis que Lei s'était prie une brique sur le visage, et saignait abondamment. Elle hurla quelque chose, qui fut couvert par une autre série d'explosions, mais je parvint a lire sur ses lèvres. On nous attaque. Les débris de verre transperçaient ma peau, tandis que je lançais un message à Nox :

*SORS ! MAINTENANT !*

J’eus tout juste le temps d'être soulagé quand je le vis mentalement s'envoler par ma fenêtre, puis le plafond s'écroula sur nous.
Aïe. C'est pas agréable. C'est un euphémisme, bien évidemment, mais ne soyons pas trop défaitiste. Nan parce que plus précisément, je dois avoir une ou deux côtes fêlées, et ma clavicule gauche me fait mal, sans compter les dizaines de coupures que je dois avoir un peu partout. En ajoutant à cela le fait que je vais avoir du mal à sortir de là tout seul. Et mes Dieux Lei ! Faites qu'elle n'ait rien !

- EIKOOOO ?! RINDIIIR ?! REVVAAAAAAAAN ?!

Ouf, elle était vivante. Bon, il fallait que j'arrive à m'extirper... Un bon coup de poing ici, et... Oui ! Tiens ? Qu'est-ce que j'ai attrapé ? Sans doute sa jambe, d'après le cri sur-aigu qu'elle venait de pousser. Une petite fissure s'entrouvrait entre deux poutres, et je voyais une ombre qui s'approchait...

- Revan !

Elle m'aida à sortir des gravats. L'ombre était juste derrière elle.

- Ça va ?

L'ombre leva son arme.
Je dégainai mon épée.
Elle l’abattit.
J'écartai Lei de la trajectoire, contrai avec ma lame, et plantai mon tomahawk dans l'épaule de l'Ange.
Oui, car c'étaient bien les Anges qui nous attaquaient.

Mon adversaire m'envoya un coup de pied dans le ventre. Oh, il est résistant celui là. Il tenta de me mettre un coup d'épée horizontal que j'esquivai en me baissant, et je répliquai avec une attaque montante, mais qui parvint à contrer. Qu'est-ce que... Mince, on avait pas le droit aux habituels sous-fifres ! Ceux là étaient largement plus entrainés. Eiko et Rindir surgirent de derrière les ruines, mais mon combat face à l'Ange, très vite rejoint par d'autres qui finirent par, à terme, m'encercler complètement, m'éloignaient de plus en plus de mes alliés. Bon, il est temps de tester les effets de mon bras. Après un ample mouvement, destiné à éloigner les ennemis, je chargeai mon épée d'énergie, puis je frappai le sol devant moi. Lequel explosa littéralement, éclaircissant assez largement les rangs ennemis... Qui furent très vite remplacés par les mêmes, mais en deux fois plus nombreux. Slurk, slurk, slurk ! Ça ne va pas le faire ça ! J'avais beau transpercer, taillader, trancher, couper, pas moyen de ne pas avoir un ange en face de moi. Quand j'arrivai à frapper, parce qu'ils étaient doués au combat. Moi aussi, c'est pas le problème, simplement les mecs doués, c'est deux par deux maximum ! Parce qu'après, je garantis pas de finir avec une barre de vie tout à fait pleine !

Soudain, je sentis mon bras se bloquer en plein mouvement. En jetant un coup d’œil, je vis qu'un lasso s'était enroulé autour de mon poignet. Je tirai un coup puissant dessus, amenant à moi l'imbécile qui se trouvait au bout, qui s'empala sur mon épée. Je me débarrassai du filin, mais un autre m'entrava les jambes et me fit tomber à terre. Je l'arrachai d'un seul coup, mais très vite, plusieurs autres s'enroulèrent autour de mes bras et de mon cou. Mais broooookl, ça commence à me gonfler sévère !

- A L'AIDE !

Mon cœur s'arrêta de battre un quart de seconde quand je reconnu à qui appartenait la voix.

- LEI !

Je me débattais, mais j'avais beau me démener, balancer des coups à gauche et à droite, ils me lâchaient pas les enfoirés ! Mais dégages toi ! Lei hurlais. Elle avait mal. Son familier était blessé. Elle avait mal. Un Ange... Un Ange brandissait son épée devant elle ! Non, non, non ! Non pas ça ! Je poussai un hurlement de rage ,et envoyai valdinguer deux ou trois encapuchonnés dans les airs avec mon bras krystalisé. Un d'entre eux me flanqua un coup de poing dans la mâchoire, et un filet de sang commença à couler de ma bouche. Oh toi, tu vas...

- LEI ! NON !

*Har'Kaïn*

Aaaaah, enfin ! A mon tour ! Revan n'est pas assez costaud pour s'en sortir tout seul, alors je vais lui donner un petit coup de main ! Mais tout d'abord, je dois sauver ma petite friandise préférée ! Me frayer un chemin entre mes proies ne devrait pas être trop dur, quelques coups de griffes dans les côtes suffiront. Héhéhé, ça faisait longtemps que je n'avais pas eu l'occasion de m'amuser. Et ça pleut du sang, et ça craque des os. Coincé dans le corps de Revan, ce devait être la chose qui m'avait le plus manqué. Et ce ne serait sûrement les combats mentaux ou la salle d'entrainement virtuel qui me rassasierait. Il me fallait du réel, du vrai, de la chair et des tripes ! Limite j'en remercierais Lei d'être à l'article de la mort. Hey, je rêve ou ce type lui a planté une épée dans le bras ?! Et visiblement, il semble décidé à finir le travail. Nan nan nan, on ne tue pas ma chérie... Enfin, celle de mon double. Pour moi, c'est juste une friandise. Une jolie friandise d'ailleurs.

Alors que l'imbécile s’apprête à abattre une seconde fois son arme, je me plante devant lui, et je dévie sa lame. Et je lui tranche la gorge d'un bon coup de griffes. Je ne le regarde même pas s'écrouler au sol - si je devais le faire pour chacune des personnes que j'avais tuée, je crois que je passerais ma vie à attendre - et je me retourne vers la p'tite edrakin, qui semble désormais plus préoccupé par ma présence que par sa blessure. Oui bon bah ça va, pour une fois que je viens pour sauver les miches de quelqu'un, elle va pas se plaindre nom d'un chien ! Je la prends dans mes bras, et je cours jusqu'à... slurk... l'autre là, sa copine, vampyre, à qui il manque des pages à son cahier dès qu'il s'agit de faire une expérience... Roh et puis zut !

- Hey la rouquine ! Bouges un peu ton cul ! Y'a l'minou d'ma p'tite friandise qu'à besoin de toi !

*Cette phrase me parait vraiment salace quand on y regarde un peu...*

*Je sais, c'est pour ça que je l'ai dite !*

*Y a des guerres qui ont commencé pour moins que ça...*

En attendant, l'adversaire de la rouquine s'est fait la malle en me voyant arriver. Je vais lui donner des raisons de fuir, moi ! Attends un peu que je te rattrape ! Et bah voilà, t'as rencontré Rindir, et t'es mouru, je t'avais dit de m'attendre pourtant ! Faut toujours m'écouter moi. Bon, tant pis, de toute façon, j'en ai bien assez d'autres pour rattraper mon retard. On dégaine les griffes, et en avant Guingamp ! Deux secondes, pourquoi je dis ça moi ? Boarf, on verra bien. Très vite, le sol fut presque entièrement recouvert de cadavres (auxquels il manquait des bouts pour la plupart), au point qu'il fallait presque se battre dessus. Perso, le respect des morts, je m'en tamponne le coquillage, et plus encore quand ils ont essayé de nous tuer, mais je m'attendais à un peu plus de réticence de la part de mes proies. Qu'ils essayent au moins de les esquiver. Mais non, ils font comme si de rien était. Tant mieux, un peu plus de défis, ça n'en sera que plus drôle. J'esquive une épée d'un bond agile sur le côté, et je lacère le flanc de son propriétaire d'un puissant coup de griffes remontant. J'enchaine en agrippant la tête d'un autre et lui imprimer un demi-tour rapide mais complet. Une fois le *crac* caractéristique entendu, je passe à ma cible suivante. C'est fluide, c'est violent, c'est rapide, c'est agréable, bref c'est cool. Je suis dans mon élément. Même les petites estafilades que certains parviennent à me faire ne m'affectent pas plus que ça. L'un d'eux tente de m'attaquer par derrière, mais je place mon index sur la trajectoire de sa main, laquelle vient s'empaler sur la griffe. L'homme hurle de douleur tandis qu'il lâche son épée, mais de ma main libre je la rattrape en vol, et je la lui plante dans la tête, le faisant taire. Il a jamais appris qu'il ne fallait jamais faire trop de bruit en ma présence, ça gène mon karma, et je tiens à rester zen, voyons.

Soudain, mon instinct d'elfe m'indique une grosse source de chaleur pas spécialement amicale qui se dirige très vite dans ma direction. Un Carbonus. Je fais un bon dans les airs pour l'esquiver, parce qu'un épée dans le ventre, je dis pas, je supporte plus ou moins, mais je suis complètement vulnérable à la magie. En même temps, impossible d'être parfait dans ce monde, n'est-ce pas ? Quoi qu'il en soit, il faut supprimer ce dernier gêneur - car effectivement, j'ai déjà terminé de faire le ménage. Rapide comme l'éclair, je cours pour éviter ses autres sorts, qui viennent s'écraser dans les ruines derrière moi. Puis, une fois dissimulé derrière un des seuls murs qui ne s'est pas effondré, je fais demi-tour, alors que lui continue de tirer vers là où je me dirigeais il y a un instant. Profitant de son manque d'attention, je surgis d'un nuage de fumée, et le plaque au sol. Avant qu'il n'ait pu faire le moindre mouvement pour se défendre, je lui plante mes crocs dans le cou, et j'en arrache un morceau, pas grand chose, la moitié quoi. Et je l'avale tout rond.

- Aaaah ! Ça fait du bien !

Je me tourne du côté des trois autres, qui me regarde avec des yeux plus grands que des assiettes. Ahaha, mon dieu (c'est à dire moi) vous verriez leur tête ! Bon, c'est vrai que pour le commun des mortels... et même des immortels, pensons quand même un peu à Rindir, ce n'est pas tout les jours qu'on voit une chose pareille !

- Merci. Pour Yoru.

Euuuuh... Eh ? Merci ? C'est bien la première fois que quelqu'un me dit merci. Je vais pas dire que c'est agréable, mais plutôt... inattendu, unique, inhabituel. Il faut que je vire très vite cette tête que je suis en train de faire, sinon je ne vais plus avoir l'air féroce du tout. Et je sais parfaitement comment faire...

- Je voudrais bien quelque chose en échange. Ma p'tite friandise.

Elle soupire. Elle a deviné. En même temps, ce n'était pas très dur.

- Vas-y.

*Revan*

Non mais elle était pas bien dans sa tête ?! Laisser Har'Kaïn boire de son sang en espérant qu'il s'arrête, c'est presque aussi suicidaire que sauter du haut d'un immeuble en espérant que la foire des matelas et des trampolines se soit installée en bas ! Bon, au moins, il savoure, il prend son temps... En même temps, tu m'étonnes qu'il savoure, c'était l'un des meilleurs sang que j'avais jamais gouté ! Sucré, pétillant, épicé, tout ce mélangeait dans ma tête. C'était tout le caractère de Lei qui coulait dans ses veines. Manquait peut-être un rien de magie qui aurait ravi ce grand malade. Hey... Hey deux secondes ! Il était en train de la vider là, elle est déjà dans les pommes ! Il faut faire quelque chose, vite !

- Ca suffit maintenant ! Si tu vide la « petite friandise » de son sang tu n’en aura plus jamais… Déjà là c’est pas gagné pour que t’en ai de nouveau, alors aggrave pas ton cas, mec…

...
Elle a pas peur Eiko. Elle venait de coller son pied aux fesses d'un dangereux psychopathe qui pourrait lui arracher la tête d'un coup de coude, et de l'enguirlander copieusement. Heureusement que l'autre est trop rassasié, sinon il aurait fallu que je sauve la mise en me précipitant pour reprendre mon corps. Mais finalement, il me le rendit de bonne grâce. Wow, il avait pas mal forcé dessus ! Je m'effondrai en arrière, sur les fesses, complètement exténué. Rindir s'accroupit à côté de moi.

- C'est toujours comme ça avec vous ?

- Presque. Je ne veux pas savoir ce qu'il se passerait si on était un de plus, mais à mon avis, le monde n'y survivrait pas. Entre une edrakin qui nous fait un mix improbable entre sociopathie et philanthropisme, une vampyre qui a un pet au casque quand il s'agit de jouer avec les fioles bizarres (qui elles aussi me petent au casque), et moi l'hybride schyzo avec un double sanguinaire, la prochaine ce sera quoi ? Un elfe noir sadique sangrave avec un penchant pour le "je m'en foutisme" ? Même pas envie d'en parler. On peut rentrer maintenant ?
______________________________

A des milliers de kilomètres d'ici, dans une forteresse cachées aux yeux du monde...

L'homme avait tout vu sur son écran. Il n'en avait pas perdu une seule miette, grâce aux micro-caméras rétiniennes de ses hommes. A sa droite, une tasse de café, à laquelle il n'avait pas touché depuis le début de la transmission. A sa gauche, un bloc-notes et une télécommande. Il s'empare de cette dernière, remet légèrement en arrière, et stoppe sur le visage de la créature aux yeux noirs, si caractéristiques. Il hésite un instant, tapote sur l'accoudoir de son siège. Puis prend son stylo, et griffonne quelques mots. Puis il rembobine encore un coup, sur le jeune homme avec le bras bleu cette fois. Oui, la ressemblance était indubitable. Il écrit cette fois un texte plus long, puis revint sur le visage de l'elfe. Il sourit. Quelques hommes n'étaient pas cher payé pour ces quelques informations. Il se leva. Il était seul.

- Ordinateur, prends note sur mon disque confidentiel. Le sujet 2 est réapparu.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [A.C] Le Krystal d'Hymlia   

Revenir en haut Aller en bas
 

[A.C] Le Krystal d'Hymlia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Krystal] Au retour du Canada...
» Krystal ✗
» [pris] Cho Hyo Rin feat. Jung Soo Jung (Krystal) - Demi-soeur
» Reprenons depuis le début... - Pv Krystal
» 2 Sangraves et 2 "gentils" pour un rp à Hymlia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Hymlia :: Les Montagnes-