AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [A.C] Un coup dans l'nez ? [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nikky Van Eersel
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 168
Age : 23
Amour : Il est mort et depuis mon coeur est fermé.
Race : Vampyre
Date d'inscription : 11/07/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: [A.C] Un coup dans l'nez ? [Pv]   Lun 28 Oct - 16:57


    Il nous fallut peu de temps pour sortir de la bibliothèque où nous nous étions très légèrement faites remarquer. Je n'avais pu m'empêcher de sourire lorsqu'elle m'avait répondu sur un ton jovial qui n'était pas du goût des autres lecteurs de la bibliothèque. Elle avait ce brin d'esprit joueur qui me plaisait chez Aurel, et j'eus un pincement au coeur en me rendant compte, à nouveau, à quel point elle pouvait lui ressembler, de ce qu'elle dégageait physiquement, de ce qu'elle semblait se caractériser moralement. Oui, le hasard avait réellement bien fait les choses. Réunir deux personnes d'âge et de vies différentes, que peu réunissait; la perte et la solitude.Nous étions sorties suivie de quelques regards, les personnes présentes se soulageant de notre départ. A vrai dire, je n'avais jamais eu aucun scrupule à me faire remarquer négativement, et n'avais jamais cherché la discrétion, ne serait-ce qu'en mission. De toute façon, je n'étais pas physiquement le stéréotype de la personne qui désire se fondre dans la foule, passer inaperçu, malgré ma démarche chaloupée et féline; et mon corps recouvert de tatouages n'était qu'une de ces facettes qui faisaient mon aura.Mais qu'importait, j'étais loin d'être de ces femmes qui se souciaient du regard que les autres pouvaient bien me lancer. Je pus remarquer à la mine d'Elleira que cela l'amusait bien plus que ne la gênait; j'en fus sincèrement heureuse. J'avais beau être son Haut Mage assigné, celles dont elle devrait accepter les corvées sans rechigner, que je gardais toujours à l'esprit ce trait d'honneur qu'était celui de respecter les autres comme j'aurais voulu qu'ils me respectent. Avec moi, c'était simple; oeil pour oeil, dent pour dent. Je méprisais qui me méprisait, je respectais qui me respectais. Cette façon d'être et de penser m'avait mené à, ô croyez moi bien ! de bien nombreuses relations plus que tumultueuses. J'avais bien aisément de la rancune, et l'impétuosité de mes amants n'était que rendue aux double, voire au triple. Tout finissait par se briser, lorsque les jeux auxquels nous nous brûlions n'étaient plus de notre goût. Et je gardais toujours dans le fond de la gorge cette amertume, qui s'en allait pourtant bien vite. Il n'y avait eu qu'une seule personne qui avait su canaliser toute cette énergie que je donnais dans une relation; Aurel. Et ce fut le seul qui me fut volé. Ah ! que la vie était injuste.Je ne sais si le destin avait voulu que je perde la lueur de ses yeux, pour un jour devoir la retrouver dans ceux d'une jeune fille dont l'allure de femme arrivait à grands pas. Elle n'avait pas vingt ans; si les années ne me trompaient pas, elle devait en avoir seize ou dix-sept, tout au plus. Alors que nous marchions tranquillement dans les couloirs du palais, je lui jetai un coup d'oeil, et dissimulais l'ombre d'un sourire. Elle était belle et jeune, avait cette allure sereine et sûre d'elle d'une jeune femme qui faisait preuve d'une grande maturité pour son âge. Tout comme Aurel. Ah ! il fallait que je m'arrête de songer à lui à chaque instant où mon regard se posait sur ma première sortcelière. C'était une faiblesse que de trop me laisser aller dans des émotions qui sont terrées au fond de blessures anciennes. Même si je me souvenais très bien en quelle année la demoiselle était née, puisque ce ne fut que quelques années avant le décès de mon amour perdu, je lui demandais quel âge elle avait, afin de commencer une conversation sur les banalités de nos vies. Je pris le soin d'entretenir cette conversation de banalités le long de notre route, sinuant dans les rues de Tingapour, afin que le trajet ne semble pas trop long, et qu'un silence ne pèse pas de trop entre nous, bien que notre conversation fut de temps à autres coupée, alors que le bruit de la foule dans les rues s'élevait bien assez fort pour que nous nous tûmes quelques minutes durant.Mais nous finîmes par atteindre le seuil de cette taverne qui me plaisait, où j'avais sympathisé avec le barman qui avait l'oeil et l'oreille, et avait toujours quelque chose à me raconter. Il y avait de nombreuses informations que les archives et autres documents ennuyants à mourir ne pouvaient m'apporter; et croyez moi, les meilleures rumeurs finissent toujours par être crachées par quelques langues déliées par quelques degrés d'alcool. Et ce bon vieil Edmond l'avait bien compris; il accueillait tout client avec un sourire, et une oreille bien attentive.Lorsque j'entrais, il se tourna vers moi, un grand sourire aux lèvres.- Nikky ! ça faisait bien longtemps ! Comment vas-tu ?Je lui souriais, et m'approchais du comptoir par-dessus lequel je me penchais pour accueillir le baiser qu'il déposa sur ma joue.- Très bien cher Edmond. Désolée, j'étais prise dans quelques affaires. Le boulot, tu sais bien.- Oui, bien sûr. Voilà une bien jeune et jolie clientèle que tu me ramènes là !Je me retournais vers Elleira qui se tenait auprès de moi, et lui adressais un sourire qui se voulut rassurant, tandis que ma main se posait sur son épaule.- Edmond, je te présente Elleira, ma première sortcelière. Elleira, voici Edmond, qui fait sûrement les meilleurs vins chauds de Tingapour ! Fis-je, en glissant quelques pièces sur le comptoir, lui faisant comprendre ma commande. Il me regarda avec un sourire flatté, avant de poser le regard sur l'intéressée.- Enchanté, demoiselle Elleira. Je vous souhaite bien du courage avec madame Van Eersel.Je lui lançais un regard menaçant à ses derniers mots, mais ce faux air de reproche était aisément trahi par le sourire en coin que mes lèvres arboraient.Edmond partit d'un rire à ma mine, avant de poser deux grands vers de vin chaud sur le comptoir, avant de s'éclipser en adressant un clin d'oeil à Elleira.


Spoiler:
 

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elleira E'l Alters
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 86
Age : 19
Localisation : Everywhere my thoughts remained
Amour : Aucun.
Race : Humaine
Date d'inscription : 12/02/2013

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Un coup dans l'nez ? [Pv]   Lun 16 Déc - 18:00

- Edmond, je te présente Elleira, ma première sortcelière. Elleira, voici Edmond, qui fait sûrement les meilleurs vins chauds de Tingapour !

- Enchanté, demoiselle Elleira. Je vous souhaite bien du courage avec madame Van Eersel. Termina le fameux barman, en m’adressant un clin d’œil puis en retournant à ses occupations.
Nikky fit une grimace menaçante, mais son sourire maitrisé montrait qu’elle plaisantait.
La noctambule s’installa confortablement sur un des sièges du comptoir et Edmond revint, posant entre nous deux grands verres de vin chaud, dont le parfum sucré me réchauffa agréablement les narines, et repartit tranquillement.
Mes lèvres s’étirèrent en un sourire, et je sentis pour une fois mon cœur allégé et libre d’un quelconque poids qui enserrait ma conscience. Pour la première fois depuis longtemps, mon passé restait dans les brumes du temps, et ne m’importunait pas.
Alors que je prenais ma boisson, un éclat de rire éclata derrière moi et je me souvins que la taverne où la Haut-Mage venait de m’amener était une des plus connues des environs.
Et la bonne humeur, toujours au rendez-vous. C’était étrange qu’auparavant je n’aie pas eu vent de ce petit bijou d’ambiance… Peut-être les Dieux d’Autremonde avaient décidé de mon destin autrement…
Presque par automatisme, je portais le verre à mes lèvres et avalait le liquide chaud, tout en me remémorant notre parcours.

Ma nouvelle tutrice et moi étions enfin sortie de la bibliothèque d’Omois, ne cessant pas pour le moins du monde de jacasser, au grand dam des travailleurs assidus des archives, qui étaient retournés dans un silence acceptable non sans un grand soulagement.
Nous nous étions ensuite mêlées à la foule compacte des scorceliers de l’Empire, venant pour la plupart d’entre eux de tous les continents de la planète magique, et qui éclataient de milles couleurs flamboyantes.
Parfois, la rumeur de la rue nous empêchait d’échanger, créant de petits instants de silence entre nous, mais qui, je le savais, étaient pleins de sens possibles.
Nikky m’avait notamment interrogé sur des questions banales mais concrètes que l’on fait d’habitude entre nouvelles connaissances : quel âge as-tu, etc…
Cela ne m’avait pas ennuyé, au contraire j’aimais la façon dont elle présentait les choses : prendre son temps, ne pas aborder les sujets brûlants trop tôt…
Elle était en même temps forte, douce et très stricte. J’admirais les personnes qui avaient ce type de caractère…
Arrivée dans une rue paisible de Tingapour, la vampyre m’avait ensuite fait entrer dans ce bar chaleureux et venait donc de me présenter au patron, nommé Edmond et qui apparemment la connaissait depuis un bout de temps.
C’était finalement dans ce petit commerce que nous allions enfin pouvoir nous dévoiler…

Avec un soupir de satisfaction, je reposais la grande choppe sur le comptoir, à moitié vide.
Eclipse, posé en équilibre sur un petit perchoir spécialement préparé, commençait d’ailleurs une nouvelle fois à piquer du bec. Il était vrai que ces derniers jours je ne nous avais pas laissé de repos, obsédée par le mystère de l’objet qui pendait à mon cou…
Mes yeux noisette décidèrent de se focaliser sur mon interlocutrice, qui semblait me laisser le choix de prendre la parole.

Me mettant à l’aise à mon tour –un bras appuyé sur le bois poli du meuble et mon corps adossé contre le comptoir- je me mis à évoquer une piste de conversation :

-Hum… Bon. A présent que nous nous sommes remises de nos émotions...ça vous dirait de me raconter votre histoire, maintenant?

D’accord, c’était très direct comme question, mais il fallait bien un jour commencer par quelque chose… Et puis, je n'avais pas envie de tourner autour du pot pendant trois heures non plus...
J’essayais de déchiffrer les sombres iris de Nikky, tout en reprenant mon verre.




(Excuses-moi à mon tour pour la lenteur de la réponse, mais j'ai été débordée ces deux mois derniers! x)
Voilà un beau pavé pour toi *-*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikky Van Eersel
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 168
Age : 23
Amour : Il est mort et depuis mon coeur est fermé.
Race : Vampyre
Date d'inscription : 11/07/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Un coup dans l'nez ? [Pv]   Mer 24 Déc - 15:13

Je regardais un instant autour de moi, mon regard parcourant toute la salle. J'étais toujours bien heureuse de revoir Edmond, mais il y avait d'autres habitués de la taverne qui ne seraient pas franchement heureux de voir mes crocs se balader dans le coin... Entre certains à qui j'avais dû avoir affaire pour soutirer quelques informations, et d'autres dont j'avais pu repousser un jour les avances qui m'avaient été lancées souvent dans une haleine pleine d'alcool. Certains hommes savaient qu'on ne se frottaient pas à moi si aisément; d'autres bien plus inconscients osaient parfois tenter le diable... sans succès. Enfin, lorsque j'étais seule ou bien accompagnée - je suis de ces créatures qui sont solitaires, mais il m'arrive parfois d'être au minimum sociable et de payer un coup à mes brigadiers les plus fidèles !  - cela ne me gênaient pas de régler quelques affaires, bien sûr en  sortant de la taverne pour ne pas avoir à subir le courroux d'Edmond. Au contraire, il était bien heureux que je lui débarrasse des fauteurs de trouble.
Mais aujourd'hui, il aurait été fâcheux que ma première sortcelière soit impliquée dans un quelconque règlement de comptes. Mon premier coup d'oeil sur la salle ne me permit pas de repérer de visage qui ne puisse m'inquiéter, mais je devais tout de même rester sur mes gardes. La voix de ma première sortcelière s'éleva dans la taverne, me tirant de mes réflexions.

-Hum… Bon. A présent que nous nous sommes remises de nos émotions...ça vous dirait de me raconter votre histoire, maintenant?

Mon regard se posa sur elle, et je bus une gorgée de vin chaud avant de lui esquisser un sourire.

- Hé bien ! voilà une question qui a le mérite d'être directe.

Je lui sous-entendais par là qu'elle était fort curieuse, mais cela ne me gênait pas. Je l'avais toujours été également, même parfois un peu trop. Il pouvait s'avérer que la curiosité était bien plus qualité que défaut; et puis, il était normal qu'elle s'intéresse à mon parcours. J'allais juste devoir omettre quelques détails, qu'il ne valait mieux pas qu'elle sache. Du moins, pas pour le moment.

- Mes tous débuts de carrière ont commencé en Krasalvie, où j'ai été formée en tant que guerrière. J'ai été très vite sélectionnée pour faire partie des brigades noires.

Je bus une gorgée, et affichais un sourire empreint de fierté.

- Mon père était chef des brigades. Je ne lui ai pas directement succédé, mais j'ai fini par grimper les échelons jusqu'à avoir mon poste. J'ai surtout travaillé sur Terre, me concentrant sur la chasse de BSH planqués parmi les nonsos. Je suis revenue sur Autremonde lorsque j'ai été appelée pour former la jeunesse quand les sangraves ont pris les rênes. Résultat, je suis Haut-Mage tout neuf avec une première sortcelière toute neuve. Voilà mon histoire en bref. Je lui adressais un clin d'oeil.

Oui, mes parents n'avaient pas vécu assez longtemps pour me voir progresser dans le monde des brigades. Ils ne m'avaient connue que jeune et vivant tranquillement chez les nonsos.
Je finissais mon verre, et poussais un soupir avant de reposer mon regard sur Elleira.

- Mais j'imagine que ce n'est pas ma formation qui t"intéresse le plus...

Je me doutais bien que ma première sortcelière était restée sur le fait que j'avais connu quelqu'un de sa famille. Aurel. Ah, Aurel. Je n'allais pas lui donner les détails, mais elle avait le droit d'en savoir un peu plus, surtout qu'elle avait perdu toute sa famille.

- J'ai passé une bonne partie de ma vie en Roumanie, où j'ai rencontré Aurel. Nous étions.. très proches. On était là l'un pour l'autre.

Même si je l'avais voulu, je n'avais pas le courage de m'étaler sur ma vie sentimentale avec Aurel. Cela avait beau faire longtemps, j'avais encore du mal à revenir sur le sujet. Mon regard se posa ailleurs, alors que quelques souvenirs me revenaient. Il avait été tout pour moi.

- Je n'ai pas eu la chance de bien connaître tes parents, mais ton oncle était formidable.

Je me retournais vers elle, et affichais un sourire las, trahissant ces longues années sans résultats.

- Je cherche encore celle qui l'a tuée. Je sais qui elle est. Mais impossible de mettre la main dessus.

Edmond, qui passait par là, entendit ma dernière phrase. Je m'étais déjà confiée à lui, et il m'amena un nouveau verre de vin chaud, m'adressant un clin d'oeil. Je lui rendis un sourire chaleureux. Il en profita pour en laisser un à Elleira.

(HRP: désolée c'est pas très long mais manque d'inspi et temps ! ^^')

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [A.C] Un coup dans l'nez ? [Pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[A.C] Un coup dans l'nez ? [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vous pouvez pas me taper, j’ai des lunettes. || SKYLER
» Révélation... (terminé)
» Mieux qu'une fontaine d'appartement (19.12.10 à 15h32)
» [RP - Combat - Drame] Au secours {Votre pseudo ici}, vous êtes mon seul espoir.
» « J'ai mis les doigts dans la prise. J'ai eu un coup de foudre pour l'adrénaline. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Empire d'Omois :: Tingapour-