AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 And so, his reign begins..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lei Mizuhime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 1030
Age : 22
Localisation : Krasalvie
Race : Edrakin
Date d'inscription : 18/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: And so, his reign begins..   Mer 23 Juil - 22:40



And so, his reign begins..


Teag et Wai'l, envoyés spéciaux de 'Magic News' en direct du palais d'Omois.


Chers citoyens, la nouvelle vient de tomber. Lisbeth'tylanhem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru, Impératrice d'Omois, viens d'abdiquer en faveur du Comte Erik Baëlos de Dors. Le coup d'Etat, bien qu'armé, n'a heureusement fait aucune victime civile ou militaire pour l'instant, mais le Palais Impérial est en pleine ébullition. Nous retrouvons notre reporter sur place pour couvrir l'évènement. »

Oui Teag, je suis en direct de la salle du trône, où chacun se questionne sur la suite. Les protestations sont nombreuses, mais une partie de la garde, visiblement dirigée par Jon Baëlos, le frère d'Erik, semble prendre les choses en main. On peut également observer des soldats de la Marine, ainsi que des Camouflés et des Voleurs Patentés, il est fort probable que ce putsch ait été préparé de longue date. L'Impératrice est déjà sortie, escortée par le capitaine Xandiar, et vous pouvez voir le Comte monter les marches vers le trône. Il ne n'affiche aucune joie, aucune satisfaction, mais on sent en tout cas qu'il a attendu ce moment avec impatience. »

Pouvez-vous nous renseigner sur les soutiens dont il a disposé ?»

Oui tout à fait, en plus de ceux dont j'ai parlé à l'instant, il était suivi à son entrée par des membres de la Ligue, dont il est le dirigeant. D'autre part, des courtisans se sont déjà rangés de son côté. Mais je vais faire silence, il semblerait qu'un discours ait été préparé, nous allons rapprocher la caméra... »

« Omoisiens, Omoisienne. Depuis trop longtemps vous vivez dans la peur. Depuis trop longtemps, vous êtes menacés par l'organisation terrorriste qui se fait appeler les « Sangraves ». Et pourtant, « ils » n'ont rien fait. « Ils » sont restés immobiles, pendant que les manteaux gris attentaient à vos vies, à vos biens, à vos familles, et ont ouvert la voie aux bandits et aux pirates. Contrairement à ce que beaucoup pourront croire, je ne cherche pas la puissance, ni même la gloire. Je ne cherche que le bien de mon peuple. Et si il y avait eu un autre moyen, je ne serais pas arrivé à de telles extrémités. La corruption était bien trop profonde, et Lisbeth'tylanhem, bien trop aveugle. Mais aujourd'hui, je viens vous délivrer de ce fardeau qu'ils vous ont imposé. A présent, la peur que vous ressentez en sortant de chez vous sera celle de vos ennemis . Je serai la voix de la Justice, de l'Ordre et de la Sécurité ! »

Comme vous pouvez l'entendre, il y a des applaudissements, des cris, des bravos, des hués et de la perplexité. Je pense que si notre nouvel Imperator a fait forte impression, il n'a cependant pas fait l'unanimité. Reste à voir comment le reste de la population réagira à ce changement, et surtout ce que la suite des évènements nous réserve.»
By Bird for all forums ©


Erik est au pouvoir, tout Autremonde vient de visionner ce flash exclusif. Comment y réagirez-vous? (1 post par personnage possible et encouragé!)


Merci d'indiquer à la fin de votre poste quelle faction vous souhaiteriez rejoindre. (Toutes les informations sur ces dernières se trouvent ici ♥ )Un tirage au sort sera effectué à l'issu de ce recensement et les personnes tirées (une par faction) recevront un énigmatique mp..
De même, une nouvelle case 'faction' se trouve désormais dans votre profil et est à remplir obligatoirement.

♠Ligue : Erik Baëlos ; Andréa Jefferson ; Mélody de la Roche Damnée
♥Loyaliste : Lisbeth ; Ilae Stone ; Mara Duncan ; Elleira E'l Alters; Lucia Van Orn; Luna P. Targi'll
♦Sangrave : Magister ; Alka'lyhn Viirendhel ;
♣Résistant : Xanth ; Galathea

____________________

Une rencontre n'est que le commencement d'une séparation.

Spoiler:
 


Dernière édition par Lei Mizuhime le Dim 21 Sep - 9:07, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alka'lyhn Viirendhel
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 58
Localisation : Pas assez loin de toi pour ta sécurité
Amour : On verra le moment venu
Race : Elfe
Date d'inscription : 19/04/2014

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Dim 10 Aoû - 17:02

La jeune elfe venait de rentrer de mission, regagnant sa demeure à Selenda. Soudain, son écran de cristal s'alluma tout seul, et cela capta toute son attention, car il n'agissait ainsi qu'en cas de chose extrêmement importante.
Un sourcil légèrement levé, elle s'adossa à une colonne qui se trouvait à côté d'elle et regarda.
Cela concernait Omois, apparemment...
Elle leva les yeux au ciel. Depuis quand était-elle intéressée par cette stupide Impératrice ? 
Mais elle n'eut pas le temps d'éteindre, que le "sujet" passa à l'écran.
...

-QUOIIIIIIIIIIIIII ?

Son cri avait sûrement du être entendu jusqu'à Madix, mais elle s'en fichait comme de sa première feuille.
Elle resta un instant immobile.
Puis sourit.
Et finalement, éclata de rire.

*Ca y est, tu l'as pété ton câble ?*

*Oh, chut toi.*

Elle riait, riait d'un rire irrésistible, sans pouvoir se contrôler.
Le légendaire self-contrôle émotionnel des elfes en prenait un coup.
Puis elle finit par se calmer.
Elle regarda l'entrée pendant un instant, mais personne n'entra dans la pièce.
Pourtant elle avait crié fort... Mais peut-être qu'"on" avait eu trop peur pour tenter une approche.
Elle sourit, puis regarda à nouveau l'écran de cristal, où les déclarations, les interviews se succédaient. Et le Discours passait presque en boucle.

Ainsi donc, Lisbeth n'était plus au pouvoir... Ca, c'était une excellente nouvelle. Elle n'aurait plus à obéir à cette...humaine... Elle se reprit. Non, elle ne lui avait jamais obéi. Elle ne faisait qu'exécuter les ordres de T'avila.
Enfin bref. La blonde n'était plus au pouvoir.

Elle regarda le profil du nouvel Impérator, et eut un léger reniflement dédaigneux. Ca restait un humain. 
Mais étrangement, elle lui accordait un peu plus de crédit qu'à l'autre. Bon, et bien... Elle n'avait plus qu'à attendre la suite des événements.
Du moment qu'il y avait de quoi se défouler les nerfs....


[demande pour rejoindre la faction Sangrave ? :$ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Kazehime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 852
Age : 23
Localisation : Terre//Krasalvie
Amour : Keksapeuvoufaire?
Race : Vampyr
Date d'inscription : 27/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Mar 12 Aoû - 10:04


Eiko était assise, ou plutôt affalé, dans l'un des confortable fauteuil du manoir où elle avait décidé de passer le Week-End. Pour un fois elle en voulait un tranquille. Elle avait planté là Lei et Revan en leur disant que si ils voulaient la rejoindre ils étaient les bienvenus, tout en pensant très fort que quiconque la dérangerait en subirait les foudres. La grande demeure était bien calme comparé à tout le ram-dam qu'elle avait pu subir quelques mois auparavant. Assise dans le grand salon devant un écran éteint, aussi grand que celui d'un cinéma, elle avait fermé les yeux dans l'espoir de trouver un peu de repos. Mais peu importait ce qu'elle souhaitait puisque dès qu'elle fermait les yeux les mêmes images lui revenait en tête.

Et pour une fois ces images n'était pas celles d'il y a 15 ans. Mais sa seconde hantise. Elle frotta ses yeux, espérant voir s'évanouir le visage de l'elfe. Parti sans une seule explication, elle n'avait plus eu de nouvelles. Pas qu'elle en eut voulu d'ailleurs. Enfin si elle y réfléchissait bien, si, elle aurait voulu comprendre. Elle l'avait soigné sans attendre rien en retour qu'un merci. Elle n'y était pas obligée après tout. Il était son Némésis et maintenant il n'était plus rien du tout et tout se confondait dans son cerveau. Elle avait envisagé un sort d'oubli sans pour autant s'y résoudre. Mais plus le temps passait plus elle se disait que cette idée n'était certainement pas la plus bête qu'elle ait eu.

Elle se leva en soupirant et alla se chercher un café dans la cuisine. Sa tasse en main elle rejoignit le salon et alluma l'écran.

« ...diquer en faveur du Comte Erik Baëlos de Dors. Le coup d'Etat, bien qu'armé, n'a heureusement fait aucune victime civile ou militaire pour l'instant, mais le Palais Impérial est en pleine ébullition... »

Recrachant le café brulant qu'elle venait d'avaler, elle se redressa sur le fauteuil où elle venait de s'asseoir. L'Impératrice Lisbeth? Abdiquer? Mais qu'est ce que c'était que cette farce, encore. Elle partait un Week-end et voilà que tout partait à vau l'eau. Elle jura et posa son café sur la tablette à côté d'elle. Bien décidée à comprendre qui était ce Comte Baëlos. Il suffisait peut-être, sur Autremonde, de se proclamer Comte pour l'être cela ne voulait pas forcément dire qu'on l'était réellement. Sortant sa boule de cristal elle entreprit de faire quelques recherches tout en écoutant d'une oreille attentive le discours du nouveau Chef d'Omois.

« Omoisiens, Omoisienne. Depuis trop longtemps vous vivez dans la peur. Depuis trop longtemps, vous êtes menacés par l'organisation terrorriste qui se fait appeler les « Sangraves ». Et pourtant, « ils » n'ont rien fait. « Ils » sont restés immobiles, pendant que les manteaux gris attentaient à vos vies, à vos biens, à vos familles, et ont ouvert la voie aux bandits et aux pirates. Contrairement à ce que beaucoup pourront croire, je ne cherche pas la puissance, ni même la gloire. Je ne cherche que le bien de mon peuple. Et si il y avait eu un autre moyen, je ne serais pas arrivé à de telles extrémités. La corruption était bien trop profonde, et Lisbeth'tylanhem, bien trop aveugle. Mais aujourd'hui, je viens vous délivrer de ce fardeau qu'ils vous ont imposé. A présent, la peur que vous ressentez en sortant de chez vous sera celle de vos ennemis . Je serai la voix de la Justice, de l'Ordre et de la Sécurité ! »

Eiko releva la tête, un vrai discours de dictateur. Sortant de son état de léthargie elle entreprit d'appeler Even mais se ravisa en pensant que les communications chez les sangraves devaient être surveillées de près depuis la prise d'Omois. Magister ne devait pas être très heureux de ce changement à la tête de l'Empire. Quoique... Les têtes de la lignée de Demiderus n'en serait, peut-être, que plus facile à attraper. En attendant elle devrait rejoindre le Lancovit plus vite que prévu. Le fait qu'elle n'était ressortissante de nulle part n'empêchait pas la chasse aux "sorcières". Autremonde allait être en ébullition et même les porte de transfert clandestine comme celles du manoir risquait d'être fermées. Enfin... Encore faudrait-il que ces crétins arrivent à les trouver mais le plus simple serait sans doute de les fermer à partir de la maison des parents de Revan, et Eiko n'avait aucune envie de rejoindre les côtes de Selenda à la nage. Ni même de marcher des kilomètres pour rejoindre le Lancovit.

Laissant son café là où elle l'avait posé et éteignant la télé elle se prépara à revenir plus tôt que prévu tout en maudissant ces abrutis qui n'avaient que ça à faire que de fomenter des coups d'états. Elle n'était certes pour aucun camps mais une chose était sûre, elle n'était certainement pas derrière la ligue

____________________

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Mar 12 Aoû - 19:20

Xanth

La tasse se brisa sur le sol, répandant le café qu'il contenait.

- Chéri ?

Je ne répondis pas tout de suite, encore sous le choc. Mes yeux écarquillés fixaient l'écran du télé-cristal, qui venait de diffuser la nouvelle.
L’Impératrice était tombée.
J'avais l'impression de voir l''Histoire se répéter. Comme il y a quatre ans. Comme si les deux années passées à se cacher et survivre, et les deux autres à traquer les Sangraves, n'avaient servi à rien. Ils avaient repris le pouvoir, et nous n'avions rien pu faire. Je vis défiler devant moi les images de la guerre, la prison, le massacre de la Forteresse, la place de Noël... Des victimes innocentes, par centaines. Et maintenant, tout allait recommencer.
Du moins, je le pensais.
Je vis un homme austère, barbe et cheveux blancs, qui se tenait devant le trône, et parlait à la foule.

- Omoisiens, Omoisienne. Depuis trop longtemps vous vivez dans la peur. Depuis trop longtemps, vous êtes menacés par l'organisation terroriste qui se fait appeler les « Sangraves ». Et pourtant, « ils » n'ont rien fait. « Ils » sont restés immobiles, pendant que les manteaux gris attentaient à vos vies, à vos biens, à vos familles, et ont ouvert la voie aux bandits et aux pirates. Contrairement à ce que beaucoup pourront croire, je ne cherche pas la puissance, ni même la gloire. Je ne cherche que le bien de mon peuple. Et si il y avait eu un autre moyen, je ne serais pas arrivé à de telles extrémités. La corruption était bien trop profonde, et Lisbeth'tylanhem, bien trop aveugle. Mais aujourd'hui, je viens vous délivrer de ce fardeau qu'ils vous ont imposé. A présent, la peur que vous ressentez en sortant de chez vous sera celle de vos ennemis . Je serai la voix de la Justice, de l'Ordre et de la Sécurité !

Je restais bouche bée, pendant que les journalistes commentaient ce qui venait d'être dit. Je ne m'attendais pas, mais alors pas du tout à ça. Bien loin d'être un Sangrave, cet homme disait vouloir les combattre. Et que c'était pour cela qu'il avait pris le pouvoir.

Je m'effondrais sur une chaise derrière moi. Ou plutôt, je tombais en arrière, et une chaise de précipita pour me soutenir. Je n'arrivais même plus à penser droit, tant j'étais encore abasourdi. Lisbeth n'était plus sur le trône. Mais celui qui l'avait remplacé allait nous aider, nous, la Résistance, à chasser les Gris une bonne fois pour toute. Alors... Était-ce forcément une mauvaise chose ? Je veux dire... Si lui peut le faire mieux que Lisbeth, alors pourquoi ne pas lui accorder de la légitimité ? Non, je ne pouvais pas lui faire confiance simplement après un seul discours, je devais en savoir plus. Je saisis ma boule de cristal.

- Shanya ?

- Toi, tu n'as pas écouté mon rapport sur la Ligue.

- Hein ? Euh... J'étais crevé, et puis avec le cambriolage, tout ça... Et puis comment tu...

- Leur chef vient de prendre le pouvoir, donc si tu m'appelles dans la minute qui suit, c'est pour des renseignements. Logique.


Elle était un peu trop intelligente pour son propre bien, parfois.

- Ce type, c'est Erik Baëlos, Comte de Dors – ou devrais-je dire, ex-comte à présent. Son père a été assassiné par les Gris quand il avait 3 ans. Il s'est très rapidement révélé être un génie politique et économique, et a fondé la Ligue à l'âge de 25 ans. C'est maintenant la firme commerciale la plus puissante d'Omois, et l'une des plus influentes d'Autremonde. Il a également sauvé Salteren de la ruine, quand Lisbeth a voulu mettre fin à l'esclavage, et dispose de soutien un peu partout. Il a des amis puissants, mais il était déjà le plus puissant d'entre eux. Alors maintenant...


Un homme ambitieux, intelligent, et avec assez de cran pour fomenter un coup d’État dans le plus grand Empire Humain. Peut-être celui qui nous fallait... Ou au contraire, peut-être échangions nous un mal pour un autre. Un homme qui se lie à des esclavagistes au nom de la justice et de la paix... Fallait-il réellement lui faire confiance ? D'autant que j'avais toujours soutenu Lisbeth, et que d'une certaine manière, elle me faisait confiance. Je ne savais pas réellement quoi faire. Et c'était un problème, car en tant que responsable de la Résistance, j'allais devoir faire un choix. J'entendis la voix douce de Lou, ma femme, dans mon dos.

- Tu penses encore à voix haute chaton. Mais rappelle-toi que tu ne seras sûrement pas le seul à devoir choisir. D'autre y seront contraints.

- Je sais. Et tout ça commence à me courir sur les nerfs. J'ai juste envie de revenir en arrière, à mes expériences, ma famille, quand tout allait bien...

- Mais tu peux aider. Faire en sorte que ça aille mieux.


Elle avait raison, bien sûr. Je pouvais aider. Mais il ne faudrait pas compter sur moi pour choisir un bord. Lisbeth, Erik, moi, nous avions le même objectif : mettre à bas Magister et ses sbires. Au final, peu m'importait celui qui était sur le trône, tant que ce n'était pas un Gris. Si ils voulaient mon aide contre eux, je la leur donnais volontiers, mais qu'ils nous laissent en dehors de leurs querelles politiques. Mon camp, c'était la Résistance. Mon objectif, traquer les Sangraves jusqu'au bout du monde, pour les empêcher de nuire. Le reste, c'était pas mon problème.

- Shanya, fais passer aux autres : rien de change. Nous ne sommes pas des mercenaires ou des soldats. Nous nous battons pour protéger les innocents, pas pour asseoir quelqu'un sur le trône.

Je sentis un frisson remonter le long de mon dos. Mauvais présages. Tout le monde n'apprécierait pas ma neutralité, c'était certain...

____________________


Dernière édition par Revan//Xanth//Erik le Mer 27 Aoû - 8:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilae Stone
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Age : 20
Localisation : Omois
Amour : Pardon, quoi ?
Race : Humaine
Date d'inscription : 18/07/2014

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Jeu 14 Aoû - 21:46

Ilae plongea son regard maussade dans sa chope de … elle ne savait pas très bien quoi d'ailleurs. Elle prit une longue gorgée et grimaça. Argh ça brûle ce truc. Mais c'était sucrée et ça lui donnerait un bienheureux répit pendant quelques heures. C'était tout ce qu'elle demandait. Après tout elle le méritait bien, ses recherches ne l'amenait à rien. Foutu Jared, même pas capable de me fournir des foutues infos correctes. Son contact Sangrave s'est carrément foutu de ma gueule. Et ce foutu comte à la noix qui n'aide pas. Le compte Erik Baëlos et sa Ligue n'arrangeait pas ses affaires à mettre leur nez partout. A cause d'eux elle avait dû prendre mille et une cautions pour approcher cet idiot de robe grise. Il pourrait pas se préoccuper de ses oignons pour une fois ? D'accord, elle concédait volontiers que le Sangraves n'étaient pas les gens les plus honorables ou sympathiques de la Terre mais pas moins que le Venragal ! Et personne ne s'en souciait d'eux hein ? Et ok, leurs méthodes aux Sangraves étaient discutables mais elle avait besoin de leurs infos elle ! C'était pas non plus comme si elle en faisait partie … et pourtant cette maudite Ligue avait commencé à lui causer presque plus de soucis que la Résistance elle-même. Y a pas une personne dans ce foutu monde qui va me simplifier la tâche hein, même pas toi Aidan. Aide moi bordel

Ilae bu une autre gorgée du breuvage explosif et déposa sa chope lourdement sur la table de la taverne. Malgré ses sombres ruminations, exacerbées pas l'alcool, elle se rendit compte du silence qui pesait dans la salle. Cherchant la raison de cette anomalie, ses yeux tombèrent sur le gérant du bar, un Tatris aux calvities naissantes, qui fixait l'écran de cristal avec un air assomé. Sentant la curiosité la gagner, Ilae focalisa son attention sur deux présentateurs qui discouraient de manière surexcité.

- … direct de la salle du trône, où chacun se questionne sur la suite. Les protestations sont nombreuses, mais une partie de la garde, visiblement dirigée par Jon Baëlos, le frère d'Erik, semble prendre les choses en main...

Pardon ?

- ...des Voleurs Patentés, il est fort probable que ce putsch ait été préparé de longue date. L'Impératrice est déjà sortie, escortée par ...

Quoi ?!

- …  le Comte monter les marches vers le trône. Il ne n'affiche aucune joie, aucune satisfaction, mais on sent en tout cas qu'il a attendu ce moment avec impatience.

- QUOI ?!

L'esprit d'Ilae resta bloqué sur les paroles du présentateur et elle ne se rendit pas compte du cri rageur qui passa ses lèvres quand elle se leva d'un bond. L'Impératrice avait abdiqué ? Le comte de Baëlos prenait le pouvoir à Tingapour ? Baëlos ?! Ce fils de … Sa pensée injurieuse se perdit lorsqu’elle se rendit compte que Baëlos allait justement prononcer un discours.

- Omoisiens, Omoisienne. Depuis trop longtemps vous vivez dans la peur. Depuis trop longtemps, vous êtes menacés par l'organisation terrorriste qui se fait appeler les « Sangraves ». Et pourtant, « ils » n'ont rien fait. « Ils » sont restés immobiles, pendant que les manteaux gris attentaient à vos vies, à vos biens, à vos familles, et ont ouvert la voie aux bandits et aux pirates. Contrairement à ce que beaucoup pourront croire, je ne cherche pas la puissance, ni même la gloire. Je ne cherche que le bien de mon peuple. Et si il y avait eu un autre moyen, je ne serais pas arrivé à de telles extrémités. La corruption était bien trop profonde, et Lisbeth'tylanhem, bien trop aveugle. Mais aujourd'hui, je viens vous délivrer de ce fardeau qu'ils vous ont imposé. A présent, la peur que vous ressentez en sortant de chez vous sera celle de vos ennemis . Je serai la voix de la Justice, de l'Ordre et de la Sécurité ! 

Ilae resta sans voix alors que le reportage reprenait. Le bien du peuple ? Délivrer d'un fardeau ? La voix de la Justice, de l'Ordre et de la Sécurité ? Mais il se prend pour Hitler II ce mec ?! Non seulement ce prétentieux lui mettait des bâtons dans les roues dans ses recherches, alors que techniquement elle ne faisait rien de mal, mais en plus il prenait le pouvoir en déclarant qu'il pouvait faire mieux que les autres !

Elle se rassit lentement sur son tabouret et se prit la tête entre ses mains en grognant. Ça n'allait pas arranger ses affaires ce coup d’état. Avec un homme comme Erik au pouvoir toute organisation qui ne lui plaisait pas allait souffrir et si l'idée que quelqu'un démantèle le Venragal était très plaisante, elle se doutait que ce ne serait pas aussi simple. Mais il en a après les Sangraves alors ça ne me concerne pas vraiment … Sauf que son travail en ce moment c'était justement de travailler avec les Sangraves. Et puis une fois qu'il avait fini avec les Sangraves, qui savait si il ne se s'occuperait pas du Venragal juste après ? Si jamais il réussissait, elle perdrait toute trace de son frère et de son père. Elle grogna plus fort et laissa tomber sa tête d'un coup sur le comptoir, renversant sa chope au passage. Sa ournée ne s'arrangeait vraiment pas. Elle ignora le liquide qui pétillait joyeusement sur son chemin vers le sol et se concentra. Si on découvrait ses diverses connexions sa vie allait devenir un enfer donc objectif numéro un : disparaître.

Elle se leva d'un bond, jeta quelques pièces dans la flaque d'alcool et essaya de ne pas courir vers la porte. Elle l'ouvrit d'un coup et se mêla à la foule confuse. Ok, et maintenant ? Elle devait trouver un moyen pour empêcher le nouvel « Imperator » de mener ses plans à bien. Elle avait trop besoin des Sangraves pour les laisser se faire persécuter tout de suite. Rejoindre les Sangraves et les aider ? Ilae grimaça à l'idée. Elle était prête à faire beaucoup de choses pour retrouver son frère et sauver son père mais rejoindre une bande d'espécistes sanguinaires qui utilisaient une magie démoniaque ? Pas si elle pouvait l'éviter. Sans compter que ça la mettrai probablement en conflit à un moment ou un autre avec ses « obligations » envers le Venragal et Jared. Ilae grinça des dents en pensant à son manipulateur sadique personnel mais mis son ressenti de côté. Le Venragal ne m'aidera pas sur ce coup non plus. Aussi déterminés qu'ils soient, ils veulent juste récupérer les Artefacts. La Résistance ? Hmmm … L'idée était délicate car elle savait qu'il existait une sorte de d'alliance entre la Résistance et l'Empire mais le but premier du groupe était néanmoins d'exterminer les Sangraves définitivement. Non, ils n'iront pas forcément contre Baëlos. Il me faut un allié, autre qu'un sangrave, qui voudrait éliminer le comte...

L'idée qui la frappa était si simple, si élégante et si évidente qu'Ilae s'arrêta net dans la rue. L'Impératrice ! Elle a peut être abdiqué mais que je sois damnée si elle laissera le pouvoir partir si facilement ! Ilae était une terrienne presque pure souche et elle avait vécu toute sa vie sur terre mais le caractère féroce de l'Impératrice était connu dans tout AutreMonde. Elle ne se laisserai pas faire comme ça. Et même si ce n'est pas elle, il y aura forcément quelqu'un autour d'elle qui va protester ! Et si Baëlos est trop occupé à défendre son pouvoir contre L'Impératrice, il aura moins de temps pour s'occuper des Sangraves. Si elle voulait trouver Aidan et son père il fallait que Baëlos disparaisse elle allait donc appliquer le célèbre adage arabe à la lettre : « l'ennemi de mon ennemi est mon ami ». Pour une fois qu'elle pouvait taper contre quelqu'un qui l'énervait elle, et pas le Venragal, elle allait pas s'en priver ! Et puis faire une bonne action en aidant une victime d'un coup d'état, ça pouvait pas lui faire de mal à la conscience. Ilae eut un mince sourire et enfonça ses mains dans les poches de son manteau. Épées aux dos, elle savait exactement où aller.


[Loyaliste ? Please ? ]

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mara Duncan
Voleur patenté
Voleur patenté
avatar

Nombre de messages : 39
Amour : Cal
Race : Humaine
Date d'inscription : 21/03/2014

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Jeu 21 Aoû - 12:24

Durant plusieurs mois, Mara était loin du palais quand les évènements de la prise du pouvoir de Érik Baëlos a eu lieu ainsi que l'abdication de Lisbeth, sa tante. Elle était loin du palais car son école de Voleurs Patentés l'ont envoyé en mission. Quand elle est rentrée dans l'académie, elle a allumée son télécristal et appris la nouvelle. Elle n'était vraiment étonnée suite à la discussion qu'elle a eu avec le compte, ou devrait-elle plutôt dire l'ex-compte. Par contre, elle ne comprend pas la raison pour laquelle il ne l'avait pas contacté avant alors qu'il avait insisté d'avoir son appui. Il devait se douter qu'elle était prête à le doubler au moment opportun ou il se méfiait d'elle à cause du fait qu'elle faisait partie des sangraves par le passé. Allez savoir. En tout cas, elle compte bien s'infiltrer dans sa "ligue" pour aider sa tante à retrouver sa place. Ce mec n'avait peut-être pas de mauvaises intentions, mais prendre le trône de SA famille est une chose qu'elle a du mal à digérer. Il faut vraiment qu'elle retrouve son frère, sa tante, sa soeur et le Magicgang et qu'elle contacte la Résistance pour qu'ils trouvent une solution. Elle comprenait un peu mieux pourquoi l'académie des Voleur Patentés de Tingapour lui a confié une mission de dernière minutes, vu qu'ils semblaient s'être alliés avec Érik, il a dû leur demander de l'éloigner.

"Ça ne se passera pas comme ça. On ne roule pas Mara Duncan".

____________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lei Mizuhime
Guerrier
Guerrier
avatar

Féminin Nombre de messages : 1030
Age : 22
Localisation : Krasalvie
Race : Edrakin
Date d'inscription : 18/05/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Jeu 21 Aoû - 16:39





Debout derrière mon Maître, je contemplais la foule d'un air nonchalant.
Mais au fond de moi je bouillonnais.
Trop de bruit.
- « Omoisiens, Omoisiennes.»
..1..2..
Trop de monde.
- « Depuis trop longtemps vous vivez dans la peur. »
..1..2..3..4..5..6..7..8..
Pairs. Toujours pairs. Maître Baëlos était parfait. Il savait..il savait. Il me protégeait par ses paroles et par sa présence. Grâce à lui j'étais en sécurité. Il Incantait pour moi.
Un mouvement sur ma droite détourna mon attention du discours. C'était cet abruti de Peter, accompagné de Jett ainsi qu'une douzaine de nos membres.

- «Tu es en retard.» lâchais-je durement, mes doigts osseux se repliant en un poing blanchâtre.

4 mots. Parfait. 4 était un bon chiffre. Indubitablement meilleur que 6, mais peut être moins bien que 2. Largement mieux que 5.. le cinq était le pire, c'était..

- «Monsieur le Compte tenait à ce que l'on fouille le palais ..»

Ma mâchoire se contracta en entendant le onzième mot. A peine levais-je mon bras que cet imbécile s'empressa de terminer .

- « ..alors me cherche pas Andréa.»

Je pris un instant pour réfléchir si ce petit bout de phrase comptait bien dans la première. Puis décidais que de toute façon, un crétin dans ce genre ne méritait même pas la réflexion.
Heureusement pour lui, la victoire d’aujourd’hui et le magnifique discours de Maître Baëlos m'avais mise en sécurité pour plusieurs jours. Et même un onze ne pouvait altérer ça.
J'étirais mes lèvres trop épaisses en un rictus menaçant.

- « Ce sera Jeff pour toi abruti. »

Il se contenta de me lancer un regard assassin. Il savait tout autant que moi que tant qu'il était sous la protection de Maitre Baëlos, je ne pouvais le toucher. Il en profitait bien d'ailleurs cet enfoiré, toujours à me provoquer. S'il continuait comme ça, Maître ou pas, il y aurait prochainement un tragique accident..
Le tonnerre d’applaudissement qui retentit dans la grande salle me fis sursauter. Je poussais un petit soupir de déception. Et voilà, j'avais raté Son discours. Bien joué Peter.
Maître Baëlos tourna les talons et se dirigea vers la sortie. Il se dégageait de Lui une telle majesté. Il était incontestable que ce devait être Lui l'Impérator, et non cette espèce de blondasse exubérante.
Mais une chose était sûre, c'est que cette pétasse n'allait pas se rendre sans combattre, ça non. Il y aura de la résistance et du sang sera versé de chaque côté.
Je passais rapidement ma main sur mon crâne nu en souriant et, sans en attendre l'ordre, partis à la suite de mon Maître.



Bon, vu que personne se dévoue pour rejoindre l'envahisseur, Jeff va s'y coller :p

____________________

Une rencontre n'est que le commencement d'une séparation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan//Xanth//Erik
Guerrier
Guerrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1183
Age : 22
Localisation : Travia//Tingapour//Dors
Amour : Lei//Marié//Marié
Race : Hybride//Dragon//Humain
Date d'inscription : 14/05/2010

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Mer 27 Aoû - 19:36

Erik

Ils applaudissaient. Ils approuvaient, car ils avaient enfin compris. Je leur avais ouvert les yeux, et maintenant, ils étaient près à me rejoindre dans cette lutte, ce combat contre l'oppression et la peur des Sangraves. Je me laissai aller à afficher un léger sourire de satisfaction. Moi qui pensais qu'il serait plus ardu de les convaincre. Bon, il restait bien quelques personnes réticentes à l'idée de voir partir Lisbeth, mais ils allaient vite devoir admettre que c'était la meilleure chose à faire. Je descendis les escaliers pour sortir de la salle, suivi par Truman, Trinaute et le vice-Amiral Orcadès, ainsi qu'une troupe de soldats et de suivants.

- Truman, je veux un rapport des réactions  partout sur Autremonde. Boule de cristal, ordi-magique, foule, réseaux sociaux, on ne doit rien rater, bien compris ?

Il hocha la tête en remontant ses lunettes, et prit la route de la Porte de Transfert, tandis que j'envoyais cinq soldats pour veiller sur lui. Son entreprise d'informagique allait être primordiale dans les temps à venir, hors de question qu'il lui arrive quoi que ce soit.
Mon frère, Jon, vint se placer à côté de moi.

- On a fouillé le Palais, mais aucune trace de Sandor. Il semblerait qu'il ait anticipé sa fuite.

- Malédiction... C'est un meneur d'homme, il pourrait rallier l'armée à sa cause. Le ramener va devenir notre priorité. Nous ne pouvons mener la guerre si nous ne sommes pas unis. Où en est notre chère sœur ?

- Ses Patentés surveillent toujours la chambre de Lisbeth.

-  Parfait. Saëran, envoie un message à Meera, l'armée Salteren doit se retirer. Si elle entre maintenant dans Tingapour, la population risque de prendre peur.

- Xandiar est toujours à la caserne. Il me traite de tout les noms, et il ne se calmera pas avant longtemps. Je crois qu'il a mal pris ma trahison.


Je secouai la tête, dépité. Oui, évidemment. Je me doutais bien qu'il y en aurait certains pour rester campés sur leur position, et refuser que je prenne la tête de l'Empire. C'était normal, après tout, ils pensaient avoir juré fidèlité à l'Impératrice, et que seule elle était à même de s'asseoir sur le trône. Des imbéciles, incapables de comprendre que ce n'était pas l'Impératrice qu'il fallait défendre, mais l'Empire. Mais je ne voulais pas d'une guerre civile. Je n'avais pas pris possession du trône pour combattre mes compatriotes, et si conflit il y avait, ce serait entièrement et pleinement la faute de ces individus trop bornés. Il était de mon devoir de leur ouvrir, à eux aussi, les yeux, pour éviter ce destin.

- Tu as peut-être trahi Lisbeth, mais tu es resté fidèle à Omois, et à ta famille... Capitaine de la Garde Impériale.


Il me regarda avec de grands yeux, et je continuai avant qu'il puisse protester.

- J'ai besoin d'hommes de confiance pour me protéger. Tu es le vétéran de la Garde, ils te respectent et te suivent. Je ne nommerai pas quelqu'un d'aut...

- Imperator ! Imperator !


Un jeune soldat courait dans notre direction. C'était étrange de réaliser que c'était de moi qu'il s'agissait.

- Xandiar s'est échappé, on pense qu'il a reçu de l'aide extérieure d'un Haut-Mage !


Les Hauts-Mages... J'allais grandement devoir me méfier d'eux à l'avenir. Ils pouvaient être des alliés précieux, mais également mes pires ennemis. Mais pourquoi aider Xandiar à s'échapper, ça n'avait pas de...
Un mouvement de résistance. Mes sourcils se froncèrent à cette pensée. Un tel groupe était la dernière chose dont j'avais besoin à cet instant.

- Jon, retrouve le, maintenant ! Que la garde soit doublée près de la chambre de Lisbeth et son fils ! Personne ne quitte le Palais sans que moi, toi ou Mélissa ne le sache !

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elleira E'l Alters
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 86
Age : 18
Localisation : Everywhere my thoughts remained
Amour : Aucun.
Race : Humaine
Date d'inscription : 12/02/2013

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Ven 29 Aoû - 0:03

A peine j’eu claqué la porte de mon appartement qu’un son puissant envahi toute la pièce.
La rue. Les vitres tremblaient.
Ma boule de cristal clignota. „Bip, bip, bip, bip“
Une quinzaine de messages vocaux venaient de remplir mon répondeur.
L’évènement qu’inconsciemment tout le monde attendait était arrivé.
Mon sac s’avachit sur le parquet, et je me dirigeais directement vers la fenêtre.
La foule était muette, immobile.

« Omoisiens, Omoisienne.
Depuis trop longtemps vous vivez dans la peur.
Depuis trop longtemps, vous êtes menacés par l'organisation terrorriste qui se fait appeler les « Sangraves ».

Ma tête tourna si vite que je manquais de peu de me faire un torticoli.
Je me rendais à peine compte que ma respiration était coupée.
Mais les points noirs qui s’insinuèrent dans ma vision ne suffirent pas à cacher la projection qui s’était automatiquement installée sur le mur, alimentée par le cristal.
Un homme, très droit. Assez vieux pour imposer sa puissance, et assez jeune pour la maintenir.
Un dirigeant. Qui se tenait au balcon utilisé par l’Impératrice d’Omois, pour ses discours.
J’avalais ma salive, lentement, et reprenais ma respiration, tout aussi lentement.
La froideur des yeux de l’orateur m’hypnotisa malgré moi, et j’écoutais la suite.

„…Contrairement à ce que beaucoup pourront croire, je ne cherche pas la puissance, ni même la gloire. Je ne cherche que le bien de mon peuple. Et si il y avait eu un autre moyen, je ne serais pas arrivé à de telles extrémités. La corruption était bien trop profonde, et Lisbeth'tylanhem, bien trop aveugle. Mais aujourd'hui, je viens vous délivrer de ce fardeau qu'ils vous ont imposé. A présent, la peur que vous ressentez en sortant de chez vous sera celle de vos ennemis . Je serai la voix de la Justice, de l'Ordre et de la Sécurité ! »

L’image s’éteignit.
Lorsque j’esquissais un regard sur les messages reçus, ma stupéfaction céda à la colère. Je hurlais.
„L’impératrice vient d’abdiquer devant le célèbre comte Erik Baëlos.“
Mon cri résonna un court instant dans la pièce, le temps que je lance un couteau en plein dans le mur où s’était trouvé le nouvel… Imperator.
Mes mains tremblait. En plus d’avoir organisé un coup d’état, ce prétentieux venait de provoquer une nouvelle guerre. Les Autremondiens n’en avait jamais fini avec leur soif de pouvoir.
Dans quelques semaines, la méfiance et les coups-bas seraient la règle entre les Omoisiens, entre tous les habitants d’Autremonde.

Pendant une guerre, derrière la faction à laquelle on appartenait, se cachait toujours nos propres intérets.
Je devais immédiatement réfléchir au mien. Et si je détestais à présent me cacher derrière un masque impassible, j’allais devoir m’y ré-entrainer.
Pendant quatre ans, j’avais été considérée comme une ancienne Résistante, reconvertie en Première Scorcelière. Mais les Résistants avaient changé d’objectif, tout comme moi.

J’avais voulu me concentrer sur ma vie, et laisser le passé et les morts dans leur cercle vicieux.
„Tourner la page.“
J’avais fini par arrêter de gâcher ma vie sur le mercenaire qui avait assassiné ma mère, que j’avais un long moment continué de traquer, n’ayant plus aucune piste.
Je l’avais peu à peu oublié, et seul quelques souvenirs me donnaient encore un espoir de le retrouver, peut-être un jour. Un jour où, comme aujourd‘hui, les avantages de la guerre faisaient remettre en activité les hors-la-loi de la pire espèce.
Les Résistants étaient devenu des chasseurs de Sangrave.
Cela ne convenait plus à mon nouvel état d’esprit. Je ne voulais, du moins le plus possible, pas être reconfrontée aux Gris. Ceux-là aussi, je voulais les oublier. Qu’ils meurent de haine dans leur Forteresse, et me fiche la paix.
Que mes souvenirs me fichent la paix.
Sous le coup de la réflexion, je m’étais assise en tailleur au beau milieu de la pièce, mon Familier suivant attentivement le fil de mes pensées.
Au bout de plusieurs minutes, je me décidais.

La Ligue était devenue immensément riche, et lorsqu’on possède la richesse, on devient orgueilleux et ambitieux sans s’en rendre compte. Le comte Baëlos croyait servir et répondre aux attentes du peuple, alors que son  pouvoir ressemblait, à plus grande échelle, à une de ces nombreuses dictatures des pays du Moyen-Orient, sur Terre. Ils rallieraient donc des gens à son état d’esprit, mais certainement pas tous.
S’il restait au pouvoir, ses illusions se transformeraient en cauchemar pour tout ceux qui résisteraient.
Et il ne deviendrait que plus sûr que ses desseins auraient été les meilleurs pour Autremonde.
Il fallait lui faire perdre ses certitudes. Il fallait l’arrêter.
Et de plus, je ne pouvais pas laisser tomber ma Haut-Mage et tous les autres principes que je m’étais forgée pendant quatre années de formation.

Sans  prendre le temps de me changer ou de boire un rafraichissement, j’attrapais ma boule de cristal qui atterrit dans ma besace, n‘ayant pas changé de place depuis le début du discours.
Le sac sur une épaule et Eclipse sur l’autre, je fermais la porte de la mezzanine.
Puis je me laissais disparaître dans la foule, une légère brume rougeâtre sortant de mes mains.
Le stress. L’incertitude. La peur. Je le sentais déjà autour de moi.


Faction:
 

____________________


Dernière édition par Elleira E'l Alters le Mer 17 Sep - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathea//Fafnir
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 21
Localisation : J'ai encore loupé une occasion de me taire ><
Amour : Love, love, love what is it good for ? Absolutely Nothing
Race : Hybride//Naine
Date d'inscription : 11/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Dim 31 Aoû - 13:14

Galathea

-Orthé, ferme-la tu veux ?! Bougonnais-je dans ma tête.

Comme à son habitude, ma louve se moquait de moi et je trouvais difficile de me concentrer lorsque mon familier grognait avec un pointe d'amusement. Et cette fois-ci, je n'étais même pas tombée suite à ma maladresse innée. Même pas ! Mais bon, je dois avouer que je n'étais pas très douée sur un bateau. J'étais accroché au bastingage, les cheveux claquant au vent comme une bannière et mon reflet, dans l'eau calme de l'archipel au large de Fier, me renvoyait l'image d'une fille au visage aussi translucide qu'un fantôme et à l'allure, disons originale dans le genre ''mais qu'est-ce que je fais là Brolk de Slurk ?!''.  
Mais enfin , comment pouvais-je savoir que j'avais le mal de mer. Le mal de Mer !! On voyageait avec des portails, j'avais chevauché des pégases et m'étais battu contre des sangraves. Ce n'était pas rien. Et pourtant....Galathea, guerrière plutôt douée, vaincu par l'océan. Bonjour la grandeur ! Et après, vous voulez que j'ai un quelconque cachet, une dignité. Pff, impossible !!
Non mais regardez ça, obligée de prendre de petites bouffées d'air frais sans pouvoir soupirer ou tourner la tête sans avoir une furieuse envie de rendre mon délicieux déjeuner
.
-C'est toi qui a voulu essayer, me rappela Orthéïde.

-Je sais....Beurk!....mais au moins....je sais que je ne le ferais...plus....jamais....

Pour mon plus grand bonheur, le capitaine du bateau nous ramena au port quelques minutes plus tard. Une fois sur la terre ferme, je pu inspirer de grandes goulées d'air, m'étirant de tout mon long. Enfin, un sol qui ne tangue pas, enfin  normalement. Pourquoi ce ponton ondulait-il ? Je fermais les yeux avant de les rouvrir d'un coup juste pour voir si mon hallucination s'en était allé. Que nenni ! Le sol était animé de petits mouvements ondulatoires, comme si je marchais sur un tapis volant qui se la jouerais chenille. Et ce fut ça jusqu'à ce que je m'affale sur une chaise dans la taverne attenante à mon appartement. Même assise, j'avais l'impression que mon cerveau tanguait dans ma boîte crânienne.

-Elégant, remarqua Orthéïde.

-J't'ai pas demandé ton avis, grognais-je.

J'avais la sensation horrible d'avoir été balloté comme une poupée, pourtant, j'avais bien aimé être sur la mer et voguer loin de tout. Je n'avais plus à me préoccuper de rien -si ce n'est de ne pas offrir à mes gâteaux un voyage retour- et c'était extra.
Depuis dix saisons, j'avais élu domicile sur la côte de Baserit et n'avait pas arrêté d'essayer des activités. Surf, nage, danse, course contre des bllls ou beach-bulle-sardine. Certains commerçant m'appelaient même pour tester leurs nouvelles activités sur moi. Inutile de vous dire que ça n'avait pas toujours bien fini. Par exemple, le jus de crogroseilles agrémenté de vrais morceaux de mouche à sang n'est pas délicieux. En plus c'est plutôt mauvais pour tous les organes par lesquels il passe, sur lesquels on a l'impression que des milliers de mini krakdents vous bouffent de l'intérieur. Charmant, je sais mais dites-vous bien que j'en ai vue des vertes et des pas mûres.
Honnêtement, ça faisait un bien fou de s'isoler d'Omois, du Lancovit et de tous les problèmes politiques en général. Non que j'avais arrêté de chasser les sangraves, c'était même ce que j'avais préféré ces dernières années mais je ne le faisais en aucun cas contre de l'argent, de la reconnaissance ou même un peu de dignité. Je me fichais bien de tout ça.
Devant un verre de jus de crogroseilles, je décidais d'ailleurs qu'il serait bien de partir à la chasse cet après-midi. J'avais de bon informateurs à Fier qui étaient prêts à tout pour que je teste leur dernière invention douteuse, même à me donner des informations sur leurs clients.
C'est à ce moment que la boule de cristal de la taverne s'est allumée et que toutes celles des personnes présentes se sont mises à clignoter et biper.

«Chers citoyens, la nouvelle vient de tomber. Lisbeth'tylanhem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru, Impératrice d'Omois, viens d'abdiquer....

Il n'a suffi que de ces mots pour que je me précipite chez moi, ma boule de cristal devant moi, continuant à regarder le flash.

«...en faveur du Comte Erik Baëlos de Dors. Le coup d'Etat, bien qu'armé, n'a heureusement fait aucune victime civile ou militaire pour l'instant, mais le Palais Impérial est en pleine ébullition. Nous retrouvons notre reporter sur place pour couvrir l'évènement.»

Par les crocs cariés de Gélisor ! Par les oreilles de Sacatach ! C'était horrible ! Un coup d'état contre l'Impératrice !
D'un coup de pied, j'ouvris ma porte et me précipitais sur le lit, ma louve sur les talons et l'image de l'envoyé spécial devant moi.

«...Les protestations sont nombreuses, mais une partie de la garde, visiblement dirigée par Jon Baëlos, le frère d'Erik, semble prendre les choses en main. On peut également observer des soldats de la Marine, ainsi que des Camouflés et des Voleurs Patentés, il est fort probable que ce putsch ait été préparé de longue date. L'Impératrice est déjà sortie, escortée par le capitaine Xandiar, et vous pouvez voir le Comte monter les marches vers le trône. Il ne n'affiche aucune joie, aucune satisfaction, mais on sent en tout cas qu'il a attendu ce moment avec impatience.»

Pardon ? Attendez, va me falloir un replay là ! Je rêve, je suis en train de rêver, oui ça ne peut être que ça. J'enfonçais la tête dans les couvertures, les mains sur les oreilles. Est-ce que tout recommençait ? J'avais pris mes distances avec la Résistance lorsque l'Impératrice avait retrouvé son titre et son palais, je n'avais pas voulu m'impliquer dans la politique et les manoeuvres autour de la famille impériale. Pour moi, la mission était terminé, les sangraves étaient repartis.  Pour ce genre de choses, on peut le dire j'étais une pantouflarde ! Mon but dans la vie n'était pas de faire triompher le bien et encore moins de me mêler des jeux de pouvoir.
Mais et si, la Résistance reprenait du service comme à ses premiers jours suite à ce coup d'état ? Serais-je amenée à reprendre moi aussi du service ? Est-ce que je souhaite ? Mais alors, la Résistance ne resterait plus fidèle à sa fonction première de chasser les sangraves, elle ne serai qu'une coalition soutenant l'Impératrice envers et contre tout. Je n'étais pas pour ça. Je n'avais pas souscrit pour ça en entrant dans la Résistance. Au départ, je voulais juste que cesse le règne de la terreur. Je voulais juste protéger. C'était pour ça que j'avais appris à me battre pour protéger les gens. C'était une façon bien égoïste de prouver que je n'étais pas inutile, que je laisserais peut-être une trace dans la vie de certaines personnes. Est-ce que ce serait mal de laisser l'Impératrice l'ex Impératrice  là où elle est. Peut-être que je jugeais un peu vite cet homme sans âge, peut-être était-il tout à fait capable. Mais il s'y était mal pris. Un coup d'état était une solution extrême. Avec un soupir, je regardais l'homme sur ma boule de cristal.

«... Depuis trop longtemps, vous êtes menacés par l'organisation terroriste qui se fait appeler les « Sangraves ». Et pourtant, « ils » n'ont rien fait. « Ils » sont restés immobiles, pendant que les manteaux gris attentaient à vos vies, à vos biens, à vos familles, et ont ouvert la voie aux bandits et aux pirates...»

-Ce n'est pas aussi simple vieil homme ! M'entendis-je dire.

Si la chasse aux gris était aussi simple qu'il semblait le dire, ne croyait-il pas que Lisbeth aurait donné l'ordre de les capturer ou de les abattre ? Lisbeth devait avoir la rage de s'être fait ravir le trône par Magister, le chef des sangraves qui avait plusieurs fois rendu la vie difficile à la descendance de Demiderius. Non chasser les sangraves n'était pas une mince affaire. Sans savoir pourquoi, je me sentais personnellement visée par ce ''Ils sont restés immobiles''. Par les crocs cariés de Gélisor, j'avais tout mon possible ces dernières années !

«...Contrairement à ce que beaucoup pourront croire, je ne cherche pas la puissance, ni même la gloire. Je ne cherche que le bien de mon peuple. Et si il y avait eu un autre moyen, je ne serais pas arrivé à de telles extrémités. La corruption était bien trop profonde, et Lisbeth'tylanhem, bien trop aveugle. Mais aujourd'hui, je viens vous délivrer de ce fardeau qu'ils vous ont imposé. A présent, la peur que vous ressentez en sortant de chez vous sera celle de vos ennemis . Je serai la voix de la Justice, de l'Ordre et de la Sécurité !»

Malheureusement monsieur Baëlos, j'ai un peu de mal à vous croire. Un coup d'état de cet ampleur à Omois ne doit pas être si désintéressé que ça.
«La peur que vous ressentez en sortant de chez vous sera celle de vos ennemis .» ?!
Sérieusement, ça n'a jamais été le cas. Aussi puissant soit-tu Erik Baëlos, ton discours fera peut-être de l'effet mais on en attendra encore les actions quand je serais vieille ! Vas et chasses les gris autant que tu veux ! J'espèrais de tout coeur qu'il y arrive, en plus d'haranguer les foules, à faire suivre tes paroles. Mais j'en doutais. J'avais passé plus de quatre ans sur la piste des gris et rares sont ceux que j'avais pu débusquer. Mais au moins, était-il capable de faire disparaître un peu la terreur des yeux des omoisiens. Ce n'était pas si mal pour un premier discours en tant qu'Imperator.

-Je ne peux pas y croire, soupirais-je.

Encore des complications. Elle était paisible ma vie à Fier. J'aimais bien tester les nouveautés culinaires de Sören ou les vêtements bizarres d'Abbie même si dans les deux cas, je finissais généralement par terre. Je me doutais qu'incessamment sous peu ma boule de cristal n'arrêterait pas de sonner. Je l'espérais presque que je reprendrais du service. Non que ma vie manquait d'aventures -rien qu'aller m'acheter à manger sans tomber relevait d'une quête périlleuse !- mais j'avais manqué de vrais combats et de joutes ces derniers temps.

-Orthéïde, on s'arrache ! Lâchais-je en éteignant ma boule et me levant.

Je pliais bagage lorsque je reçu un message de Sören :

-Salut, Gala, j'ai fait un nouveau gâteau avec des kidikoi. Je t'ai écouté et cette fois j'ai enlevé les prédictions de la préparation. Passes quand tu veux le goûter, je t'attends. Ciao !

Je lui répondais immédiatement, attachant mon épée à la taille et rangeant en vrac, poignards, fruits, vêtements, chaussures, livres et autres nécessités dans mon sac.
Avant de partir, je notais sur ma tablette, une liste pour la suite des évènements. Premièrement, se renseigner sur Erik Baëlos, ses alliés et ses activités en tant que Comte avant qu'il ne devienne Impérator. Et la liste se résumait à ça.
Je claquais la porte de chez moi, déposais un papier dans la boite aux lettres de ma propriétaire et je partie sans même me retourner. Tu reviendras bientôt me dis-je, quant tu sauras ce que tu feras aux sujets des sangraves et comment tu vas te faire employer et par qui. N'était-ce pas un peu narcissique de penser que les factions s'arracheraient mes services de chasseuse de gris ?!

-Totalement ! Et tu risques d'être déçue ma vieille !! ricana Orthéïde.

-Tant pis, au moins, j'aurais voyagé ! Lui répondis-je sur le même ton trébuchant sur une dalle qui sortait un peu de son emplacement.

Faction o/:
 

____________________
Can you feel it pulsing through your veins, running like a mad men, looking for a game plan ? ♪



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucia Van Orn
Voleur patenté
Voleur patenté
avatar

Féminin Nombre de messages : 50
Age : 19
Localisation : In Nerverland ~
Amour : Pas pour l'instant ~
Race : Hybride Elfe/Vampyr
Date d'inscription : 06/04/2013

Chronique
Points de vie:
50/70  (50/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Dim 7 Sep - 20:21



Lucia Van Orn




 Lucia se trouvait, comme à son habitude, dans un bar. Mais, contrairement auxdites habitudes, c'était un bar "branché". Pas un bar de viking. Elle avait même dû changer d'apparence et de style de vêtements, histoire de passer inaperçue. La demoiselle regarda tout autour d'elle. Ce décor blanc, et le cocktail devant elle lui paraissait étrange. Mais, en tant que Voleuse Patentée expérimentée, elle n'en montrait rien. Elle attendait un de ses contacts pour une mission "spéciale". Et elle poirotait ici depuis déjà deux heures. Elle souffla pendant un bon moment avant d'entortiller une mèche couleur flamme entre ses doigts.

*Ce bar est à mourir d'ennuis...*
*Je suis bien d'accord avec toi.*

Ronronna son Familier, un petit chat noir (qui, sous sa réelle forme n'était autre qu'un aigle de jais de deux mètres de haut). Il ne manifestait plus son mécontentement depuis un bon moment. Il était simplement couché sur la table, à somnoler. En réalité, ce qui amenait Lucia dans ce bar, c'était une mission. En effet, le commanditaire voulait qu'elle assassine une certaine personne, avec au bout une prime bien grasse, qui pourrait lui payer tout ce dont elle avait besoin. C'est à dire en réalité : pas grand-chose. Des petites bricoles plus ou moins légales. De plus, elle devait se rendre au palais, histoire de demander des nouvelles à l'Impératrice, qui ne l'avait pas contacté depuis un bon moment. Ce qui est assez étrange étant donné que ses ennemis (en général des chasseurs de primes) ne se comptent pas sur les doigts de la main. Et d'ailleurs, elle a en général une liste longue comme le bras d'assassinat à exécuter, dans la plus grande discrétion, et dont en général, on ne retrouve aucun corps, juste des lettres envoyées aux familles disant qu'untel était partit pour de bon de la famille, ou qu'il avait décidé de couper les ponts pour vivre sur Terre, ce genre de choses.

Tiens, voilà la barre des trois heures qui viennent de passer. La demoiselle se met à boire son cocktail à grandes gorgées. Et au moment même où elle appelait une serveuse pour un autre verre,  tous les télé-cristals de la salle s'allumèrent pour une diffusion spéciale :

"Chers citoyens, la nouvelle vient de tomber. Lisbeth'tylanhem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru, Impératrice d'Omois, viens d'abdiquer en faveur du Comte Erik Baëlos de Dors. Le coup d'Etat, bien qu'armé, n'a heureusement fait aucune victime civile ou militaire pour l'instant, mais le Palais Impérial est en pleine ébullition. Nous retrouvons notre reporter sur place pour couvrir l'évènement."


Lucia planta ses ongles si fort dans la table que ses phalanges en devinrent aussi blanche que sa fausse peau matte pouvait l'être. Sans même s'en apercevoir, elle était en train de griffer la table, et d'en laisser des marques. Ce fut le chat noir qui se jeta sur ses mains pour arrêter le crissement insupportable à ses oreilles. Il observa sa sœur d'âme, et fut prit d'un étrange mélange entre la peur et l'inquiétude. Lucia avait les lèvres pincées et les pupilles de ses yeux violets avaient à peu près la taille d'une tête d'épingle. Sa peau devenue subitement pâle était en train d'effrayer le chat. Elle avait sa tête de tueuse. De celle qu'il ne faut en aucun cas chercher, au risque de se prendre une dague entre les deux yeux. Se tête de folle furieuse, celle de quand elle est tellement concentrée sur quelque chose qu'elle en est presque en transe.

* Lucia, Lucia ça craint, détends-toi ! Tu me fais grave flipper là !*

Mais elle ne l'entendait pas. Elle se leva d'un bond, enfila son manteau à fourrure multicolore et sortie en trombe du bar. Elle devait immédiatement rejoindre l'Impératrice. Cette dernière n'abdique pas comme ça, et elle lui en aurait parlé. Elle aurait ne serait-ce que fait une légère blague sur ce sujet, ou quelque chose du genre. Elle n'aurait pas abdiquer sans en parler à son deuxième bras droit. Son bras droit qui exécute les ordres plus ou moins officiels, ceux qui sont plus hors-la-loi. Elle œuvrait dans l'ombre, contrairement à Xandiar, qui n'était peut-être même pas au courant de son existence.

La demoiselle sortit donc du bar. elle n'avait plus qu'une idée en tête, et attendre la prime qu'elle allait toucher ne lui effleurait même plus l'esprit. Elle avait besoin de voir sa patronne. Et peut-être aussi avait-elle besoin d'une bouteille de Rhum. En tous cas, elle devait se dépêcher. Le chat reprit sa forme d'aigle, et elle ne garda que ses yeux violet, et quelques mèches rousse de sa fausse apparence. Ses vêtement (jupe et tailleur cintrés noirs) changèrent immédiatement, et elle retrouva sans s'en rendre compte son pantalon noir moulant, sa chemise bouffante blanche, son corset brun, ses bottes en cuir et son manteau de pirate d'un seul coup. Elle se plaça juste devant les ailes de son aigle, et celui-ci prit son envol d'un seul coup, vers le ciel, sans plus de ménagements. Il allait voler tant que sa maîtresse n'aurait pas retrouvé l'Impératrice, car c'est à ses côtés qu'elle se battrait, jusqu'à la mort.

Alors alors ? suspeeeeeeeens ! :
 



____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna P. Targi'll
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 510
Age : 21
Localisation : Prison d'Omois
Amour : Alan, si je parviens à le retrouver, je le sais, je le sens, il sera mien
Race : Humaine
Date d'inscription : 02/09/2009

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Sam 20 Sep - 23:11

Surprise. Déception. Plus rien n'avait de couleur, n'avait de tessiture. Assise. Oui, c'était cela. Elle était assise. Elle ne voulait plus rien, la vie avait une sensation morne sur laquelle elle n'arrivait à mettre de nom. Luna aurait dut mettre fin à ses jours depuis bien longtemps alors que de telles pensées faisaient encore circuler le sang dans son esprit. Mais pourquoi faire ? La sortcelière sentait en elle battre cette machine compliquée qu'était un cœur humain mais elle n'en voyait plus de fin. Toujours le même BOOM BOOM répétitif, basé sur un son vu et revu. La blonde regardait le paysage défiler, dans ce train qu'elle n'avait même jamais voulu prendre et dans lequel elle s'était retrouvée comme par magie. Non. Par magie. Elle avait été envoyé là, à discuter d'une affaire importante pour le compte d'Omois. Quand la nouvelle était tombée comme un couperet. Immédiatement, celui avec qui elle avait rendez vous disparu du champs de vision de la blonde et cette dernière lâcha un magnifique juron avant de ramener son visage haineux jusqu'à la cour d'Omois.

Elle se mit à fulminer à peine rentrée et demanda une audience immédiate. La jolie blonde était connu à Omois, pour avoir partagé à de nombreuses reprises la couche de l'imperator (les magasines à ennui en avait d'ailleurs fait leur choux gras, pronostiquant sur la possible date de mariage entre cette femme sortie de nulle part et leur si bel imperator). Bien sur, cela lui fut refuser. Mais elle ne se le fit pas dire deux fois. Utilisant les restes de sa formation de Voleuse jamais menée à bout, elle s'infiltra dans les appartements. Mais une pierre reste une pierre et des talons hauts des talons hauts. Le mélange ne fut pas de bonne augure pour la demoiselle et elle se retrouva rapidement dans une cellule pour avoir essayer de tuer le cher compte. Foutaise. Même si ses intensions étaient loin d'être pacifiques et qu'elle avait hurler qu'elle allait le tuer pour avoir prit le pouvoir parce que jamaisl'imperatricen'auraitabdiquéensafaveur. C'était trop tard pour la demoiselle, qui fulminait maintenant dans un endroit plus sombre que la cour d'Omois. Une Haut Mage en prison pour tentative de meurtre, c'était mauvais. Mais pour une fois, personne ne pourrait crier au scandale. Quoi qu'il arrive, on ne tue pas les têtes pensantes. Bavures policière.

Spoiler:
 

____________________

Beautiful lie
Lie awake in bed at night
And think about your life
Do you want to be different ? (to be different)
Try to let go of the truth
The battles of your youth
'Cause this is just a game

It's a beautiful lie
It's a perfect denial
Such a beautiful lie to believe in
So beautiful, beautiful it makes me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ludtyviarpg.forumgratuit.org/
Melody de la Roche Damnée
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 140
Age : 21
Localisation : Où sang et chaos sont au rendez-vous
Amour : Hummm....La mort ?
Race : mi-vampyr, 1/4 dragonne, 1/4 humaine
Date d'inscription : 15/12/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Jeu 30 Oct - 19:27

Melody

Honnêtement, je ne savais pas comment mes pas m'avaient mené jusqu'ici. En l'occurrence, ici était quelque part dans l'Empire d'Omois mais certainement pas dans la capitale. Et quand je dis mes pas, bien sûr ce n'était pas mes pieds mais bien un Transmitus auquel j'avais demandé Omois. Bah forcément, si je ne demandais pas explicitement Tingapour, la magie ne devinait pas que je voulais aller à la capitale ! J'avais toujours un peu de mal avec les Transmitus. Je ne suis pourtant pas une mauvaise sortcelière, enfin, je suis capable de lancer facilement des destructus, carbonus, assomus ou même des reparus -mais ça, je n'en ai jamais eu besoin. Alors pourquoi ces brolk de slurk de Transmitus ne fonctionnaient pas ?! J'étais il y a quelques minutes à Etoi et maintenant, je me trouvais sur la plage de la mer Mychail. J'avais échangé une ville pleine de gens inintéressants pour un vent glacial et de l'eau salée qui allait s'infiltrer dans mes armes. Par les moustaches de Kelembar , j'avais utilisé ma magie pour rien et je n'étais pas prête d'arriver à destination. Perdue comme je l'étais au milieu de nulle part, ce serait beaucoup plus dur de trouver une Porte de Transfert. Il ne me restait plus qu'à rentrer à pied à Etoi. Je soupirais en me mettant en marche. Je ne voulais pas réutiliser la magie et risquer de tomber sur une créature qui profiterait de ma fatigue pour me transformer en filets de Graox. Il était préférable que je marche, honnêtement.

-Bouges-toi, Zogherm ou je te jure que cette fois-ci je te fais rôtir !! criais-je au coyote qui me suivait.

Il pressa un peu le pas et resta dans mon ombre. Mais plus je m'éloignais de la plage, et bizarrement plus le vent se renforçait. Il faisait claquer ma cape et rendait ma progression difficile. J'aurais bien voulu qu'il y ai un élémentaire pas loin que je lui fasse sa fête. Tiens d'ailleurs, est-ce que ça saignait un élémentaire ?!  D'un élan rageur, je dégainais une dague et fouettais le vent avec afin d'évacuer ma haine. Enfin, disons donner une émanation physique de ma rage. Et puis s'il n'y avait que le vent ! Mais non, la terre stérile sur laquelle je marchais était tellement sèche qu'elle s'envolait et venait dans mes yeux, mon nez ou ma bouche et je me retenais de peu d'incanter un bouclier ou mieux invoquer un ***** d'élémentaire d'eau pour chasser le tout. Mais ce n'était pas raisonnable dans le sens où il allait me mouiller moi aussi ce qui ralentirais considérablement mon avancée.
Oh et puis le temps n'est pas la seule chose à me retourner les tripes comme un mauvais cuisinier remue son ragoût. Non, parce que quoiqu'on en dise je suis une jeune fille équilibrée, je ne m'énerve pas juste contre la météo. Il y avait aussi cette affaire que je n'avais pas réussi à conclure avec un membre de l'éminente et plus si mystérieuse Ligue. L'envoyé avait commencé par être distant et ne me donnait pas d'informations utiles si bien que j'avais été forcée d'aller droit au but. Entre nous, je n'avais fait que sortir mon épée et la lui pointer sur la gorge...Oh c'est vrai que je l'avais aussi menacé de le rendre un peu plus court sur pattes et avec peut-être une oreille en moins. Du coup, il avait fini par s'évanouir. Sans cracher la moindre information croustillante. Brovlure !! Je vivais de ces informations moi ! J'en avais besoin pour les rapporter à mes clients. Le boulot d'espion était bien moins drôle que l'assassinat mais ça se rapprochait grandement de chasseur de prime. Travail que j'exerçais à temps plein -sauf depuis quelques temps où malheureusement la demande décroissait et me laissait sur le carreau d'où ma résignation à accepter des petits boulots dans mon domaine comme l'espionnage. Et le moins que l'on puisse dire, c'était qu'être discret n'était pas la meilleure méthode pour obtenir ce qu'on voulait des gens. Dans la passé, menacer les gens ou tuer leur escorte avait bien mieux marché. Et dire que je ne pouvais pas faire ça ! Quelle perte de temps !

Devant moi, la ville n'était toujours pas en vue mais d'après mon hor, je ne devais pas être très loin. Enfin ! J'allais pouvoir poser les pieds sur des dalles et pas sur de la terre qui finissait inlassablement dans mes poumons. Pas que mourir asphyxiée par de la terre me terrifiait -bon bien sûr c'était complètement con et je n'aurais pas vraiment voulu finir comme ça, un peu servile comme mort, pas assez glorieuse, mais c'était surtout hyper désagréable. Et pour couronner le tout, le vent avait tourné et soufflait face à moi, comme pour m'empêcher d'avancer.
Quelques dizaines de minutes après,  mes chaussures claquèrent sur  la pierre. Rebonjour Etoi. Sitôt arrivée dans le centre-ville, je me rendais derrière la taverne, dans une impasse où j'avais humblement élu domicile. Une fois là-bas, j'allais demander trois breubières et les mains remplies par les chopes, je les déposais sur le mur. J'en avalais une et demi d'un trait puis j'alignais les chopes sur le mur. D'un geste je dégainais mon épée et tranchais les chopes. Deux coups. Elles ne se séparèrent pas vraiment comme dans les pellicules remplies d'images terriennes -appelaient-ils ça des films d'ailleurs ?.
Les chopes détruites dans un coin, je m'entrainais contre l'air. Coup d'estoc, coup de pied retourné, esquive et enfin épée sous la gorge. Je tenais à ne pas me rouiller. Garder mon corps alerte était primordial.
J'allais fendre l'air quand mon hor sonna. Conséquence, il faillit être tranché net et appris à voler et à s'écraser contre le mur.

-Brolk de slurk !!

L'hor était protégé si bien qu'il n'était pas brisé et alors qu'il s'allumait, je m'asseyais au milieu du tas de chopes éventrées.

«Chers citoyens, la nouvelle vient de tomber. Lisbeth'tylanhem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru, Impératrice d'Omois, viens d'abdiquer en faveur du Comte Erik Baëlos de Dors. Le coup d'Etat, bien qu'armé, n'a heureusement fait aucune victime civile ou militaire pour l'instant, mais le Palais Impérial est en pleine ébullition. Nous retrouvons notre reporter sur place pour couvrir l'évènement.  »

«Oui Teag, je suis en direct de la salle du trône, où chacun se questionne sur la suite. Les protestations sont nombreuses, mais une partie de la garde, visiblement dirigée par Jon Baëlos, le frère d'Erik, semble prendre les choses en main. On peut également observer des soldats de la Marine, ainsi que des Camouflés et des Voleurs Patentés, il est fort probable que ce putsch ait été préparé de longue date. L'Impératrice est déjà sortie, escortée par le capitaine Xandiar, et vous pouvez voir le Comte monter les marches vers le trône. Il ne n'affiche aucune joie, aucune satisfaction, mais on sent en tout cas qu'il a attendu ce moment avec impatience. »

Ah enfin ! Il était temps que ça bouge un peu à Tingapour. Le gouvernement s'enlisait dans l'inaction et les Sangraves passaient en second plan depuis qu'ils brillaient par leur absence. Forcément, gérer les relations avec les autres pays ou se concentrer sur le commerce était bien plus important qu'une recherche palpitante débouchant sur une lutte sanglante avec les gris. Pourquoi ? Pourquoi ne pas en finir une bonne fois pour toutes ?

Et puis ces journalistes étaient stupides. Bien sûr que le nouveau souverain n'affichait aucune joie, vous vouliez qu'il trépigne de joie à l'idée d'assoir son royal fessier sur le trône qu'occupait Lisbeth ?! Sérieusement, il l'attendait son coup d'Etat, je m'étais un peu renseigné sur l'entreprise la plus florissante des dernières années et son PDG, le Comte était trop malin, trop manipulateur pour ne pas viser plus haut. Mais là, je dois bien avouer que j'avais été surprise qu'il vise si haut. Chapeau monsieur Baëlos. Je dois avouer, à contre-coeur, que vous gagnez un peu de mon respect -si précieux que personne n'y a encore eu droit.

« Pouvez-vous nous renseigner sur les soutiens dont il a disposé ?»

«Oui tout à fait, en plus de ceux dont j'ai parlé à l'instant, il était suivi à son entrée par des membres de la Ligue, dont il est le dirigeant. D'autre part, des courtisans se sont déjà rangés de son côté. Mais je vais faire silence, il semblerait qu'un discours ait été préparé, nous allons rapprocher la caméra... »

Pourquoi cela ne me surprend-t-il pas que la Ligue soit impliquée ?

« Omoisiens, Omoisienne. Depuis trop longtemps vous vivez dans la peur. Depuis trop longtemps, vous êtes menacés par l'organisation terrorriste qui se fait appeler les « Sangraves ». Et pourtant, « ils » n'ont rien fait. « Ils » sont restés immobiles, pendant que les manteaux gris attentaient à vos vies, à vos biens, à vos familles, et ont ouvert la voie aux bandits et aux pirates. Contrairement à ce que beaucoup pourront croire, je ne cherche pas la puissance, ni même la gloire. Je ne cherche que le bien de mon peuple. Et si il y avait eu un autre moyen, je ne serais pas arrivé à de telles extrémités. La corruption était bien trop profonde, et Lisbeth'tylanhem, bien trop aveugle. Mais aujourd'hui, je viens vous délivrer de ce fardeau qu'ils vous ont imposé. A présent, la peur que vous ressentez en sortant de chez vous sera celle de vos ennemis . Je serai la voix de la Justice, de l'Ordre et de la Sécurité ! »

Plutôt doué pour haranguer les foules et leur faire miroiter une paix illusoire. J'aimais bien cet Erik Baëlos. Il avait compris comment être un dirigeant. Le juste équilibre de la peur, créée par le putsch, et de l'espoir créé par son discours se voulant rassurant et insufflant l'infime quantité d'espoir suffisante au peuple pour ne pas se soulever. Mettez trop d'espoir et la révolution commencera, pas assez et vous dirigerez une foule apathique et plutôt dépressive.
Avec un grand sourire sarcastique, j'applaudis le nouveau souverain.  

« Comme vous pouvez l'entendre, il y a des applaudissements, des cris, des bravos, des hués et de la perplexité. Je pense que si notre nouvel Imperator a fait forte impression, il n'a cependant pas fait l'unanimité. Reste à voir comment le reste de la population réagira à ce changement, et surtout ce que la suite des évènements nous réserve.»

Mon hor s'éteignit de lui-même ayant rempli sa noble mission de me mettre au courant. Et le moins que l'on puisse dire était que cette nouvelle ma mettait de bonne humeur. J'étais le démon riant d'un retournement de situation inattendue et délicieusement alléchant. Cette incapable de blonde n'était plus au pouvoir et son Héritière, oui vous savez la monomaniaque dans le genre ''je suis assise sur des kikroks mais je me soigne !'' n'était donc plus en lice.
Allons retrouver ce membre de la Ligue ! S'il était parti, je devrais le retrouver et le tuer sans vergogne. Heureusement pour lui, je le retrouvais dans sa chambre, un petit sourire aux lèvres.

-Bonsoir, murmurais-je.

Il se retourna d'un bloc et me fit face, les mains illuminées.

-Tout doux, je vais essayer de ne pas te faire rôtir comme une cuisse de Graox mais seulement si tu réponds à mes attentes. Dans le cas contraire, je me verrais dans l'obligation de raccourcir tes bras, souris-je.

L'homme éteignit sa magie, tout tremblant mais resta debout. Avec le sourire le plus carnassier que je pu esquisser, j'ordonnais :

-Je veux que tu me fasses entrer dans la Ligue !

Faction:
 

____________________


I'm breaking in, shaping up, then checking out in the prison bus
This is it, the apocalypse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathea//Fafnir
Sortcelier
Sortcelier
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 21
Localisation : J'ai encore loupé une occasion de me taire ><
Amour : Love, love, love what is it good for ? Absolutely Nothing
Race : Hybride//Naine
Date d'inscription : 11/11/2010

Chronique
Points de vie:
40/70  (40/70)
Points d'attaque:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Sam 21 Fév - 15:30

Fafnir


-Bel ! Pâté de tak !! criais-je à l'intention de mon familier.
L'adorable animal arriva aussitôt en se léchant les babines. Je l'aimais vraiment mais sa couleur me resterait toujours en travers de la gorge, je crois. Un chat d'accord, un chat démoniaque bien volontiers -tant qu'il n'essaie pas de conquérir le monde. Mais un chat démoniaque de couleur ROSE ?! Rose, vous savez cette couleur purement gnan-gnan qui rend le moindre objet -en l'occurrence animal, ''troop mignon !!!''. Heureusement que Belzebuth était mon familier, je n'aurais sinon pas trop apprécié de promener une boule de poils rose, toute rose. Et je n'aurais sûrement pas supporté aussi bien les ricanements de Cal ou même les regards appuyés des autres nains.
Je leur avais bien rétorqué tout un tas de...discours -entrecoupé d'insultes, il a bien fallu, pour leur faire comprendre qu'on ne choisissait pas son familier et que le coup de foudre ça ne s'expliquait pas !
Depuis que les sangraves avaient disparu de la circulation, Autremonde était un peu plus tranquille. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'on s'est tourné les pouces, Tara nous a attiré quelques jolies batailles. Elle trouve toujours de bonnes batailles.
Et de mon côté ça n'avait pas chômé non plus, j'avais du rentrer en catastrophe à Hymlia lorsque des gros balourds d'orcs avaient défoncé les défenses des nains. Depuis ça n'avait pas été la joie.
Ils avaient beau être gros, laids et stupides sur les bords, ce n'était pas des petites frappes. Il fallait que l'on se mette à deux sur chacun de ses lourdauds pour arriver à bien les tuer dans les règles de l'art.  Et même ainsi ce n'était pas du gâteau. Encore heureux que nos célèbres chants les rendent fous, il était beaucoup plus facile de tuer en chanter, et aussi de tuer sans que les bêtes ne tentent de nous tuer avec des armes de NOS forges. Je n'en revenais pas mais Bellir, ma mère, m'avait prévenue lorsque j'étais revenue que les Forgeafeux n'avaient pas que des amis. Sans blague maman !!
Il était inadmissible que ces monstres osent nous attaquer avec nos propres armes !! C'était intolérable. Je mettais bien plus de coeur à l'ouvrage depuis que nous en avions parlé avec Bellir et Tapdur. Je chantais à tue-tête et était accompagnée de mes deux haches favorites. La bataille était ainsi plus agréable pour moi mais je n'en demeurais pas moins complètement en colère, très très en colère. Et les colères naines, ces brovlures de clans Honnis allaient apprendre à les craindre.
Il était hors de question que leur invasion débouche sur autre chose que sur leur mort. Dire que je souriais en les achevant serait un euphémisme. Les nains, tous les nains n'avaient pas eu d'aussi grande bataille depuis des lustres et on sentait dans les coups qui s'abattaient que ça leur avait manqué. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils n'avaient pas perdu la main les petits vieux ! Woah ! J'étais impressionnée ! Bon j'étais un peu meilleure qu'eux mais ça faisait des années que je me battais contre tous ce que Tara nous ramenait d'on ne sait où alors, j'avais gardé les bras sûrs et les armes assoiffées de sang.
Pourtant, malgré l'engouement des batailles et d'arrosage automatique de sang, on sentait que l'enjeu n'était pas inexistant. Certains nains étaient très très en colère aussi et c'était un vrai massacre alentour.
Lorsque je vis tomber un nain à côté de moi, je me transformais en vraie furie, haussant encore la voix jusqu'à couvrir mes voisins qui chantaient, jusqu'à couvrir le bruit des armes et je fonçais dans la mêlée tranchant tout ce qui passait à portée. Tant pis si je ne les achevais pas d'un coup, j'y reviendrais mais je blessais un maximum de ces bouses de traduc.
Ce genre de scénari s'est rejoué, encore et encore jusqu'à -brolk de slurk, **@#❖*✗* que l'on perde  trois mines tout à l'Est. Ce n'était pas les mines les plus florissantes ni les plus belles mais je n'allais pas pardonner à ces brovlures. J'allais les exterminer. Ce jour-là, j'étais réellement passé en mode tronçonneuse modèle réduit et j'avais tranché dans le vif -dans le lard aurait été plus juste. Comment pouvaient-ils nous attaquer ainsi ? Comment mes parents pouvaient-ils rester si calmes alors que nous n'étions pas dans uns posture très agréable ?
Finalement se battre contre ces lourdauds n'était pas drôle. A part qu'ils avaient peur de nos chants -pauvres d'eux, incapable d'apprécier le véritable art nain, la mélodie et la musicalité de nos paroles, ce n'était vraiment pas des adversaires très drôles. Ils ressemblaient à des faces de blurps qui avaient mal digérés et n'avaient aucune grâce avec leurs armes : un comble !
Quelques jours plus tard, nous n'étions pas en meilleure position, nous avions repris un peu de terrain mais les Honnis avaient vus leurs rangs s'agrandir de nouvelles armes naines. J'en restais baba. Le clan Forgeafeux au complet faisait le pied de grue dans la maison de mon enfance. Nous étions en plein conciliabule lorsque Bellir, d'une colère contenue avait annoncé :

-Je soupçonne les clans Boradilim et Gorkin d'être derrière les armes que se procure les clans Honnis pour nous attaquer.

Tous le monde répondit en même temps, y allant plus fort que l'autre, si bien qu'on n'entendit Barcnouzescvpspoecrfdhtchnerp !!! plutôt que :

-Bellir ! Comment peux-tu avancer une telle chose ?
-Par les entrailles de Bentruc le Hideux !
-Pas étonnant, ils nous détestent ces brovlures !
-Ces petits scrogneuplufs !!
-Fils de Spatchounes, je vais les massacrer !!

J'y avais moi aussi mis toute ma poésie. Ma mère était une naine plutôt pacifique : elle n'avait tué que quelques centaines de ses adversaires au cours de sa vie, ce qui était peu. Elle n'avançait jamais de telles informations lorsqu'elle n'en était pas sûre. Ce n'en était pas moins un coup dur pour les Forgeafeux qui régnaient avec justice sur Hymlia. Bellir n'était pas prompte à juger les nôtres.
Alors que le silence le plus mortel retombait dans la maison, l'hor de la cuisine sonna comme si on égorgeait un Spatchoune.

-Chers citoyens, la nouvelle vient de tomber. Lisbeth'tylanhem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru, Impératrice d'Omois, viens d'abdiquer en faveur du Comte Erik Baëlos de Dors.

-Ah non alors ! Qu'est-ce qu'ils ont ces brovlures à mettre le continent comme ça !! M'exclamais-je.

Mais j'étais aussi inquiète pour Tara, elle aurait dû réagir, elle aurait dû comment dit-on déjà tuer la menace dans l'oeil.

-...soutiens dont il a disposé ?»

-«Oui tout à fait, en plus de ceux dont j'ai parlé à l'instant, il était suivi à son entrée par des membres de la Ligue, dont il est le dirigeant. D'autre part, des courtisans se sont déjà rangés de son côté. Mais je vais faire silence, il semblerait qu'un discours ait été préparé, nous allons rapprocher la caméra... »

Et eux tous des spatchounes aussi à suivre gentiment le nouveau dirigeant. Grrrr, j'avais la rage et je ne pouvais même pas me rendre à Tingapour pour ficher un bon coup de hache à ce Baëlos de....***
Aaaarrrrrrghhh ! J'allais exploser !!!

-Je sors, hurlais-je.

Dans le jardin derrière la forge familiale, je frappais le vieil épouvantail de keltril avec mes haches, puis avec mes poignards et enfin avec la flamberge, ma toute dernière création. Elle était agréable à porter et dérangeait souvent les adversaires, ce qui me permettait de gagner de précieuse secondes. D'ici j'entendais encore des bribes de l'hor de la cuisine et ça m'énervait encore plus, bien plus que ce que je n'étais déjà : OUI C'EST POSSIBLE !!! POURQUOI VOUS POSEZ LA QUESTION ??????

-« manteaux gris attentaient... vies,..... Contrairement …. gloire. …. La corruption ….Lisbeth'tylanhem, bien trop aveugle. Mais ….la peur que vous ressentez en sortant de chez vous sera celle de vos ennemis .

-On n'a pas besoin de toi pour ressentir la peur des Honnis quand on brandit nos haches, criais-je tandis que l'épouvantail en prenait pour son grade.

-.... le reste de la population réagira à ce changement, …

-Mal ! On réagit mal !! Mais vous vous en foutez, vous pensez qu'on a autre chose à faire avec ces brovlures d'Honnis !! ! Et vous avez raison, j'aimerais bien vous assommer une bonne fois pour toute mais j'ai encore des orcs à tuer ici. J'arrive juste après, promis ! Dis-je (comprenez hurler) entre mes dents.

Faction:
 

[HRP : Mieux vaut tard que jamais comme on dit, enfin le post de Faf']

____________________
Can you feel it pulsing through your veins, running like a mad men, looking for a game plan ? ♪



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélia Yles'to
Sangrave
Sangrave
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 21
Localisation : Tingapour
Race : Fée
Date d'inscription : 27/06/2011

Chronique
Points de vie:
60/70  (60/70)
Points d'attaque:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Dim 22 Fév - 17:48

Mélia

Faire profil bas, rester dans l'ombre ! Pff comme s'il fallait lui en donner l'ordre. Mélia n'était pas une super espionne pour rien !! Elle aurait bien tirée la langue à ce messager mais ça aurait été puéril.

-Gnia, gnia, gnia, j'ai compris môsieur le messager. Vous pouvez dire à vos supérieurs qu'il n'y aura pas de casse, dit Mélia.

Enfin, rien qui ne sera réellement grave, ajouta-t-elle pour elle-même.
Mais le messager n'était pas décidé à partir, il avait pour mission de la mettre clairement en garde contre la Ligue et cette petite fée de la taille d'un Piqq le rendait un peu chèvre en se moquant de lui. La réciproque était vraie, Mélia hésitait à lâcher Kèr sur lui pour être enfin tranquille. Elle ne le fit pas, encore une fois ça aurait été puéril et Mélia n'était pas puérile, juste très très espiègle.
Le messager lui fit un rapport complet sur ce que les Sangraves avaient appris sur la Ligue et le moins que l'on puisse dire c'est que les nouvelles n'étaient pas bonnes. Mélia reprit soudain son sérieux, sous le regard soulagé du messager.

-Merci. Je ferais attention, le congédia-t-elle.

Cette fois-ci, il partit. Sans se faire prier d'ailleurs. Il avait jeté un œil au chatrix et à la fine ligne que formait la bouche de la fée, serrée dans un pli qui n'avait plus rien de railleur.
En effet, la jeune femme avait le cerveau en ébullition. Elle essayait de digérer les nouvelles informations qui pourraient faire pencher la balance de l'un ou l'autre des côtés et ce, une fois pour toutes. La Ligue était une entreprise florissante, dont ils s'étaient méfiés dès le début. Mélia en serait tombée sur les fesses si elle n'avait pas eue d'ailes pour la soutenir : ''les Sangraves menaçaient la sécurité et la prospérité du peuple ?!''. C'est cela, et la gambole emballait les kidikois dans le papier alu aussi !! La Ligue avait beau être puissante, elle cherchait comme tous ces politiciens véreux à prendre encore plus de pouvoir qu'elle n'en avait déjà. Tout comme Lisbeth, elle offrait l'espoir qu'un jour la menace des Sangraves n'existe plus.
Mais le peuple ne comprenait pas ! Mélia leur trouvait une insipidité et un stupidité crasse ! Comment pouvaient-ils être aussi crédules !! On aurait dit un troupeau de Béééés prêts à troquer leur liberté pour un rien.
Mélia sentit le démon s'agiter dans sa poitrine. Il sentait la colère de Mélia et se préparait à livrer bataille, à se délecter d'une lampée de sang. Elle eu le plus grand mal à le calmer. Il ne fallait pas se précipiter, elle allait d'abord exercer ses talents d'espionne pour voir ce qu'elle pourrait récolter sur la Ligue. Elle passa la semaine dans les tavernes et les bars, flirtant innocemment avec les hommes de toutes races. Elle n'y apprit pas grand chose et rentra presque chaque soir avec un nouveau cadavre sous les ailes. Elle avait beaucoup de mal à contrôler ses pulsion et le démon en elle n'aidait pas. De fait, elle s'énervait et jurait très souvent au cours de ses entrevues. Forcément, voir une fée en colère attendrissait rapidement les plus résistants à ses charmes si bien qu'elle s'obligea à ne pas se formaliser de leurs naïves moqueries. Ça lui facilitait même la tâche.
Il faut dire que depuis que les Sangraves étaient retournés dans l'ombre, ils avaient d'abord du méditer leur défaite, ce qui avait pris plusieurs longs mois au cours desquels Mélia était partie en sur Terre pour échapper aux gouvernements qui donnaient la chasse aux Gris. Là-bas, elle avait pris de vraies vacances au soleil et dans la jungle, rencontrant des hommes délicieux. Ils avaient la chair tendre et le sang très sucré. Le souvenir donna l'eau à la bouche à la petite fée. Elle aurait pu rester plus longtemps sur Terre mais ses folles missions lui manquaient. Aussi avait-elle repris du service sur Autremonde, contribuant à alimenter le réseau d'informations des Sangraves grâce à ses talents. Gouvernements autremondiens, dragons, la Ligue et même lamentations des ivrognes ou de leurs femmes, elle était dotée d'une petite taille autant en profiter !
Elle réussit avec une certaine satisfaction a obtenir une idée de la hiérarchie de la Ligue. Elle put ainsi s'attaquer aux plus gros poissons. Bien que ça n'ai pas toujours marché, elle réussit à ne pas les étrangler/tuer/dépecer/etc.... Ça aurait été louche que les éminences grises de la Ligue disparaissent un à un. La jolie fée joua son rôle de gentille fée toute ingénue jusqu'au bout des ailes...jusqu'au jour de l'annonce.
Elle était dans une taverne, enchainant brebière sur brebière (contrairement à ce que l'on pouvait penser, les fées tenaient fichtrement bien à l'alcool pour leur taille !) et entretenant la conversation avec un bel Apollon  lorsque la musique s'était arrêtée au profit des infos des cristallistes :

-Chers citoyens, la nouvelle vient de tomber. Lisbeth'tylanhem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru, Impératrice d'Omois, viens d'abdiquer en faveur du Comte Erik Baëlos de Dors. Le coup d'Etat, bien qu'armé, n'a heureusement fait aucune victime civile ou militaire pour l'instant, mais le Palais Impérial est en pleine ébullition. Nous retrouvons notre reporter sur place pour couvrir l'évènement.

-Oh je suis désolée Shallel, j'ai oublié...une course à faire,  minauda-t-elle en effleurant ses lèvres avant de s'éclipser. Ou plutôt d'essayer de s'éclipser, le jeune homme la retint.

-Reste un peu Milba...

Elle hésita, sa bouche se tordant en une moue dubitative. Finalement, elle se rassit doucement, fixant l'écran comme s'il allait lui sauter dessus à tout moment.

-des soldats de la Marine, ainsi que des Camouflés et des Voleurs Patentés, il est fort probable que ce putsch ait été préparé de longue date. L'Impératrice est déjà sortie, escortée par le capitaine Xandiar, et vous pouvez voir le Comte monter les marches vers le trône. Il ne n'affiche aucune joie, aucune satisfaction, mais on sent en tout cas qu'il a attendu ce moment avec impatience.

Incapable de résister plus longtemps, la fée tira Shallel jusque devant le palais de Tingapour, la boule de cristal du garçon diffusant toujours le spot.

-Pouvez-vous nous renseigner sur les soutiens dont il a disposé ?»

-«Oui tout à fait, en plus de ceux dont j'ai parlé à l'instant, il était suivi à son entrée par des membres de la Ligue, dont il est le dirigeant. D'autre part, des courtisans se sont déjà rangés de son côté.

Mélia, comme les courtisans rangés du côté de la Ligue, cria le nom d'Erik Baëlos avec un grand sourire, affichant à tous ceux qui la remarqueraient, qu'elle soutenait la Ligue.
Intérieurement, elle jubilait. Si elle faisait croire qu'elle soutenait la Ligue, elle obtiendrait des informations croustillantes à souhait. Et une chose que son passé, sa famille lui avait appris, c'était l'obligation de garder ses ennemis plus proches encore que ses alliés.
[color:b37b=#powderblue]
« Omoisiens, Omoisienne. Depuis trop longtemps vous vivez dans la peur. Depuis trop longtemps, vous êtes menacés par l'organisation terrorriste qui se fait appeler les « Sangraves ». Et pourtant, « ils » n'ont rien fait. « Ils » sont restés immobiles, pendant que les manteaux gris attentaient à vos vies, à vos biens, à vos familles, et ont ouvert la voie aux bandits et aux pirates. Contrairement à ce que beaucoup pourront croire, je ne cherche pas la puissance, ni même la gloire. Je ne cherche que le bien de mon peuple. Et si il y avait eu un autre moyen, je ne serais pas arrivé à de telles extrémités. La corruption était bien trop profonde, et Lisbeth'tylanhem, bien trop aveugle. Mais aujourd'hui, je viens vous délivrer de ce fardeau qu'ils vous ont imposé. A présent, la peur que vous ressentez en sortant de chez vous sera celle de vos ennemis . Je serai la voix de la Justice, de l'Ordre et de la Sécurité ! »

Slurk ! C'était pas dans les plans ça!
Il allait falloir que Mélia soit très prudente dans ses investigations et sur ses petits meurtres de mécontentement. La Ligue n'avait pas l'air de transiger sur l'annihilation des Sangraves. Bon d'un autre côté, le nouveau souverain se verrait bientôt confronter aux difficultés du règne et Mélia ne doutait pas un instant qu'il aurait du mal à donner une chasse efficace aux Sangraves.
Mélia composa rapidement un visage ravi et ses ailes claquèrent l'air tandis que ses mains applaudissaient. Elle encouragea encore une fois le nouveau souverain.

-« Comme vous pouvez l'entendre, il y a des applaudissements, des cris, des bravos, des hués et de la perplexité. Je pense que si notre nouvel Imperator a fait forte impression, il n'a cependant pas fait l'unanimité. Reste à voir comment le reste de la population réagira à ce changement, et surtout ce que la suite des évènements nous réserve.»

Mélia resta quelques minutes encore devant l'enceinte du palais, songeuse. La Ligue avait l'air de vouloir les éliminer pour de bon. Ils devraient faire profil bas pendant quelques temps, rester dans l'ombre comme ils savaient si bien le faire s'ils ne voulaient pas subir les foudres de cette faction drastique. Elle avait les moyens financiers pour engager une immense chasse à l'homme et Mélia se méfiait d'eux comme de la peste. Pourtant, elle se sentait le devoir d'en apprendre plus sur la manière dont la chasse aux gris allait s'engranger. Elle DEVAIT en apprendre plus pour le bien de sa cause.
Elle encouragea Shallel à rejoindre la Ligue.

-Penses-y, Shallel, on pourrait sortir sans craindre que les sangraves ne nous attaque. On n'aurait plus peur. Ne veux-tu pas participer à leur extermination ? Ne veux-tu pas apporter ta pierre à l'édifice ? Lui murmura-t-elle à l'oreille avant de l'embrasser sur la joue avec un sourire espiègle.
Faction:
 

____________________
On sait bien que c'est toujours l'espoir qui meurt en dernier

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle H'arvia
Haut-Mage
Haut-Mage
avatar

Féminin Nombre de messages : 16
Localisation : Château vivant
Amour : Elle est pour l'instant tout ce qu'il y a de plus libre
Race : Fée
Date d'inscription : 24/02/2015

Chronique
Points de vie:
70/70  (70/70)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   Mer 25 Fév - 11:42


Ce soir-là Gabrielle était retournée dans ses appartements épuisée. Elle n’avait pas très bien dormi la veille même si, pour une fois, ce n’était pas les cauchemars qui la tenaient éveillée. Résultat elle s’était levée fatiguée et les audiences auxquelles elle avait dû assister en tant que Haut-Mage l’avaient achevé. Elle était bien contente de ne pas être sur le trône tiens.

Ce ne fut qu’après s’être habillé confortablement et s’être peloté dans un fauteuil avec une boisson chaude qu’elle avait allumé le télé-cristal. Et qu’elle avait fait tomber sa tasse. Et qu’elle s’était envolée sans même s’en rendre compte sous le coup de l’émotion.

- Non d’un nain muet, mais qu’est-ce que c’est que ce brolk encore ?!

Ah ça, elle ne jurait pas souvent la demoiselle mais était originale lorsqu’elle le faisait. Toujours était-il que le discours qui lui avait fait dire ces mots était en train de passer en boucle sous les commentaires du journaliste Tatris.

*Comment ça l’Impératrice à abdiquer ?*

Personne ne lui fera croire que l’Impératrice avait pu abdiquer. C’est du grand n’importe quoi ! Tout le monde vivant sur cette planète pouvait témoigner que c’était surréaliste. C’était impossible que l’Impératrice laisse le pouvoir lui échapper de cette façon !

Elle mit quelques instants à s’en remettre mais lorsque ce fut fait elle soupira et se concentra sur le reste du discours. Une grimace déchira ses traits lorsqu’elle se rendit compte qu’il avait vraiment bien préparé son coup et que son discours ressemblait faire la majorité – à défaut de l’unanimité – chez les courtisans. Connaissant ces derniers ils pouvaient très bien applaudir pour être dans ses bonnes grâces. Et préserver leurs vies bien confortables aussi.

La fin de son discours la fit hoqueter de surprise, il n’y allait pas de main morte le nouveau ! « …Je serai la voix de la Justice, de l'Ordre et de la Sécurité ! » Ben voyons, il ne voulait pas être un dieu aussi ? Il allait devoir gérer le plus grand Empire d’AutreMonde, il pensait vraiment qu’il aurait du temps pour être la voix de quoique ce soit ? Les Sangraves allaient en pâtir de son nouveau régime c’était certain mais de là à les faire disparaître définitivement c’était beaucoup moins sûr.

Ceci dit c’était vrai que l’Impératrice ne faisait pas grand-chose. Il faudrait qu’elle voie les mesures qu’il avait promises pour vraiment y croire. Gabrielle détestait les Sangraves c’était un fait mais elle ne tenait pas à se lancer dans une lutte stérile et qui couterait la vie à de nombreux autres innocents.

Son accréditation se mit à sonner et elle ouvrit le rapidement le message. Ordre de ne rien faire de la part de grand chef de la Résistance. Ça lui allait, c’était ce qu’elle avait décidé de toute manière. Par contre elle appréhendait la réaction de ceux qui refusaient le nouvel Imperator. Ça allait être simple ça encore… Elle se réinstalla dans son fauteuil après l’avoir nettoyé rapidement et commença à se ronger les ongles en réécoutant le discours et les commentaires du Tatris.

Elle n’avait pas un bon pressentiment, ça allait mal finir. Beaucoup de personnes n’apprécieraient pas ce changement de pouvoir. Les descendants de Demiderus régnaient sur Omois depuis près de cinq mille ans, ça marquait tout de même. Si ça déclenchait une guerre civile voire mondiale – n’ayons pas peur des mots, il y avait toujours un risque – elle se promettait de faire tuer Baëlos. Et Magister aussi, de préférence. Ils allaient finir par dépeupler la planète à cause de leur stupide désir de pouvoir, vengeance et autres stupidités.

Faction :
 

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: And so, his reign begins..   

Revenir en haut Aller en bas
 

And so, his reign begins..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» And so, his reign begins..
» Paret Petroleum Begins Geological Survey For Hydrocarbons in Haiti
» The Armorial of Haiti: Symbols of Nobility in the Reign of Henry Christophe
» Reign (série)
» (Jude -hot-) I can win, I can reign, I'll never be the same, without you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Rp Général-