AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Lun 5 Mai - 22:07

Il faisait de plus en plus sombre. Ils devaient encore être à une ou deux heures, comme prévu. Mes armes étaient prêtes, mon gantelet réglé au millimètre, il ne me restait qu'à décider ce que j'allais utiliser. Si nous restions sur l'approche discrète, il serait sans doute judicieux de choisir les flèchettes anésthésiantes. Ce mélange spécial, concocté par l'un des meilleurs alchimistes de Travia (pour savoir si un alchimiste était bon, c'était simple : il était entier à 45 ans), était capable de paralyser n'importe qui en l'espace d'une seconde. Virtuellement, selon les sciences terriennes, c'était impossible, quoique les films en disent, mais sur Autremonde, on avait la magie. Et bons Dieux que c'était pratique.

*Ne serait-ce que scénaristiquement, ça arrange quand bien l'auteur.*

*Eh ?*

*Rien rien.*


… Bon, passons.
Nox volait toujours à haute altitude, mais ne voyait rien d'autre pour l'instant que la forêt qui se profilait à perte de vue. En même temps, c'était un corbeau, pas un oiseau de proie.
Alka'lyhn m'arrêta soudain, et renifla.

-Attends, l'odeur devient de plus en plus forte, comme si nous gagnions du terrain sur eux... Ou qu'ils venaient de s'arrêter quelque part. C'est vraiment très léger, je ne sais pas si tu le sens, nous sommes sans doute encore trop loin. Mais je pense que nous n'allons pas tarder à avoir une surprise.

Je reniflai également. Elle avait raison, l'odeur s'était accentuée. Mais c'était sans doute un peu tôt pour tirer des conclusions. D'autant qu'il ne devait pas y avoir beaucoup d'endroits où s'arrêter dans le coin, et ils n'avaient pas le nécessaire pour camper la dernière fois que je les avais vu. J'allais en faire part à ma cousine, quand celle-ci activa une boule de cristal, qui afficha alors ce qui semblait être une carte des environs.

Effectivement, j'aurais peut-être pu y penser plus tôt en fabriquant mon gantelet. C'était bien beau toutes ces armes, mais un GPS, c'était quand même vachement utile aussi. Il faudrait que j'y pense la prochaine fois que je serais à mon atelier tiens. Programmer ce genre de truc pour l'installer sur ma boule de cristal ne devait pas être trop compliqué à faire. Et non, il était hors de question que j'en achète un. Si c'était pour que quelqu'un puisse me tracer à distance, non merci. Rien ne valait le fait maison.

- L'Auberge du Lutin Joyeusement Démembré, ça te dit quelque chose ?

- Pas vraiment.


- Ma boule m'indique qu'elle se trouve à quelques tatrols d'ici, pile dans la direction où nous allons. Que penses-tu d'une...inspection surprise ?


Je vis dans ses yeux qu'elle mourait d'envie de se lancer dans l'action. Et je me voyais mal la lui refuser, après tout, c'était pour ça que nous étions là, non ? Moi-même de mon côté, je sentis mon instinct de prédateur se réveiller. Notre envie de sang était presque palpable, même si je doutais fort qu'elle soit du genre à le boire comme moi, mais il ne fallait pas se précipiter. Il fallait se rendre là-bas, examiner la situation, et agir en conséquence. Surtout si ça pouvait éviter des victimes innocentes. Je n'étais pas sûr, en tant qu'elfe, qu'elle fasse réellement attention aux dommages collatéraux, mais moi si. Une mort inutile était un échec. Alors ne faisons rien de stupide, et allons-y tranquillement pour commencer.

- Je suis d'accord. Mais ne nous précipitons pas, on va là-bas, et on avise.

En même temps, si c'était dans la direction initiale, aucune raison de ne pas y aller. Au pire, nous n'étions pas si loin d'eux, on pourrait même s'y arrêter pour manger... Quoi qu'avec un nom pareil, cette taverne n'était peut-être pas de la meilleure qualité. Faut pas croire, ce n'était pas parce que nous étions sur Autremonde que les gourbis n'existaient pas, même si on était loin d'un truc de fantasy. Nox accéléra le mouvement, afin d'avoir une vue d'ensemble à l'avance.

Bon, si nous étions à l'intérieur, les fléchettes paralysantes n'étaient plus une bonne idée. Il valait mieux préparer les bombes fumigènes, mais vraiment si la situation l'exigeait. Encore que, les bolas pourraient se révéler utiles, et surtout moins préjudiciable pour nous. Je verrais bien. Mes arguments principaux allaient surement être mon tomahawk et mes dagues de lancer dans le cas de toute façon. L'arbalète ? Trop encombrante à courte portée, la baïonette n'était là qu'au cas où. L'épée ? Pas assez maniable en intérieur. Non, une arme légère était sans doute le meilleur choix possible.

Je changeai également mes vêtements, en rajoutant des manches à mon manteau qui se rallongea, ainsi qu'une capuche. Le treillis passa du camouflage noir au bleu foncé, et se resserra légèrement pour paraître moins épais, tandis que mes bottes se teignaient de brun. Ils n'avaient sans doute pas retenu mon visage, mais des vêtements étaient toujours plus faciles à garder en tête. Je sentis le regard d'Alka'lyhn sur moi.

- Tu ferais bien de faire de même, tu as l'air un peu trop officielle.

La nuit tomba, mais nous fûmes rapidement à proximité de la taverne. Mince, elle était vraiment coupée de tout. Idéale pour n'importe quel hors-la-loi, donc. L'endroit devait être rempli d'un paquet de gens encore moins fréquentable qu'Har'kaïn. Ça n'existait pas, mais c'était pour l'image. Donc tous susceptibles de se retourner contre nous. Hmm... Je ne doutais pas de nos talents guerriers, mais s'il fallait tous les affronter dans un espace réduit, ça n'allait pas être évident. Il valait mieux faire profil bas pour l'instant.

- On entre, et on les trouve. Pour le reste... On improvisera.

Je mis ma capuche sur ma tête. J'avais bien dit qu'ils n'avaient « sans doute pas » retenu ma tête, ça ne voulait pas dire qu'ils ne l'avaient pas fait du tout.
L'intérieur était aussi crade que je l'avais imaginé. Mais aussi plus grand. Tout était construit en profondeur, en carré, sur plusieurs étages, avec un grand vide de plusieurs dizaines de mètres au milieu et des mezzanines autour. Je jetai un œil par dessus la balustrade. Wow, c'était sale, mais impressionnant. Et le sol tout en bas... On aurait dit une arène. Pour quoi ? Ou pour qui ? Je n'étais pas vraiment sur de vouloir savoir.

- Ca va être moins évident que ce que je pensais. Mais ils sont entré ici, et un troll ne peut pas se cacher très longtemps. Commençons par prendre une table.


Pourquoi faire ? Bin pour avoir l'air de clients normaux, bande de sacs. On avait beau être dans un bouge de brigands, si on y entrait, c'était pour boire. Et règle numéro 1 d'une taverne, si tu y entrais mais que tu n'y prenais rien, c'était donc que tu y cherchais des ennuis. Quoi qu'on pouvait boire ET chercher les ennuis, mais ce n'était pas obligatoire.

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Mar 6 Mai - 14:42

-Je suis d'accord. Mais ne nous précipitons pas, on va là-bas et on avise.

Il croyait quoi, qu'elle allait entrer en hurlant et bavant comme une psychopathe assoiffée de sang, tirant/décapitant/poignardant/démembrant/etc... tout ce qui bougeait ?

*Bah...*


*Sans commentaire.*


OK. Les elfes n'étaient pas réputés pour leur sang-froid.
Ils avaient plutôt le sang chaud.
Dans tous les sens du terme.
Mais on n'allait pas commencer à rentrer dans ce genre de détails, parce que là même du Pégi18 ne serait pas suffisant.
Et arrêtez de penser à ça, bande de dégoûtant. 
C'était une référence aux tortures...exotiques et "raffinées" que les elfes adorent employer.
Aaah mais vous pensiez à ça ?
Bande de sadiques.


*Maalën, ma voix-off commence à dire des choses étranges dans ma tête.*


*Pas mon problème. Et te plains pas, j'en connais qui ont des voix-off schyzofrènes.*


*...*


*Toi aussi ?*


*J'avoue que j'ai un doute.*


Bref. 
Après cette discussion très...intéressante, la jeune elfe reporta son attention sur son cousin.
Des battements d'ailes qui s'éloignaient progressivement lui firent comprendre que Nox venait de partir en éclaireur.
Tant mieux, comme ça ils seraient au courant si jamais "on" leur tendait un piège.
Mais du coup ce ne serait plus un piège.
Dommage.
Enfin ça dépend pour qui.


Alka'lyhn observa Revan, qui était en train de s'observer sous toutes les coutures, semblant réfléchir intensément, et triturant ses armes.
A présent ses vêtements étaient allongés, la grande majorité de son arsenal de guerre camouflé, et il avait même ajouté un capuchon à son costume.
Bon choix.


Il se tourna vers elle, et elle était prête à parier qu'il allait lui demander de...


-Tu ferais bien de faire de même, tu as l'air un peu trop officielle.


...faire la même chose. Gagné !
Elle hocha la tête et incanta, se retrouva vêtue d'une sorte de chemisier blanc qui dénudait ses fines épaules, et d'un short brun. 
Ses très nombreux poignards étaient accrochés tout autour de sa ceinture, mais rendus invisibles par un sort.
L'arc aussi avait reçu sa part, car celui des Elites était fabriqué dans un métal spécial, et facilement reconnaissable. Il avait à présent l'apparence d'un "banal" arc de bois.
Un minimum travaillé.
Et bien tendu.
La jeune femme avait à présent l'air d'une inoffensive petite elfe. 
Pour autant qu'on puisse qualifier un elfe d'inoffensif.
Heureusement que son visage juvénile de poupée de porcelaine y aidait.

Ils se remirent en route, et la nuit tombait au moment où ils arrivèrent à la taverne.
Qui était au milieu d'un coin bien paumé.
On a pas idée de coller une auberge au milieu d'un trou perdu ? C'est comme si on collait une baignoire dans un campement de trolls. C'est joli, mais il n'y en a pas un qui se risque à l'utiliser.
Mais peut-être que les draco-tyrannosaures allaient pendre un verre ici de temps en temps ?

D'après la tête que fit Revan lorsqu'il ouvrit la porte, la tache n'allait pas être aisée.
Il s'adressa à elle d'un air prudent.

-On entre, et on les trouve. Pour le reste...On improvisera.


-Ca marche.


Elle le vit mettre sa capuche avant d'entrer. Mmh, elle avait oublié d'en mettre une sur son costume... Mais elle avait bien mieux. 
Avant d'entrer à son tour, elle serra les poings et plia-déplia ses majeurs.
Et interdit à Maalën de l'accompagner. 
Pas la peine de déclencher une vague de panique.
Quoi que là ça aurait pu relever du tsunami.
Elle entra après son cousin.



Fiouuuu ça puait là-dedans ! Les elfes avaient un nez très sensible, et là, celui de la jeune femme était mis à rude épreuve.
Est-ce que le terme "nettoyer" n'était jamais venu à l'esprit de l'un des gens de cet endroit ?
Par contre, c'était très grand. Cela lui rappelait un peu l'un des centres d'entraînement qu'il y avait en province à Selenda. Surtout l'arène en fait.
Les taverniers offraient-ils des combats en spectacle ? Chic !


-Ca va être moins évident que ce que je pensais. Mais il sont entrés ici, et un troll ne peut pas se cacher très longtemps. Commençons par prendre une table.

Alka'lyhn ressentit soudain une étrange envie de rire. Elle se retint car, d'une part cela aurait attiré l'attention sur eux, et d'une autre autre cela aurait sûrement vexé le jeune homme.
Elle aurait peut-être du le prévenir, parce que là, il y avait un tatris qui regardait Revan d'un air bizarre.
La jeune elfe se racla la gorge, et s'approcha de son cousin pour lui parler dans l'oreille.

-Euh... J'aurais sûrement du te prévenir avant mais euh... Retourne-toi s'il te plait. 


Elle réfléchit pendant deux secondes.


-En fait non, fais comme si de rien n'était. Mais je te précise juste que j'ai activé mon gadget, donc je suis invisible pour le moment. Ce qui explique pourquoi le tatris sur ta gauche à la tête de quelqu'un  qui vient de voir un malade mental. 


Elle observa le-dit tatris qui plissait à présent les yeux d'un air soupçonneux.


-Je peux m'en charger ? Promis ça fera pas de bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Mar 6 Mai - 17:44

-Euh... J'aurais sûrement du te prévenir avant mais euh... Retourne-toi s'il te plait... En fait non, fais comme si de rien n'était. Mais je te précise juste que j'ai activé mon gadget, donc je suis invisible pour le moment. Ce qui explique pourquoi le tatris sur ta gauche à la tête de quelqu'un qui vient de voir un malade mental. 

Qu'est-ce que... quoi ? Mais... Oui, elle aurait pu me le dire avant, qu'elle comptait faire ça ! Bon sang... Bon, essayons d'improviser, comme je l'avais dit. Après tout, ce n'était pas non plus trop grave. Quoique si ce tatris se posait trop de question, j'allais finir par avoir des ennuis un peu plus rapidement que prévu. Je tournai la tête vers lui. Ou vers eux. Ou je ne sais pas, cette race est chiante quand il s'agit de caser le bon pronom. Bref, l'une des têtes me regardait effectivement comme si j'étais pas net. Ce qui était le cas, sauf que je ne voulais pas que ça se voit.

-Je peux m'en charger ? Promis ça fera pas de bruit.

Je failli lever les yeux au ciel, avant de me rappeler que l'autre me fixait toujours, l'air suspicieux. On allait pas commettre un meurtre à peine entrés quand même. Non, des types bizarres, ce n'était pas ça qui manquait ici, il suffisait de se fondre un peu dans le décor. Je haussai un sourcil, et adressai un mouvement de tête au tatris tout en disant, armes bien en vue, mimant un léger tic facial :

- Quoi ? Y a un problème ? T'as jamais vu un hybride de ta vie ?

Il se détourna, visiblement appeuré. Bien, maintenant si je parlais tout seul, ce n'était pas trop grave, vu que je passais déjà pour quelqu'un pas bien dans sa tête. Ce que je n'étais pas (ou que j'étais, selon les points de vue, avec un double maléfique c'est compliqué), mais tant mieux. Pour peu qu'il fasse courir qu'il valait mieux ne pas m'approcher, personne ne viendrait me casser les noix, et en plus ça m'offrait une petite couverture. J'étais fier de moi pour le coup. Bon, une table disions nous.

*Nox, fais passer à Maarën qui fera passer à Alka'lyhn : on évite si possible les victimes innocentes.*

Une vieille technique du travail en équipe : les familiers qui faisaient office de messagers télépathiques. Etant donné qu'ils pouvaient discuter entre eux, un membre pouvait envoyer un message au sien, pour qu'il le fasse passer aux autres. Evidemment, ça nécessitait que chacun ait un familier, et que ceux-ci restent à distance, mais c'était franchement utile de pouvoir discuter sans même utiliser de boule de cristal. Et oui, je sais, si ça se trouve ce n'était pas quelqu'un d'innocent du tout, et vu l'endroit je serais tenté de vous donner raison. Mais merde quoi, on ne tuait pas quelqu'un parce qu'il était possiblement un tueur psychopathe !

Oui bon, dit comme ça évidem- oh et puis mince. Tout le monde sur Autremonde est potentiellement dangereux, vous voulez qu'on fasse quoi, qu'on tue tout le monde ? Ca résoudrait le problème de la surpopulation, lequel n'existe pas ici d'ailleurs. Bref.

Je pris une table, en assumant que la cousine se trouvait dans le coin. Une serveuse, qui visiblement devait avoir l'habitude des poivrots trop entreprenants, esquiva les mains baladeuses pour arriver jusqu'à moi. Je commandai un bière, même si je n'avais pas l'intention de la boire, c'était pour avoir l'air d'un client lambda. Ces derniers temps, moi et la bibine, ce n'était pas trop le grand amour, et puis je devais garder l'esprit le plus clair possible.

- Finalement, ça tombe bien que tu sois invisible. Essaye de te balader entre les tables, pour voir si tu peux trouver des infos.

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Mer 7 Mai - 14:30

-Quoi ? Y'a un problème ? T'as jamais vu un hybride de ta vie ?

Ah oui, se faire passer pour malade mental était également une option envisageable. Mais c'était quand même beaucoup plus pratique de choisir une version plus expéditive. Ce qu'il y a de bien avec les morts, c'est qu'ils ne parlent pas beaucoup.
Enfin en principe.
Oui, parce que sur AutreMonde il y a les zombis, véritables cadavres ambulants, et puis il y a la magie : on pouvait convoquer les mânes/fantômes des morts (dans certaines circonstances, ce n'était pas à la portée de n'importe qui) afin de les interroger sur certaines choses.
Mais ça, en principe ça ne fonctionnait pas avec toutes les espèces.
Les Tatris pouvaient-ils invoquer les mânes de leurs défunts ?

Bon, pour l'instant ce n'était pas la question, vu que Revan avait réussi à intimider l'enquiquineur au point que ce dernier avait détourné la...les...ses têtes, son teint n'ayant rien à envier à un Vampyr. 

Le jeune homme reprit sa marche, et Alka'lyhn le suivit en faisant attention à ne heurter personne.

*J'ai un message pour toi, 'parait que faut éviter les victimes innocentes. Si possible.* 

*Ah oui, c'est vrai que nous sommes dans une auberge remplie de gens fort respectables...*


*Moi je n'en sais rien, vu que je suis dehors.*


*Crois-moi, cela vaut mieux. Il n'y a rien d'intéressant pour toi ici, et tu te serais faite marcher sur les pattes un bon nombre de fois. Donc vaut mieux que tu restes à l'extérieur.*


*Mouais. En tout cas j'espère que tu ne comptes pas déclencher de nouvelle guerre mondiale dans l'auberge.*


*Je vais essayer mais je ne promets rien.*


Elle se re-concentra sur ce qui l'entourait. S'agissait de pas toucher de personnes, si possible. Histoire de pas devoir choisir entre l'arc et le poignard pour faire taire.
 
La jeune elfe regardait Revan, qui venait de s'installer à une table vide. Elle prit la place juste à côté, faisant légèrement -et délibérément- grincer la chaise pour informer son cousin qu'elle était juste à côté.


Une serveuse arriva, puis repartit chercher la bière commandée. Alka'lyhn aurait bien demandé un truc pour elle, mais ça aurait été suspect que Revan commande deux boissons... Ou l'aurait fait passer pour un alcoolo de première. 
Et en plus elle ne pouvait pas boire sans retirer le blason qui la rendait invisible. Mais bon, la partie "je bois comme un trou sans fond -ce qui fait fichtrement beaucoup-" attendrait une prochaine occasion, parce que là ce n'était pas l'endroit pour boire jusqu'à perdre raison. Surtout que les elfes tenaient hyper bien à l'alcool, alors à moins que le tavernier ait des habitués, et donc des alcools elfiques en réserve, Alka'lyhn aurait vidé la réserve avant d'être soûle. Paf forcément une bonne chose.


-Finalement, ça tombe bien que tu sois invisible. Essaye de te balader entre les tables, pour voir si tu peux trouver des infos.


Il avait parlé tellement bas, caché en partie par ses mains, qu'elle n'aurait rien entendu si son ouïe n'avait pas été aussi performante.
Vive les elfes.


-A vos ordres chef ! Et message reçu : ne pas tuer tout ce qui bouge.


Ne pas tuer. Parce qu'il n'avait rien dit sur le côté "faire mal et laisser en vie".
Et puis, va demander à une elfe guerrière de ne pas se battre.
C'est comme -tenter de- convaincre un vampyr de ne pas boire de sang.
Pas simple.
Et douloureux.


Elle se leva donc, faisant de nouveau légèrement grincer la chaise afin de préve,ir Revan qu'elle n'était plus là.
Parce que pour le coup, il parlerait vraiment dans le vide sinon.


Après avoir jeté un coup d’œil autour d'eux, elle se faufila entre deux edrakins qui discutaient sur le prix de vente des spatchounes, et implicitement sur la vente illégale. 
Elle leva les yeux au ciel.
Alors ça c'était du méchant pur et dur. 
La revente illicite de poulet... Et puis quoi encore ? 


Quelques tables plus loin, elle aperçut un groupe d'elfes, composés de deux blancs, d'un noir, d'un bleu et de trois violets.
Et elle en connaissait au moins un.
Hum.


*Oui ?*


*Fait passer à Revan, par l'intermédiaire de Nox, qu'une joyeuse bande d'elfes est dans le coin. Et que certains ont autant de tolérance envers les hybrides que notre E'rée la Violette. Et qu'ils se dirigent dans sa direction.*


Elle surveilla la bande du coin de l'oeil, tout en allant un peu plus loin.
Une grimace déforma son visage.
Elle venait de trouver ceux qu'ils recherchaient.
Faut dire que voyager avec un troll, c'est pas très discret.

*Dis-lui aussi que j'ai trouvé ceux que nous cherchions, ils sont à l'étage, sur la mezzanine de gauche un peu au-dessus de toi . Par contre je vais devoir désactiver mon gadget, il commence à y avoir trop de monde. Je reviens dans un instant.*


Elle avait beau être très fine et extrêmement agile, elle lança un juron muet en se faisant heurter par un orc, bousculant un nain qui en fit tomber sa bière.
Ce dernier, trempé et furieux, plissa les yeux et regarda l'orc avant de mettre une main sur sa hache.
Et de sortir son arme fatale.


-Le vaillant clan des Enclumiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir
En guerre parti pour reteniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir
L'ennemi qui aux portes des montaaaagnes
Croyait gagner de nouvelles campaaaagnes
Mais grâce à Ricnor le Fougueuuuuuuuuuuux
Métaux et pierres furent mis au feuuuuuuux
Marteaux et haches sortirent de foooooorge
Pour prendre l'ennemi à la goooooooooorge


Alors là, pour une diversion, elle avait eu une belle diversion. Le spectacle du nain en train de hurl...de chanter tout en tapant joyeusement sur le crâne de l'orc avec le plat de sa hache était tellement...intéressant que personne ne fit attention au fait qu'une jolie jeune elfe venait juste d'apparaître derrière une colonne.


L'elfe en question joua des coudes et retourna auprès de Revan, qui était en train de...discuter gentiment avec la bande d'elfes de tout à l'heure.


Elle arriva mine de rien, lissant son fin chemisier blanc qui dénudait ses épaules.


-T'elril ! elle avait presque ronronné en prononçant le nom de l'elfe violet, qui s'était retourné, une lueur de prédateur dans le regard. 


-Alka'lyhn. Cela fait un bout de temps que je n'avais pas eu le plaisir de te revoir.


-Tu me connais, comme le vent, toujours en vadrouille quelque part.


-A ce propos, faudra qu'on se fasse une partie de chasse un jour, rien que toi et moi...


Il s'était rapproché et la détaillait avec convoitise. Elle avait bien relevé le sous-entendu dans la voix de l'elfe. Elle gardant son ton enjôleur.


-Mais avec plaisir !


S'il tentait le moindre truc sans son accord...Il allait comprendre sa douleur. 
Pour l'instant il avait de la chance que Revan ait dit "pas de victimes innocentes".
Innocentes ?
Aaaah mais ça changeait tout ! Parce que là, il avait l'air tout sauf innocent, l'elfe violet qui se trouvait en face d'elle.


-Par contre, je peux savoir ce que toi et ta bande d'amis faites avec mon jouet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Jeu 8 Mai - 0:34

-A vos ordres chef ! Et message reçu : ne pas tuer tout ce qui bouge.

Bien, c'était toujours ça de moins sur les bras. Si le Syndicat était mêlé à tout ça, nous n'avions vraiment pas besoin de rendre les choses plus difficiles qu'elles ne l'étaient déjà. J'entendis la chaise à côté de moi grincer, sans raison visible. Bon, elle était partie. J'en profitai pour me détendre un peu, en m'appuyant contre le mur derrière moi et en posant mes bottes sur la table. Les bras croisés, je fis le point sur ma journée, qui s'était avérée plus intéressante que prévu. J'avais rencontré une cousine, découvert une histoire de corruption, et on allait sans doute se friter un peu avec une organisation criminelle. J'avais pas perdu mon temps ! Bon, le tout était saupoudré d'une bonne dose de danger et de risque, mais que voulez-vous, on se refaisait pas. Et puis il fallait bien que je mérite un peu ma paie.

J'écoutais également les conversations tout autour. Si j'avais su, j'aurais pris un enregistreur, un taludi, une caméra, n'importe quoi, mais un truc qui m'aurait permi d'enregistrer toutes ces preuves. Il y avait dans cette taverne suffisament d'éléments pour faire arrêter la moitié du pays, minimum. Ce qui était étrange, d'ailleurs. Comment un tel endroit pouvait passer inaperçu ? Il ne devait pourtant pas être inconnu, vu la population. Quelqu'un devait sans doute le couvrir. De la corruption, encore. Elle était décidément partout, de nos jours. Quoi qu'il en fut, nous devions nous méfier. N'importe qui ici était un suspect.

*Message d'Alka'lyhn : elfes à l'horizon. Probabilité qu'ils viennent t'emmerder : forte.*

Oh non... Une journée qui se finissait si bien, et non, il fallait que mon karma vienne me casser les noix encore un peu avant le souper. Je me redressai sur ma chaise, passablement irrité. Ils ne pouvaient pas me laisser tranquille, sans déconner ? Juste se contenter de me mépriser et me regarder de haut, comme les vampyrs ? Bin non, évidemment, c'était des elfes, je m'attendais à quoi ? Et il y avait des violets en plus. Encore plus stupides que la moyenne. La moyenne des mangeurs de boues.

*Et elle a trouvé l'objectif, mezzanine gauche, au dessus de toi. Elle reviens vite.*

Je jetai un coup d'oeil rapide. Je voyais l'étage, mais de ma position, impossible de les voir eux. Tant pis, j'aviserai plus tard, là j'allais devoir m'occuper de la bande de débiles qui s'approchaient. Mais c'est qu'ils étaient courageux dites-moi, à sept contre un hybride ! Bon, stratégiquement, c'était imparable, mais alors niveau contenu dans le pantalon, ça se posait là. Celui qui devait être le chef (sans doute pas le plus intelligent, il faut pas rêver) s'avança, l'air goguenard.

- Regardez ce qu'on a là, les filles ! Alors l'hybride, t'es perdu ?

Au passage, il renversa ma bière "par accident". L'hybride, le bâtard, l'impur, le monstre... J'y avais eu droit depuis ma naissance, et à tous. Aucun changement de registre, rien, les insultes ne tournaient qu'autour de ça. Ils auraient pu me traiter d'assassin, de rabat-joie, ou d'un tas d'autres choses ! Des défauts j'en avais, c'était pas dur d'en choisir un, merde ! Il fallait croire que si. Ou que les elfes violets étaient tous complètement stupides, mais ça, c'était un avis personnel. Du coup, ils m'insultaient moi, ou ma mère, parce que nous étions... nés. On parle souvent de la bêtise humaine, mais la bêtise elfique, c'est balèze aussi. N peu plus loin, du tapage commença à s'élever, mais ils n'y firent pas attention. Chiotte.

- Nan, je bois juste un coup. Et si tu veux éviter que je t'en mette, casse-toi.

Alors certes, ce n'était pas forcément la réponse la plus intelligente que je pouvais sortir, ni la plus raisonnable... Mais je vais vous poser une question. Un gros débile, quand vous essayez de lui dire que son comportement est un peu trop belliqueux, et qu'il devrait se calmer, il fait quoi ? Bah il s'énerve, et/ou ne vous écoutera pas. Et bien là, c'était pareil. Ca ne servait à rien de raisonner un elfe violet, le seul langage qu'ils comprenaient, c'était la force. Laquelle allait plus que probablement se manifester par mon poing dans ses dents. Et oui, je suis d'accord, ça ne le fera pas changer d'avis sur les hybrides, au contraire, peut-être même qu'il les détestera encore plus... Mais vous voudriez quoi, que je fasse comme les héros des bouquins, en faisant en sorte que le méchant se repente et me demande pardon pour ses actes et paroles, et moi, grand chevalier que je suis, je lui accorde cette pitié, tout est bien qui fini bien ? On parle d'un elfe, les gens. Plus borné qu'un c*nnard de violet, je ne voyais que les Nains. Et encore, eux au moins avaient du respect pour les autres.
Ma réponse n'avait pas dû lui plaire, car je vis une veine apparaître au niveau de la tempe.

- Tu répètes un peu ça ? Comment ose...

-T'elril ! 


Ah ! Enfin un peu d'aide... Attendez ? Elle le connaissait ?

-Alka'lyhn. Cela fait un bout de temps que je n'avais pas eu le plaisir de te revoir.

-Tu me connais, comme le vent, toujours en vadrouille quelque part.

-A ce propos, faudra qu'on se fasse une partie de chasse un jour, rien que toi et moi...

-Mais avec plaisir !


Eeeet elle le connaissait. Ils avaient même l'air d'être amis... Ou pas. Parce que si T'elril semblait y croire à sa « partie de chasse », dont je me doutais qu'il ne s'agissait pas d'aller traquer du gibier dans les forêts de Selenda, la cousine avait dans son regard cet éclat meurtrier qui signifiait clairement qu'au moindre contact, sa tête risquait fort de se détacher du reste. Pas une grande perte, mais ça ferait un peu désordre. Et niveau discrétion, c'était pas le top non plus.

-Par contre, je peux savoir ce que toi et ta bande d'amis faites avec mon jouet ?

Non mais... Qu'elle se gêne pas surtout ! Son jouet, 'lui en ficherais moi. Je voulais bien comprendre que c'était pour m'aider qu'elle faisait ça, mais fallait pas qu'elle en profite non plus. Et puis leur faire comprendre que même seul, un hybride était dangereux, ça leur ferait une petite leçon qu'ils n'oublieraient pas de si tôt.

- Oh rien, on faisait juste comprendre au bâtard qu'il n'est pas le bienvenu ici. Mais tu le connais ?


Elle lui répondit, continuant la conversation à eux deux. Sinon j'étais juste là hein ? Enfin bon. Son attention s'étant entièrement reporté sur la jeune elfe, j'en profitai pour sortir une dague de lancer, et la faire tourner sur mon doigt d'un air nonchalant. Mine de rien, c'était une arme de sortie. Derrière, je vis certains membres de la bande afficher un air stressé, tant la tension était palpable. Maintenant, essayons de déstabiliser un peu le jeu.

- Alors cousine, tu me présente pas tes "amis" ?

Ça, c'était pour le "jouet". Je n'allais pas me laisser faire non plus. Certains visages commençaient à se décomposer non loin, après m'avoir entendu. Le couteau s'arrêta de tournoyer, la pointe entre mon index et mon pouce. Fini de rire, je n'étais pas là pour perdre du temps avec ces imbéciles. Comme la main du violet était posée sur la table, la lame se planta entre ses doigts, à un millimètre de sa paume.

- J'ai affronté les armées du monde entier. J'ai chassé des essaims de harpies pour le plaisir. J'ai envoyé des centaines d'elfes dans ton genre chez le chaman par paquets de cinq. Combien de temps tu crois pouvoir tenir contre moi ? Ma petite sœur te mangerait pour son petit déjeuner.


Pour appuyer ma dernière phrase, je me mis à sourire, pour dévoiler mes crocs allongés. Un air volontairement moqueur, pour le provoquer, et le forcer à m'attaquer. Pas très fin, mais vu la situation, ce n'était plus la peine.
D'abord stupéfait, il repris de sa contenance, et s'approcha, le visage presque aussi rouge qu'il était possible. Ses potes avaient déjà leurs mains posées sur leurs armes.

*Pour Alka'lyhn : on provoque la bagarre, et on profite du tumulte pour atteindre nos cibles.*

*T'as eu des meilleures stratégie.*

*Mais jamais elles n'ont été aussi plaisantes.*


- Tu me répètes ça ?!

- Tu dois vraiment avoir des problèmes d'audition. Moi mettre branlée à toi sans même dégainer !


[désolé, peu d'inspiration ^^" si t'as une suggestion, mp moi =)]

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Jeu 8 Mai - 20:24

-Oh rien, on faisait juste comprendre au bâtard qu'il n'était pas le bienvenu ici. Mais tu le connais ?


Pendant qu'elle attirait l'attention de T'elril, elle avait remarqué que Revan avait sorti une dague qu'il faisait tourner entre ses doigts. Pas mal. Elle ne voyait pas très bien, car étant face à l'elfe violet elle ne pouvait que lancer des regards en coin vers son cousin, mais vu les têtes que certains amis de T'elril affichaient, ces derniers n'étaient pas très rassurés.
Bande de poules mouillées. 
Et ça se dit elfe.
Tss...


-Alors cousine, tu me présentes pas tes "amis" ?


Rhooo OK elle avait un peu abusé avec le coup du "jouet", mais c'était pour le protéger. En sachant qu'Alka'lyhn comptait déjà s'amuser avec l'hybride, T'elril les aurait laissés tranquilles quasi sans faire d'histoire.
C'est Revan qui avait dit "pas de victimes innocentes" après tout.
Les règles du jeu venaient-elles de changer ?




Pour en revenir à la bande d'elfes juste devant, le ton de Revan avait l'air d'en avoir fait flipper trois ou quatre. 
Elle regarda son cousin, dont l'arme s'était stoppée net entre deux doigts.
Puis s'était fichée pile entre les doigts écartés que T'elril avait posé sur la table.
A un millimètre de la peau.


Et il enchaîna direct.


-J'ai affronté les armées du monde entier. J'ai chassé des essaims de harpies pour le plaisir. J'ai envoyé des centaines d'elfes dans ton genre chez le chaman par paquets de cinq. Combien de temps tu crois pouvoir tenir contre moi ? Ma petite soeur te mangerait pour son petit déjeuner.


Mmh m'uii dit comme ça, cela relevait de la déclaration de guerre.
Et en plus il souriait, ce c...cet a... Il souriait. 




Elle ne savait pas ce qu'il cherchait, mais si c'était de provoquer l'elfe... Ben il venait de gagner. La peau violette de T'elril venait de prendre un intéressante couleur "aubergine un peu trop mure".


Le reste de la bande portait déjà ses mains à ses armes. Ils étaient parés à agir à la moindre demande de leur "chef".
Alka'lyhn sentait leur sang bouillir d'impatience.
Toute cette montée d'adrénaline faisait également bouillonner son sang de guerrière.


-Tu me répètes ça ?!


-Tu dois vraiment avoir des problèmes d'audition. Moi mettre branlée à toi sans même dégainer !


*Message de Revan : baston générale. Et on chope la bande de brigands au passage.*



Alors là, il n'y avait qu'une chose à faire.
La jeune elfe tourna vivement la tête.
Et afficha un sourire carnassier.
Enfin ça devenait amusant.


-Yaaaaaaaaah !


Ce fut le chaos total.




En un bond elle tira un poignard de son short brun et le lança à la gorge de l'elfe noir.
Qui se retrouva épinglé à la colonne de bois qui se trouvait juste derrière lui.
Rhoo le joli porte-manteau !
M'enfin un peu trop bruyant. 
Parce qu'elle n'avait pas touché de partie vitale, ce qui faisait que l'elfe noir avait très mal. 
Etait furieux.
Rageait comme un...elfe en colère -jurait aussi, quasiment tous les jurons de la langue elfique, et même quelques dérivés y passèrent-. 
Et saignait un peu aussi, un flot argenté tachait ses vêtements d'un vert sapin.
Par contre il ne pouvait pas se dégager. 
Car Alka'lyhn avait utilisé une de ses dagues spéciales, celle qui, une fois plantées dans quelque chose de solide, sortait une sorte de petit crochet qui empêchait quiconque d'autre que son -sa en l’occurrence- propriétaire de la retirer.
Mais l'elfe noir n'avait pas vraiment l'air de vouloir comprendre, et s'agitait dans tous les sens, hurlant de rage. Au passage il envoya un salteren valser dans sa bière. 
Ce dernier se leva avec ses amis, et ils se jetèrent sur les autres elfes, qui se désintéressaient à présent d'Alka'l'yhn.




Cette dernière était à présent en train de...déclencher une véritable guerre autour d'elle, montant les bandes les unes contre les autres, une partie des clients autour d'elle étant de son côté, les autres...ben...contre eux. 
Plusieurs corps étaient déjà à terre.




Bon, c'était bien de s'amuser, mais fallait pas oublier qu'ils avaient une mission !
Elle trancha encore deux trois mains/tentacules/appendicesdiversetvariés puis s'éclipsa rapidement. 
Elle passa derrière une colonne où personne ne se trouvait, observant Revan qui avait l'air de bien s'amuser avec T'elril. 
Lequel avait l'air un peu moins fier que précédemment, même s'il tenait encore debout.


*Maalën, fais passer à Revan que je lui demande s'il s'amuse bien. Et qu'au passage on peut s'occuper des autres maintenant que c'est le foutoir en bas.*



Une main se posa sur son épaule et elle se retourna vivement, prête à planter une nouvelle dague.
Mais le mercenaire en face d'elle eut le bon réflexe de lever les mains en signe de paix.
Si elle ne s'était pas contrôlée, il aurait pas eu grand chose à lever.


-Du...calme, damoiselle elfe. J'ai simplement une proposition à vous faire, de la part de mon patron. Il est là-haut, à l'étage. Et a vu vos...exploits. Cela vous tenterait-il de nous rejoindre pour...discuter ?


Alors là, elle ne s'y attendait pas du tout. 
La jeune elfe aperçut Revan juste derrière, et haussa un sourcil d'un air interrogateur, lui demandant du regard si elle devait accepter. 


Dernière édition par Alka'lyhn Viirendhel le Ven 26 Sep - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Dim 18 Mai - 17:51

La jeune elfe, qui avait visiblement parfaitement reçu mon message, se retourna vers la bande, et sorti ses armes.

-Yaaaaaaaaah !

Elle commença à créer le chaos autour d'elle, tandis que je montai sur la table et calai un coup de pied foudroyant dans le menton de l'autre débile, qui se retrouva par terre. Il se releva rapidement et tenta de me couper en deux avec son épée, mais je me baissai rapidement, pour passer sous la garde et lui coller un coup de poing dans les côtes flottantes. Il voulu répliquer avec le pied, mais il fut trop lent, me permettant d'attraper sa jambe, et de donner un léger coup dans l'autre pour le faire tomber. Trop sonné pour répondre tout de suite, je le laissai au sol, pour jeter un œil aux alentours.

Alka'lyhn se baladait dans tout l'étage, répandant sang et carnage derrière elle. Une baston générale, comme je n'en avais pas vu depuis un moment. Un bagarreur s'avança vers moi, mais ce fut mon coude qui le reçu, l'assommant net. Le suivant ne savait même plus où il allait, et je me contentai d'une simple balayette. Non, je ne les tuerais pas. Inutile.

*T'es pas très constant, tout à l'heure tu ne voulais pas qu'on vous remarque, et maintenant vous mettez le boxon.*

*C'est la faute des elfes. Ils m'ont énervé.*


J’aperçus du coin de l’œil T'elril qui se relevait, encore un peu dans les vapes, mais toujours avec cette lueur belliqueuse dans le regard, et dégaina deux couteaux. Il en voulait encore ? Pas de problème, il allait prendre du rab' de tatanes avec sa branlée sauce mandale.

*Alka'lyhn te demande si tu t'amuse, et t'informe que vous pouvez vous charger de vos cibles.*

*Dis-lui que j'arrive tout de suite. Et que tabasser des abrutis, c'est toujours fun.*


Bon, fini de rire, expédions le violet rapidement pour ne pas perdre de temps. Il bondit sur moi, la rage des elfes sur le visage, les armes en avant... Et s'arrêta brutalement, le souffle coupé par le dos d'une chaise dans le bide. J'avais calmement attrapé la plus proche pour l'interposer, et tout aveugle de fureur que mon adversaire était, il était venu s'empaler dessus comme un rhinocéros en pleine course qui rencontrerait un arbre un peu trop solide. Il s'étala par terre en se tenant le ventre, mais n'eut pas le temps avoir mal plus longtemps, car la chaise servit une nouvelle fois : sur sa tête.

- Au plaisir.

Grâce à son odeur, je retrouvai ma cousine, qui menaçait un humain de son arme, mais celui-ci n'avait apparemment pas d'intention belliqueuse, s'étant contenté de lever les mains. Hmm, sur Autremonde il était conseillé de les croiser plus que de les lever, parce qu'avec la magie, c'était simple de berner quelqu'un – regardez les Indestructibles, si vous ne me croyez pas – mais l'intention semblait réellement là.

-Du...calme, damoiselle elfe. J'ai simplement une proposition à vous faire, de la part de mon patron. Il est là-haut, à l'étage. Et a vu vos...exploits. Cela vous tenterait-il de nous rejoindre pour...discuter ?

… C'était pour le moins... inattendu. Discuter ? Son patron ? Une proposition ? Oula... Je ne savais pas trop quoi penser. D'un côté ça nous arrangeait que le « patron » n'ait pas envie de nous tailler dés de jambons, de l'autre, il y avait bien trop d'inconnues dans l'équation. Qui était-ce ? Gazlow lui-même ? Quelqu'un d'autre ? Et que nous voulait-il ? Et pourquoi elle spécialement ? La jeune elfe semblait indécise elle-aussi, et se tourna vers moi. Quoi, elle voulait que ce soit moi qui décide ? Ah biiiin... C'était sympa de s'en remettre à moi, mais j'étais pas chef de groupe non plus. Bon, en même temps, ce n'était pas très difficile, soit on acceptait, et les risques d'affrontement étaient réduits, soit on refusait, et nous étions certains de devoir faire face à des forces dont nous ne savions encore rien. Je hochai la tête, en signe d'approbation.

*Tu te rends compte des risques j'espère ?*

*Évidemment. Mais on a rien sans rien.*

*Je t'ai connu plus prudent.*

*Moins pragmatique surtout.*


L'homme, qui ne voulait apparemment pas rester dans les parages plus longtemps, nous demanda de le suivre. Je fis apparaître une écharpe, et la remontai au dessus de ma bouche. Je ne pensais pas me rapprocher autant de la bande avant de me battre contre eux, alors il fallait me camoufler un peu mieux qu'avec une simple capuche. La bagarre faisait toujours rage tout autour, mais semblait s’essouffler un peu à mesure que les combattants s'écroulaient les uns après les autres.

Le groupe de bandits nous attendaient, tous accoudés sur leurs bières, hormis le vampyr qui jouait avec un crédit en le faisant tourner entre ses doigts, les bottes posées sur la table. Il nous regarda arriver, et fronça les sourcils en me voyant.

- C'est qui lui ?

- Son coéquipier. Ça pose un problème ?


Il haussa les épaules, et nous demanda de nous asseoir. Dans le coin, le demi-ogre baffrait sa viande en grognant, faisant clairement comprendre à toutes les personnes qui s'approchaient qu'ils feraient bien de décarrer fissa si ils ne voulaient pas prendre sa hache en travers de la face. Une fois nous assis, le BSH cessa les tournoiements de sa pièce, et se pencha vers Alka'lyhn. Ses yeux rouges la fixaient d'un air intéressé, une sorte de rictus amusé sur les lèvres.

- J'ai observé ton petit manège, l'elfe. Pas mal, vraiment, vraiment pas mal.

Il se redressa sur sa chaise, et posa les coudes sur la table en joignant ses mains griffues.

- Et si ton... équipier hybride ne démérite pas, vous pourriez grandement nous être utiles. En tout cas, bien plus que la plupart des abrutis incompétents que je me trimballe.

Hmm, il utilisait bien son odorat. Heureusement que je ne l'avais pas croisé en premier lieu, sinon il m'aurait découvert rapidement.

*Har'Kaïn, quelque chose à noter ?*

*Hein ? Pourquoi tu me demandes ?*

*Je n'ai pas eu l'occasion d'affronter énormément de BSH, et tu en es un... Enfin, plus que moi. Alors si tu peux m'aider...*

*Bah c'est pas comme si on était tous pareils ! A la limite, observe bien les mouvements de ses doigts, ses yeux et sa bouche, mais pour le reste, démerde-toi !*

*T'es vraiment inutile quand tu t'y mets.*


- Utiles ? Et en quoi ?

- Et bien, vous savez visiblement vous battre, vous n'avez pas froid aux yeux, et... héhé et bien, tout le monde a besoin d'argent. Et une belle somme nous attend tous si vous nous aidez.


Hmm... Il ne voulait pas être clair, il voulait sans doute nous cacher quelque chose. Qu'avait-dit l'autre déjà ? Étudier les mouvements. Ses yeux et sa bouche ne disaient rien de spécial. En revanche... Ses doigts le trahissaient. Il les gardait constamment en mouvement, crispés. Il ne parvenait pas à cacher son stress convenablement. Quelque chose clochait donc.

*Pour Alka'lyhn : y a anguille sou... Ah non, c'est vrai. Pour Alka'lyhn donc : y a une arnaque quelque part. Mais il est carrément sous pression, lui tirer les vers du nez devrait être ...*

*T'es sûr pour "tirer les vers du nez" ?*

*Je suis même pas sûr pour "sous pression". Booon, alors : y a une arnaque quelque part. Mais il est stressé, le faire avouer devrait être un jeu d'enfant.*

*...*

*Simple. Devrait être simple.*


Il faudrait vraiment qu'on se concerte sur les expressions terriennes qu'elle connaissait ou pas.

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Mer 21 Mai - 14:50

Revan avait hoché la tête en signe d'approbation. Bon, bah ok. La jeune femme se retourna vers le mercenaire qui semblait aussi tendu qu'un arc, et lui fit un signe de tête disant qu'elle acceptait.
Du moins de le suivre.
Elle ne répondait pas du reste.


L'homme lui fit nerveusement signe de venir, et elle le suivit après lui avoir bien fait comprendre que Revan venait avec elle, ou elle ne venait pas. Le mercenaire ne prit pas le risque d'insister devant une personne, aussi jeune soit-elle, qui semblait manier ses poignards comme s'il étaient des extensions de ses doigts.


Après quelques instant, ils rejoignirent le reste de la bande, qui se trouvait bien à l'étage. Mais malheureusement le mage d'Alka'lyhn ne semblait pas se trouver ici. Il allait falloir patienter.


Elle porta son attention sur le groupe : ils étaient tous avachis sur la table, le nez dans leurs bières.                                                                                                   Sauf deux autres.  
Le demi-ogre, véritable tas de crocs bien puant était en train de dévorer allègrement (pour être poli) un magnifique (par la taille, pas l'aspect) morceau de viande bien sanguinolent.

*A propos, je pars chasser pendant un petit quart d'heure. J'ai faim moi.*

*Tu n'as pas déjà mangé quatre krékrékrés ce matin ?*


*Si. Mais c'était ce matin.*


*Ok... Mais sois prête à venir si jamais je t'appelle.*


*Au poil ! Amusez-vous bien !*


Le vampyr, lui, s'amusait à faire tourner un crédit-mut entre ses doigts, ses longues jambes maigres nonchalamment affalées sur la table. Vu le regard que lui lançaient quelques uns des mercenaires, il semblait être le chef de la petite bande.
Il arrêta de faire tournoyer son crédit-mut en voyant son acolyte revenir avec Alka'lyhn. Puis fronça les sourcils lorsque son regard s'arrêta sur Revan.
Ah, c'était prévu que la jeune elfe revienne seule ? Ben raté mon gros !
Enfin "gros" façon de parler. Parce que si les vampyrs étaient qualifiés de gros... Les trolls devenaient des balbounes. Donc non, pas "mon gros", mais plutôt... Euh... Rhoo et slurk hein ! Pourquoi on ne pourrait pas dire "mon gros" à un vampyr, vous avez un problème ? Non ? Oui ? De toute façon on n'a pas que ça à faire, alors ce sera "mon gros" et puis slurk. Nah.

-C'est qui lui ?


Puissant comme intro. Lui, il semblait d'une intelligence supérieure. On voyait ça au premier regard.


-Son coéquipier. Ca pose un problème ?


Apparemment pas tant que ça, vu que le vampyr haussa les épaules et leur fit signe de s'asseoir. Et il commença par se pencher vers la jeune elfe, son regard carmin la fixant avec intérêt.
Bah tiens, elle voulait un bavoir aussi la pompe à sang ?
Elle leva un sourcil d'un demi-millimètre, et le BSH eut un léger rictus amusé.
Va pourrir dans les Limbes, saleté.

-J'ai observé ton petit manège, l'elfe. Pas mal, vraiment vraiment pas mal.


Et il voulait un autographe ? Non parce que s'il tentait de lui faire un compliment, là, c'était raté. Elle ne répondit rien, se contentant de le dévisager, cherchant à savoir où il voulait en venir. 
Le BSH se redressa, attaquant les choses sérieuses. Et joignant ses mains serties de griffes capables d'entrer en compétitions avec les crocs de Maalën.
Ou pas.
Faut pas déconner non plus (elle aimait bien cette expression terrienne, une des rares qu'elle connaissait).


-Et si ton... équipier hybride ne démérite pas, vous pourriez grandement nous être utiles. En tout cas, bien plus que la plupart des abrutis incompétents que je me trimbale.


Et bien, ils devaient être sacrément incompétents pour que le vampyr, tout chef psychopathe de la bande qu'il soit, prenne le risque de les insulter devant eux.
Revan, lui, avait l'air d'avoir d'autres pensées que celles ironiques de la jeune elfe.

-Utiles ? Et en quoi ?



Excellente question. Peut-être à faire la cuisine ? Genre... Carpaccio d'élément gênant et sa sauce au poignard, ou encore sorbet de flèche avec morceaux de tripes. Des festivités réjouissantes quoi.


-Et bien, vous savez visiblement vous battre, vous n'avez pas froid aux yeux, et...héhé et bien tout le monde a besoin d'argent. Et une belle somme nous attend tous si vous nous aidez.



Pfff l'était pas très clair le BSH. Et son "nous", c'était "nous" genre la bande + Revan et la jeune elfe inclus, ou "nous" du style "que la bande" et "salut les scrogneupleufs, vous pouvez toujours allez manger des légumes verts chez les Boulimi-Lema pour voir votre or".
Ce qui dans ce cas allait se terminer par "oh mais vous savez, avec des arguments très poignants on peut faire avaler-dans tous les sens du terme- n'importe quoi à n'importe qui".
Bref... D'ailleurs il semblait un peu nerveux, le suceur d'hémoglobine, et  peut-être même qu'il...


*Message de Revan : il y a anguille sous... Nan attends. Il y a arnaque quelque part. Le vampyr est sous pression et il va falloir lui tirer les vers du nez et... Bah non toujours pas ?? Brolk vous soulez ! ... Quoi ? ... Oui, oui je me calme. Bon... Il-y--a-arnaque-quelque-part-mais-il-a-l'air-stressé-et-le-faire-avouer-devrait-être-un-jeu-d'enf... SLURK arrête de modifier le message en cours de route à chaque fois Nox, tu soûle !!! Fin du message : devrait être simple.*


*Euuuh.... Tu me le refais s'il te plait ?*


*Le vampyr est stressé, et va falloir lui faire avouer ce qu'il cache, et pas que dans sa cape si tu vois ce que je veux dire.*


*Je vois. Fais passer à Revan qu'on va lui tirer les t'sils du nez, et à la pince à épiler s'il le faut. Ou au poignard, je suis pas intransigeante sur le choix des accessoires.*



Elle se cala confortablement sur sa chaise, et fit un léger sourire en coin, fixant le BSH qui avait reporté son attention sur elle... Et plus précisément sur son joli cou.
Là tu rêves petit chou. Bouge le petit doigt dans sa direction, et elle t'arrachera la tête au lieu de la vérité.


-Et bien... L'offre semble alléchante. Je ne sais pas ce que mon coéquipier en pense, mais pour ma part je suis plutôt partante, ronronna-t-elle. Par contre, mon joli, il va falloir que tu m'en dises un peu plus. Parce que je ne travaille pas pour des miams d'une part, et de l'autre j'aime bien savoir exactement ce que j'ai à faire. Et à qui j'ai affaire.


-Oh, dans ce cas nous pourrions commencer par les présentations. Sektil Drakar, pour vous servir damoiselle. Et vous êtes ?


-V'ihana Menril, mentit-elle avec une grande assurance car ce nom était celui de sa demie-sœur, qui lui ressemblait presque comme une jumelle. Et ce n'était pas tout à fait un mensonge, car elle empruntait ce nom à chaque mission. Ce qui faisait qu'en quelque sorte c'était sa deuxième identité. Enfin bon.




Elle tourna la tête sur le côté et laissa la parole à Revan. 


Dernière édition par Alka'lyhn Viirendhel le Ven 26 Sep - 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Jeu 22 Mai - 16:08

*Réponse : On va lui tirer les t'sils du nez, à la pince à épiler s'il le faut. Ou au poignard. Charmante.*

Tirer les t'sils du nez. Oui, bin oui, vu comme ça c'était logique. Mais j'étais bien plus partisan de la pince à épiler. Mon flaire – intérieur, s'entend – me disait que ce type pourrait nous mener à une combine bien plus énorme si on le laissait en vie. C'était bien sûr potentiellement des ennuis supplémentaires à venir, mais vous savez, il arrivait un moment où y prenait presque du plaisir.
Presque.
La cousine répondit au vampyr, qui semblait intéressé par quelque chose qu'elle avait sur son cou : des veines et des artères remplies d'hémoglobine.

-Et bien... L'offre semble alléchante. Je ne sais pas ce que mon coéquipier en pense, mais pour ma part je suis plutôt partante. Par contre, mon joli, il va falloir que tu m'en dises un peu plus. Parce que je ne travaille pas pour des miams d'une part, et de l'autre j'aime bien savoir exactement ce que j'ai à faire. Et à qui j'ai affaire.

Travailler pour des miams... D'accord, j'avais compris l'astuce : prendre l'expression, et la mettre à la mode Autremondienne. C'était pas trop compliqué. Par exemple, « Tirer sur l'ambulance » devenait  « Tirer sur le tapis volant du chaman ». Ouais, simple comme bonjour.

*Et « jeter le bébé avec l'eau du bain » ?*

*Là c'est toi qui « tire sur le tapis volant du chaman. »*

*Roooh, pauv'bête.*

-Oh, dans ce cas nous pourrions commencer par les présentations. Sektil Drakar, pour vous servir damoiselle. Et vous êtes ?

-V'ihana Menril.

- Emmet Crowley.

Je ne savais pas pour Alka'lyhn, mais j'évitais toujours de prendre le même pseudonyme. Tout simplement parce que c'était facile de retrouver des informations sur quelqu'un en Autremonde, et que même si il ne s'agissait pas de mon vrai nom, j'aurais accompli des choses à travers lui, dont certains peuvent se souvenir. Mieux valait passer pour un inconnu, et surtout un parfait inconnu. C'était pour ça que je faisais toujours en sorte de vérifier si celui que je choisissais n'avait pas déjà un casier, par le biais de mon père qui travaillait dans l'administration. Avouez que ce serait très con.
Et pourquoi Emmet Crowley ? Parce que.
Sektil tourna la tête vers l'un de ses hommes, qui tritura quelques chose sur sa boule de cristal. Ah, ils n'éaient donc pas tous débiles au point de nous croire sur parole. Même si en cherchant mieux, ils auraient pu découvrir que nous mentions, mais il ne fallait pas trop leur en demander non plus. Le type hocha la tête, en signe d'approbation.

- Bien, maintenant que nous avons observé les politesses élémentaires, voilà le topo. On est sur un gros coup, trop gros pour les abrutis que je me trimballe, mais avec vous, ça passera crème. Dès que notre employeur aura eu sa part, vous aurez droit à 25% du butin chacun, vu que vous aurez fait le boulot. Vous êtes avec nous ?

Oula oula... Il devenait encore plus louche notre gaillard. Il était passé directement au paiement, au passage exhorbitant, sans même nous dire de quoi il s'agissait. Il voulait absolument nous faire y adhérer, visiblement. Malheureusement pour lui, il aurait dû se douter que nous n'étions pas si facilement influençables. Le mieux à faire était de ne pas paraître intéressés pour l'instant, pour voir à quel point il était désespéré. Et bien sûr, découvrir ce qu'ils voulaient faire exactement.

- Attends deux secondes. Je vais pas accepter de faire ton sale boulot si je sais pas de quoi il s'agit avant. T'as intérêt à nous en dire un peu plus, sinon tu sais où tu pourras te mettre notre aide.

Je vis son visage se décomposer. Il ne devait pas s'attendre à ce que je me montre aussi réticent face à sa proposition. Ses collègues ne devaient pas le voir, mais la panique se lisaient à présent dans ses yeux.

- Oui, oui, je... Enfin... C'est...

- Accouche, je risque de trouver d'autres contrats plus intéressants.

- Non ! Euuh, je veux dire, oui, je fais vite.

Il avait l'air bien moins professionnel que tout à l'heure, soudainement. Il devait juste se la donner devant les autres pour montrer qu'il était le chef, mais en dehors de ça, il n'en avait sans doute pas plus dans le pantalon que n'importe quel autre malfrat de son genre. Des imbéciles qui profitaient de la situation politique pour choisir la voie de la « facilité », et s'en mettre plein les fouilles. Il était de mon devoir de leur faire comprendre que si je mettais des guillemets à « facilité », c'était pour une excellente raison.

- Un chargement va partir de l'Ouest, rempli de métaux précieux. Le plan, c'est de parvenir à détourner la cargaison quand elle sera au port, pendant que vous ferez diversion avec les gardes. Ca va, c'est simple non ?

- Si c'était simple, tu ferais pas appel à nous. Arrête un peu de nous prendre pour des débiles, dis-je en amorçant le geste de me lever de ma chaise, ou on se casse.

- Non ! S'il vous plait, c'est notre seule chance de nous en sortir !

S'en sortir ? Allons bon, qu'est-ce que c'était que ça encore ? Il fallait absolument qu'on les aide à voler un bateau, sinon ils allaient tous mourir ? C'était l'excuse la plus stupide qu j'avais jamais entendu. De ce fait, il y avait de bonnes chances qu'elle soit vraie. Néanmoins, il semblait vraiment disposé à se mettre à table à présent. Si les vampyrs étaient des êtres à sang chaud, j'étais certain qu'il aurait pu se mettre à transpirer. Je me rassis tranquillement.

- Alors donne nous les détails, et les vrais. Je saurai si tu mens.

*C'est vrai ?*

*Non. Mais il est pas sensé le savoir.*

- C'est un navire qui partira de Dors, pour arriver au port de Cava. Les gardes seront des Salterens, engagés par la Ligue, ainsi que quelques soldats Dorsiens et Omoisiens.

La Ligue ? Je comprennais mieux maintenant pourquoi ils faisaient appel à nous. Cette compagnie marchande, originaire de l'archipel de Dors, était devenue en quelques années la plus puissance firme de l'Empire, alors même que la souveraine ne lui avait pas accordé son soutien. Composée de plusieurs selfmade-men, dont le talent et l'ambition n'étaient plus à prouver, ils avaient la main-mise sur une bonne partie du commerce d'Autremonde. De ce fait, leur dirigeant avait passé plusieurs accords, notamment avec le Grand Cacha, ainsi que des militaires Omoisiens grassement payés, afin qu'ils assurent la sécurité de leurs convois contre les pirates et les bandits. Donc oui, c'était un gros morceau. En comparaison, braquer un camion de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole, c'était aussi facile que de voler sa Kikikoi à un nouveau-né. Quand bien même un nouveau-né ne mange pas de Kidikoi.

[désolé pour le retard ^^" J'espère que ça ira =)]

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Ven 6 Juin - 19:01

-Emmet Crowley.


La jeune elfe resta impassible en voyant Sektil tourner la tête et lancer un regard insistant vers l'un de ses hommes, qui baissa la tête et se mit à chercher des choses sur sa boule de cristal. 
Quoi ? Ils vérifiaient leur identité ? Ils ne leur faisaient donc pas confiance ?


*Ben en même temps...*


*Oh chut, retourne chasser toi.*


Bref. En tout cas ils n'avaient pas l'air bien malins même s'ils tentaient de montrer qu'ils contrôlaient la situation, car ils ne cherchèrent pas longtemps. Au bout d'une dizaine de secondes, l'adjoint de Sektil hocha la tête d'un air approbateur.


-Bien, maintenant que nous avons observé les politesses élémentaires, voilà le topo. On est sur un gros coup, trop gros pour les abrutis que je me trimbale, mais avec vous ça passera crème. Dès que notre employeur aura eu sa part, vous aurez droit à 25% du butin chacun, vu que vous aurez fait le boulot. Vous êtes avec nous ?


Ok, elle avait des arguments la pompe à sang. Autres que les crocs bien sûr.
Et apparemment elle avait la chair de spatchoune, parce qu'elle était prête à donner la moitié du butin de leur "gros coup" à deux personnes dont ils ne savaient rien. Ils devaient être profondément dans la bouse de traduc pour en arriver là.
Mais Sektil semblait avoir malencontreusement oublié de dire ce qu'ils comptaient faire exactement.
Le charmant petit qui avait des trous de mémoire.
Il avait intérêt à développer où il n'y a pas que ça mémoire qui allait avoir des trous.
Revan semblait avoir pensé la même chose qu'elle.


-Attends deux secondes. Je ne vais pas accepter de faire son sale boulot si je ne sais pas de quoi il s'agit avant. T'as intérêt à nous en dire un peu plus, sinon tu sais où tu pourras te mettre notre aide.



Violent. Il était intéressant de voir le visage du vampyr se décomposer. Déjà que ces machins sont des sortes de cadavres ambulants... Là il prenait une amusante teinte verte. 
Ah, ça fait le machin plein de crocs qui en a dans le pantalon... Mais dès qu'on se retrouve face à des gens qui ne rigolent pas, on la ramenait tout de suite moins, hein ?
Pour l'instant la jeune elfe se contentait d'observer la scène, vu que Revan avait l'air d'avoir envie de parler.


-Oui oui, je... Enfin... C'est...


-Accouche, je risque de trouver d'autres contrats plus intéressant.


-Non ! Euuh, je veux dire, oui, je fais vite.


A la bonne heure, il se mettait enfin à table. Enfin façon de parler. 
Remarque, s'il continuait à faire le mariole il allait vraiment finir par déguster.
En tout cas, il avait l'air nettement moins professionnel d'un coup. Le genre de gars qui sort de sa campagne et se proclame héros après avoir débarrassé une grange d'une invasion de pouics.  
Vu la tête qu'il faisait le vampyr, même une pouic aurait une chance de gagner contre lui à cet instant.
Il se faisait du mauvais sang, le pauvre.


-Un chargement va partir de l'Ouest, rempli de métaux précieux. Le plan, c'est de parvenir à détourner la cargaison quand elle sera au port, pendant que vous ferez diversion avec les gardes. Ca va, c'est simple non ?


-Si c'était simple, tu ferais pas appel à nous. Arrête un peu de nous prendre pour des débiles, ou on se casse.



Elle regarda son cousin faire semblant de se lever et l'imita. Plus rapide par sa nature d'elfe, la jeune femme avait déjà fait deux pas lorque le vampyr se mit à hurler. 


-Non ! S'il vous plaît, c'est notre seule chance de nous en sortir !



Ah carrément ? Genre ils n'étaient même pas dans la bouse de traduc, mais bieeeen plus profondément. Tellement que si jamais ils n'arrivaient pas à voler la cargaison d'un bateau ils allaient tous mourir. Ok, pourquoi pas.
En tout cas il était malin, en fait. Parce qu"il venait de trouver les mots magiques.
Elle se stoppa et fin un impeccable demi-tour, toisant le vampyr du regard. Il en avala sa salive.
Revan, lui, se rassit tranquillement. 
Alka'lyhn le laissa de nouveau prendre la parole. Blablater c'était pas trop son truc à elle.


 -Alors donne-nous les détails, et les vrais. Je saurai si tu mens.



Elle haussa légèrement un sourcil. Tiens, c'était nouveau ça ? Puis elle observa le discret tapotement des doigts de Revan sur sa jambe. Ah, il bluffait. 
N'empêche que l'autre abruti avait l'air d'être tombé dans le panneau.


-C'est un navire qui partira de Dors, pour arriver au port de Cava. Les gardes seront des Salterens, engagées par la Ligue, ainsi que quelques soldats Dorsiens et Omoisiens.


Elle s'étrangla silencieusement. La jeune elfe avait déjà eu affaire à ce genre de "soldats" et même s'ils n'arrivaient pas à son niveau elle devait reconnaître qu'ils étaient de sérieux adversaires. Un plat de choix. 
Donc au menu : Salterens, Dorsiens, Omoisiens. 
Coool ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas chassé du gros chat et du guerrier sanguinaire.
Parce que les Dorsiens n'était pas très connus pour leur pacifisme.


Elle se rapprocha de la table et s'y accouda, faisant profiter le vampyr d'une magnifique vue plongeante sur ses poumons d'elfe.

-Dis-moi, je peux savoir ce que tu entends pas "quelques" ? Nan parce que c'est bien beau tout ça, mais moi je ne sais pas si j'aurai assez de flèches.

-Oh... euh...juste huit ou neuf...commença-t-il, un brin perturbé. 


-Huit ou neuf gardes ? Tu te fiches de m...


-Dizaines ! Huit ou neuf dizaines ! Corrigea-t-il avec précipitation, voyant qu'elle commençait à perdre son calme. 




Là ça devenait plus intéressant. Pendant un instant elle avait eu peur. 
...
Façon de parler.


-J'aime mieux ça.


Elle atrappa soudainement une dague à sa ceinture et la pointa à deux millimètre de la pomme d'Adam du vampyr, qui cessa de respirer. Enfin autant qu'un vampyr le pouvait. (Oh allez vous faire voir chez les Trolls, je dis ce que je veux !)
Les hommes de main du vampyr firent mine de réagir. Ils avancèrent courageusement d'un pas


-Je ne sais pas ce que mon coéquipier en pense, mais ton histoire me semble louche. Comme tu l'as si bien dit, tout le monde a besoin d'argent, alors je pense que nous allons accepter ta proposition... Mais que ce soit bien clair : essaye une seule fois de nous tromper ou nous prendre pour des abrutis, et il ne restera pas assez de morceaux de toi pour qu'on puisse t'enterrer. C'est clair ?


-C'est...c'est limpide comme de l'eau de roche ! 


Bon, peut-être qu'elle en avait fait un peu trop... A présent il la regardait comme s'il se demandait s'il avait fait le bon choix. Mais il eut l'air très soulagé en la voyant reculer deux dix centimètre et ranger sa dague. Dague sur laquelle il continua de loucher.
Elle se tut et s'installa sur la chaise, croisa les bras et regarda Revan d'un air interrogatif.


Dernière édition par Alka'lyhn Viirendhel le Ven 26 Sep - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Lun 9 Juin - 0:37

Alka'lyhn, qui s'était levée, revint vers nous, et se pencha vers Sektil, qui put alors profiter pleinement du décolleté de la jeune fille. Enfin, profiter... J'avais dans l'idée que le gugusse devait pas en mener large, avec la pression qu'il subissait depuis tout à l'heure. Du coup, ce n'était pas vraiment comme si il avait le temps de se rincer l’œil.

-Dis-moi, je peux savoir ce que tu entends pas "quelques" ? Nan parce que c'est bien beau tout ça, mais moi je ne sais pas si j'aurai assez de flèches.

-Oh... euh...juste huit ou neuf...

Ouiii, fous toi de nous, tête de naze.

-Huit ou neuf gardes ? Tu te fiches de m...

-Dizaines ! Huit ou neuf dizaines !

-J'aime mieux ça.

Moi aussi. Enfin non, pas tellement, l'idée d'affronter une quarantaine d'Omoisiens et l'autre quarantaine de Dorsiens, plus les Salterens, ça ne me réjouissait pas des masses. Mais il mentait de moins en moins, ce qui était un bon début. Ou juste un morceau de bon début. L'autre morceau est parti avec les huit ou neuf dizaines.
La cousine sortit d'un seul coup une dague, qu'elle pointa sur la gorge du vampyr. Les sbires réagirent enfin, et s'avancèrent. Un peu. Pas énorme, juste pour nous rappeler, à moi et Alka'lyhn qu'on était là, et à leur chef que c'était pas la peine de compter sur eux en cas de pépin. Courageux, mais pas téméraires. Quoique, pas courageux non plus. De toute façon, si il y en avait un qui faisait un pas de trop, il se prenait un carreau d'arbalète en travers du crâne.

-Je ne sais pas ce que mon coéquipier en pense, mais ton histoire me semble louche. Comme tu l'as si bien dit, tout le monde a besoin d'argent, alors je pense que nous allons accepter ta proposition... Mais que ce soit bien clair : essaye une seule fois de nous tromper ou nous prendre pour des abrutis, et il ne restera pas assez de morceaux de toi pour qu'on puisse t'enterrer. C'est clair ?

-C'est...c'est limpide comme de l'eau de roche ! 

Oh bin en même temps, clair ou pas, tu le menaces d'une dague, de ta poitrine et d'un regard meurtrier, alors dans le doute, il acquiesce, il est pas fou. Enfin, la menace était suffisamment basique pour qu'il la comprenne. Alka'lyhn revint sur sa chaise, après avoir rangé son arme, et me jeta un œil interrogatif. D'accord, technique du gentil et du méchant flic, avec bibi dans le rôle du gentil. Ou disons plutôt, dans celui qui ne ferait que lui casser les genoux si le besoin s'en faisait sentir.

- Ecoute mon grand, comme l'a dit ma collègue, ton histoire est louche. Alors d'une, tu vas nous donner TOUT les détails. Et ensuite, tu vas nous expliquer pourquoi vous DEVEZ réaliser ce coup.

- Je...

- La version courte, la patience n'est pas son fort, dis-je en désignant la jeune elfe.

- Oui... Oui, oui. Le bateau s'appelle le « Voile d'Ombre ». Ce n'est pas juste un simple bâtiment de commerce, il est armé pour affronter seul les plus dangereux pirates qui sillonnent le détroit. Il faut qu'on trouve un moyen de s'en emparer, avec sa cargaison, avant qu'elle ne soit livrée à terre. Le meilleur moyen, c'est de l'infiltrer quand il sera arrivé au port, pendant la nuit. Ils ne déchargeront qu'au petit matin.

Hmm... C'était un peu concis, mais en même temps, il n'y avait pas grand chose d'autre à dire. Malheureusement pour nous, l'heure ne jouerait pas en notre faveur, les gardes Dorsiens étaient connus pour ne relâcher leur vigilance à aucun moment. Ils feraient des nuits blanches pendant un mois si on le leur ordonnait, juste pour surveiller une porte, sans même savoir ce qu'il y a derrière. De vrais spartiates, entièrement dévoués au Comte Baëlos. Mais en soit, ce n'étaient pas eux le vrai problème, mais les Salterens, capables de voir dans le noir et de vous repérer à l'odeur. Il nous faudrait trouver un moyen de nous débarrasser d'eux...

Attendez... mais qu'est-ce que je racontais moi ? Nous devions pas les aider, mais les arrêter ou les tuer ! Oula oula, il fallait pas perdre de vue l'objectif principal de ce merdier. Parce que parti comme c'était, on se prenait un peu trop au jeu. Attendons néanmoins de voir comment les choses évoluaient pour décider quoi faire.

- Si on doit faire ce coup... C'est parce que notre employeur veut son argent. On a foiré toute les dernières attaques pour diverses raisons, et si son investissement ne lui rapporte rien, il aura nos têtes, ou pire. Il nous faut beaucoup de crédits, très vite, avant que son émissaire n'arrive.

Hmm, je m'en doutais. Le Syndicat avait le chic pour pousser les gens dans leurs derniers retranchements et les forcer à faire des choses insensées. Il semblait presque à deux doigts de pleurer. En même temps, ses nerfs devaient être aussi fragilisés qu'une bouteille une fois entre les mains d'Eiko.

- Et c'est pour ça que t'as besoin de nous. Pour sauver ta peau et celle de tes potes.

- Oui. Je suis près à vous donner tout les bénéfices, jusqu'au dernier sou si vous nous aidez.

... Ah oui quand même. J'écarquillais les yeux, incrédule sur l'instant. Ses hommes réagirent aussitôt, ne voulant visiblement pas nous laisser le plus petit crédit, mais Sek'til les fit taire d'une voix tonitruante :

- Vous voulez vivre ou merde ?! Alors ou bien vous fermez vos mouilles, ou bien je vous laisse vous démerder avec Gazlow Lefomorien !

Il avait un peu trop haussé la voix, et à la simple énonciation de ce nom, la moitié de l'étage cessa de parler ou de se battre et se tourna vers nous. Punaise, il pouvait pas faire gaffe lui ? Je cru pendant un instant que ça allait tourner au vinaigre, mais l'ogre se leva.

- Si le Syndicat, quelqu'un il a un problème avec, un problème avec nous alors, qu'il a. Et si vous nous posez problème, le boss, il va pas aimer non plus. L'un d'entre vous, il veut tenter sa chance ?

L'effet fut immédiat, et les badauds se détournèrent, comme si de rien n'était.

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Lun 30 Juin - 19:40

Le regard de Revan lui fit comprendre qu'il avait compris la technique qu'elle souhaitait employer. Bien. 
C'était agréable pour une fois d'avoir un coéquipier avec qui on pouvait facilement faire comprendre où on voulait en venir.

*Eeeeeh ! Et moi alors ?*


*Réfléchis deux minutes, Maalën.*


*... Mais euuuh !*



Elle sentit la frustration de son familier et s'employa à la rassurer mentalement avant que cette dernière ne tente de faire une bêtise, puis se reconcentra sur l'instant présent. Après tout, elle n'était pas en train de faire son marcher paisiblement. 
Quoique, avec tous les truands qui traînaient, l'expression "faire son marcher paisiblement" n'avait plus beaucoup de sens, ces derniers temps. 
Surtout pour les autres.


-Ecoute mon grand, comme l'a dit ma collègue, ton histoire est louche. Alors d'une, tu vas nous donner TOUS les détails. Et ensuite, tu vas nous expliquer pourquoi vous DEVEZ réaliser ce coup.


-Je...

-La version courte, la patience n'est pas son fort.


Histoire d'appuyer les propos de son cousin, Alka'lyhn lança un sourire carnassier au Vampyr qui n'en menait pas large, et déglutit fortement avant de poursuivre.

-Oui... Oui, oui. Le bateau s'appelle le "Voile d'Ombre". Ce n'est pas juste un simple bâtiment de commerce, il est armé pour affronter seul les plus dangereux pirates qui sillonnent le détroit. Il faut qu'on trouve un moyen de s'en emparer, avec sa cargaison, avant qu'elle ne soit livrée à terre. Le meilleur moyen, c'est de s'infiltrer quand il sera arrivé au port, pendant la nuit. Ils ne déchargeront qu'au petit matin.



Le Voile D'Ombre... Ce nom lui était familier... Pour qu'elle s'en souvienne, il fallait vraiment que ce soit un très bon navire. Temps mieux, cela serait une expérience très formatrice. Elle n'avait pas encore eu l'occasion de s'attaquer aux gros vaisseaux navals. T'avila ne l'avait encore envoyée en mission qu'en milieu terrestre.
Il y avait un début à tout.
Elle espérait juste tomber sur son mage dans la foulée, parce que la récréation c'était bien mais elle avait quand même une mission à accomplir.
Faudrait pas oublier.
Mais rien n'empêchait de joindre l'utile à l'agréable.
Le Vampyr reprit sa petite histoire.

-Si on doit faire ce coup... C'est parce que notre employeur veut son argent. On a foiré toutes les dernières attaques pour diverses raisons, et si son investissement ne lui rapporte rien, il aura nos têtes, ou pire. Il nous faut beaucoup de crédits, très vite, avant que son émissaire n'arrive.



La jeune elfe fut choquée (mais ne le montra pas, petit privilège des elfes : cacher leurs émotions lorsqu'ils le souhaitent). 
Le vampyr était sur le point de pleurer. Elle voyait ses yeux briller.
Pas étonnant qu'ils aient raté tous leurs coups. Si leur chef se mettait à pleurer comme une fillette de trois ans dès que quelqu'un lui criait dessus...

-Et c'est pour ça que t'as besoin de nous. Pour sauver ta peau et celle de tes potes.


Dans le mile, Emile.


-Oui. Je suis près à vous donner tous les bénéfices, jusqu'au dernier sou si vous nous aidez.

Le sourcil de la jeune femme se haussa d'un demi-millimètre, mais intérieurement elle était totalement abasourdie.
Il était sérieux ? Leur donner TOUTES leurs parts du butin ? 
Bon, là c'était certain, ils devaient être tellement profondément dans la bouse de traduc qu'il en devenait impossible d'y respirer, s'ils en étaient là.
Des bandits près à renoncer à leur or, c'est comme Maalën dédaignant un bout de viande.
Ca n'est pas censé être possible.
Bah la preuve que si.
Ptêtre qu'elle devait tenter de faire goûter des légumes à son familier...


Les cris de protestations que firent les autres hommes de Sektil quand au "partage" du butin tirèrent la jeune elfe de sa méditation. Et eut le don de remettre le vampyr d'aplomb. 

-Vous voulez vivre ou merde ?! Alors ou bien vous fermez vos mouilles, ou bien je vous laisse vous démerder avec Gazlow Lefomorien !


Alka'lyhn n'eut qu'une pensée : belle puissance vocale.
Renforcé par le brusque silence qui s'installa dans la salle, la moitié des têtes se tournant instantanément vers eux.
Elle eut soudain une lueur gourmande qui ne dut pas échapper à Revan vu le regard désespéré qu'il eut, mais heureusement (pour les autres) et au grand désarroi de la jeune elfe, ce fut l'ogre de l'équipe de Sektil qui intervint. 
Faut dire qu'une bonne tonne de muscles, de crocs et de puanteur, ça a de bons arguments parfois. 


-Si le Syndicat, quelqu'un il a un problème avec, un problème avec nous alors, qu'il a. Et si vous nous posez problème, le boss, il va pas aimer non plus. L'un d'entre vous, il veut tenter sa chance ?

Les conversations reprirent aussi vite qu'elles s'étaient interrompues. La jeune femme s'étira puis revint un peu dans la discussion, histoire de pas laisser les autres faire le travail tous seuls.

-Ok les gars, on garde son calme, on se sort un peu les tripes du bide -pas au sens propre, merci- et on met en marche le peu de neurones que vous avez l'air de posséder. 


Comment ça "elle vient de les insulter" ? Pour autant qu'on sache, tout ce qu'elle venait de dire était vrai. Et confirmé par le propre chef de la bande, alors le premier qui a des réclamations à faire... Ben qu'il aille dire bonjour à l'ogre, tiens.
Elle poursuivit.

-Bien, à présent j'ai votre attention. L'un d'entre vous a-t-il déjà assisté à la prise d'un bateau ?


Revan et elle étaient peut-être tous deux des combattants expérimentés, mais là ils étaient sous couverture, et étaient censés être des "amateurs" qui avaient seulement un bon potentiel de combat. Donc techniquement ils ne devaient pas savoir comment s'attaquer à un bateau. 
Et puis autant laisser les autres les sous-estimer un peu.
Surtout qu'il y avait du boulot pour ça, avec la bonne démonstration de force qu'ils avaient déjà donnée.




Ils firent tous non de la tête tout en affichant des mines craintives, ce qui eut le don d'agacer profondément la jeune femme.

*C'est quoi ces incompétents, sérieux ?*


*Toi non plus tu n'as jamais attaqué de bateau, je te signale.*


*C'pas vrai d'abord, je l'ai déjà fait !*


*C'était une barque ! Avec trois malheureux pêcheurs dedans...*


*D'abord ils étaient quatre. Et c'étaient des contrebandiers.*


*Qui ont quand même fini à l'eau. Bref. Mais ça ne vaut pas le vaisseau naval auquel tu comptes t'attaquer, je suppose ?*


*Certes, voilà pourquoi je demande à ces abrutis s'ils l'ont déjà fait. Et la différence c'est que MOI je connais au moins la théorie sur le sujet. Il ne me manque que la pratique. Une barque ou un bateau, la différence est dans le nombre de corps jetés à la mer.*


*Ehh !*


*T'auras ta part de steak, t'inquiète ma belle.*


Un des mercenaires finit par faire timidement un pas. Il n'était pas très gros, le genre de gars engagé par nécessité plutôt que par motivation, et qui aurait mieux sa place à tenir une boutique qu'une arme.
Quoiqu'il semblait encore trop fragile et pas assez rusé pour être marchand.


- Je n'ai pas participé, mais j'ai déjà assisté à la prise d'un bateau par des pirates.


-A la bonne heure ! Vas-y, explique à tes camarades, on va mettre au point une stratégie. Emmet, un autre vrai cerveau ne sera pas de refus. Sektil, vous devez surement connaître votre objectif, alors vous allez nous en dire un peu plus sur la défense et l'organisation de ce bateau. Et ne me dîtes pas que vous n'en savez rien ou je crois que je vais m'énerver !


Ils se mirent tous autour de la table. Le gringalet commença par raconter comment s'était déroulé l'abordage du vaisseau où il se trouvait, puis Sektil coopéra et donna plus d'indications sur le bateau. Les deux jeunes écoutaient avec attention, réfléchissant.
L'heure tournait, et il n'y avait plus grand monde dans la salle, la plupart des autres clients étant partis dans les chambres, rentrés chez eux ou noyés dans leur boisson. Voire leurs boissons, mais régurgitées. 
Miaaam.


Les sens affûtés de la jeune femme furent soudain perturbés par des pas qui se rapprochaient de leur direction. Un pli apparut entre ses sourcils, mais elle continua d'écouter le nouveau plan que proposait Sektil, et qui était malheureusement encore plus débile que les dix autres qu'il avait proposé précédemment. 
Bon, au moins, pour celui-là, il ne proposait pas de s'infiltrer dans le bateau totalement à poil afin de perturber les adversaire.


-Et bien messieurs, où en êtes-vous dans vos "projets" ? 



L'homme leur tournait le dos, à Revan et à elle, mais était dans le champ de vision de Sektil. 
Dont le visage se décomposa de façon plutôt violente.
Elle haussa légèrement un sourcil.

-En plus vous engagez des gamines dans vos rangs ? 


Elle se retourna, hoquetant, prête à réduire en bouillie celui qui venait de la traiter de gamine. 
Elle ignora le sourire goguenard de Revan et lança un regard meurtrier au Haut-Mage qui se trouvait juste devant elle.
Ce dernier se rendit compte qu'il avait affaire à une elfe, toute jeune qu'elle soit.
Il n'était pas bête au point de vouloir provoquer une jeune elfe et ne rajouta rien.




Alka'lyhn le fixa un instant puis cela fit tilt.
Elle lança un regard entendu à son cousin : c'était lui, sa "mission".
Et bah, au moins ils n'avaient plus besoin de participer au coup des pirates.
En fait elle était même contente, parce qu'encore un plan foireux de Sektil et elle allait péter un câble.

*Je demande à Revan ce qu'il faut faire ?*


*Je t'en prie, fais remonter à Nox.*


//ça te va comme ça ? :s// 


Dernière édition par Alka'lyhn Viirendhel le Ven 26 Sep - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Mar 1 Juil - 11:28

-Ok les gars, on garde son calme, on se sort un peu les tripes du bide -pas au sens propre, merci- et on met en marche le peu de neurones que vous avez l'air de posséder. 

*Ça parle maaal.*

Oui, mais ça parlait vrai. L'univers du grand banditisme, c'était un océan dangereux où les plus gros poissons mangeaient les plus petits. Alors venant d'une bande de moules pareilles, c'était étonnant qu'ils ne se soient pas tous fait bouffer. Au moins, ils avaient eu le bon sens de mettre le moins débile à leur tête, ce qui ne voulait pas dire grand chose finalement.

-Bien, à présent j'ai votre attention. L'un d'entre vous a-t-il déjà assisté à la prise d'un bateau ?

Pas un seul. Pourquoi n'étais-je pas étonné.
Je sais, je sais, on était durs avec eux. Tout le monde devait commencer quelque part, et tout le monde avait été un débutant un jour. On pouvait pas jeter la pierre sur un pauvre newbie.
SAUF QUE.
Sauf que quand vous débutez, il est souvent conseillé de se faire aider par quelqu'un qui a un tant soi peu d'expérience dans le domaine. Se jeter dans le feu de l'action directement, sans être rodé, c'est un peu comme... Aller à un examen sans même savoir de quoi la matière parle. Alors si en plus t'es déjà un manche à la base... Bref. Finalement, un petit maigrichon s'avança.

- Je n'ai pas participé, mais j'ai déjà assisté à la prise d'un bateau par des pirates.

Bon, admettons que ce serait mieux que rien. Cela faisait de lui, en quelque sorte, le plus expérimenté en la matière. Parce qu'à moins que ma chère cousine ait déjà fait dans la piraterie, moi, tout ce que je savais sur les bateaux et les abordages venait de mes bouquins ou de mes investigations. Je n'avais jamais rien vu « en direct ».

-A la bonne heure ! Vas-y, explique à tes camarades, on va mettre au point une stratégie. Emmet, un autre vrai cerveau ne sera pas de refus. Sektil, vous devez sûrement connaître votre objectif, alors vous allez nous en dire un peu plus sur la défense et l'organisation de ce bateau. Et ne me dîtes pas que vous n'en savez rien ou je crois que je vais m'énerver !

Je ne m'en étais pas réellement aperçu sur le moment, mais nous étions en train de prendre la tête du groupe sans trop de difficulté, alors qu'à la base c'étaient eux qui étaient venus nous voir pour nous engager. C'était pas plus mal mine de rien, ils me faisaient presque pitié maintenant.
L'abordage du maigrichon ressemblait à tout les autres abordages qu'on m'avait raconté, donc je n'avais pas grand chose à en apprendre. Ce que Sektil avait à nous dire sur le navire en lui-même était bien plus intéressant déjà. A la fois solide et rapide, il était également doté d'un Invisiblus, qui le rendait transparent quand il était immobile, d'un Silençus, ainsi que d'un dispositif qui brouillait les radars. Le Voile d'Ombre était un vrai fantôme. S'attaquer à lui en mer était du suicide, même pour les plus hardis des pirates. D'ailleurs, aucun de ceux qui avaient essayé, et ils étaient de moins en moins nombreux, étaient encore vivant pour en témoigner. Et même si les plans du vampyr pour voler la cargaison étaient tous aussi stupides les uns que les autres, au moins avait-il eu le bon sens de comprendre que l'attaquer à terre était la meilleure solution.

Il ne faisait aucun arrêt entre les deux ports, nous n'avions donc le choix qu'entre celui de Dors, et celui de Cava. Et vu que celui de Dors était plus militarisé qu'une caserne elfique, en sortir tiendrait du miracle. Du coup, nous n'avions plus vraiment le choix du tout. Et même à partir de ces seules certitudes, avoir un plan qui se tenait debout n'était pas si simple. Il y avait toujours quelque chose qui bloquait quelque part. Et les propositions de Sektil n'étaient pas d'une grande aide. Cela faisait un moment maintenant que nous discutions, et la taverne était relativement silencieuse à présent. Ce qui me permit de remarquer des bruits de pas qui venaient dans notre direction.

-Et bien messieurs, où en êtes-vous dans vos "projets" ? 

Vu le regard que Sektil jeta à l'homme qui avait parlé, j'étais près à parier mon arbalète qu'il s'agissait d'un homme du Syndicat.

-En plus vous engagez des gamines dans vos rangs ? 

Ouuh, ça n'allait pas lui plaire.
Elle se retourna vers lui avec un regard noir, mais pendant un instant, quelque chose changea dans son expression. Elle me regarda ensuite d'un air entendu. Bin quoi, qu'y avait-il ? Je jetai un petit coup d’œil en arrière, histoire de voir le type... Qui se trouvait être un Haut-Mage. D'accord, je comprenais mieux, il s'agissait sûrement de la cible d'Alka'lyhn.

*Elle demande ce qu'il faut faire maintenant. Parce qu'au final, toutes vos cibles sont là maintenant.*

*Pas faux. Mais d'un autre côté, à plus de 20 contre nous deux, on ira pas loin.*

*Tu rigoles, t'as déjà affronté une vingtaine d'Anges tout seul.*

*Oui, mais j'avais l'effet de surprise, et je suis quand même mort contre Tira. Là, on est encerclés, et même si la moitié sont des tanches, je doute fort que l'Ogre, le mage et les hommes du Syndicat soient des petites frappes.*


- Monsieur ! S'exclama Sektil. Oui, oui oui, nous sommes justement en train de mettre au point un plan pour...

- Gazlow veut son argent, Sektil. Pour l'instant, ce qu'il a investi dans ton groupe ne lui a rapporté que des ennuis. Tu sais ce que ça coûte de couvrir une attaque ?

- Oui, je...

- Non, tu rien du tout. Il veut que tu lui paye ce que tu lui dois, et dans les plus brefs délais. C'est-à-dire maintenant.


*Pour Alka'lyhn, on continue de jouer le jeu pour l'instant. Cette affaire va peut-être aller plus loin que nos missions initiales...*

*Qu'est-ce que tu comptes faire ?*

*J'ai un plan.*

*C'est un plan de merde.*

*La ferme.*


- Je pense qu'on peut s'arranger.

Tous se turent à ces mots. S'arranger avec le Syndicat ? Mais qui était ce fou ? Le Haut-Mage haussa un sourcil à la fois sarcastique et méfiant. J'avais gardé mon écharpe et ma capuche qui camouflaient une partie de mon visage, ne dévoilant que mon nez et mes yeux.

- Et vous êtes ?

- Emmet Crowley. Écoutez, nous avons tout les deux de l'argent à gagner dans cette histoire, ce n'est qu'une question de temps. Notre plan est déjà en place, et je peux vous assurer que dans deux jours, vous aurez plus d'argent que vous n'en demandiez...


Je glissai discrètement à son oreille.

- … vous autorisant donc à vous servir dans le surplus, cela va de soi.

Je vis une lueur d'intelligence dans le regard du mage. Je venais d'éveiller son avidité, en plus de sa curiosité, un bon duo gagnant. Il réfléchit pendant quelques secondes, avant de me répondre.

- Et si vous ne réussissez pas ?

- Ils seront probablement mort alors. Que ce soit maintenant ou dans deux jours, quelle différence si vous pouvez y gagner ?

- Il vaudra mieux pour eux qu'ils meurent s'ils échouent. Mais je marche.


*Dis à la cousine que si mon plan marche, on s'en sortira sans être emmerdés par le Syndicat, qu'elle aura la tête du mage, et que mes bandits seront arrêtés.*

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Mar 1 Juil - 20:54

Le vampyr sembla soudain un peu plus réveillé, et se redressa, tentant de paraître un minimum sûr de lui, et fit un pas dans la direction du Haut-Mage, se tournant ensuite pour lui désigner la table couverte de croquis.


-Monsieur ! Oui, oui oui, nous sommes justement en train de mettre au point un plan pour...


-Gazlow veut son argent, Sektil. Pour l'instant, ce qu'il a investi dans ton groupe ne lui a rapporté que des ennuis. Tu sais ce que ça coûte de couvrir une attaque ?

Et ouep mon gars, travailler dans l'illégal ça n'a pas que des côtés "cool". Surtout quand tu fais appel à une bande d'incompétents. Vu le niveau du groupe, si le coût était proportionnel à leur connerie, ça devait revenir sacrément cher. 

-Oui, je...

-Non, tu rien du tout. Il veut que tu lui payes ce que tu lui dois, et dans les plus brefs délais. C'est-à-dire maintenant.


L'avait pas l'air de bonne humeur la grosse balboune. Oui parce qu'on dira ce qu'on voudra, le Haut-Mage était assez...imposant. Et pas par ses idées si vous voyez de quoi il est question.
Alaka'lyhn refréna son envie de sauter à la gorge de l'homme et d'achever sa mission dans tous les sens du terme. Elle fit quelques pas en arrière et s'adossa nonchalamment contre le mur de l'auberge, histoire de se faire un peu oublier. 
Parce que si l'autre continuait à la chercher... Ben il allait la trouver.
Et ça risquerait de faire sauter leur couverture.
Avec quelques têtes au passage.
Faut bien des compensations.
Mais d'une part, si T'avila et Magister avaient demandé à la jeune femme de s'en occuper, c'est que ça devait être un sacré bon combattant (enfin un bon sorcelier quoi, parce que ce gars avait l'air avoir plus de graisse que de muscle. Genre 80% - 20% en proportions. La grande classe.), donc un peu long à combattre, donc à faire dans un endroit avec moins de monde ; et d'une autre part, elle ne voulait pas compromettre non plus la mission de son cousin. 
Donc elle ferait mumuse plus tard.


*Message pour toi : faut continuer de jouer le jeu pour l'instant, ça va peut-être aller plus loin que les missions initiales.*


Elle avait bien fait de garder son calme alors. Bonne initiative, oyeah.


*Ok, demande lui s'il a quelque chose derrière la tête.*


*Paraît qu'il a un plan.*


Elle roula mentalement des yeux.
Ca, elle s'en doutait qu'il avait un plan.
Mais qui consistait en quoi, justement ?
Bon, elle allait attendre et voir, la suite des événements lui donnerait des indices.


-Je pense qu'on peut s'arranger.

Re silence. 
Ouuh, il n'avait pas aimé le vieux.
Vu le regard empli de sarcasme et de méfiance qu'il lançait, il devait trouver Revan trop jeune et un peu prétentieux, certainement ? 

-Et vous êtes ?


Sous-entendu "qui pour oser vous adresser à moi de cette façon ?" 
Le ton moqueur disait tout. Même pas besoin de lire dans les pensées.


-Emmet Crowley. Ecoutez, nous avons tous les deux de l'argent à gagner dans cette histoire, ce n'est qu'une question de temps. Notre plan est déjà en place, et je peux vous assurer que dans deux jours, vous aurez plus d'argent que vous n'en demandiez...



Elle regarda son cousin s'avancer vers le Mage et éclata de rire intérieurement.
Parce qu'extérieurement elle donnait plutôt l'impression de s'enslurker gravement.
'Fin vous voyez le tableau quoi.
Ce qui la faisait rire, c'était le petit mouvement de recul qu'avait eu le vieux en voyant Revan s'approcher de son oreille.
Il avait eu peur qu'il l'embrasse, où... ?


-...vous autorisant donc à vous servir dans le surplus, cela va de soi.

Ah oui, intéressant. L'appât du gain était un très bon moyen de mettre une personne dans sa poche. 
En les lui remplissant.
En tout cas, pour le coup, il avait l'air plutôt d'accord.
Bah oui hein, dès qu'on te promet de l'or t'as le bruit des credits-mut qui font gling gling !

-Et si vous ne réussissez pas ?


*Et si tu prends mon poignard dans les...*


-Ils seront probablement déjà morts alors. Que ce soit maintenant ou dans deux jours, quelle différence si vous pouvez y gagner ?


Ouais, bon, sa pensée voulait à peu près dire la même chose.
Bah si ! 
...
SI !


-Il vaudra mieux pour eux qu'ils meurent s'ils échouent. Mais je marche.


*De Revan : si son plan marche, pas d'enslurks avec le Syndicat, on pourra se faire le vioc' et ses bandits à lui iront en prison.*


*Chic. Fais-lui passer que je le laisse faire le cerveau pour le moment, je me contenterai de jouer la brute de décoffrage à son service. C'pas Sektil qui va me contredire.*


Le Mage et Revan se rapprochèrent de la table, et la jeune elfe se planta devant le vieux Mage, bras croisés, regard féroce.


-Ecoute mon gros, j'aime pas qu'on me traite de gamine, vu ? Je sais pas si t'as déjà eu le loisir d'insulter un elfe, mais je te signale que t'as de la chance, parce qu'un autre que moi t'aurais égorgé avant de posé les questions.


-Serait-ce une menace ?


-A vous de voir.


Elle fit apparaître un de ses poignards pour appuyer ses propos. Elle voyait avec un certain amusement qu'il n'en menait pas large, et se doutait qu'il se demandait s'il devait utiliser sa magie pour la neutraliser, ou non.


*Y'a Revan qui te demande ce que brolk de slurk tu es en train de faire.*


*Fais-lui passer que je montre juste que je suis dangereuse... Mais qu'il a carte blanche pour montrer au vieux croûton qu'il n'a rien à craindre de moi tant que "Emmet" est là. Comme ça il lui fera encore plus confiance. Et personnellement je m'en fiche de passer pour ce que je suis déjà.*


*Une psychopathe ?*


*Yep.*

//je te laisse improviser cette partie//

Elle retourna s'adosser au mur en grognant, faisant tournoyer sa dague entre ses doigts, ne lâchant pas le Mage des yeux.
Puis elle détourna la tête, s'en désintéressant, et laissa les hommes régler leurs détails.


Dernière édition par Alka'lyhn Viirendhel le Ven 26 Sep - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Jeu 3 Juil - 23:41

*Ça lui va, tu fais le cerveau de la bande, elle met des baffes.*

Bien, parfait. Ça faisait plaisir de tomber sur quelqu'un qui ne remettait pas constamment en doute mes plans, pour une fois. Bon, d'accord, ils n'étaient pas toujours très au point, et leurs exécutions se passaient rarement comme prévu, mais bon, ils marcheraient sans doute un peu mieux si tout le monde faisait comme je disais de faire, et pas complètement l'inverse. Faut dire ce qui est, un plan peut être très mauvais, mais ne pas s'y tenir peut le rendre encore pire.  Avec le mage, nous revînmes à la table, mais avant que nous ne puissions nous asseoir, Alka'lyhn se planta devant lui.

-Écoute mon gros, j'aime pas qu'on me traite de gamine, vu ? Je sais pas si t'as déjà eu le loisir d'insulter un elfe, mais je te signale que t'as de la chance, parce qu'un autre que moi t'aurait égorgé avant de poser les questions.

-Serait-ce une menace ?

-A vous de voir.


Mais... Mais... MAIS ! Espèce de... C'était comme ça qu'elle suivait mon plan ?! Bon sang, j'avais réussi à mettre le gros en confiance, et voilà qu'elle s'amenait, comme une fleur, tranquille, et qu'elle le menaçait clairement. Super, merci beaucoup. Punaise, je déteste voir autant de mes efforts se casser la figure parce que quelqu'un n'a pas été capable de tenir sa langue quelques secondes. Oui non mais oui, vas-y, dégaine ton couteau, c'est pas exactement comme si une dizaine de types étaient sous ses ordres.

*Nox, qu'est-ce qu'elle fout ?!*

*Attends. Ah... Bon, elle lui montre qu'elle est dangereuse.*

*Merci, j'avais remarqué. Mais par les Anciens Dieux, pourquoi ?*

*Bah déjà, ça impressionne, et ensuite pour que tu lui montre qu'elle ne lui fera aucun mal tant qu'Emmet sera là. Et au passage elle s'en fiche de passer pour une psychopathe, se considérant déjà elle même comme une psychopathe.*

*Ahaha... C'est mignon.*


Hmm... Elle aurait pu me prévenir avant, mais je devais admettre que c'était une bonne idée. Du coup, la dimension « cerveau/baffe » était bien définie ici. Bon, il fallait que je ramène le gusse dans mes bonnes grâces, en le « sécurisant » quant à la jeune fille. Qui, mine de rien, était là pour lui planter une flèche entre les deux yeux. Je fis mine de calmer ma cousine en posant ma main sur son épaule... et attention de ne pas me la faire couper au passage.

- V'ihana, voyons, n'effraie pas notre invité. Veuillez excuser ma collègue, elle n'a effectivement pas pour habitude de poser des questions avant de frapper. Ça, c'est mon domaine. De ce fait, tant que je serai là, elle ne vous fera aucun mal, je peux vous le garantir. Si vous voulez bien vous asseoir...

Je jetai un regard entendu à ma cousine, signifiant que je prenais le relais et qu'elle pouvait... Je sais pas moi, se mettre dans un coin avec un regard mauvais, histoire qu'on sache toujours qu'elle était là, mais sans être trop menaçante non plus, façon épée de Damoclès. Non, tout comme vous, je n'ai pas la moindre idée de la façon dont un regard pouvait exprimer tout ça, mais cela sembla néanmoins marcher. Elle s'adossa contre le mur proche, en faisant virevolter son couteau. Elle avait fait forte impression sur le mage, qui pouvait difficilement détourner le regard de l'arme aiguisée qui tournoyait entre les doigts de la jeune elfe.

- Vous êtes toujours avec nous ?

- Vous êtes certain qu'elle ne...

- La Miss est une tueuse efficace, impulsive, mais elle ne fera rien tant que je ne l'aurai pas décidé. Et quand j'aurai votre accord quant à notre plan, vous pourrez tirer profit de ses talents. Juste... Ne la regardez pas trop longtemps, elle prendrait ça pour un défi. Vous savez ce que c'est... Les elfes. Bref ! Revenons-en au plan de ce cher Sektil.


Ce dernier, qui observait la scène depuis tout à l'heure sans rien dire, en espérant très fort que nous oublierions sa présence, sursauta. Il est vrai qu'aucun de ses plans ne tenait debout une seconde, et qu'à moins d'un miracle soudain, il ne pourrait pas nous en pondre un dans la minute. Je ne pouvais pas me permettre d'attendre qu'il se change en poule aux œufs d'or, j'allais devoir réfléchir vite.
Et la pression, il n'y a rien de mieux pour me motiver.

- Nous allons nous emparer du Voile d'Ombre quand il sera amarré au port de Cava. Une fois la bonne distance mise entre le quai et nous, aucun navire ne pourra nous rattraper, la véritable difficulté sera de le faire assez discrètement et rapidement. Il arrivera pendant la nuit, et ne déchargeront que le matin, nous laissant plusieurs heures pour agir.


Bon, j'avais annoncé les banalités, mais pas de véritable plan pour l'instant. Hmm, essayons de gagner un peu de temps en les faisant réfléchir.

- Pour la réception du "colis", y a-t-il un endroit précis ?

- Le Golfe Spanivien. Nous y avons une base.


Merci de l'information, les autorités compétentes allaient sans doute être ravies de cette nouvelles. Il devait sans aucun doute posséder un tas d'autres informations, mais ce n'était pas le moment de les lui faire cracher. Plus tard. Il faudrait que je prévienne Alka'lyhn avant qu'elle ne le tue trop vite, des fois qu'on puisse le torturer un peu.

- Parfait. Le problème, ici, sera de se débarrasser des gardes. Les Dorsiens et les Salterens seront difficiles à berner, mais nous avons pensé que nous pourrions utiliser ceci.

Je sortis de ma poche une petite fiole, l'une de celles que j'utilisais pour enduire mes fléchettes et mes seringues.

- Un laxatif. Pas très classe, mais moins suspect qu'un soporifique. Rien de tel pour faire en sorte qu'un garde quitte son poste, aussi loyal et fidèle soit-il.

- Et comment comptez vous le répandre ? Dès qu'ils sentiront vos seringues, ils donneront l'alerte.

- Grâce à un procédé astucieux : en piégeant le filtre à eau du navire. En cette saison, ils auront soif. En à peine une ou deux heures, tout ceux qui seront de quart auront bu un coup, et se retrouveront peu après avec une irrépressible envie de...

- Bon, bon, j'ai saisi le concept. Et après ?

- Les plus discrets d'entre nous monteront sur le navire, et neutraliseront ceux qui restent. De là, nous pourrons nous enfuir tranquillement, sans sonner l'alerte.


*T'as fait de meilleurs plans, tu le sais ça ?*

*Oui, mais j'en ai eu des pires aussi.*

*D'où t'as un laxatif sur toi maintenant ?*

*On sait jamais quand on peut avoir besoin de faire ch*er quelqu'un.*

*Et dans l'ensemble, à quel moment tu les arrêtes ? Parce que ta cousine se demande.*

*Une fois seul, j'appelle la garde de la ville, pour qu'ils envoient des hommes au fond de la cale quand le navire arrivera. Une fois à la base du Syndicat, ils sortiront, épaulés par des soldats Spaniviens qu'on aura prévenu aussi, et les arrêteront.*

*Façon Cheval de Troie, pas mal.*

*T'as tout compris.*

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Ven 4 Juil - 22:51

-Vous êtes toujours avec nous ?


-Vous êtes certain qu'elle ne...

-La Miss est une tueuse efficace, impulsive, mais elle ne fera rien tant que je ne l'aurai pas décidé. Et quand j'aurai votre accord quant à notre plan, vous pourrez tirer profit de ses talents. Juste...


Elle eut un sourire mauvais, relevant les yeux vers le Mage qui la fixait toujours. "Tirer profit de ses talents". Il ne croyait pas si bien dire.  



-... Ne la regardez pas trop longtemps, elle prendrait ça pour un défi. Vous savez ce que c'est... Les elfes. 


Il reporta immédiatement son attention sur Revan.
Ce qu'il était courageux...


-Bref ! Revenons-en au plan de ce cher Sektil.

De la où elle était, la jeune elfe observa le vampyr qui venait de sursauter à l'évocation de son nom. 
Il semblait étrangement sur les nerfs... Franchement, il n'y avait pas de quoi, hein.
Ah si, oui, bon, ok. Il était très légèrement en danger de mort prochainement imminente s'il ne trouvait pas très rapidement un bon...ok pas trop en demander non plus. Un...plan qui fonctionnerait plus ou moins bien pour s'emparer du Voile d'Ombre.
Un jeu d'enfant !
Bah c'était mal parti.
Elle regarde ensuite dans la direction de Revan, qui semblait réfléchir à toute vitesse.
Ah. La suite allait être un peu plus intéressante.


-Nous allons nous emparer du Voile d'Ombre quand il sera amarré au port de Cava. Une fois la bonne distance mise entre le quai et nous, aucun navire ne pourra nous rattraper, la véritable difficulté sera de le faire assez discrètement et rapidement.


Il n'y avait qu'à regarder l'ogre pour juger du niveau de facilité.


-Il arrivera pendant la nuit, et ils ne déchargeront que le matin, nous laissant plusieurs heures pour agir.


Bien brodé. Commencer par les grandes lignes pour finir dans le détail, pas mal pour gagner du temps.


-Pour la réception du "colis", y-a-t'il un endroit précis ?


Elle leva les yeux au ciel mentalement. Il n'était pas si con que ça le Mage, quand même, il n'allait pas révéler une information capitale qui pourrait être grandement précieuse si jamais des espions se trouvaient dans l'auberge et...


-Le Golfe Spanivien. Nous y avons une base.


Ah.
D'accord.
Bah oui, normal.
Donc il est vraiment bête en fait.
Ou alors il fait semblant. Mais il le fait vraiment très bien alors.


*Y'a Nox qui prend l'initiative de te faire passer que quand tu auras le gros se serait cool de le cuisiner un max' avant d'en finir.*


*C'est noté. Il n'en aura que plus de saveur. De toute façon c'est ce que je comptais plus ou moins faire.*


-Parfait. Le problème, ici, sera de se débarrasser des gardes. Les Dorsiens et les Salterens seront difficiles à berner, mais nous avons pensé que nous pourrions utiliser ceci.



Elle leva les yeux vers son cousin, regardant avec intérêt la fiole qu'il venait de sortir.
Que pouvait-elle bien contenir ?


-Un laxatif. Pas très classe, mais moins suspect qu'un soporifique. Rien de tel pour faire en sorte qu'un garde quitte son poste, aussi loyal et fidèle soit-il.


La grande classe, effectivement. De quoi mettre au sens propre de nombreuses métaphores.
Quoi que..."propre" n'est peut-être pas le terme approprié.


-Et comment comptez-vous le répandre ? Dès qu'ils sentiront vos seringues, ils donneront l'alerte.


Ce Mage les prenait vraiment pour des bleus ! (pour les non initiés, l'expression vient du fait que lorsqu'ils naissent, les elfes violets sont bleus. Donc ne savent rien faire ni ne savent rien tout court à cette période de leur vie.)


-Grâce à un procédé astucieux : en piégeant le philtre à eau du navire. En cette saison, ils auront soif. En à peine une ou deux heures, tous ceux qui seront de quart auront bu un coup, et se retrouveront peu après avec une irrépressible envie de...


-Bon, bon, j'ai saisi le concept. Et après ?


-Les plus discrets d'entre nous monteront sur le navire, et neutraliseront ceux qui restent. De là, nous pourrons nous enfuir tranquillement, sans sonner l'alerte...


Le plan plaisait plutôt bien à la jeune elfe. Il y avait juste une partie qui n'était pas très claire pour elle.


*Je demande à Revan quand est-ce qu'on s'amuse ?*


*Tu lis dans mes pensées ma belle ! ... Oui, justement. Bref. Je t'en prie ! *


*Il dit qu'il va appeler la garde de la ville une fois qu'il sera seul pour charger la cale du navire de soldats qui sortiront une fois à la base du Syndicat, avec des soldats Spaniviens qui auront été prévenus et qui viendront les arrêter.*


Elle se passa tous les éléments en mémoire, histoire d'être certaine d'avoir bien tout compris... Prévenir discrètement la garde, infiltrer le filtre à eau du bateau pour faire -littéralement- slurker l'équipage, investir le bateau, arriver à la base puis faire la livraison des bandits aux autorités. Puis récupérer sa grosse balboune dans la mêlée.
Biiiien ça lui semblait convenable.
Alkane se rapprocha de la table, dégagea sans vergogne l'un des mercenaires de son tabouret et se pencha au dessus du dernier croquis, représentant plus ou moins le plan de Revan avec le schéma du bateau à l'intérieur.
Le vieux Mage avait sursauté violemment en l'ayant vu s'installer aussi près de lui, mais elle ne lui jeta qu'un regard dédaigneux avant de se repencher sur le plan.


-Aaaalors j'suppose que j'vais d'voir me charger d'contaminer l'filtre ? Parce que franchement, question discrétion, les humains, vous serez repérez à cent tatrols tellement vous êtes discrets. 



Elle regarda sur sa gauche, faisant une grimace de dégoût.


-Et j'vous parle même pas de l'ogre... Donc j'me charge de régler ça ? Tu me connais Emmet, enslurker les autres c'ma spécialité.


La jeune elfe regarda son cousin qui opina de la tête, pour donner son accord. Ca ne semblait pas convenir à Sektil, qui eut l'extrême impolitesse de vouloir protester.


-Ah pardon jeune fille, mais je suis un Vampyr ! Et un BSH ! Je pense sans problèmes pouvoir rivaliser avec...


Elle se leva brutalement, faisant basculer la table au passage et Sektil se retrouva avec un joli poignard sur la carotide avant que quiconque n'ait pu comprendre ce que venait de ce passer.


-Tu veux parier, pompe à sang ? se mit-elle à susurrer en le fixant de son regard cristallin.  
 
-Vous ne pourriez pas la calmer un peu ? chuchota le Mage dans l'oreille de Revan qui se trouvait juste à côté.


Pour faire bonne mesure, Alka'lyhn fit comme si elle n'avait pas entendu ce qu'il venait de dire.


-V'ihana, calme-toi et range ce poignard, veux-tu ? Tu t'occuperas de cette partie et personne ne le fera à ta place. Des objections ?


Apparemment pas. 
Bien qu'elle se soit tournée dans un un-peu-trop impeccable mouvement de demi-tour vers Revan lorsque ce dernier l'avait appelée, et que par conséquent le vampyr ne se faisait plus de mauvais sang.
Enfin un peu moins.
Au fait... Ca a bien du sang les vampyr ?
Bref, bien que "tout cela", personne ne vint recontredire les propos dit précédemment.  
Affichant à présent un visage serein, elle se retourna avec vivacité vers Sektil, qui retint son souffle.


-Il arrive quand au fait vot'bateau ?


-D...Demain soir.



Elle fit craquer ses jointures, affichant cependant un air parfaitement calme. Presque effrayant de sérénité en fait, car totalement imprévisible.


-Parfait. Alors si tu le permets, Emmet, j'vais aller me trouver un arbre pour dormir et j'vous laisse finir les détails. T'auras qu'à me dire quoi faire demain au dernier moment, t'sais que j'discute pas les ordres.


-Vous...allez dormir dehors ?



Elle le regarda comme s'il venait de dire une énormité, et le vieux eut soudainement très peur. Il n'avait pas l'air au courant que les elfes dormaient dans des arbres ? Beaucoup plus confortable que le reste des endroits pour dormir.


-Parce que vous croyez que j'vais trouver un arbre dans c'auberge, p't'etre ? Ou vous préférez que j'vienne dans votre lit ?


Le Mage sentit bien que le seul sous-entendu qui émanait de cette phrase était "pour vous égorger", et il s'abstint donc de répondre de façon qui aurait pu être, disons, mal interprétée. Avant qu'il puisse ajouter quoi que ce soit d'autre, la jeune elfe passa par dessus la rambarde de la mezzanine puis sortit de l'auberge, allant se caler dans un bon petit coin bien confortable pour un elfe.


*Fais passer à Revan que je lui souhaite du courage et une bonne nuit par la même occasion, et que je m'excuse d'être partie mais là il y en a au moins un qui allait finir...ou plutôt ne pas finir la nuit.* 


Dernière édition par Alka'lyhn Viirendhel le Ven 26 Sep - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Mer 9 Juil - 1:16

Alka'lyhn fit sursauter le vieux en s'approchant discrètement.

-Aaaalors j'suppose que j'vais d'voir me charger d'contaminer l'filtre ? Parce que franchement, question discrétion, les humains, vous serez repérés à cent tatrols tellement vous êtes discrets. Et j'vous parle même pas de l'ogre... Donc j'me charge de régler ça ? Tu me connais Emmet, enslurker les autres c'ma spécialité.

Je n'y voyais pas d'inconvénient, alors je hochais la tête. En vérité, étant donné que c'était la pierre angulaire de mon plan, il valait effectivement mieux que ce soit elle qui s'en charge et pas un autre. Surtout pas l'un des camarades de Sek'til, ce serait torpiller notre propre plan avant même de l'avoir mis en route. Celui, cependant, ne semblait pas être d'accord.

-Ah pardon jeune fille, mais je suis un Vampyr ! Et un BSH ! Je pense sans problèmes pouvoir rivaliser avec...

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase, car la jeune elfe se jeta sur lui en renversant la table pour le menacer de sa lame. Je levai les yeux au ciel en secouant la tête. Elle prenait son rôle un peu trop à cœur. Mais si elle pouvait rester crédible tout en s'amusant, je n'allais pas la priver de ce plaisir. Tant qu'elle ne les tuait pas vraiment.
 
-Vous ne pourriez pas la calmer un peu ? Me chuchota le mage.

Oh, c'est vrai que c'était mon boulot. Soupirant un bon coup, je me levai de ma chaise, à laquelle j'étais tranquillement resté assis pendant que la cousine faisait son petit numéro.

-V'ihana, calme-toi et range ce poignard, veux-tu ? Tu t'occuperas de cette partie et personne ne le fera à ta place. Des objections ?

C'était purement rhétorique, après ce petit coup de sang, personne n'allait se risque d'émettre même le plus insignifiant semblant de protestation. Et un imbécile se risquait réellement à le faire... Bin c'était qu'en plus d'être stupides, ils étaient fous. Et dans ce cas, leur ôter la vie revenait presque à de la miséricorde. Mais aucun ne vint la ramener, comme prévu. Bien, plus j'avais de prisonnier à ramener vivant, mieux on me payait.

-Il arrive quand au fait vot'bateau ?

-D...Demain soir.

-Parfait. Alors si tu le permets, Emmet, j'vais aller me trouver un arbre pour dormir et j'vous laisse finir les détails. T'auras qu'à me dire quoi faire demain au dernier moment, t'sais que j'discute pas les ordres.

-Vous...allez dormir dehors ?

-Parce que vous croyez que j'vais trouver un arbre dans c'auberge, p't'etre ? Ou vous préférez que j'vienne dans votre lit ?


J'avais dans l'idée que cette invitation, d'une part, n'en était pas réellement une, et d'autre part, que ce n'était pas pour faire des choses peu religieuses qu'elle viendrait. Enfin, disons que ça dépendait de la religion, certaines considèrent que le meurtre est une façon d'exprimer son dévouement, Et... Enfin bref, vous m'avez compris. Sur ce, elle s'en alla en enjambant la rambarde proche.

*Elle te souhaite la bonne nuit, et du courage avec eux. Elle s'excuse aussi d'être partie, mais au moins quelqu'un va finir... Ou plutôt ne pas finir la nuit.*

*J'ai pas bien compris ta dernière phrase.*

*Moi non plus.*


Bon, tant pis. J'avais plus ou moins compris l'idée de toute façon : ce serait à moi de me farcir les autres andouilles une partie de la nuit, pour leur expliquer quel groupe ferait quoi et tout le reste. Bon sang, ça va être long. Heureusement que je n'avais pas besoin de dormir, sinon je vous raconte pas la tête de déterré que j'aurais eu demain matin. Bon, autant s'y mettre tout de suite.

Je ne savais pas ce qui était le pire, les gens qui comprenaient le plan, mais qui ne voulaient pas l'appliquer – Lei, c'est toi que je regarde – ou ce qui ne le comprenaient juste pas. Les uns comme les autres, ils mériteraient des baffes de toute façon. C'était un peu comme décider ce qui était le pire entre la stupidité et la désobéissance. Mais bon, pour en revenir à notre petit groupe, je pense que vous avez parfaitement compris dans quelle catégorie ils se situaient. Ils étaient d'une lenteur... Je pense que si on remplaçait leurs cerveaux par UN escargot, ils verraient le monde en accéléré. Heureusement que certains étaient encore à peu près fournis niveau matière grise – genre deux neurones au lieu d'un – et pouvaient expliquer aux autres, sinon on y était encore. Et étonnamment, de tout ceux présents, c'était l'ogre qui semblait le moins bête. C'est dire le niveau, quand même. Bon, je ne comptais pas les membre du Syndicat, eux ne faisaient qu'écouter attentivement, et étaient sans doute plus intelligents.

*C'est pas dur.*

*C'est pour ça que je dis « sans doute ».*


Mais ils avaient finalement compris leur différents rôles, et s'étaient éclipsés pour aller dormir. Le mage et ses hommes, qui à la base n'avaient pas prévu de rester, firent de même. Parfait. Je sortis de la taverne, il devait être quelque chose comme trois heure, quatre heure du mat', et les étoiles faisaient exploser le ciel de leur lueur. Nox descendit du toit où il était posté depuis tout à l'heure, et se posa sur mon épaule, tandis que je m'asseyais contre le mur. Bon sang, ce genre de mission pouvait être épuisantes parfois. Le Syndicat quoi... Genre les mafias russe, irlandaise et italienne, les triades chinoises et les Yakuzas japonais, tous ensembles, condensés. En pire. Bof, ça ne pouvait pas être pire que les Anges de toute façon.

Je pris mon arbalète, et commençait à l'examiner. Oui, encore, je sais. Je suis très méticuleux en ce qui concerne mes armes, d'accord ? Je veux que le fonctionnement marche à la perfection, c'est tout. Là, voilà, par exemple, il y avait un léger décalage d'un demi millimètre. Ce n'est peut-être rien pour certains, mais pour moi, c'est aussi dangereux que de se battre avec une épée rouillée. À 200 mètres, ce petit demi-millimètre, là, il devient des centimètres, des centimètres qui peuvent faire la différence entre un homme touché au torse et un homme touché au cœur. Et puis bon, j'adore triturer mes outils de travail, alors laissez moi faire, ok ? Et puis à qui je parle moi, d'abord, vous n'êtes même pas vraiment là.

*Ah, si lui aussi se met à briser le 4e mur, ça va être rigolo.*

*Hein ?*


Les heures passait, il devait maintenant être 6h et quelques. C'était le bon moment. Après avoir vérifié que personne ne m'observait, je tapotais sur ma boule de cristal incrustée dans mon gantelet. Un visage endormi apparu sur l'écran.

- Allo ?

Pas de réponse. Si, un ronflement. Mais c'est pas une réponse.

- OH !

La jeune femme releva la tête brusquement, une feuille de papier collée à la joue.

- Ui ? Kéceuj'peufairprffrrrzzzzzzz... AH ! Pardon, pardon, je, oui je, que puis-je pour vous ?

- Prenez un bon café.

- Quoi ?

- Vous allez en avoir besoin. Un groupe de bandits va s'emparer du Voile d'Ombre dans la nuit de demain, et j'ai besoin que des gardes soient dans la cale avec la cargaison quand ça arrivera.


- Je... Je vous passe mon chef.

Aaah, les joies de l'administration. Au moins, on était pas obligés de se taper pendant trente minutes les Quatres Saisons de Vivaldi, même si c'était très jolie, il fallait avouer qu'on était pas là pour écouter un foutu concerto.

- Qui est à l'appareil ?

- Mengsk ? C'est moi, Revan Helm.

- Oh la vache, ça fait longtemps ! C'est quoi cette histoire de bandits ?

- La vérité. Je suis infiltré chez eux avec ma cousine, et je crois que ça peut nous mener à quelque chose d'énorme.

- Genre comment ?

- Le genre que je peux pas en parler à n'importe qui n'importe où, alors faut que tu me fasse confiance sur ce coup là.


C'était un peu quitte ou double. Mengsk était l'un de mes principaux contacts avec les autorités omoisiennes, mais ça n'en faisait pas un ami. Un allié potentiel seulement. Mais avec le Syndicat, il était souvent difficile de savoir qui était ou non impliqué. Alors il valait mieux garder secret ce genre d'information. Maintenant, il était fort possible pour qu'il refuse d'envoyer des hommes sans savoir pourquoi.

-... Bon, d'accord. Mais c'est bien parce que je te connais. Le port de Cava, c'est ça ?

- Exact. Merci vieux, tu me sauves la vie.


Bon, maintenant, je devais m'occuper de la réception à Spanivia... Malheureusement, là-bas, je n'avais aucun contact. Et avec les relations actuelles, il était peu probable que les Spaniviens suivent les ordres d'un Lancovien qui travaille avec des Omoisiens. Est-ce que je me risquerais à ne pas demander de renforts ? Pas sûr, si il fallait prendre d'assaut une base entière remplie de soldats chevronnés, de l'aide serait nécessaire. Engager des mercenaires alors ? Ça commencerait à revenir cher cette histoire. Parce qu'il ne fallait pas oublier qu'à côté de ça, on ne toucherait jamais réellement l'argent du pillage. Chiotte. Peut-être Alka'lyhn aurait-elle une idée...

*Appelle la cousine, dit-lui que je suis dehors, et que j'ai besoin de son aide. Je n'ai aucun renfort qui pourrait nous assister côté rive à Spanivia, si elle a un idée, ce serait super.*

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Dim 13 Juil - 16:04

Elle était en hauteur sur un arbre centenaire (au moins) et avait pensé à réactiver son gadget d'invisibilité avant de grimper.
Histoire de pouvoir être un peu tranquille pendant un instant.
Pratique ce truc, en rentrant de mission elle allait donner un très bon rapport sur ce prototype. 
Sur les autres aussi d'ailleurs.


Elle prit la petite pochette en cuir de spalendital (du moins qui y ressemblait) qui se trouvait à la ceinture de son short brun et la posa sur la branche où elle se trouvait. 
Branche qui était tellement large que la jeune elfe pouvait s'y allonger dans le sens de la largeur sans que l'un de ses membres ne pende dans le vide.


Elle se déshabilla ensuite, rangeant le short et sa chemise blanche dans la pochette, puis en sorti sa "vraie" tenue. Celle qu'elle préférait par dessus tout. Celle des Elites de Selenda.
L'ennui avec cette tenue était qu'elle était facilement identifiable lorsque l'on avait déja croisé/entendu parler d'un Elite.
Bon...Pour le côté "croisé", il y avait un peu moins de risque de pouvoir en parler après. Car lorsque l'on croisait un Elite (en dehors de Selenda) c'était soit qu'il était spécialement là pour faire la peau de la personne, et donc qu'elle n'aurait plus l'occasion d'en parler car ils rataient trèèèès rarement leurs coups. Soit que l'on s'était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, et dans ce cas on risquait quand même de voir son espérance de vie franchement raccourcie. A moins de se faire très discret et de faire comme si l'on n'avait rien vu.
Et ça ne fonctionnait pas toujours comme ça.


La jeune elfe commença par revêtir sa longue robe-tunique noire au tissu fluide, fendue de chaque côté jusqu'aux cuisses afin de ne pas risquer d'entraver ses mouvements. Elle rajouta par-dessus une sorte de corset en keltril argenté souple descendant jusqu'au bassin, serti de symboles elfiques, qui la protégeait efficacement malgré l'armure fine comme une feuille. 


Elle raccrocha ensuite sa sacoche à la ceinture de cuir se trouvant à sa taille, et pour finir redonna à son arc son apparence normale. Le bois c'était bien joli... Mais elle préférait la version en métal elfique. Biiiiien plus performant.


Se sentant à présent tranquille, elle s'adossa au tronc de l'arbre, faisant l'inventaire de son "petit matériel", vérifiant que toutes ses lames étaient correctement affûtées.

*Bouh !*


La jeune elfe leva les yeux, regardant l'ombre sur la branche du dessus. C'était pratique la capacité des elfes qui les rendaient nyctalopes. Pas besoin de sort/objet spécial en plus pour ça.


*Tiens, bonsoir toi, tu as fini ta partie de chasse ?*


*Oui, et je me suis bien amusée !*


*Tu penses tenir combien de temps avec tout ce que tu as avalé ?*


*Mmh... Jusqu'au matin ?*


*Espèce de ventre à pattes... Bon, bah tant que tu seras prêtes à me rejoindre si je t'appelle, tu sais que tu peux aller chasser autant que tu le veux.* 


*D'acc, mais pour l'instant je vais faire un somme.*


Alka'lyhn sourit puis souhaita bonne nuit à son familier. 
Minute...
Comment Maalën avait-elle pu savoir qu'elle se trouvait là alors qu'elle avait mis son gadget ? Elle était censée être invis...
Ah.
Bien sûr.
Son arc, qui était posé sur la branche, juste à côté d'elle.
Erreur facile, à éviter plus tard si possible.




Elle finit par s'endormir, mais tout en gardant ses sens en alerte, au cas où.
Vers six heures, elle fut soudainement réveillée par une présence assez proche. La jeune elfe ouvrit les yeux et scruta aux alentours, finissant par voir Revan adossé à l'un des murs de l'auberge, Nox près de lui.
Vu qu'elle était réveillée... Autant aller voir ce qu'il faisait.
Histoire de ne pas le déranger, elle garda son gadget allumé et sauta de l'arbre, atterrissant souplement sur le toit de l'auberge, puis se laissa couler jusqu'à celui de l'écurie, contre laquelle Revan était adossé. Le toit était beaucoup moins en hauteur à cet endroit, ce qui faisait qu'en étant allongée dessus elle n'était qu'à deux mètres de son cousin.
Donc entendait parfaitement bien.


-Allo ? ... OH !


-Ui ? Kéceuj'peufairprffrrrzzzzzz... AH ! Pardon, pardon, je, oui je, que puis-je pour vous ?

L'avait pas l'air bien réveillée la personne que son cousin essayait de joindre.

-Prenez un bon café.


-Quoi ?


-Vous allez en avoir besoin. Un groupe de bandits va s'emparer du Voile d'Ombre dans la nuit de demain, et j'ai besoin que des gardes soient dans la cale avec la cargaison quand ça arrivera.


-Je.. Je vous passe mon chef.


-Qui est à l'appareil ?


-Mengsk ? C'est moi, Revan Helm.


-Oh la vache ça fait longtemps ! C'est quoi cette histoire de bandits ?


-La vérité. Je suis infiltré chez eux avec ma cousine, et je crois que ça peut nous mener à quelque chose d'énorme.


-Genre comment ?


-Le genre que je ne peux pas en parler à n'importe qui n'importe où, alors faut que tu me fasses confiance sur ce coup-là.


-... Bon d'accord. Mais c'est bien parce que je te connais. Le port de Cava c'est ça ?




-Exact. Merci vieux, tu me sauves la vie.


*Alkaaane t'a un message : Revan te fait dire qu'il est dehors...


*Sans blague.*


*...et qu'il a besoin de ton aide. Il manque de renforts à Spanivia, et voudrait savoir si tu as une idée. Ce serait super.*


Elle se mit à réfléchir pendant un petit instant puis un sourire apparut sur son visage. Oui, elle avait une idée. Mais peut-être que ça n'allait pas beaucoup plaire à Revan.
Mais ils n'avaient pas le choix, de toute façon.
Elle s'étira puis se glissa à terre, atterrissant juste à côté de son cousin, puis désactiva son gadget.


-Je pense avoir une id...Wow ! Pointe ce truc ailleurs s'il te plait, c'est juste moi !


Elle s'était retrouvée à loucher devant l'arbalète de son cousin.
C'est vrai, elle avait oublié à quel point il était réactif, et avait horreur d'être surpris.
Pff... S'il n'y avait plus moyen de s'amuser.




Elle leva les yeux au ciel face au reproche qu'il venait de lui faire tout en repliant son arme.
Oui, elle le savait qu'elle avait de la chance. 
De toute façon elle aurait su esquiver l'arme avant de la prendre dans la figure.
Avantage de l'agilité elfique.


-Si tu as fini de m'engueuler, je peux peut-être te dire l'idée que j'ai pour la base de Spanivia. 


Un autre aurait déjà eu la tête arrachée pour moins que ça.
La jeune elfe croisa le regard noir de son cousin, mais qui apparemment n'avait plus rien à ajouter, donc elle se lança.

-Bon alors, ce que je te propose... C'est de demander de l'aide à mes autres amis Elites. Tu en penses quoi ?


Vu son air surpris, il devait s'attendre à tout sauf à ça. Faut dire que les Elites n'étaient pas réputés pour leur coopération avec les autres races autres que leurs supérieurs. 
Et encore.
Par contre ils avaient un atout qui était incontestable : leur puissance. Un Elite seul, c'est déjà très dangereux.
Un groupe d'Elites, c'est... "cours pour ta v...ah non, trop tard".


Dernière édition par Alka'lyhn Viirendhel le Ven 26 Sep - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Mar 15 Juil - 22:36

-Je pense avoir une id...

Par pur réflexe, je portai ma main à mon mollet pour attraper mon arbalète, et pointai une fraction de seconde plus tard le viseur vers la voix derrière moi...

- Wow ! Pointe ce truc ailleurs s'il te plait, c'est juste moi !

… Qui appartenait en fait à Alka'lyhn. Bon sang, mais elle n'avait pas idée de me surprendre comme ça ! D'ailleurs, c'était vraiment étonnant, parce que personne ne parvenait à me surprendre d'habitude. Elle devait sûrement avoir utilisé son engin pour la faire disparaître. Furieux, je lui répondis tout en repliant mon arme, tandis que Nox, qui s'était envolé de mon épaule de peur quand je m'étais retourné, revint avec des yeux qui lançaient des éclairs. Il était encore plus nerveux que moi.

- Sans déconner, préviens avant de faire ça ! T'as vraiment de la chance que j'ai reconnu ta voix au bon moment.

-Si tu as fini de m'engueuler, je peux peut-être te dire l'idée que j'ai pour la base de Spanivia. 


Oui, ça j'avais à peu près compris, ou alors elle venait littéralement de risquer sa vie pour pas grand chose.

-Bon alors, ce que je te propose... C'est de demander de l'aide à mes autres amis Élites. Tu en penses quoi ?

Les Élites... genre... Les Élites ? Wow, euh... Je devais avouer que niveau renfort, je m'attendais à pas mal de trucs, sauf à ça. Elle pouvait faire ça ? Je veux dire... Elle en avait la possibilité ? Les Elites ne se déplaçaient pas pour rien, pas pour tout le monde, et surtout, pas sur ordre de n'importe qui. En mobiliser un était déjà énorme, alors tout un groupe. Enfin, d'un autre côté, si elle le pouvait vraiment c'était tant mieux, mais il fallait les prévenir à l'avance que le but, c'était de capturer les bandits, pas de leur faire la peau. Et accessoirement, il fallait faire attention avec les infos qu'on pourrait glaner : si elles tombaient entre les mains des Elfes, j'allais sûrement en prendre pour mon grade une fois rentré au Lancovit.

- Ça me paraît une bonne idée. Mais on est bien d'accord : les bandits sont à moi. Je te laisse, je retourne dans la taverne, sinon les lève-tôt vont se poser des questions.

Je pris la direction du bâtiment, laissant la cousine régler les détails.

*Tu devrais pas rester espionner pour savoir comment elle a accès à la crème de la crème de Selenda ?*

*C'est le genre de chose dont je devrais pas être au courant si tu veux mon avis. Les Elfes peuvent déjà pas m'encadrer, j'ai pas envie de leur donner une bonne raison pour m'envoyer « ad patres ». Je suis bon, mais pas au point d'affronter les chevaucheurs de pégases.*

*Mais tu aimerais ces infos.*

*Exact. Mais j'ai tout mon temps, ne nous précipitons pas. Il fait peu de doute que j'en apprendrai plus un peu plus tard.*


Ce qui me faisait un peu plus peur déjà, ce serait la réaction des Elites quand ils me verraient. Soit Alka'lyhn allait leur parler de moi, et dans ce cas la collaboration ne serait pas de tout repos, soit elle tairait mon implication, et dans ce cas, ils allaient être « relativement surpris », ce qui impliquerait sûrement moult et diverses complications, aussi plus communément appelées gros paquet d'emmerdes.

*Classe.*

Mais bon, au moins on était sûr que les renforts seraient efficaces.
A l'intérieur, certains bandits venaient à peine de se lever. Ils étaient très matinaux mine de rien, pour des esprits aussi lents. J'en pris un par le colbac, fermement mais pas trop violemment non plus, juste histoire qu'il comprenne qu'il fallait m'écouter, et de préférence attentivement.

- Réveilles les autres, on lève le camp.

- M...M... Maintenant ?

- Non, l'année prochaine. Magne-toi, on a pas de temps à perdre.


Il opina rapidement, et se précipita en direction des chambres. Je me tournai vers ceux qui étaient déjà descendus avec lui, et ils commencèrent à ranger leurs affaires. Bien, ça se bougeait un peu, on pourrait peut-être en faire quelque chose. A côté, l'Ogre était également réveillé, mais lui semblait près à partir. Il me regardait de ses petits yeux rouges, tandis que je plissais les miens. Il y avait quelque chose qui clochait avec ce géant brun. Ce n'était pas quelque chose qui se voyait, c'était... instinctif. Un truc n'allait pas, je le sentais. C'était comme si... Lui aussi sentait que je ne jouais pas franc-jeu. Ce qui était le cas, donc il était peut-être une menace. J'allais devoir le surveiller de près.

Je ressorti voir la cousine, qui venait de finir sa conversation.

- Ils sortent bientôt, on part quand ils sont tous là.

*Dis lui qu'il faudra surveiller l'Ogre, j'ai l'intime conviction qu'il en sait plus qu'il n'en a l'air.*

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Sam 19 Juil - 17:08

-Ça me parait une bonne idée. Mais on est bien d'accord : les bandits sont à moi. Je te laisse, je retourne dans la taverne, sinon les lève-tôt vont se poser des questions.


Elle avait levé les yeux au ciel. Bien sûr que les bandits étaient à lui, elle avait compris ! Ce dont elle avait besoin, elle, c'était de s'occuper du gr...du vieux Haut-Mage.
Et puis lui tirer un peu les vers du nez au passage.
Avant de, pourquoi pas, lui tirer dessus tout court.
Elle avait pas encore établi son programme des festivités.




La jeune elfe regarda son cousin rejoindre l'intérieur de l'auberge puis retourna au sommet de l'arbre où elle avait laissé son arc sous la garde de Maalën.
Qui dormait profondément.
Elle sourit, caressant doucement la boule de poil blanche qui ne broncha pas.
Cela ne faisait que quelques mois qu'elle était liée au krakdent albinos, mais elle avait fini par s'y habituer.
Et cette dernière se trouvait être un argument de choix, parfois. Lorsqu'elle ne sautait pas à la gorge de tout ce qui bougeait.
Au risque de créer quelques incidents regrettables.




Elle se recala ensuite contre le tronc épais de l'arbre, s'adossant confortablement, puis sorti sa boule de cristal cryptée.
Cette dernière était directement reliée à la caserne des Elites, et il fallait un code spécial pour l'activer. Et être un elfe. Oui, parce qu'elle était capable de détecter si la personne en face était de race elfe ou non.
Elfe pur, bien sûr.




Alka'lyhn rentra son code puis attendit un peu. Au bout de deux minutes un visage apparut. Un visage violet au regard vert clair.
La jeune elfe grimaça intérieurement. 
Les Elites comprenaient une trentaine d'elfes, et il fallait que ce soit elle qui lui réponde...
Bon, ce n'était pas son jour de chance, apparemment. 


-V'ira, que ta flèche vole droit.


Fallait quand même être polie. Et puis Alka'lyhn se devait de montrer l'exemple, étant l'une des meilleures du groupe. Elle avait donc une certaine autorité sur les autres.


-Et qu'elle transperce les cœurs. Alka'lyhn, que me vaut ce déplaisir ?


-Je te rassure, ce n'est pas pour tes beaux yeux que j'appelle à cette heure là. Il n'y a personne d'autre dans les parages ?


-Eeet bien non. Et je n'ai pas que ça à faire, alors si tu n'as rien à ajouter je vais...


-Alkane ! Que ta flèche vole droit, ma belle, comment tu vas ?


A l'arrivée de la nouvelle voix, V'ira fit la moue mais n'eut pas d'autre choix que de laisser la place au nouvel arrivant, ce dernier venant de la dégager d'un coup de rein.
La jeune elfe sourit en voyant l'image d'un grand elfe noir aux cheveux d'argent se placer face à elle.


- Et qu'elle transperce les coeurs. Je vais bien Aldeh'an, merci, et toi ?


-Oh, la routine, on s'ennuie un peu ici, toi tu es en mission mais tout est calme pour nous.



Le sourire de la jeune femme s'élargit. Elle en connaissait au moins un qui allait être content. Ce dernier la scruta du regard, puis eu un sourire en coin. 


-Toi, tu as une idée derrière la tête ou je ne m'appelle plus Aldeh'an.


-On ne peut rien te cacher... En effet, il se trouve que j'aurai...disons...besoin d'un petit coup de pouce pour ma mission.


-Tu ne vas pas me dire que le vieux te pose problème ? Avec S'elnil et Férée, tu es la seule de mon niveau ! 


Elle leva les yeux au ciel. Les trois autres avaient été légèrement vexés que la jeune elfe soit capable de les battre aux entraînements alors qu'elle avait une cinquantaine d'années d'expérience en moins. Pour le plus jeune des trois. Mais tous les quatre avaient fini par bien s'entendre, et les trois elfes étaient devenus les rares personnes que la jeune elfe pouvait compter dans ses "amis".


-C'est plus compliqué que ça. Je ne peux pas tout t'expliquer ici. Mais laisse-moi te dire qu'il y a une grosse grosse baston de prévue, et je me disais que ça serait sympa de vous y convier !


-Royal ! Tu as besoin de combien de personnes ?


-Viens avec Férée et S'elnil. Et si tu pouvais ajouter Elaé, Raasne'l, Furlal et Cercil, ça serait parfait.


-A vos ordres, princesse ! Quel est le lieu de rendez-vous ? Et quand ?


Elle lui donna les tous les renseignements, qu'il nota tout en sifflotant joyeusement. 


-Ah, et j'ai oublié de préciser deux-trois trucs...


-Je t'écoute.


-Je suis en "coopération" avec Revan Helm.


-L'hybride ? Oooh mais pas de soucis, je me ferai un plaisir de lui faire la p...


Elle aurait du y penser, approchant les soixante-dix ans, Aldeh'an avait forcément entendu parler de "l'histoire" qui avait fait bannir Fen'dral Viirendhel de Selenda, pour avoir fait une enfant à une humaine.
Elle frissonna en y repensant. 
Pas le moment de se déconcentrer.  


-C'est mon cousin.


Aldeh'an se tut, hochant la tête. Il savait l'importance que le mot "famille" avait aux yeux de la jeune elfe. 
Il soupira.


-Je suppose donc qu'il ne doit rien subir, que tu aimerais que je fasse passer le message aux autres mais que je ne rappelle pas votre lien de parenté ?


-Tu pourrais faire ça ?


-Tu me prends pour qui ? Pour toi je pourrais détruire Tadix et Madix. Autre chose ?


-Tu es vraiment adorable... Oui, une dernière petite consigne : laisser les bandits à Revan, vivants. 


-Okeey ! Ca marche princesse, on se revoit vite !



Elle sourit, coupant la communication.
Les sens soudain en alerte, elle baissa les yeux et vit Revan au pied de l'arbre.
Quelques secondes de plus et il était à ses côtés.


-Ils sortent bientôt, on part quand ils sont tous là.


-Ok, nickel. Au fait, on aura sept Elites sur place, en qui on peut avoir totalement confiance. Et ils ont trop peur de moi pour tenter de t'agresser physiquement.


Bah oui, parce que ça restait tout de même des elfes guerriers hybridophobes... Alors peur ou pas de la jeune elfe, peut-être qu'ils ne pourraient pas s'empêcher de l'insulter. Mais du coup ce serait à Revan de garder son calme et de ne pas répondre aux provocations. 
Ou fallait juste espérer qu'elle serait dans les parages à ce moment là.
Sinon elle risquait de pas revoir son cousin.
Y'avait pas de doutes là dessus.




Elle le regarda commencer à descendre de l'arbre et s'apprêta à faire de même mais une détail venait de lui traverser l'esprit. 


-Tu comptes y aller dans cette tenue ?


Bon, ça n'avait pas non plus échappé à Revan, apparemment. C'est vrai qu'il lui fallait remettre une tenue plus sobre que celle, assez impressionnante, des Elites.
La jeune elfe grogna légèrement. Elle n'aimait pas mettre d'autres vêtements, mais ce n'était pas vraiment comme si elle avait le choix.

-Attends-moi en bas, j'arrive dans trois minutes.


Elle réactiva sa bulle pendant que Revan descendait, se déshabilla et remit le short brun, puis la chemise blanche. Au passage elle boucla cinq-six ticrocs/poignards/dagues à sa ceinture, puis désactiva la bulle.
Elle relança à contrecœur le sort de camouflage sur son arc qui reprit l'apparence d'un très joli arc en bois.
Et elle descendit de l'arbre.
Avec l'impression d'avoir oublié quelque chose.
Mais impossible de savoir quoi.


*Tu veux un indice, peut-être ?*


*Oups... Désolée ma belle, j'arrive tout de suite.*


Elle remonta avant d'avoir pu dire un mot, sous le regard intrigué de Revan.
Une fois en bas avec Maalën, elle la posa à terre, puis la laissa filer.
Pas la peine que les autres abrutis paniquent en tombant nez à nez avec le petit krakdent albinos.
Pour autant qu'ils en aient déjà vu un.
Et qu'ils ne se fassent pas gober au passage.




Ils rejoignirent l'entrée de l'auberge, où presque tous les bandits étaient rassemblés. Tous les hommes du mage étaient rassemblés, Sektil était nerveusement adossé à l'un des murs, à l'ombre du toit. Le troll terminait son petit déjeuner.
Il ne manquait plus que deux des hommes de Sektil, et le vieux Haut-Mage.
C'est que c'est leeeent les petits vieux.
La mécanique qui rouille, tout ça...




Elle se tourna vers Revan qui avait l'air songeur.


*De Revan, il a oublié de te dire qu'il va falloir jeter un coup d'oeil sur le troll, il lui semble pas très net.*


*Ouais bah c'est un troll quoi.*


-Emmet ? J'peux aller réveiller le vieux ? Parce qu'on va pas y passer la journée à l'attendre !


Dernière édition par Alka'lyhn Viirendhel le Ven 26 Sep - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Dim 10 Aoû - 22:56

-Ok, nickel. Au fait, on aura sept Elites sur place, en qui on peut avoir totalement confiance. Et ils ont trop peur de moi pour tenter de t'agresser physiquement.

Oh, super. Je devais avouer qu'avoir « totalement confiance » en sept soldats sur-entrainés qui ne m'attaqueraient pas, seulement parce qu'elle les en empêchaient, était un concept très original. Et auquel je n'adhérais qu'à moitié. D'autant que m'agresser physiquement ne comprenait pas les insultes, les injures et autres provocations purement gratuites que je leur connaissais bien, et qui ne manqueraient pas d'arriver. En bref, j'étais tout à fait rassuré.
Enfin bon, on avait des renforts, c'était déjà ça. Je m'apprêtais à descendre de l'arbre, quand j’eus soudain un légère arrêt. Euh...

-Tu comptes y aller dans cette tenue ?

Parce que bon, les couleurs de Selenda, c'était bien beau, mais on était sensés être de l'autre côté de la loi. Elle grommela un instant, puis :

-Attends-moi en bas, j'arrive dans trois minutes.

Après avoir levé les yeux au ciel une seconde, je descendis de l'arbre. A l'entrée de la taverne, les bandits sortaient peu à peu, l'air à peu près aussi réveillés que des paresseux shootés à la morphine, et des cernes aussi grosses que des vagues sur la plage en pleine tempête. Bien, ils seraient sans doute plus moins réactifs au moment de les arrêter alors. Par contre, si ça risquait de faire capoter la première partie du plan, à savoir le vol du bateau, ça ne servait pas à grand chose. Mais vu qu'ils n'intervenaient que très peu, ça ne devrait pas nous poser trop de problèmes.

Sektil était déjà près, et jouait nerveusement avec son couteau qu'il faisait tourner entre ses doigts. Les hommes du Syndicat, tels des robots, se tenaient droits comme des I, attendant les instructions de leur chef... Qui semblait ne pas encore avoir fini de se préparer, car il n'était pas là. Ou bien il ne s'était carrément pas réveillé. C'était une option probable aussi. Non loin, l'Ogre boulotait un cuissot de viande bien juteuse, qui dégoulinait de partout sur son menton et ses joues. Il continuait de me fixer comme tout l'heure, sans que je parvienne à comprendre son expression. C'était de la colère ? De la suspicion ? Il ne fronçait même pas les sourcils, il ne faisait que me regarder. Et c'était précisément ça le problème, il ne faisait QUE me regarder. Les Ogres n'étaient pas connus pour leur côté contemplatif, si quelque chose clochait pour eux, ils tapaient d'abord, et se questionnaient ensuite. Ou ne questionnaient rien du tout.
Du coup, la fait que ce ne soit pas (encore?) le cas me soulageait et m'inquiétait à la fois.

Alka'lyhn, qui avait fini de se changer, s'approcha.

-Emmet ? J'peux aller réveiller le vieux ? Parce qu'on va pas y passer la journée à l'attendre !


Pas faux.

- Fais toi plaiz'. Enfin, si tu peux éviter de lui faire mal quand même. On part en avance, vers l'Ouest, tu n'auras qu'à suivre Nox.

*Tu me laisses seul avec elle ?*

*Ca va, elle va pas te manger non plus.*

*Et Pacman ?*

*Hein ?*

*Son krakdent.*

*Ah ! Et bien, tant qu'elle est là, il ne devrait pas te faire de mal. Mais si vraiment t'es pas à l'aise, reste dans les airs.*


Tandis qu'elle entrait dans la taverne, je me dirigeais vers Sektil. Il eut une sorte de sursaut nerveux en me voyant arriver, et fit tomber son couteau, lequel vint se planter à deux centimètres de mon pied. Je baissai le regard vers lui, puis relevai la tête pour regarder le BSH droit dans les yeux. Le fait de me dépasser d'une tête et demi ne sembla pas l'empêcher d'être intimidé, et il tenta de balbutier quelques excuses, ainsi que des supplications de ne pas « lâcher » ma cousine sur lui. C'était presque amusant à voir.

- J'espère que tes hommes sont près. On y va.

Il acquiesça, l'air déconfit et fatigué de tout ce m*rdier, et fit signe à ses collègues que nous partions. Ils m'emboitèrent tous le pas, et bien que je ne fus pas très grand, beaucoup durent forcer le rythme pour se maintenir au mien.

- La première pause sera dans deux heures, et vous avez intérêt à tenir jusque là. V'ihana n'aime pas les trainards. Et vous savez ce qu'elle leur fait aux gens qu'elle n'aime pas ?

Ma question rhétorique sembla les convaincre suffisamment pour qu'ils avancent sans poser de question. Ils étaient tellement stupides et apeurés que je pourrais les faire tourner en rond pendant des jours qu'ils ne le remarqueraient même pas, et se contenteraient de suivre à la lettre mes instructions. Nous avions bien géré notre coup, tout les deux, en prenant la tête du groupe. A présent, ce n'était plus eux qui nous avaient engagés, mais nous qui les dirigions. Du boulot de pro. Et ça avait un petit côté satisfaisant, d'avoir tout ces larbins rien que pour moi, obéissant au moindre de mes désirs, parce qu'ils avaient trop peur de la jeune elfe pour risquer de me déplaire, moi qui était le seul (officiellement) à pouvoir l'empêcher de tous les tuer.

*Bravo, maintenant tu comprends ce que dois ressentir Lefomorien en tant que chef du Syndicat.*

… Ah merde. Il avait complètement raison sur ce point.
Ou pas, en fin de compte, parce que moi je ne le faisais pas sur des innocents, mais un groupe de bandits, et dans un but bénéfique.

*Certes, mais fais gaffe à ne pas y prendre goût. Certains tourne mal devant tant de puissance.*

*Ça vaaa, tu crois vraiment que je pourrais...*

*On se sait jamais !*


Mouais...
Je sentis l'odeur d'Alka'lyhn se rapprocher, à quelques cinquante mètres derrières nous. Je me tournai vers Sektil, qui était juste derrière moi, et lui ordonnai de guider les autres en maintenant le cap, le temps que je discute avec ma collègue.

- T'as mis le temps.

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Mer 10 Sep - 21:49

-Fais toi plaiz'. Enfin, si tu peux éviter de lui faire mal quand même. On part en avance, vers l'Ouest, tu n'auras qu'à suivre Nox.

Elle eut un splendide sourire carnassier. 
Ca c'était une bonne nouvelle : elle allait pouvoir s'amuser un peu avec le vieux.
Mais elle avait compris le message : pas abîmer. Pas encore. Il fallait arriver jusqu'à la planque.
En plus, elle ne pouvait pas gâcher la fête de ses rares amis.

Après avoir lancé un bref salut à Revan, elle fila vers l'auberge, un air gourmand au visage.
Les hommes de main du mage et de Sektil s'étaient prudemment reculés sur son passage, osant à peine la dévisager.
Qu'ils étaient mignons, tous apeurés.

Elle passa devant le tavernier qui coopéra avec bienveillance pour lui révéler le numéro de la chambre du Mage.
Bon... Ses exploits de la veille avaient fait leur impression, alors sa réputation n'était plus à faire dans le coin.
Elle sourit en imaginant la tête des habitués des lieux lorsqu'une elfe comme elle viendrait s'aventurer dans le coin.

Fallait qu'il soit au troisième étage, ce gros porc. Il n'avait pourtant pas l'air d'être très porté sur le sport !
Mais il est vrai qu'avec la magie, on pouvait tout faire (ou presque), alors elle se doutait qu'il avait utilisé un Levitus pour arriver jusque là.
Ce n'était pas possible autrement.

Une fois devant la bonne porte, elle commença par dresser l'oreille. Puis sourit. C'est bien ce qu'elle pensait : il dormait encore.
Elle se mit à s'étirer, faisant craquer quelques os au passage, puis ouvrit tooooout doucement la porte.
Fallait pas qu'il se réveille.
Ca risquait pas...

L'envie qu'elle avait de l'étriper sur place fut envoyée aux oubliettes avec un supplément de fermeté, et elle se contenta de le regarder un instant.
Puis elle se pencha, et murmura à son oreille, doucement.

- Deboout...

Il...grogna légèrement dans son sommeil, puis se tourna de l'autre côté.

-Mmh...Laisse moi dormir maman...


Maman.
Maman...
Maman ?
MAMAN ?!
Il était s... Il venait VRAIMENT de dire ça ?
Genre... Là, tout de suite ?
Ok.
Représailles.


-Aller ON SE LEVE ! Brolk de slurk ! 


Ca, ça avait fonctionné à merveille.
Il s'était redressé d'un coup, bave au coin des lèvres, et s'était retrouvé face à...une...furie.
Selon lui.
Où plus précisément, une Alka'lyhn en colère.


-Euh...


-J'veux pas le savoir, t'as deux minutes pour être en bas, prêt à partir, ensuite on retrouve Emmet. 

Elle le fixa un instant d'un air tellement féroce que le Mage eut des sueurs froides, et se demanda s'il n'allait pas évacuer son trop-plein d'eau dans son lit.


-T'as de la chance qu'il ait dit que tu devais être entier.

On pouvait presque voir la cage thoracique se dégonfler, tellement il avait retenu sa respiration.
Le soulagement se voyait sur son visage.

Elle plissa les yeux, puis descendit dehors.
Il arriva une minute plus tard, sans dire un seul mot.
Nox arriva et les conduisit jusqu'à Revan.
Elle aurait aisément pu le retrouver sans lui, mais puisqu'il était là...


-T'as mis le temps !

Elle le fusilla du regard, le rattrapant, puis jeta un rgard meurtrier au Haut-Mage qui se...tapissait...sur son...tapis volant, derrière elle.

-Y'a eu comme qui dirait des soucis techniques... 
 
Maalën eut tout le loisir de raconter à Nox les détails du "réveil", que Nox allait sûrement transmettre à Revan.
Mais vu que la jeune elfe faisait sa tête de "tu me touches ? Je te tue. Tu me parles ? Je te tue. Tu me regardes ? Je te tue"... Il n'allait sûrement pas faire de remarque à voix haute.


-Bon, alors, on en est où ? 


Dernière édition par Alka'lyhn Viirendhel le Ven 26 Sep - 17:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Jeu 11 Sep - 16:43

Alka'lyhn me lança un regard noir, de ceux que Eiko n'aurait pas désavoué.

-Y'a eu comme qui dirait des soucis techniques... 
 
Je jetai un regard derrière son épaule, pour voir le gros Haut-Mage assis sur son tapis volant une place, les yeux grands ouverts de terreur mais pourtant encore à moitié endormi. Nox, qui venait de discuter avec Maalën, me montra comment elle l'avait fait se mettre debout. Il fallait croire que lui aussi avait fini par succomber au « charme » de ma cousine. Par « charme », j'entend bien évidemment son « aura de dangereuse meurtrière impitoyable ». Nous les avions à présent tous dans notre poche, j'aurais presque pu leur demander de danser sur la tête qu'ils se seraient tous exécutés, de peur que je « lache » l'elfe sur eux dans le cas contraire.
Sauf l'Ogre. Restait à savoir si c'était en raison de sa stupidité naturelle, sa confiance en sa force... ou l'élément suspect qui me faisait tiquer depuis tout à l'heure.

-Bon, alors, on en est où ? 

- On avance bien, et maintenant que t'es là, ça n'ira pas moins vite. Reste derrière, comme ça les éventuels trainards se diront finalement qu'il vaut mieux être à l'avant du peloton. Et si quelqu'un tente de se faire la malle... Enfin t'as saisi l'idée.


Je vis dans son regard que, oui, elle avait saisi l'idée.
Je retournai à l'avant, tout en consultant la carte sur ma boule de cristal. On allait dans la bonne direction, donc pas de problème. J'envoyai Nox faire du repérage devant nous, au-delà de mon champs de détection et de celui d'Alka'lyhn, pour qu'on soit prévenus à l'avance si quelque chose d'inattendu arrivait. L'endroit ne manquait pas de draco-tyrannosaure, de ce fait il valait mieux rester vigilant.
Pendant que nous avançions, je récapitulais le plan dans ma tête. Tout d'abord, arriver jusqu'au port de Cava. A moins d'un GROS impondérable, c'était simple. Ensuite, une fois là-bas, guetter l'arrivée du Voile d'Ombre. Et sauf si un de ces imbéciles se débrouillait pour vendre la mèche à un éventuel badaud, c'était la partie la plus simple. Alka'lyhn devait par la suite plonger sans se faire repérer, se débrouiller pour saboter le filtre, et empoisonner l'eau que les gardes allaient boire. Dès lors, entrer allait être relativement simple, étant donné que la garde ne viendrait pas en renfort, et grâce à la vitesse du navire, nous allions être hors de portée de nos poursuivants en un rien de temps. Et une fois dans le Golfe Spanivien, il n'y avait plus qu'à cueillir les bandits et la base du Syndicat, à grands coups de renforts d'Omois et des Elites Elfes. Tout devrait se passer comme sur des roulettes.

*La dernière fois que tu as dit ça, tout a foiré lamentablement. Et pourtant, le plan était autrement mieux ficelé.*

*La faute à Lei et Eiko, si elles l'avaient suivi, rien ne serait arrivé.*


*Et les caméras des Anges ? Tu les avais prévu peut-être ?*


Bon... Bon ! Ok, mes plans avaient un peu trop tendance à être rigides : ils laissaient difficilement la place à de l'improvisation, ou même à une petite erreur ou oubli. Ok. Enfin c'était quand même mieux que pas de plan du tout, au final. J'avais toujours une méchanique bien huilée, bien coordonnée, des rouages qui s'emboitaient tous comme il fallait... Mais il suffisait qu'un grain de sable vienne, et là, c'était moins marrant.
Enfin bon, à deux, les grains de sables allaient pouvoir facilement être gêrés. A grand coups de flèches et d'épée en travers de la face. Et puis, ce plan avait une qualité de plus que les autres.

*Et c'est ?*

*A la place de Eiko et Lei, j'ai des larbins, certes pas très fut-fut, mais qui feront absolument tout ce que je leur dirai sans protester.*

*Un grain de sable en moins.*


Exactement. Mais il fallait que je prenne en compte tout les paramètres que je connaissais afin d'éviter tout ce que je pouvais éviter. Pour le reste... Des flèches et des épées. Pas très subtil, mais dans le doute... Enfin, vous connaissez la règle numéro 1 :

Dans le doute, on tue tout le monde.

- Tout le monde s'arrête, dix minutes de pause ! Pas une de plus.

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Ven 26 Sep - 18:37

- On avance bien, et maintenant que t'es là, ça n'ira pas moins vite. Reste derrière, comme ça les éventuels trainards se diront finalement qu'il vaut mieux être à l'avant du peloton. Et si quelqu'un tente de se faire la malle... Enfin t'as saisi l'idée.

Des images plus intéressantes les unes que les autres défilèrent dans l'esprit belliqueux de la jeune elfe.
Oooh que oui elle avait saisi l'idée, et elle espérait même secrètement que quelques uns des hommes allaient traîner un peu, histoire qu'elle se fasse le plaisir de les motiver à accélérer la cadence.
Avec une bonne flèche dans le cu...coude. Le coude.

*Ouais, le coude, on y croit.*

Bref.
Elle fit un léger signe à Revan, confirmant qu'elle avait tout compris, puis retourna vers l'arrière tandis que son cousin reprenait la tête du groupe, envoyant Nox en reconnaissance.

Ce qui amusa beaucoup la jeune elfe, ce furent les haies d'honneur que les hommes lui firent lorsqu'elle traversa le groupe pour fermer la marche. 
Elle voyait jusqu'au fond de leurs yeux à quel point ils avaient peur d'elle.
Toujours bon à prendre.

Elle prit le temps de regarder autour d'elle, observant le paysage.
Des arbres, des arbres, des arbres, encore des arbres....aaaah et des arbres aussi. Avec quelques plantes. Et des machins/trucs/bidules pleins de pattes/griffes/crocs/tentacules/appendices divers et variés.
Elle se sentait chez elle.

Mine de rien, Selenda lui manquait. Elle adorait les missions, mais plus que tout elle aimait sa patrie. Pour cela qu'en général elle s'occupait des affaires les plus importantes au coeur de Selenda, et ne prenait les affaires hors de sa patrie que lorsque sa Reine lui en donnait l'ordre spécifique.
Heureusement qu'Elle l'aimait bien, car la jeune elfe pouvait même, parfois, demandé à ce qu'un autre Elite se charge d'une mission qu'elle ne souhaitait pas remplir.
Elle avait en quelque sorte acquis rapidement un statut de leader au sein des Elites, alors qu'elle était leur plus jeune recrue.
C'était un peu comme ce que Revan et elle avaient fait la veille, en fait. Un mercenaire les avait engagés pour qu'ils les aident dans leur mission... Et à présent ils avaient le contrôle total du groupe.
Et même de leurs chefs.
Trop puissant.

*Tes chevilles vont bien ?*


*A merveille, je te remercie. Et ce n'est que la vérité. Et si tu ne veux pas que je te fasse léviter à très grande vitesse, tu as intérêt à ne pas nous perdre de vue.*


*Chuis pas loin, hein, je suis certaine que tu peux me sentir d'ici.*


*Effectivement. Mais ne nous perds pas en chemin.*


Elle reporta son attention sur le groupe, remarquant avec une certaine ironie qu'il y avait une bonne dizaine de mètres entre elle et le dernier des mercenaires.
La peur donne des ailes.
Ou du moins de bonnes jambes.

- Tout le monde s'arrête, dix minutes de pause ! Pas une de plus.

Ils n'avaient pas l'air d'avoir entendu aux derniers rangs, et étaient tellement concentrés sur la jeune elfe qu'ils ne firent pas attention au fait que les rangs de devant avaient pilé net.
Cela fit un beau tas de bandits.
Alka'lyhn haussa un sourcil, l'équivalent des éclats de rire chez les elfes, puis croisa le regard de Revan qui semblait désespéré.
Ouais, ils allaient devoir conduire ça jusqu'à Cava.
Ca allait pas être de la tarte.

Elle s'étira, puis alla s'adosser contre un arbre, gardant l'oeil sur les gaillards d'à côté.
S'agissait pas qu'ils filent par la porte de Transfert.

*Maalën, demande à Revan s'il a remarqué quelque chose avec le demi-ogre... Il ne cesse de le regarder depuis le début, et moi-même je sens qu'il y a quelque chose de louche.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   Sam 27 Sep - 14:03

Ceux qui étaient à l'avant m'avait bien entendu, et pilèrent net sur place. Ceux qui étaient derrière, par contre, étaient trop concentrés à ne pas se faire dépasser par ma cousine pour faire attention à ce qu'il se passait devant eux. Du coup, ils trébuchèrent, entrainant dans leur chute les type qui les précédaient, qui eux même perdirent l'équilibre... Vous avez déjà joué avec des dominos ? Slurk, moi qui croyais que ce genre de chose n'était possible que dans les dessins animés pour enfants et les BD, et ils venaient de recréer l'un des plus vieux gags du monde. Entre moi, Alka'lyhn, Nox, Har'Kaïn, Maalën, les Dieux, et une moitié de la galaxie, il y eu une sorte de soupir général devant ce spectacle navrant. Heureusement que je ne les considérais pas comme ayant une intelligence exceptionnelle, et qu'il y avait eu quelques morts, sinon j'aurais largement pu croire qu'ils le faisaient exprès, ou que j'étais juste victime d'une vaste blague en caméra cachée qui allait rapidement faire le tour des réseaux sociaux.

*Si ça se trouve, c'est complètement ça ?*

*Alors la télé-réalité va trop loin !*


Sektil semblait lui aussi se désoler de l'état de ses troupes. Mais il y avait plus de colère et de terreur que de dépit en ce qui le concernait. Je pouvais le comprendre à vrai dire, c'était sa vie qui était en jeu, pas la mienne ou celle d'Alka'lyhn. Qu'il ne se fasse pas de bile tiens, si il fonctionnait, mon plan devait lui garantir une certaine sécurité.
Il paraissait que les prisons Omoisiennes étaient encore mieux gardée que la chambre de l'Impératrice.

Parmi ceux qui n'étaient pas tombés, l'Ogre, plus stoïque que jamais, s'était déjà assis contre un arbre, et avait détaché les deux armes de pugilat qui pendaient à sa ceinture pour les poser à côté de lui. Il s'agissait de gantelets étranges, visiblement faits d'un alliage spécial. C'était trop large pour avoir été la possession d'une autre espèce (et trop petit pour les géants), et pourtant, ça ne pouvait pas avoir été forgé par un Krankar. Les pointes brillaient d'une lueur étrange, mais nulle magie n'avait l'air de s'en dégager. Oh... Serait-ce... J'avais déjà entendu parler des gantelets en mélacier destructor des Nains, mais... Non, ça ne devait pas être ça. Jamais un Nain ne fabriquerait quoi que ce soit pour un Ogre. Encore moins maintenant que les Clans Onnis tentaient d'envahir Hymlia.

*Je crois que ta cousine est d'accord avec toi. Elle le trouve louche. Et d'ailleurs, il te regarde toujours.*

Ah mais slurk, pourquoi il me regardait ?! J'aurais pu tout bêtement aller lui demander, ça n'aurait pas paru bizarre, mais j'avais dans l'idée qu'il n'aimait pas trop qu'on lui pose des questions. Et qu'il n'aimait pas ceux qui les lui posaient. Et que ses gantelets devaient se charger efficacement de tout ce qu'il n'aimait pas.

*Oui, j'ai vu. J'ai bien l'intention de tirer ça au clair quand je le pourrai, mais pour l'instant, on doit continuer notre petit numéro. On va juste devoir garder un œil sur lui.*


Conscient que je ne pouvais pas l'examiner plus avant, je détournai le regard. Je me souvins de ses paroles d'hier soir, quand il s'était levé pour convaincre les badauds « d'oublier » le nom de Gazlow, ainsi que toute véléité de venir nous chercher des noises. Même si c'était encore approximatif, son parlé était étrangement sophistiqué pour un Demi-Ogre. De plus, rien ne semblait réellement démontrer qu'il s'agissait d'un novice. Comme si il ne faisait pas vraiment partie du groupe.

*Tu le sens venir, le grain de sable ?*

*Oui. Mais je ne peux pas y toucher pour l'instant. Nox, quelque chose devant nous ?*

*Rien de notable sur plusieurs tatrolls. Je vais inspecter un peu au Nord.*

*Bon. Essaye de voir si Alka'lyhn peut récupérer quelques infos sur notre ami brun sans se faire repérer.*

____________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH   

Revenir en haut Aller en bas
 

[A.C] Je t'ai vu, tu m'as entendue, et maintenant tu l'AAHHH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» Mais comment Moto GAto va faire pour gagner maintenant?
» DALIDA son quartier et maintenant là où elle repose
» Décentralisation: Faut-il un débat ?
» Haiti a maintenant un premier ministre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Empire d'Omois-